FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après les Thèses sur Feuerbach de Karl Marx et l'écrit de Friedrich Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, publiés en 1888, l'œuvre de Feuerbach a été en quelque sorte classée. Interprétée dès lors en référence à cet « esprit de parti » que Lénine jugeait indispensable en philosophie (Matérialisme et empiriocriticisme, 1908), la pensée du philosophe a été considérée comme l'expression de l'« humanisme athée ». À ce titre, on a imputé à l'auteur de L'Essence du christianisme (1841) les tendances antireligieuses du marxisme.

Mais cette appréciation conduit à laisser dans l'ambiguïté le sens de la critique feuerbachienne de la religion. Pour Feuerbach, l'homme ne dépasse pas l'homme. La conscience humaine est à la fois celle du moi, de l'individu ressenti comme limité, et celle du toi, de l'espèce connue en son infinité. Celle-ci se retrouve dans le désir de créer des dieux, projection qui constitue l'essence de toute religion. Il y a là une mystification qui conduit de la théogonie à la théologie, et dont n'est pas exempte toute philosophie. L'affirmation de la transcendance mène l'homme ailleurs qu'en lui : suprême aliénation. Mais, du moins, découvre-t-il cette dernière – la théologie était donc nécessaire – et peut-il se réapproprier sa propre essence. Ainsi, « le progrès historique des religions consiste en ce que les dernières regardent comme subjectif ou humain ce que les premières contemplaient, adoraient comme divin ». Ce retour à l'homme concret contient peut-être le paradoxe d'une libération du sentiment religieux dont le seul garant est l'authenticité.

La critique philosophique

La critique de la philosophie hégélienne

Feuerbach reproche à la philosophie hégélienne de maintenir le désaccord entre l'homme et son expérience, de ne jamais pénétrer dans le monde concret. Il y a, certes, une opposition fondamentale entre la nature et l'esprit. Mais c'est précisément la philosophie qui doit s'efforcer de la surmonter en prenant pour point de départ non pas l'esprit incapable de sonder la nature, mais la nature dont la lecture attentive permet d'éclairer les démarches de l'esprit. « La philosophie, constate Feuerbach, est la science de la réalité dans sa vérité et totalité ; mais l'ensemble de la réalité est la nature (nature dans le sens le plus universel du mot). Les mystères les plus profonds résident dans les objets naturels les plus simples que l'esprit spéculatif et rêveur, qui aspire à l'au-delà, foule aux pieds. »

Le mépris de la nature dont témoigne la philosophie moderne est, selon Feuerbach, un héritage direct de la théologie chrétienne. « La philosophie moderne, constate-t-il, est issue de la théologie – elle n'est elle-même rien d'autre que la théologie dissoute et transformée en philosophie. »

Hegel est en réalité un théologien qui s'est travesti en philosophe. « Celui qui n'abandonne pas la philosophie hégélienne n'abandonne pas la théologie. La doctrine hégélienne, selon laquelle la réalité est posée par l'idée, n'est que l'expression rationnelle de la doctrine théologique selon laquelle la nature est créée par Dieu. » L'infini de la philosophie hégélienne est calqué sur l'infini de la religion : l'un et l'autre représentent le fini, donc quelque chose de déterminé, mais sous une forme mystifiée. C'est pourquoi la philosophie spéculative ne saurait parvenir à une compréhension véritable de la réalité.

Le sensualisme

Ce sont les sens, ce « tiers état » tant méprisé jusqu'alors par les philosophes, qui, selon Feuerbach, donnent accès aux vérités philosophiques. Or, l'effort particulier de Feuerbach consiste à donner au sensualisme des dimensions capables de contenir la plénitude humaine. D'où l'importance capitale qu'il attribue à l'amour. Les rapports humains se déduisent en particulier de l'amour sexuel. Le moi véritable n'est pas asexué, il est soit de sexe masculin, soit de sexe féminin, il est un être co [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)  » est également traité dans :

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Plus connue, notamment à cause des critiques que lui adresse Marx dans ses Thèses sur Feuerbach (1845), que véritablement lue, L'Essence du christianisme marque un jalon important, tant théologiquement que philosophiquement, dans l'élaboration d'une anthropologie qui voit le jour au xixe siècle dans la postérité […] Lire la suite

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « De Hegel à Marx »  : […] Ce qui a préparé de loin cette greffe, c'est le caractère éminemment créateur de l'aliénation ; dans le système hégélien, l' Entäusserung , avec sa négativité propre, est un instrument de rationalité ; à tous les niveaux du système elle assure le passage de l'immédiat au médiat ; elle introduit dans l'indivision et la confusion initiales les médiations grâce à quoi les contradictions sont dépassé […] Lire la suite

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Dieu et le « cogito » »  : […] L'ensemble des philosophèmes véhiculés depuis le début de l'ère chrétienne par la littérature patristique puis, après saint Augustin, par les théologiens représente le trésor conceptuel dont se nourrira la philosophie moderne. Il se compose ou dérive autant des termes hérités de la philosophie grecque que des formules bibliques. Ainsi « le nom qui est au-dessus de tout nom » (Philipp., ii , 9) la […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit contre la lettre »  : […] Appliquée d'abord aux élèves de Hegel, la dénomination de jeunes hégéliens ( Hegelinge ) est bientôt donnée à ceux d'entre eux qui manifestent des velléités révolutionnaires tant en philosophie qu'en matières religieuse et politique. Distingués des « hégélites » (ou descendants de Hegel), ils se voient appliquer par ceux-ci une dénomination dont le caractère péjoratif sort des ouvrages mêmes de He […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fichte »  : […] Fichte et son disciple puis adversaire Schelling sont les inventeurs, dans une forme encore enrobée de gangue métaphysique, de catégories essentielles dont il est impossible de ne pas percevoir le destin historique lointain, compte tenu des transpositions indispensables, dans la genèse de certains des instruments de la pensée métapsychologique de Freud, ainsi que, d'ailleurs, de la psychologie mod […] Lire la suite

RELIGION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 998 mots

Dans le chapitre « De la religion comme idéologie »  : […] La religion, dont la vocation serait de relier, ne cesse cependant de séparer : de séparer l’homme de l’homme, de séparer le monde de l’impuissance d’une autre dimension qui comblerait nos désirs. La dénonciation de ce dédoublement du réel est au cœur de toutes les critiques de la religion qui se sont multipliées depuis environ deux siècles. Hegel a ouvert la voie en considérant l’être humain comm […] Lire la suite

STIRNER MAX (1806-1856)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 2 147 mots

Dans le chapitre « Critique de l'idéalisme »  : […] L'histoire de l'humanité se divise pour Stirner en trois périodes successives : le réalisme, l'idéalisme et l'égoïsme. Le centre de gravité de cette triade dialectique se situe autour de la négation, représentée par le deuxième moment. Stirner s'efforce de faire basculer vers l'égoïsme l'idéalisme, qui, avec l' Essence du christianisme (1841) de Feuerbach, vient d'atteindre sa limite extrême. Con […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri ARVON, « FEUERBACH LUDWIG - (1804-1872) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-feuerbach/