Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

YÉMEN

Nom officiel

République du Yémen (YE)

    Chef de l'État

    Rashad al-Alimi (président du Conseil de direction présidentiel depuis le 19 avril 2022)

      Chef du gouvernement

      Maïn Abdelmalek Saïd (depuis le 18 octobre 2018)

        Capitale

        Sanaa

          Langue officielle

          Arabe

            Unité monétaire

            Rial yéménite (YER)

              Population (estim.) 32 691 000 (2023)
                Superficie 455 000 km²

                  Le Yémen est situé dans le coin sud-ouest de la péninsule arabique, au contact de la mer Rouge et de l'océan Indien. Cette situation confère au Yémen une importance géopolitique et explique que le pays a souvent suscité les convoitises étrangères : par exemple, la rade d'Aden, où les Anglais s'étaient installés en 1839 et se sont maintenus jusqu'en 1967, a été ensuite utilisée par les Soviétiques, jusqu'à la réunification du Yémen, le 22 mai 1990. Sa population est estimée à 24 millions d'habitants en 2012.

                  Yémen : carte physique

                  Yémen : carte physique

                  Yémen : drapeau

                  Yémen : drapeau

                  Sanaa (Yémen)

                  Sanaa (Yémen)

                  Le Yémen a longtemps été coupé en deux, et des régimes politiques opposés se sont imposés à Sanaa, capitale de la république arabe du Yémen (ou Yémen du Nord), et à Aden, capitale de la république démocratique et populaire du Yémen (ou Yémen du Sud). Mais, à la différence de la Corée et de l'Allemagne divisées après la Seconde Guerre mondiale, le partage du Yémen remonte au xixe siècle, après l'installation des Anglais à Aden.

                  Le Yémen réunifié a une superficie comparable à celle de la France (527 970 km2). En fait, les frontières orientales du Yémen, dans la vaste cuvette désertique du Rub' al-Khali, ont longtemps fait l'objet de contestations. Si le litige frontalier avec Oman a trouvé une solution pacifique en octobre 1992, le contentieux avec l'Arabie Saoudite a été définitivement réglé en 2006.

                  Différent politiquement des monarchies pétrolières voisines, le Yémen est également très différent géographiquement des autres États de la péninsule arabique. Il existe, en effet, une solide entité yéménite façonnée par l'histoire et la géographie. Dès l'Antiquité, on parlait d'«  Arabie heureuse » (Arabia Felix) pour qualifier le Yémen, ce pays de hautes terres bénéficiant de pluies de mousson. Au cours des siècles, le Yémen est devenu une « montagne refuge », accueillant de nombreuses minorités de l'Islam, en particulier les zaydites, toujours majoritaires au Yémen.

                  La montagne yéménite, dont les versants ont été admirablement aménagés en terrasses, a été, au cours des siècles, le berceau d'une vieille civilisation d'agriculteurs sédentaires, contrastant en cela avec le reste de la péninsule arabique, domaine traditionnel des Bédouins, sauf dans le sultanat d'Oman, moins marqué par l'empreinte de l'aridité et qui, par là même, s'apparente un peu au Yémen. Cette opposition géographique fondamentale a été renforcée au xxe siècle par le pétrole. Le Yémen figure parmi les pays arabes les plus pauvres, et se différencie ainsi nettement des riches monarchies pétrolières voisines.

                  La personnalité géographique du Yémen

                  Bastion extrême de la péninsule arabique dominant le détroit de Bab el-Mandeb entre la mer Rouge et l'océan Indien, le Yémen est un ensemble de hautes terres qui culmine à 3 760 m au Jebel Nabi Chaub. Ici, la plate-forme arabique est à la fois relevée et brisée, et participe à la grande zone de fracture du Rift africain. Le socle ancien est en général masqué par une épaisse couverture sédimentaire ou par d'immenses tables basaltiques de plusieurs centaines de mètres d'épaisseur, car le volcanisme marque souvent de son empreinte les paysages yéménites.

                  Schématiquement, on distingue trois grands ensembles régionaux : la plaine côtière de la Tihama, le massif montagneux et les plateaux orientaux qui plongent vers la cuvette désertique du Rub' al-Khali. En bordure de l'océan Indien, dans l'ancien Yémen du Sud, la plaine littorale est plus étroite et plus discontinue, et les plateaux orientaux remplacent progressivement le massif montagneux.

                  La Tihama est une plaine littorale large d'un peu moins de 50 kilomètres, qui s'étire le long de la mer Rouge sur plus de 400 kilomètres et se prolonge vers le Nord en Arabie Saoudite. Cette[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : chercheur CNRS au Centre d'études et de recherches internationales de Sciences Po
                  • : professeur émérite des Universités
                  • : directeur de recherche au CNRS
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Yémen : carte physique

                  Yémen : carte physique

                  Yémen : drapeau

                  Yémen : drapeau

                  Sanaa (Yémen)

                  Sanaa (Yémen)

                  Autres références

                  • YÉMEN, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • ADEN

                    • Écrit par Universalis
                    • 601 mots

                    Ville du Yémen, Aden se dresse sur une péninsule située sur la côte nord du golfe homonyme.

                    La ville est mentionnée pour la première fois dans l'Ancien Testament (Ézéch., xxvii, 23) sous le nom d'Éden, au côté de Kanné. Les deux villes, avec lesquelles Tyr commerçait, étaient alors les...

                  • ARABIE

                    • Écrit par Universalis, Robert MANTRAN, Maxime RODINSON
                    • 7 614 mots
                    ...révoltées sous la conduite d'un descendant des anciens souverains de Hirā ; puis ce furent les tribus du ‘Omān qui subirent la loi des musulmans. Restaient le Yémen et le Hadramaoūt. Après la prise de La Mecque par Mahomet, les tribus du Yémen étaient venues faire leur soumission au Prophète ; celui-ci avait...
                  • ARABIE SAOUDITE

                    • Écrit par Philippe DROZ-VINCENT, Universalis, Ghassan SALAMÉ
                    • 25 169 mots
                    • 10 médias
                    ...Bagdad sur le marché pétrolier ferait chuter les prix), soit, contrairement au dual containment américain, se rapprocher de l'Iran à partir de 1998. La crainte suscitée par la réunification du Yémen (1990), où l'ex-pouvoir du Nord issu de l'armée domine nettement les institutions politiques fusionnées,...
                  • ARABISME

                    • Écrit par Universalis, Maxime RODINSON
                    • 5 530 mots
                    • 6 médias
                    ...République arabe unie (1er févr. 1958), complétée bientôt par une fédération très lâche (et ouverte à d'autres membres éventuels) avec le Yémen (8 mars) sous le nom d'États arabes unis, fit croire aux idéologues du nationalisme arabe que la création du grand État arabe unitaire était en...
                  • Afficher les 19 références

                  Voir aussi