CLAUDE GEORGES (1870-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Inventeur industriel et praticien remarquable par l'étendue et la diversité de ses travaux. Chimiste de formation (ancien élève de l'École de physique et chimie), Georges Claude commence sa carrière de technicien par ses travaux sur la dissolution de l'acétylène dans l'acétone (cette découverte a conduit à l'utilisation industrielle de ce gaz). Indépendamment de Carl von Linde, il met au point dès 1902 un procédé industriel de liquéfaction de l'air (les brevets qu'il prend à cette occasion sont à l'origine de la société L'Air liquide) et préconise dès 1910, mais en vain, l'utilisation de l'oxygène liquide en sidérurgie. Ce procédé ne sera adopté qu'après la Seconde Guerre mondiale.

Poursuivant ses travaux sur les gaz rares, qu'il a obtenus par distillation de l'air liquide, Claude met à profit l'émission lumineuse qui accompagne le passage de la décharge électrique dans un tube à gaz : la mise au point d'enduits fluorescents le conduit ainsi, en 1910, à la réalisation de l'éclairage au néon, d'abord utilisé dans les enseignes lumineuses. Il découvre également, en 1913, avec d'Arsonval les propriétés explosives de l'air liquide, qui seront utilisées pendant la Première Guerre mondiale (mines à l'air liquide et au noir de fumée), et un procédé de synthèse de l'ammoniac sous haute pression.

Claude se préoccupe aussi des problèmes de la production d'énergie et, à partir de 1926, il étudie et expérimente une méthode de production de l'électricité fondée sur la différence de température entre la surface (source chaude) et le fond (source froide) des mers chaudes. Ces travaux furent effectués avec l'appui et la participation financière du gouvernement de Vichy. Son attitude collaborationniste conduisit le savant à être jugé au lendemain de la guerre et exclu de l'Académie des sciences, où il avait été élu en 1924.

—  Bernard BACH

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLAUDE GEORGES (1870-1960)  » est également traité dans :

AMMONIAC

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 051 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Production d'ammoniac »  : […] L'ammoniac, fixé à l'état de sulfate ou de phosphate d'ammonium lors du traitement des gaz de fours à coke, ne représente qu'un faible pourcentage de l'ammoniac préparé par synthèse directe ; celui-ci constitue donc la base de l'industrie des engrais azotés. Il s'agit là d'une fabrication très importante et en pleine expansion ; sa production annu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammoniac/#i_3014

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique technique

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 2 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Application du premier principe aux machines thermiques. Travail utile et détente de Joule-Thomson »  : […] Au point de vue de la thermodynamique, une machine thermique est un système ouvert, car elle comporte généralement une section d'entrée A et une section de sortie B pour le fluide en évolution. Le travail correspondant Δ p V =  p B V B  −  p A V A , fourni par la machine, s'ajoute algébriquement au travail utile  W u pour lequel elle a été conçue. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-thermodynamique-technique/#i_3014

Pour citer l’article

Bernard BACH, « CLAUDE GEORGES - (1870-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-claude/