AMMONIAC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ammoniac : propriétés physiques

Ammoniac : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ammoniac : production

Ammoniac : production
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ammoniac : pays producteurs

Ammoniac : pays producteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ammoniac : teneur des gaz à l'équilibre

Ammoniac : teneur des gaz à l'équilibre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Production d'ammoniac

L'ammoniac, fixé à l'état de sulfate ou de phosphate d'ammonium lors du traitement des gaz de fours à coke, ne représente qu'un faible pourcentage de l'ammoniac préparé par synthèse directe ; celui-ci constitue donc la base de l'industrie des engrais azotés. Il s'agit là d'une fabrication très importante et en pleine expansion ; sa production annuelle mondiale était en effet de l'ordre de 100 millions de tonnes au milieu de la décennie 1990 et, en France comme aux États-Unis, les tonnages d'ammoniac produits, toujours exprimés en tonnes d'azote, ont sensiblement doublé de 1958 à 1965, puis de 1965 à 1981. Depuis lors, la production a diminué aux États-Unis (7,8 millions de tonnes d'azote en 2008), tandis qu'en France, après s'être maintenue fixe, elle a diminué pour atteindre seulement 1,35 million de tonnes en 2008. L'ammoniac, produit à partir de gaz naturel, est de plus en plus fabriqué et exporté par les pays producteurs de cette matière première et, en particulier, par la Chine, par la Russie, l'Indonésie, les pays du Golfe....

Ammoniac : production

Ammoniac : production

Tableau

tabl. 2 - Production d'ammoniac (en milliers de t d'azote). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ammoniac : pays producteurs

Ammoniac : pays producteurs

Tableau

tabl. 3 - Principaux pays producteurs d'ammoniac en 2003 (en millions de t d'azote). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La synthèse de l'ammoniac repose sur la réaction équilibrée :

qui est exothermique et s'opère avec diminution de volume : la teneur en ammoniac des gaz à l'équilibre sera donc accrue par une élévation de pression et un abaissement de la température.

Ammoniac : teneur des gaz à l'équilibre

Ammoniac : teneur des gaz à l'équilibre

Tableau

Teneur en ammoniac des gaz à l'équilibre (en pourcentage). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Soulignons que de tels taux de transformation, qui correspondent à l'établissement de l'équilibre, sont très éloignés de ceux que l'on peut prétendre obtenir dans un réacteur industriel, dans lequel les gaz ne séjournent qu'un temps déterminé, appelé durée de contact ; la nécessité d'adopter des températures suffisamment basses pour que le taux de transformation soit encore satisfaisant exige, compte tenu de la lenteur avec laquelle s'opère alors la réaction, l'emploi d'un catalyseur. On est donc amené à travailler sous pression vers 400-500 0C en présence de fer, activé par des promoteurs (alumine et oxyde de potassium).

F. Haber, qui, en collaboration avec Carl Bosch, a mis au point au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : ingénieur de l'École supérieure de physique et chimie industrielles, professeur honoraire de l'université de Paris-XI

Classification


Autres références

«  AMMONIAC  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Solvant plus basique que l'eau : l'ammoniac liquide »  : […] La structure de l'ammoniac liquide, qui bout à — 33  0 C, rappelle beaucoup celle de l'eau, en raison de l'existence de liaisons hydrogène. Il s'ionise suivant : K e  = [NH 4 + ] [NH 2 ] est de l'ordre de 3 × 10 —33 . La limite inférieure de l'échelle d'acidité est par rappor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_2749

ALDÉHYDES ET CÉTONES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 7 354 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réactions avec formation d'une liaison C−N »  : […] L' ammoniac s'additionne sur les aldéhydes, en formant un hémiaminal instable, qui se déshydrate en donnant une aldimine, généralement trimère. Le méthanal réagit d'une manière particulière avec l'ammoniac : la formaldimine, initialement formée, se condense avec deux molécules de méthanal en un composé tétracyclique, ayant une structure analogue à celle de l'adamantane, l'hexaméthylènetétramine ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldehydes-et-cetones/#i_2749

