VOL ANIMAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Source constante d'admiration, le vol animal, et tout particulièrement celui des Oiseaux, a toujours nourri la réflexion philosophique, voire religieuse, de l'humanité et tient une place de choix dans les mythologies classiques comme dans le bagage culturel de tous les peuples. Il n'est pas de phénomène qui ait suscité davantage de spéculations, qui ait autant donné prise aux rêveries des poètes, aux élans des mystiques.

À l'époque classique, l'analyse rationnelle des phénomènes physiques impliqués par le vol animal prend le pas, peu à peu, sur la rêverie émerveillée. Aux xviiie et xixe siècles, la confrontation de plus en plus précise de la structure à la fonction, malgré des difficultés pratiques extrêmes, conduit à une analyse plus poussée de la machine volante animale et du phénomène du vol. La synthèse des résultats acquis va favoriser la réalisation, d'abord très progressive et imparfaite, puis plus perfectionnée de l'« oiseau artificiel », l'avion.

En ce sens, on peut dire que le désir de voler et l'exemple de la solution du « plus lourd que l'air » fourni par le vol animal furent à l'origine du développement de l'aviation. Malgré l'essor foudroyant de l'aéronautique et de l'aérodynamique, le vol animal conserve toujours son pouvoir de fascination sinon son mystère, et les réalisations techniques les plus élaborées sont bien loin de satisfaire au rêve mythique de ce vol silencieux, sans effort apparent, rapide ou immobile, infiniment sûr et maniable, dont la nostalgie reste profondément ancrée au cœur de l'homme. À chaque génération, le rêve d'Icare n'est-il pas, en effet, suggéré à l'enfant par le spectacle de l'oiseau ?

Les grandes fonctions liées au vol

Le vol complet, c'est-à-dire le maintien stationnaire d'un animal dans l'atmosphère ou son déplacement volontaire, actif, dans les trois dimensions de l'espace, implique la réalisation simultanée de trois fonctions élémentaires, la sustentation, la propulsion et la régulation (ou équilibration).

La sustentation est la fonction par laquelle l'animal (ou la machine volante) se maintient dans le fluide peu dense qui l'entoure en créant des forces mécaniques capables de lutter contre la gravité au point d'annuler les effets de celle-ci. Deux solutions, respectivement « actives » et « passives », sont possibles. La sustentation passive utilise la poussée d'Archimède jusqu'à un plafond pour lequel le poids du système équilibre la poussée. Cette solution, celle des montgolfières, des ballons sphériques et des dirigeables à hydrogène ou à hélium (« plus légers que l'air »), n'est pas absente du règne animal puisqu'elle joue un rôle essentiel dans l'équilibre hydrostatique de maints Poissons osseux, Mollusques et Cœlentérés, mais elle ne joue chez les animaux aériens qu'un rôle auxiliaire, jamais prépondérant dans la sustentation.

La sustentation active utilise une poussée d'origine aérodynamique telle que la résultante des forces équilibre le poids du système volant. Contrairement au cas précédent, la sustentation aérodynamique nécessite obligatoirement une dépense d'énergie ; le système volant est alors en général mobile par rapport à l'air ambiant et s'y déplace avec une vitesse plus ou moins grande : la sustentation est justement fonction de cette vitesse. Cette situation n'est pourtant pas obligatoire ; un système volant, immobile par rapport au fluide ambiant, peut s'y sustenter par réaction aérodynamique, s'il est capable de produire une poussée dirigée de haut en bas et suffisante pour équilibrer son poids : c'est la situation de « vol stationnaire », grand consommateur d'énergie, dont sont capables certains Insectes et Oiseaux (colibris), à la manière des hélicoptères.

La propulsion répond à la nécessité pour le système volant de se mouvoir dans l'atmosphère selon une direction sensiblement horizontale.

Elle peut ou non être associée à la sustentation. Dans le cas des ballons dirigeables comme dans celui des avions, sustentation et propulsion sont toujours assurées par deux systèmes indépendants l'un de l'autre. Le propulseur (hélice ou turbine) est animé d'un mouvement circulaire régulier qui, en accélérant un flux vers l'arrière, permet la progression horizontale de la machine volante. Chez les Insectes et les Oiseaux le mouvement circulaire est impossible et i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Stabilité de tangage

Stabilité de tangage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plané régulier en air calme

Plané régulier en air calme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Variation de la puissance avec la vitesse

Variation de la puissance avec la vitesse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Aile de pigeon

Aile de pigeon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme

Classification

Autres références

«  VOL ANIMAL  » est également traité dans :

VOL DES PREMIERS OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 440 mots
  •  • 1 média

Les hypothèses sur l'origine du vol chez les oiseaux ont pris un nouveau tournant depuis la découverte en Chine, à partir des années 1990, de petits dinosaures, tels que Microraptor, pourvus de quatre ailes formées par de longues plumes portées par les […] Lire la suite

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mode de vie d’Archaeopteryx »  : […] Autant que sa position parmi les vertébrés, le mode de vie d’ Archaeopteryx fait l’objet de nombreuses discussions, les débats se concentrant principalement sur son aptitude au vol. Si son plumage a pu très vite mener à la conclusion qu’il était capable de voler, le fait que l’on connaisse depuis le milieu des années 1990 nombre de dinosaures couverts de plumes, mais dont le squelette permet de […] Lire la suite

CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vol et écholocation »  : […] Les Chauves-Souris ont une activité nocturne et parfois crépusculaire ; les espèces – ce sont les plus nombreuses – qui se nourrissent d'insectes les repèrent en vol et dans l'obscurité, par un système d'écholocation très perfectionné qui leur permet aussi d'éviter les obstacles. Les ultra-sons peuvent être émis à une cadence de 200 par seconde, avec une fréquence de 50 à 120 kilocycles par seco […] Lire la suite

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 339 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les dinosaures à plumes »  : […] Au-delà des ressemblances constatées dans le squelette, la découverte, depuis le milieu des années 1990, dans le Crétacé inférieur de Chine (sites du Liaoning), de divers dinosaures théropodes au corps recouvert de plumes (visibles sur des spécimens remarquablement bien conservés) a apporté un soutien considérable à l'hypothèse de l'origine dinosaurienne des oiseaux. Il est en effet peu concevab […] Lire la suite

GRUE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GOIX
  •  • 891 mots
  •  • 3 médias

Grand échassier au cou allongé, aux longues pattes et aux cris puissants, vivant dans les zones humides et les prairies sur tous les continents à l'exception de l'Antarctique et de l'Amérique du Sud. Classe : Oiseaux ; ordre : Gruiformes ; famille : Gruidés. Les grues sont représentées par une quinzaine d'espèces réparties en deux sous-familles : celle des Gruinae ou grues vraies (avec deux genre […] Lire la suite

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 855 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Les ailes et le vol »  : […] À l'instar des oiseaux, les insectes volent en battant des ailes et en créant des courants d'air qui leur permettent de gagner de l'altitude. L'analyse de ce vol a longtemps été impossible du fait de sa fréquence inaccessible pour l'œil humain (5 battements par seconde pour un papillon, 180 pour une abeille). Mais, depuis l'avènement des caméras ultrarapides, le mouvement a pu être figé et étudié. […] Lire la suite

LE BRIS JEAN-MARIE (1817-1872)

  • Écrit par 
  • Bernard MARCK
  •  • 1 017 mots
  •  • 1 média

Le Français Jean-Marie Le Bris n’était pas seulement un marin : il fut aussi un précurseur de l’aviation, inspiré par le vol plané des grands oiseaux . […] Lire la suite

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 026 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation au vol »  : […] Les trois groupes de Tétrapodes qui ont été capables de réaliser un vol véritable ont utilisé une « solution structurale » différente au problème de l'adaptation au milieu aérien, par modification du membre antérieur . Chez les Ptérosaures (Reptiles volants du Jurassique et du Crétacé), la surface portante était constituée d'une membrane (patagium) tendue uniquement par les phalanges du quatriè […] Lire la suite

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 685 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Les migrateurs suivent des routes souvent bien définies, déterminées par les conditions locales, avant tout les grands traits de la topographie (systèmes fluviaux, lignes de côtes, facteurs écologiques). Les conditions météorologiques ont également une très grande importance, les oiseaux modifiant leurs itinéraires en fonction de la direction et de la force du vent. La vitesse des déplacements, e […] Lire la suite

MOUILLARD LOUIS-PIERRE (1834-1897)

  • Écrit par 
  • Hugues AUCHÈRE
  •  • 996 mots
  •  • 1 média

Artiste et ornithologue, le Français Louis-Pierre Mouillard, né à Lyon le 30 septembre 1834 et mort au Caire le 20 septembre 1897, est aussi considéré comme un des précurseurs du vol à voile. Jeune homme, Mouillard s'intéresse au vol des oiseaux alors qu'il poursuit ses études à l'École des beaux-arts, d'abord à Lyon, puis à Paris. En 1856, après la mort de son père, il décide de s'installer en Al […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Armand de RICQLÈS, « VOL ANIMAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/