YÉMEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Yémen (YE)
Chef de l'ÉtatAbd Rabbo Mansour Hadi (depuis le 25 février 2012)
Chef du gouvernementMaïn Abdelmalek Saïd (depuis le 18 octobre 2018)
CapitaleSanaa
Langue officiellearabe
Unité monétairerial yéménite (YER)
Population31 582 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)528 076

Archéologie

« L'Arabie du Sud est un problème pour le futur », écrivait en 1943 l'anthropologue américain C. S. Coon pour exprimer l'état de nos connaissances sur le passé du Yémen. Assimilée au royaume de Saba des textes bibliques, la civilisation sud-arabique avec ses monuments imposants et ses inscriptions en caractères alphabétiques fut connue des érudits dès la seconde moitié du xixe siècle. Les inscriptions, très tôt déchiffrées, livrèrent des bribes d'histoire, mais des conditions d'accès très difficiles interdirent longtemps tout approfondissement de ce savoir. Des comparaisons avec le monde méditerranéen pourtant lointain n'ont toujours pas permis d'établir une chronologie absolue qui soit assurée. La genèse même de cette civilisation d'apparence urbaine reste mal connue, on suppose qu'elle est due à l'installation de nouvelles populations. Mais l'origine de celles-ci a varié au gré des hypothèses sur l'évolution des langues sémitiques auxquelles appartient la langue notée dans les inscriptions. S'agissant d'une civilisation qui fut brillante et dont on sait qu'elle fut en relation avec l'Éthiopie, que le judaïsme et le christianisme furent impliqués dans son histoire et qu'elle est toute proche des sources de l'islam, cette absence de connaissances est frustrante. Le jugement de C. S. Coon reste en partie vrai, même si les recherches permettent d'espérer enfin une meilleure compréhension du très riche passé préislamique d'une région que les auteurs classiques dénommaient Arabia felix, l'Arabie heureuse.

La préhistoire

Les spécialistes des hautes époques préhistoriques regardent avec intérêt cette région voisine de l'Afrique orientale. Entre le « berceau » africain et l'Asie, l'Arabie apparaît en effet comme le point de passage obligé pour les premiers hominidés. Mais, si prometteuses soient-elles, les prospections n'ont livré jusqu'ici qu'un matériel hors contexte, dont l'ancienneté varie, au gré des auteurs, entre 500 000 et 50 000 ans. Une série d'abris-sous-roche fouillés par une équipe russe dans la région de Raybun dans le Hadramaut a livré une succession de niveaux dont les plus anciens ont été attribués à l'Oldowayen et datés d'il y a un million d'années. Ces résultats ont été contestés et demandent à être vérifiés.

La découverte de la protohistoire

L'idée domina longtemps que le mode de vie paléolithique fondé sur la chasse et la cueillette avait duré très tard, peut-être même jusqu'à ce que de nouveaux venus fondent la civilisation sud-arabique. Les recherches, menées depuis les années 1980 par l'équipe archéologique italienne dirigée par Alessandro de Maigret, montrent qu'il n'en est rien et dessinent progressivement le scénario qui va conduire de la préhistoire aux civilisations étatiques de l'Âge du fer.

Des campements de chasseurs-cueilleurs de l'Holocène ancien et moyen ont été repérés dans des zones géographiques fort différentes. Les marges du Rub' al-Khālī ont livré en abondance des outillages de silex et d'obsidienne (pointes de flèches, pièces foliacées et racloirs) sur les rives d'oueds et de lacs fossiles. Au VIIIe millénaire, dans la plaine côtière de la mer Rouge (Tihama), des outillages similaires étaient associés, à ash-Shumah, à des restes d'ânes sauvages et de bovidés. Cela traduit une intensification et une spécialisation de la chasse caractéristiques de ces périodes en bordure du désert et peut-être un début d'élevage comme on les retrouve alors en Arabie orientale dans la région du Hasa ou plus au nord à Umm Dabagiyyah, en Iraq. À la même époque, les mangroves des bords de la mer Rouge étaient exploitées par des collecteurs de coquillages. Il s'agit là de sites dits de surface, réduits par l'action du vent à une nappe d'objets dont toute trace organique a disparu. Des restes de campement ont été retrouvés sur le versant oriental du haut plateau yéménite sur le site d'ath-Thayyila, à 2 000 mètres d'altitude, enfouis sous des niveaux néolithiques plus récents. Ils étaient associés à des ossements de bovidés sans doute domestiques. Le même niveau a livré un fragment de figurine féminine en terre crue, comparable à celles qu'on trouve dans le Néolithique précéramique de Palestine au VIIe millénaire.

