Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HOBBES THOMAS (1588-1679)

Articles

  • HOBBES THOMAS (1588-1679)

    • Écrit par Raymond POLIN
    • 2 669 mots
    • 1 média

    Thomas Hobbes appartient pratiquement à la génération de Descartes (il naît au moment où la Grande Armada menace l'Angleterre), mais sa longévité (il meurt à quatre-vingt-onze ans), la lenteur avec laquelle il élabore son œuvre laissent croire qu'il est venu après lui. En fait, leurs pensées se forment...

  • LÉVIATHAN, Thomas Hobbes - Fiche de lecture

    • Écrit par Francis WYBRANDS
    • 956 mots

    S'il fut publié en 1651 en anglais, le Léviathan ou La Matière, la forme et la puissance d'un État ecclésiastique et civilconnut une version latine donnée par Thomas Hobbes (1588-1679) lui-même en 1668. C'est à juste titre que l'on peut considérer cet ouvrage comme le texte fondateur...

  • ABSOLUTISME

    • Écrit par Jacques ELLUL
    • 4 286 mots
    ...aucune opposition ni aucune discussion. Que pourrait opposer le particulier au bien général et à la vérité ? C'est finalement à ce point que nous conduit Hobbes par le renversement célèbre, lorsque partant de l'individualisme le plus total, fondé sur la peur individuelle, il aboutit à l'État total qui seul...
  • ALIÉNATION

    • Écrit par Paul RICŒUR
    • 8 006 mots
    ...maître, bref, s'il ne doit pas engendrer un pacte de sujétion, il faut que cet acte soit un acte d'association. Mais de quelle nature ? C'est ici que Hobbes introduit une expression qui, traduite, reprise et corrigée par Rousseau, deviendra l'aliénation. Dans le contrat selon Hobbes, chaque membre du...
  • AUTRUI (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 534 mots
    ...métaphysiques seront les approches généalogiques de nos relations avec les autres. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprend l’hypothèse bâtie par Thomas Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan (1651), celle d’un « état de nature » ayant précédé l’état de société. Bien que très critique...
  • CHANGEMENT SOCIAL

    • Écrit par François BOURRICAUD
    • 5 805 mots
    • 1 média
    ...de marquer à la fois les sources de cette conception et les prolongements qui en assurent la permanence jusque dans les travaux de nos contemporains. Hobbes (1588-1679) et Rousseau (1712-1778) avaient, chacun à leur manière, souligné que l'ordre social se construit à partir d'un certain nombre de pressions...
  • CONTRAT SOCIAL

    • Écrit par Michel TROPER
    • 4 449 mots
    Le système de Hobbes repose sur un double postulat. Les hommes sont égoïstes et ne recherchent que leur satisfaction individuelle. Ils sont égaux car le plus faible peut menacer la sécurité du fort. Ce qui caractérise l'état de nature, c'est donc la méfiance mutuelle et la guerre de tous contre tous....
  • CONTRE-POUVOIR

    • Écrit par Frédéric GONTHIER
    • 1 570 mots
    ...pouvoirs par leur spécialisation fonctionnelle (Weber, 1921). La théorie de la séparation des pouvoirs repose sur une assimilation, classique depuis Hobbes (1651), du pouvoir à la puissance. Il s'agit de protéger la liberté politique, comprise comme une garantie de sûreté individuelle. Les contre-pouvoirs...
  • CULTURE - Culture et civilisation

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 14 361 mots
    • 2 médias
    ...concept, mais dans les limites et sur le modèle de cultura mentis individuelle, sans lui donner toute son extension dans le domaine de la collectivité. Hobbes, au contraire, partant de l'obstacle qu'oppose initialement à la civilisation l'amour de soi, principe de violence, et posant, dans la nécessité...
  • DÉMOGRAPHIE

    • Écrit par Hervé LE BRAS
    • 8 983 mots

    La définition de la démographie, simple et universellement admise, est l'étude scientifique des populations. Cette définition entraîne immédiatement les quatre questions qui vont être abordées dans cet article : qu'est-ce qu'une population ? en quoi consiste l'étude « scientifique » des populations ?...

