VOL ANIMAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Stabilité de tangage

Stabilité de tangage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plané régulier en air calme

Plané régulier en air calme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Variation de la puissance avec la vitesse

Variation de la puissance avec la vitesse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Aile de pigeon

Aile de pigeon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Le vol des Insectes

La plupart des Insectes sont des Ptérygotes, c'est-à-dire qu'ils sont pourvus d'ailes, au moins primitivement, mais la structure de celles-ci diffère considérablement selon les groupes. Pourtant, les ailes des Insectes sont toujours des expansions latéro-dorsales des segments méso- et métathoraciques. Très fines, elles sont renforcées par des nervures en relief dont le trajet, caractéristique, a une haute signification systématique.

Par leur profil tourmenté et leur surface souvent plissée et irrégulière, couverte parfois de poils ou d'écailles, les ailes des Insectes pourraient apparaître à première vue comme des surfaces portantes peu efficaces, très différentes du profil alaire idéal d'un planeur, par exemple. Cette impression est entièrement inexacte et due à un « effet d'échelle ». Compte tenu de leur taille, des vitesses atteintes et de la viscosité de l'air, les ailes d'Insectes travaillent à des nombres de Reynolds très peu élevés, de sorte que leurs irrégularités de surface ne constituent nullement un inconvénient. Au contraire, la solution « aile d'insecte », transposée aux dimensions des ailes de grands oiseaux ou de planeurs, serait peu satisfaisante, celles-ci devant travailler à des nombres de Reynolds bien plus élevés.

L'emploi de la cinématographie ultra-rapide et de la stroboscopie, combinées à d'ingénieux dispositifs expérimentaux, a rendu possible l'analyse cinématique du vol des Insectes. Chez une mouche, par exemple, l'aile s'élève vers l'arrière et s'abaisse vers l'avant alternativement. Ces mouvements sont accompagnés de torsions qui déterminent une modification de l'incidence pour chaque position successive de l'aile. Ces mouvements sont relatifs au corps de l'insecte, mais, comme celui-ci se déplace aussi par rapport à l'air ambiant, chaque point de l'aile décrit, en fait, par rapport à celui-ci une trajectoire sinueuse et complexe. On admet que l'abaissement de l'aile vers l'avant produit de la portance ; en fin d'abattée, la traînée croît, ce qui freine l'aile. À la remontée, l'aile [...]

Diptère : vol battu

Diptère : vol battu

Dessin

Trajectoire de l'extrémité des ailes en vol battu chez un Diptère et essai de composition des forces produites (d'après Nachtigall, 1966) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme

Classification


Autres références

«  VOL ANIMAL  » est également traité dans :

VOL DES PREMIERS OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 440 mots
  •  • 1 média

Les hypothèses sur l'origine du vol chez les oiseaux ont pris un nouveau tournant depuis la découverte en Chine, à partir des années 1990, de petits dinosaures, tels que Microraptor, pourvus de quatre ailes formées par de longues plumes portées par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-des-premiers-oiseaux/#i_7268

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 134 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mode de vie d’Archaeopteryx »  : […] Autant que sa position parmi les vertébrés, le mode de vie d’ Archaeopteryx fait l’objet de nombreuses discussions, les débats se concentrant principalement sur son aptitude au vol. Si son plumage a pu très vite mener à la conclusion qu’il était capable de voler, le fait que l’on connaisse depuis le milieu des années 1990 nombre de dinosaures couverts de plumes, mais dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archaeopteryx/#i_7268

CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vol et écholocation »  : […] Les Chauves-Souris ont une activité nocturne et parfois crépusculaire ; les espèces – ce sont les plus nombreuses – qui se nourrissent d'insectes les repèrent en vol et dans l'obscurité, par un système d'écholocation très perfectionné qui leur permet aussi d'éviter les obstacles. Les ultra-sons peuvent être émis à une cadence de 200 par seconde, avec une fréquence de 50 à 120 kilocycles par seco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiropteres-chauves-souris/#i_7268

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 333 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les dinosaures à plumes »  : […] Au-delà des ressemblances constatées dans le squelette, la découverte, depuis le milieu des années 1990, dans le Crétacé inférieur de Chine (sites du Liaoning), de divers dinosaures théropodes au corps recouvert de plumes (visibles sur des spécimens remarquablement bien conservés) a apporté un soutien considérable à l'hypothèse de l'origine dinosaurienne des oiseaux. Il est en effet peu concevab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinosaures/#i_7268

GRUE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GOIX
  •  • 890 mots
  •  • 3 médias

Grand échassier au cou allongé, aux longues pattes et aux cris puissants, vivant dans les zones humides et les prairies sur tous les continents à l'exception de l'Antarctique et de l'Amérique du Sud. Classe : Oiseaux ; ordre : Gruiformes ; famille : Gruidés. Les grues sont représentées par une quinzaine d'espèces réparties en deux sous-familles : celle des Gruinae ou grues vraies (avec deux genres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grue/#i_7268

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Les ailes et le vol »  : […] À l'instar des oiseaux, les insectes volent en battant des ailes et en créant des courants d'air qui leur permettent de gagner de l'altitude. L'analyse de ce vol a longtemps été impossible du fait de sa fréquence inaccessible pour l'œil humain (5 battements par seconde pour un papillon, 180 pour une abeille). Mais, depuis l'avènement des caméras ultrarapides, le mouvement a pu être figé et étudié. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/#i_7268