Ce niveau ancien d'ath-Thayyila pourrait marquer le début d'une tradition différente entre les zones basses des marges désertiques et le haut plateau, où l'on distingue deux phases dans ce qu'il est convenu d'appeler le Néolithique. Pendant la plus ancienne, sur le site de Qutran, la chasse reste l'activité essentielle d'après le témoignage des pointes de flèche, tandis que, pendant la plus récente, datée du Ve millénaire par le carbone 14 à ath-Thayyila, bovidés et ovi-capridés étaient domestiqués, les premiers étant prédominants. Les archéologues s'interrogent sur l'existence d'une agriculture dès cette époque. Il faut attribuer au Ve millénaire les plus anciennes gravures rupestres connues sur le plateau yéménite. Dans la région de Saada, elles sont associées à des sites archéologiques de même date (foyers et trous de poteaux). Les sites « néolithiques » du Rub' al-Khālī jalonnent le cours fossile d'un système fluvial aujourd'hui disparu qui drainait à l'Holocène moyen les eaux des hautes terres et les acheminait vers l'océan Indien en suivant l'actuelle vallée de l'Hadramaut. Datés du VIIe au Ve millénaire, ils sont caractérisés par des foyers circulaires et par un abondant outillage de silex et d'obsidienne. On les interprète comme des camps de chasseurs-cueilleurs où rien ne permet ni d'affirmer une quelconque domestication des plantes et des animaux, ni de l'exclure complètement. Une magnifique frise de bouquetins et d'ânes sauvages à al-Amsān près de Rada n'est pas sans rappeler des reliefs de cornes stylisées sur un bloc de rocher utilisé dans la construction d'une cabane à Qutran.

L'Âge du bronze

Les prospections italiennes sur le rebord oriental du plateau et les prospections françaises dans les basses terres du Jawf ont révélé de nombreux villages et hameaux de l'Âge du bronze. Ceux-ci sont composés de groupes de pièces quadrangulaires disposées dans des enclos circulaires, et dont les bases en pierre supportaient une superstructure en brique crue ou en matériau léger. L'outillage inclut des objets variés en silex, quartz et obsidienne, des meules et des broyeurs en roche dure, mais aussi de la poterie. Les fouilles italiennes de Wādī Yanā'im témoignent d'une économie agricole (blé, orge, sorgho) et pastorale (ovi-capridés et bovins, les premiers dominant largement, contrairement au Néolithique). Ces villages ont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Yémen : carte physique

Yémen : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Yémen : drapeau

Yémen : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Al-Tawilah, Yémen

Al-Tawilah, Yémen
Crédits : C.Dani / I.JESKE/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Shibam (Yémen)

Shibam (Yémen)
Crédits : Ben Edwards/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  YÉMEN  » est également traité dans :

YÉMEN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ADEN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 575 mots

Ville du Yémen, Aden se dresse sur une péninsule située sur la côte nord du golfe homonyme. La ville est mentionnée pour la première fois dans l'Ancien Testament (Ézéch., xxvii , 23) sous le nom d'Éden, au côté de Kanné. Les deux villes, avec lesquelles Tyr commerçait, étaient alors les principaux terminus de la route des épices dans l'ouest de la péninsule arabique, route utilisée pendant prè […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « La pénétration anglaise et les indépendances »  : […] De leur côté, les Anglais établissaient leur protectorat de fait sur les émirats du golfe Persique : ‘Omān, Mascate, Côte des Pirates, Bahreïn et Koweït à partir de 1838, tandis que le territoire d'Aden devenait une colonie britannique en 1839. Seul à ce moment le Hedjaz demeurait province ottomane ; toutefois, profitant de dissensions au sein de la dynastie saoudite (dont la capitale était alors […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Renaissance de l'activisme régional saoudien à l'heure des « printemps arabes » »  : […] La volonté saoudienne de contenir les effets du « printemps arabe » est non seulement interne mais aussi régionale, les deux dimensions se renforçant l'une l'autre : l'acuité des défis mène le pouvoir saoudien habituellement coutumier des jeux régionaux feutrés (clientélisation par versement de subventions, contacts discrets) à se montrer plus activiste. Le 14 mars 2011, le pouvoir saoudien envoi […] Lire la suite

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dernières vicissitudes de l'arabisme contemporain »  : […] L'union de la Syrie et de l'Égypte sous le nom de République arabe unie (1 er  févr. 1958), complétée bientôt par une fédération très lâche (et ouverte à d'autres membres éventuels) avec le Yémen (8 mars) sous le nom d'États arabes unis, fit croire aux idéologues du nationalisme arabe que la création du grand État arabe unitaire était en vue, que ce développement ne pouvait que s'accélérer. Cet es […] Lire la suite