  • DÉSIR (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 094 mots
    ...venus après Platon n’ont guère retenu de lui que l’« animalité » du désir et la nécessité de s’en affranchir. Il faut attendre le xviie siècle et Thomas Hobbes (1588-1679) pour qu’ils reconnaissent enfin ce qui distingue le désir du simple besoin. La thèse de Hobbes est résumée dans une formule décisive...
  • ÉTAT

    • Écrit par Olivier BEAUD
    • 6 352 mots
    ...aristocratie, démocratie) et les diverses formes de gouvernement se conjuguent avec l'indépendance de la souveraineté par rapport à ses formes d'organisation. Hobbes écrit de même que « le pouvoir de la souveraineté est le même, en quelque endroit qu'il se trouve » (Léviathan, chap. 18). De ce point...
  • ÉTAT (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 054 mots
    Trop souvent présenté comme défenseur du despotisme,Thomas Hobbes (1588-1679) a construit la théorie la plus achevée de la naissance de l’État. Avant d’inventer un pouvoir souverain, les hommes vivaient en état de guerre les uns avec les autres. Aucune morale naturelle, aucune pitié particulière...
  • IDENTITÉ

    • Écrit par Annie COLLOVALD, Fernando GIL, Nicole SINDZINGRE, Pierre TAP
    • 13 231 mots
    • 1 média
    ...une même collection de planches que T-I (cf. Griffin, pp. 177-180) – et, d'autre part, la persistance du substrat, l'identité numérique des planches. Tel était le point de vue de Hobbes, qui critiquait le critère de l'« unité de la forme » (selon ses propres termes). Une conception comme celle de Leibniz...
  • INSTITUTIONS

    • Écrit par François BOURRICAUD
    • 6 080 mots
    • 1 média
    ...mort. À moins que, objectera-t-on, l'institutionnalisation n'ait d'autre sens que de réprimer, sinon de supprimer le conflit. C'est au fond l'argument de Hobbes, qui se place dans l'hypothèse hyperbolique d'individus aveugles et déchaînés qui ne peuvent affirmer chacun leur propre vouloir-vivre qu'en niant...
  • JUSNATURALISME

    • Écrit par Simone GOYARD-FABRE
    • 1 663 mots
    L'ambivalence de la théorie n'est pas moindre chez les philosophes. SiHobbes (1588-1679) et Spinoza (1632-1677) s'accordent pour enraciner le droit naturel dans « l'état de nature », leur désaccord est, en fait, profond. Selon Hobbes, le droit de nature (jus naturae) est supplanté...
  • MORALE

    • Écrit par Éric WEIL
    • 15 745 mots
    ...dès qu'ils auront compris leur vrai intérêt, cet intérêt des intérêts qui veut que chacun se soumette afin que personne ne soit soumis par les autres ; mieux vaut une puissance absolue qu'une indépendance qui se détruirait elle-même (ainsi Hobbes et, avec une insistance moindre sur la violence potentielle,...
  • MULTITUDE, philosophie

    • Écrit par Victor Manuel MONCAYO
    • 1 062 mots

    Au-delà de la signification commune, la multitude est un concept de la philosophie, et en particulier de la philosophie politique. Ainsi parmi les catégories aristotéliciennes est-elle considérée comme une entité sans rapport avec la cause formelle, la cause efficiente ou la cause finale qui permettent...

  • NATUREL DROIT

    • Écrit par Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
    • 5 963 mots
    ...dernier a pour fonction de restituer dans la mesure du possible la justice originelle appartenant à la nature de l'homme avant sa corruption par le péché. Hobbes, de façon exemplaire, opère une rupture décisive avec toute problématique cosmologique et théologique. Celle-ci, en effet, se voit condamnée par...
  • ORIGINE

    • Écrit par Pierre-François MOREAU
    • 2 740 mots
    ...Ces différences initiales se répercutent donc dans l'état dont l'origine doit rendre compte. Ainsi, dans le cas de la société civile, ceux qui, comme Hobbes, assimilent l'état de nature à un état de guerre rendent nécessaire un abandon total de l'individu à la souveraineté qui sera créée...
  • PEUPLE NOTION DE

    • Écrit par Yves SUREL
    • 1 505 mots
    Plus tard,Hobbes établit le principe fondateur de la souveraineté, en faisant du peuple la fiction fondatrice et nécessaire de l'ordre politique. Tenant compte de la condition humaine, et notamment de l'impératif de conservation de la communauté par elle-même, l'organisation politique repose, selon...
  • POLITIQUE - La philosophie politique

    • Écrit par Éric WEIL
    • 10 309 mots
    • 1 média
    ...plus la félicité intemporelle du sage antique, ni celle, espérée, du chrétien : c'est l'être de besoins et de désirs qui peuple la société et l'État. Hobbes l'exprimera sous la forme la plus radicale : seul un État tout-puissant protégera les membres de la société contre la démesure de leurs désirs innés...

Média

<em>Léviathan</em>, T. Hobbes

Léviathan, T. Hobbes