ARABIE HEUREUSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ensemble des hautes terres de l'Arabie du Sud-Ouest dont l'ancien Yémen du Nord constitue le cœur. Le nom d'Arabie Heureuse, traduction de l'expression latine Arabia Felix, est dû aux conditions climatiques nettement favorables : l'altitude de ce massif cristallin recouvert parfois d'énormes empilements de basalte, dépassant 2 500 mètres et culminant à 3 400 mètres, lui permet de bénéficier des pluies tropicales qui, de mars à septembre, viennent s'ajouter aux dernières ondées méditerranéennes d'hiver pour apporter 400 à 600 millimètres de précipitations annuelles. Les riches terres volcaniques et les conditions climatiques ont permis l'épanouissement d'une civilisation agricole originale depuis l'Antiquité : cultures soignées sur des champs en terrasses ; plantations où dominent la vigne, le figuier et les arbres fruitiers des climats tempérés ; et, un peu plus bas, deux plantes originales, le café et le qat (Catha edulis) dont les feuilles, consommées par la population de toute la région, possèdent des effets excitants et euphorisants.

Cependant, l'Arabie Heureuse ne se limite pas à cette zone de hautes terres de l'ancien Yémen du Nord et aux régions voisines du Assir : les marges orientales, appelées Meshreq, avec des oasis (Nadjran, Mārīb notamment) irriguées à partir de petits cours d'eau, ainsi que l'Hadramaout au sud-est, série d'oasis prospères échelonnées le long d'une vallée encaissée entre des plateaux arides, se rattachent aussi à l'Arabie Heureuse.

Ces régions ont eu une évolution historique particulière, grâce aux conditions naturelles originales et à leur isolement du reste de la péninsule arabique dus à la présence au nord du grand désert du Rub‘ al-Khālī. De riches royaumes sédentaires s'y développèrent, prospérant grâce à l'exportation de leurs récoltes de myrrhe et d'encens et au commerce qu'ils pratiquaient entre l'Inde et le monde méditerranéen. Mais ces petits royaumes (Saba, Mā‘īn, Kataban, Awsan), dont la chronologie n'a pas encore été fixée de façon certaine, unifiés par les Himyarites, déclinèrent avant même la conquête islamique, dès le vie siècle. Ils léguèrent, cependant, à l'Islam naissant d'importantes traditions littéraires orales qui furent incorporées au patrimoine de tous les Arabes. Depuis lors, l'évolution de ces régions d'Arabie Heureuse s'est toujours poursuivie plus ou moins en marge du reste du Moyen-Orient.

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification

Autres références

«  ARABIE HEUREUSE  » est également traité dans :

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « L'Arabie du Sud et sa civilisation »  : […] La zone sudarabique, arrosée et cultivable, a été peuplée à une date inconnue par des populations parlant des dialectes sémitiques du groupe dit sudarabique (parent, mais distinct de l'arabe) et originaires sans doute du Croissant fertile. Ils ont assimilé les indigènes, ont aménagé le sol en terrasses et entrepris des travaux d'irrigation pour développer l'agriculture. Un texte hébraïque, qui par […] Lire la suite

SÉMITES

  • Écrit par 
  • André CAQUOT
  •  • 4 800 mots

Dans le chapitre « Les Arabes »  : […] C'est vers le milieu du I er  millénaire avant J.-C. que paraît s'être constituée une civilisation sémitique originale, qui a fleuri pendant un millier d'années en Arabie méridionale et qui n'a succombé que devant l'Islam. Les conditions de son éclosion demeurent mal connues, mais il est très probable que la production des aromates dans les régions fertiles de l'«  Arabie heureuse » et leur commer […] Lire la suite

YÉMEN

  • Écrit par 
  • Laurent BONNEFOY, 
  • André BOURGEY, 
  • Serge CLEUZIOU
  •  • 14 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une histoire commune »  : […] Le Yémen était prospère dès le Ier millénaire avant J.-C., comme en témoignent certains vestiges archéologiques, et surtout six mille à sept mille inscriptions rédigées en langue sud-arabique découvertes dans les années 1970. Cette Arabie du Sud antique, fierté des Yéménites d'aujourd'hui, débordait les frontières actuelles de la république du Yémen, s'étendant au nord vers le Hedjaz. Les auteurs […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « ARABIE HEUREUSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie-heureuse/