MULTITUDE, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au-delà de la signification commune, la multitude est un concept de la philosophie, et en particulier de la philosophie politique. Ainsi parmi les catégories aristotéliciennes est-elle considérée comme une entité sans rapport avec la cause formelle, la cause efficiente ou la cause finale qui permettent la compréhension de ce qui est. Le débat sur sa signification apparaît avec une force particulière en même temps que les controverses théoriques, philosophiques et pratiques qu'accompagnent les processus historiques du xviie siècle et la formation des États nationaux modernes. C'est ainsi que Spinoza, dans le contexte de sa conception théologique-politique (Traité théologico-politique, 1670), assume la multiplicité des singularités en la dotant d'une signification qui possède une dimension immanente et matérialiste, et qui interdit d'attribuer son existence à une puissance ordonnatrice extérieure à la réalité. La multitude apparaît alors comme un concept subversif bâti contre les théories de l'État et de la démocratie telles que les développaient les Protestants à l'époque de la monarchie absolue, en la restreignant à un ensemble de subjectivités tournées vers Dieu. Or, loin de relever de la métaphysique, les subjectivités s'expliquent comme le résultat de relations à l'intérieur de l'ensemble des singularités. Pour Spinoza, le concept de multitude se réfère à une pluralité qui se maintient au sein de la dimension publique, dans les occupations communes, sans qu'aucun mouvement centripète la fasse converger dans une unité. Cette forme d'existence sociale est permanente, et en tant que telle représente le fondement des libertés civiles.

Pour Thomas Hobbes au contraire, la multitude, si elle ne converge pas en une unité, représente une menace suprême pour la souveraineté de l'État. Inhérente à l'« état naturel », la multitude s'avère réticente à l'unité politique, et au transfert des droits au souverain. Antiétatique, la multitude est par là même antipopulaire : « Les citoyens, quand ils se rebellent contre l'État, sont la multitude contre le peuple » (De Cive, 1642). On retrouve ici la thématique hobbesienne, qui veut que les hommes n'aient pas de rapports entre eux par amour mais seulement par peur et égoïsme, et cherchent à résoudre le conflit naturel à travers un accord qui leur permette de sortir de l'état de guerre et d'instaurer la paix. Cédant leur pouvoir comme individus au pouvoir souverain de l'État, ils se transforment alors de cette manière en peuple.

Refoulée de la scène des États nationaux par la notion de peuple, la multitude n'en a pas moins continué à s'exprimer sous des formes dissimulées. Ainsi du libéralisme quand il admet qu'en parallèle à la sphère des affaires communes survit une dimension privée, ou de la pensée sociale-démocrate qui oppose à son tour le collectif à l'individuel, dans ses divisions et multiplications.

Aujourd'hui, après que la catégorie de peuple a prévalu pendant des siècles au côté de celle de l'État-nation, on voit réapparaître la multitude comme expression de nombreux comportements contemporains, alors que la théorie politique de la modernité connaît une crise profonde. Sans doute la figure théorique-politique de ce nouveau débat sur la multitude est-elle Paolo Virno (Grammaire de la multitude. Pour une analyse des formes de vie contemporaines, 2001), qui reprend à ce sujet les apports de Gilbert Simondon dans L'Individu et sa genèse physico-biologique (1964). En effet, il importe de prendre en compte les processus d'individuation pour comprendre le passage qui s'opère de la dimension psychosomatique générique de l'animal humain à la singularité unique inhérente à la multitude. La multitude a derrière elle une unité représentée par le langage, l'intellect en tant que ressource publique et inter-psychique – soit les facultés génériques de l'espèce. Au contraire, la notion de peuple suppose des individus qui cherchent à trouver une unité seconde dans le corps national d'un État auquel ils se soumettent.

Les mutat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MULTITUDE, philosophie  » est également traité dans :

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

Dans le chapitre « Éthique de la différence »  : […] De nos jours, et en raison de diverses circonstances historiques – parmi lesquelles on peut mentionner la décolonisation, l'apparition d'une nouvelle critique sociale et théorique à partir de la fin des années 1960 et la mondialisation contemporaine –, sont en train de s'opérer dans le monde des transformations culturelles qui tendent vers une nouvelle pensée et une nouvelle pratique sociale de l […] Lire la suite

NEGRI ANTONIO (1933- )

  • Écrit par 
  • Victor Manuel MONCAYO
  •  • 1 048 mots

Philosophe italien. Né en 1933 à Padoue, Antonio Negri est d'abord militant de l'Action catholique avant d'adhérer en 1956 au Parti socialiste italien, où il restera jusqu'en 1963. Par la suite, il occupe une place importante dans des organisations de la nouvelle gauche italienne telles que Potere operaio et Autonomia operaia, et collabore à de nombreuses publications liées à ces courants telles q […] Lire la suite

Pour citer l’article

Victor Manuel MONCAYO, « MULTITUDE, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/multitude-philosophie/