AMINES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés physiques des amines aliphatiques »  : […] La structure électronique des amines aliphatiques est assez analogue à celle des alcools et des éthers ; les liaisons σ unissant l'azote au reste de la molécule sont polarisées par suite de l'électronégativité de l'azote sp 3 , supérieure à celle du carbone sp 3 et de l'hydrogène ; cette polarisation est toutefois inférieure à celle des dérivés o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amines/#i_2749

ARGENT, métal

  • Écrit par 
  • Robert COLLONGUES
  •  • 5 186 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Chimie des solutions aqueuses »  : […] Dans les calculs de l'enthalpie d'hydratation fondée sur le modèle ionique des solutions, on retrouve les mêmes divergences que dans le calcul des énergies de réseau fondées sur le modèle d'état solide. L'enthalpie d'hydratation standard de l'ion Ag + est relativement élevée (644 kJ ( mol -1 soit − 420 kJ ( mol -1 pour l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argent-metal/#i_2749

AZOTE

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  • , Universalis
  •  • 4 522 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'hydrazine N2H4 »  : […] La méthode de préparation habituellement utilisée est l'action de l' ammoniac sur une solution d'hypochlorite. La réaction se fait par l'intermédiaire de la chloramine NH 2 Cl et mène, mais avec un rendement toujours inférieur à 100 p. 100, au chlorure d'hydrazinium : On passe à l'hydrazine hydratée par hydrolyse basique. La déshydratation peut s'effectuer par distillation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azote/#i_2749

BOSCH CARL (1874-1940)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 461 mots

Chimiste allemand né à Cologne et décédé à Heidelberg. Après des études d'ingénieur en métallurgie et en mécanique, Bosch entreprend à Leipzig des études de chimie et obtient en 1898 un doctorat en chimie organique sous la direction de Johannes Wislicenus. Nommé assistant, Bosch souhaite entreprendre une carrière universitaire, mais son père le persuade de s'engager dans l'industrie chimique et il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-bosch/#i_2749

CASSINI-HUYGENS (MISSION)

  • Écrit par 
  • Athéna COUSTENIS
  •  • 4 170 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Titan »  : […] Titan est un paradis organique qui devrait pouvoir nous éclairer sur l'évolution chimique menant à la vie. Sous l’influence du flux solaire et des particules cosmiques, les principaux constituants atmosphériques – le diazote et le méthane – évoluent chimiquement et produisent des composés organiques complexes (essentiellement des hydrocarbures comme l’éthane, l’acétylène et le propane, ou des nit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cassini-huygens-mission/#i_2749

CÉSIUM

  • Écrit par 
  • Roger NASLAIN
  •  • 1 137 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Les principales constantes physiques sont indiquées au tableau . Le césium cristallise dans le système cubique centré. C'est de tous les métaux celui qui possède le rayon atomique le plus élevé et la dureté la plus faible. La vapeur de césium est essentiellement monoatomique. Le césium possède les propriétés chimiques caractéristiques des éléments de la famille des alcalins. Il est extrêmement réa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesium/#i_2749

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Différentes formes chimiques »  : […] L'azote, pouvant prendre des degrés d'oxydation variant de + 5 à – 3, apparaît sous des formes très variées : – L' acide nitrique, HNO 3 , résulte de l'oxydation naturelle des oxydes d'azote. Il est produit industriellement, car les nitrates servent à fabriquer des engrais et des explosifs. – Le peroxyde d'azote, NO 2 , gaz toxique irritant, déchet de l'industrie chimique, est produit dans l'atmos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_2749

ENGRAIS

  • Écrit par 
  • Albert DAUJAT, 
  • Philippe ÉVEILLARD, 
  • Jean HEBERT, 
  • Jean-Claude IGNAZI
  •  • 9 960 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Engrais azotés »  : […] Dès le début du xx e  siècle, l'industrie réalisait au four électrique la fixation de l'azote de l'air sur le carbure de calcium pour donner naissance à un engrais, la cyanamide calcique  ; la production du carbure lui-même s'opérait au four électrique à partir de chaux et de coke : Cette fabrication consomme quantité d'élect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engrais/#i_2749