ASSIR

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 379 mots
  •  • 1 média

District administratif d'Arabie Saoudite (76 693 km 2 ) créé en septembre 1993, situé immédiatement au nord du Yémen et à l'ouest du Najrān, le Assir (‘Asīr) est constitué de hautes terres. Il comprenait avant 1993 la plaine côtière assez étroite, aride, faiblement occupée par des populations très africanisées, pratiquant une agriculture médiocre dans les oasis et le long des oueds ; cette plaine […] Lire la suite

AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 581 mots
  •  • 1 média

Famille princière dont les membres régnèrent sur l' Égypte, la Syrie, la Mésopotamie et le Yémen, les Ayyūbides tirent leur dénomination du Kurde Ayyub, père du monarque connu en Europe sous l'appellation de Saladin, calquée sur son surnom arabe Salah al-din. Ce dernier avait installé le nouveau régime en Égypte, sans bruit, ordonnant de substituer dans le prône le nom du pontife sunnite de Bagda […] Lire la suite

BĀB AL-MANDAB DÉTROIT DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 185 mots
  •  • 1 média

Situé entre la mer Rouge et le golfe d'Aden , le détroit de Bāb al-Mandab (Bab el-Mendeb), ou « Porte des lamentations », est divisé par l'île de Périm en deux parties : le petit détroit, large de 3 kilomètres entre Périm et la côte du Yémen, et le grand détroit, large de 26 kilomètres, entre Périm et la côte africaine de Djibouti, qui est emprunté par la grande navigation. Des courants dangereux […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un environnement instable »  : […] Tandis que se poursuit, dans la vallée du Nil, la construction socialiste, la crise bat son plein dans l'Orient arabe. La R.A.U. a envoyé, en juin 1961, un contingent de troupes pour protéger, avec la Grande-Bretagne, l'Arabie Saoudite et la Jordanie, l'indépendance toute nouvelle du Koweit, territoire revendiqué par l' Irak. L'admission de l'émirat à la Ligue arabe, le 20 juillet 1961, entraîne l […] Lire la suite

HADRAMAOUT

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 335 mots
  •  • 1 média

Région du Yémen, l'Hadramaout (en arabe Haḍramawt) est un haut plateau de calcaire éocène (de 500 à 1 200 m), situé entre les monts du Khaur (2 500 m), à l'ouest, et les hauteurs du Dhofar, à l'est ; il est isolé du reste de l'Arabie par l'immense désert du Roub‘ al-Khali. Ce haut plateau karstifié est très sec et peu peuplé (quelques nomades éleveurs et collecteurs d'encens) : l'essentiel de la v […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24 juin 2021 France. Condamnation de l'auteur de l'attentat du Louvre.

Yémen. Abdallah el-Hamahmy avait fait allégeance à l’organisation État islamique (EI). […] Lire la suite

7-13 avril 2021 Iran – Israël. Attentat contre le centre d'enrichissement de l'uranium de Natanz.

Yémen. La télévision nationale met en cause Israël. La date de l’attaque coïncide avec l’ouverture, à Vienne, de discussions sur la relance de l’accord de juillet 2015 sur le nucléaire iranien, dans la perspective du retour prochain des États-Unis dans l’accord. Le 11, un sabotage attribué à Israël affecte la centrale d’enrichissement de l’uranium  […] Lire la suite

12 février 2021 États-Unis – Yémen. Retrait des houthistes de la liste des organisations terroristes.

Le secrétaire d’État Antony Blinken annonce le retrait du mouvement rebelle yéménite des houthistes de la liste des organisations terroristes, revenant sur une décision prise par l’ancien président Donald Trump en janvier. Il estime que « ce classement aurait pu avoir un impact dévastateur sur l’accès des Yéménites aux biens de première nécessité […] Lire la suite

4-10 février 2021 États-Unis. Discours du président Joe Biden sur la politique étrangère.

Yémen dirigée par l’Arabie Saoudite, ainsi que le retour à une politique plus favorable aux réfugiés. Il apporte son soutien à l’opposant russe Alexeï Navalny, affirmant que « le temps où les États-Unis se soumettaient face aux actes agressifs de la Russie, l’ingérence dans [ses] élections, les piratages informatiques, l’empoisonnement de ses citoyens […] Lire la suite

15-16 octobre 2020 Yémen. Échange massif de prisonniers.

Les 15 et 16, les autorités loyalistes et houthistes procèdent à l’échange de plus d’un millier de prisonniers, sous la supervision du Comité international de la Croix-Rouge. Il s’agit des échanges de prisonniers les plus importants depuis l’engagement pris par les belligérants, lors des négociations de paix menées en Suède en décembre 2018, de libérer […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent BONNEFOY, André BOURGEY, Serge CLEUZIOU, « YÉMEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yemen/