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation au vol »  : […] Les trois groupes de Tétrapodes qui ont été capables de réaliser un vol véritable ont utilisé une « solution structurale » différente au problème de l'adaptation au milieu aérien, par modification du membre antérieur . Chez les Ptérosaures (Reptiles volants du Jurassique et du Crétacé), la surface portante était constituée d'une membrane (patagium) tendue uniquement par les phalanges du quatriè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_7268

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Les migrateurs suivent des routes souvent bien définies, déterminées par les conditions locales, avant tout les grands traits de la topographie (systèmes fluviaux, lignes de côtes, facteurs écologiques). Les conditions météorologiques ont également une très grande importance, les oiseaux modifiant leurs itinéraires en fonction de la direction et de la force du vent. La vitesse des déplacements, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations-animales/#i_7268

MOUILLARD LOUIS-PIERRE (1834-1897)

  • Écrit par 
  • Hugues AUCHÈRE
  •  • 995 mots
  •  • 1 média

Artiste et ornithologue, le Français Louis-Pierre Mouillard, né à Lyon le 30 septembre 1834 et mort au Caire le 20 septembre 1897, est aussi considéré comme un des précurseurs du vol à voile. Jeune homme, Mouillard s'intéresse au vol des oiseaux alors qu'il poursuit ses études à l'École des beaux-arts, d'abord à Lyon, puis à Paris. En 1856, après la mort de son père, il décide de s'installer en Al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pierre-mouillard/#i_7268

ODONATES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  • , Universalis
  •  • 1 906 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Locomotion »  : […] Les Odonates marchent difficilement mais le vol joue un rôle considérable dans leur vie. L'une des caractéristiques essentielles de celui-ci réside dans le fait que les ailes antérieures et postérieures travaillent indépendamment les unes des autres. Elles ne présentent aucun dispositif d'accrochage comparable à ceux des insectes Néoptères. Aussi les muscles du métathorax, moteurs des ailes posté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odonates/#i_7268

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Michel CUISIN
  •  • 10 551 mots
  •  • 35 médias

On connaît plus de 9 800 espèces d'oiseaux vivants. Les spécialistes ne sont pas d'accord sur la classification des oiseaux les plus évolués, les passereaux. En effet, en raison du très petit nombre de fossiles et des grandes ressemblances entre espèces, on n'est pas encore parvenu à établir un arrangement qui fasse l'unanimité. On trouvera ici le système adopté par Peters et revu par Fisher (cf.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oiseaux/#i_7268

ORIENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de guidage »  : […] Plusieurs hypothèses ont été émises pour tenter d'expliquer l'orientation des animaux migrateurs. G. Ising (1945) et V. C. Wynne-Edwards (1949) furent les premiers à faire remarquer que le seul repère universel de la navigation était le soleil et qu'au cours de leurs déplacements les migrateurs pouvaient, en principe, estimer leurs changements de position en longitude en se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientation-animale/#i_7268

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les nageoires et la locomotion »  : […] Les nageoires paires (pectorales et pelviennes) présentent dans les différents groupes de Poissons des structures squelettiques très variées, étudiées par ailleurs. Quelques tentatives ont été faites pour rechercher un type primitif de nageoires et pour tracer les lignes évolutives de ces organes. Les nageoires impaires ont, elles aussi, une organisation squelettique assez variable. La nageoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_7268

PREMIER DINOSAURE À QUATRE AILES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 383 mots

Les premières découvertes dans les gisements chinois du Crétacé inférieur (environ 120 millions d'années) de restes de dinosaures indiquant la présence de plumes remontent au milieu des années 1990. À en juger par les proportions de leur squelette, les animaux en question, tels que Sinosauropteryx ou Caudipteryx , avaient des formes adaptées à une locom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premier-dinosaure-a-quatre-ailes/#i_7268

PTÉROSAURES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 760 mots

Groupe de reptiles volants ayant vécu du Trias supérieur à la fin du Crétacé (225 à 65 millions d'années). Bien que les ptérosaures ne soient pas des dinosaures, ils font partie, comme eux, du groupe des Archosaures (les « reptiles dominants »), auquel appartiennent aussi les oiseaux et les crocodiles. Les ancêtres des ptérosaures tendaient peut-être vers une démarche bipède, ce qui aurait permis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pterosaures/#i_7268

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 965 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Colonne vertébrale, membres, locomotion »  : […] Il est difficile de décrire un type squelettique théorique commun à la fois à la Tortue, au Serpent et au Lézard . On choisira celui du Lézard ordinaire, dans la mesure où l'on admet qu'il représente un type de Reptile non spécialisé. On envisagera ensuite certaines adaptations liées à des modes de locomotion particuliers. Comme chez tous les Vertébrés terrestres, la colonne vertébrale est la piè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles/#i_7268

VISION - Vision et évolution animale

  • Écrit par 
  • Stéphane HERGUETA
  •  • 5 757 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les organisations coordonnées »  : […] Les organisations coordonnées reposent sur la présence de réseaux de coordination, systèmes de contrôle qui régulent le fonctionnement harmonieux de plusieurs systèmes réflexes (fig. 1b). Fonctionnant comme les neurones de liaison, les réseaux de coordination assurent la transmission croisée des informations sensorielles, captées par les différents systèmes réflexes, vers des neurones comparateur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-vision-et-evolution-animale/#i_7268

Voir aussi

Pour citer l’article

Armand de RICQLÈS, « VOL ANIMAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/