GAZ NATUREL

  • Écrit par 
  • Bernard CLÉMENT, 
  • François DEBIEN, 
  • Évrard DE FOSSEUX, 
  • Jean-Pierre PERRET, 
  • Odile PUYRAIMOND, 
  • Patrick de RENÉVILLE, 
  • Michel RICHARD
  •  • 16 810 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Gaz naturel matière première »  : […] Le gaz naturel est aussi utilisé par l'industrie chimique pour la fabrication d'ammoniac, d'engrais azotés et autres dérivés organiques. Ce rôle de matière première a été important dès les premières années de l'histoire industrielle du gaz ; ainsi, aux États-Unis et en Roumanie, pour la production du noir de fumée, ou en Allemagne pour la production d'acétylène et de produits dérivés. La chimie fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-naturel/#i_2749

HABER FRITZ (1868-1934)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 477 mots

Chimiste allemand né à Breslau et mort à Bâle. Haber suit à Berlin les cours du physicien Hermann von Helmholtz et du chimiste August W. von Hofmann puis à Heidelberg ceux du chimiste Robert W. Bunsen. De retour à Berlin, il prépare et soutient en 1891 une thèse de doctorat en chimie organique. En 1894, il obtient un poste de chargé de cours à l'université de Karlsruhe, y est nommé professeur en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fritz-haber/#i_2749

HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  •  • 3 566 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hydrures covalents »  : […] Seuls les hydrures covalents les plus stables se forment par synthèse directe. Ils caractérisent les éléments les plus électronégatifs, c'est-à-dire les éléments B de la classification périodique et les éléments des périodes courtes qui s'y rattachent. La figure montre que l' énergie de liaison croît avec l'électronégativité de l'élément associé. Les températures de fusion et d'ébullition suiven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrogene/#i_2749

JUPITER, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 11 249 mots
  •  • 60 médias

Dans le chapitre «  Les nuages »  : […] Les formes et contours qui, dans le visible, se dessinent sur le disque de Jupiter correspondent à de forts contrastes de brillance ; ceux-ci sont dus à la distribution particulière de couches de nuages plus ou moins opaques se formant à différentes altitudes. L'extrême singularité du spectacle de Jupiter – et de celui de Saturne – réside avant tout dans une forte symétrie axiale : une dizaine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jupiter-planete/#i_2749

MASER

  • Écrit par 
  • Maurice ARDITI, 
  • Claude AUDOIN
  •  • 2 315 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Masers à gaz ou à vapeur »  : […] Par suite de la faible densité atomique dans les gaz ou les vapeurs, la puissance de saturation des masers à gaz amplificateurs est limitée à quelque 10 -12 ou 10 -10  watt. Leur largeur de bande est très étroite et ils sont difficilement accordables sur une gamme de fréquences étendue. Ils ne présentent donc pas d'intérêt particulier pour les rad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maser/#i_2749

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés réductrices »  : […] Les métaux eux-mêmes ont une grande réactivité chimique, essentiellement réductrice . On les conserve à l'abri de l'air dans du pétrole, sinon ils se recouvrent très rapidement d'une croûte d'hydroxyde et de carbonate, en absorbant la vapeur d'eau et le gaz carbonique de l'air ; le sodium est d'ailleurs couramment utilisé pour absorber les dernières traces d'eau contenues dans des solvants organiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_2749

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques des alcalino-terreux et de leurs composés »  : […] Les métaux alcalino-terreux possèdent une grande réactivité chimique ; essentiellement réducteurs, ils s'unissent facilement avec la plupart des corps simples . Il est nécessaire de les conserver sous une couche d'huile minérale ou de pétrole, car à l'air, surtout humide, leur surface se ternit très rapidement, par suite de l'apparition d'une croûte d'oxyde, d'hydroxyde, et de carbonate. Dès la te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_2749

NITRIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Jean ROUXEL
  •  • 1 618 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Préparation industrielle de l'acide nitrique »  : […] L'industrie de l'acide nitrique est aujourd'hui couplée de façon pratiquement constante avec celle de l' ammoniac. Les anciens procédés utilisant le nitrate du Chili ont en effet disparu presque totalement en Europe au profit de l' oxydation catalytique de l'ammoniac. Leur importance mondiale ne cesse de décroître. Ils sont fondés sur le déplacement à chaud de l'acide nitrique volatil au moyen de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-nitrique/#i_2749

ORIGINE DE LA VIE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 11 454 mots

Dans le chapitre « Des molécules organiques d'origine extraterrestre ? »  : […] Les radioastronomes ont découvert que la chimie organique est particulièrement active dans les nuages denses de gaz et de poussières interstellaires bien que la température y soit très basse (environ — 260  0 C) et que les molécules y soient très diluées. Comme les molécules organiques interstellaires sont enrichies en deutérium par rapport à l'hydrogène interstellaire, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-de-la-vie/#i_2749

PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Karine DESBOEUFS, 
  • Jean-François DOUSSIN
  •  • 6 937 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition des principales particules secondaires »  : […] Les particules secondaires sont, par définition, le résultat de la conversion au sein de l’atmosphère d’espèces gazeuses en particules. Leur production est l’une des manifestations les plus visibles de la chimie atmosphérique. Selon le nombre d’espèces mises en jeu et leurs caractéristiques de réactivité, la nature chimique des particules qui en résultent est très variée. Les plus petites particu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-atmospheriques/#i_2749

PILES & ACCUMULATEURS

  • Écrit par 
  • Yves BRÉELLE, 
  • Jacques MANDIL, 
  • Raymond VIC
  •  • 5 892 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Différents types de piles »  : […] L'expression « pile à combustible » couvre un vaste domaine dans lequel il n'est pas facile d'établir des classifications compte tenu des nombreux paramètres qui entrent en jeu tels que la nature du comburant, du combustible, de l'électrolyte, des électrodes, les températures de fonctionnement... Le tableau résume les différentes variantes possibles pour les principaux constituants. Pour le choix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piles-et-accumulateurs/#i_2749

SATURNE, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 12 516 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre «  Dynamique et nuages »  : […] À première vue, Saturne se présente comme une image adoucie de Jupiter. La symétrie axiale est encore évidente ; bandes claires et sombres alternent comme dans le cas de Jupiter, avec cependant beaucoup moins de contraste ; les couleurs des motifs sont moins vives. Tout se passe comme si les divers nuages s'étaient mélangés pour produire une tonalité générale presque uniforme. La circulation atmo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saturne-planete/#i_2749

SODIUM

  • Écrit par 
  • Luc AUFFRET, 
  • Albert HÉROLD, 
  • André METROT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 688 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Action sur les composés »  : […] Le sodium agit principalement comme réducteur, mais par des mécanismes divers (décomposition, substitution, addition). L' eau est violemment décomposée dès la température ambiante avec libération d'hydrogène et formation de l'hydroxyde NaOH, base forte, fusible à 328  0 C, sans déshydratation. La réaction des alcools qui condui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodium/#i_2749

TELLIER CHARLES (1828-1913)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 394 mots
  •  • 1 média

Surnommé le « père du froid », l'ingénieur français autodidacte Charles Tellier a marqué l'histoire des techniques par ses travaux sur la conservation des aliments, ainsi que sur les divers usages de l'ammoniac dans les transports et l'énergie. Charles Tellier est né le 29 juin 1828 à Amiens dans la Somme. Un premier brevet lui est délivré en 1859 pour l'obtention de froid à partir de l'éther mét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-tellier/#i_2749

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri GUÉRIN, « AMMONIAC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammoniac/