PARETO VILFREDO (1848-1923)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De tous les sociologues classiques, Pareto est, sans doute, celui qui a été le plus contesté et le plus discuté dans la sociologie contemporaine. Célébrée par les uns, abhorrée par les autres, son œuvre a soulevé des polémiques passionnées. Le pessimiste niant le progrès, le prophète annonçant la fin inéluctable d'une époque, l'écrivain sarcastique au tempérament pléthorique, l'adversaire des idéologies et de toute philosophie, le critique acéré des milieux intellectuels a peut-être ainsi détourné l'attention d'une œuvre importante pour la connaissance de l'homme en société.

Pourtant, dans la seconde moitié du xxe siècle, on commence à prendre la mesure d'une pensée solide mais tortueuse : Talcott Parsons a mis en évidence l'apport de Pareto à l'élaboration de la théorie du système social et des concepts de structure et de fonction ; Jean Piaget a montré l'importance des notions d'équilibre, d'interaction et de communication, tandis que Raymond Aron a dégagé l'intérêt de l'étude des actions non logiques pour l'analyse des processus politiques. La sociologie mathématique actuelle et l'économétrie se sont emparées du concept de globalité postanalytique tel qu'il a été élaboré par Pareto dans sa théorie systémique.

Il est vrai que ces modèles contemporains utilisent, à la place des équations différentielles, les programmes informatiques et la théorie des jeux ; néanmoins, les progrès actuels auraient été inconcevables sans les contributions de Pareto. Grâce à l'étude des fondements génético-fonctionnels des actions humaines et des implications sociales de toute pratique scientifique, il a ouvert les voies à la sociologie de la connaissance, à la sociologie de la sociologie et à l'étude des logiques « autres ».

Un « doctrinaire » libéral

Né à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur ordinaire de sociologie générale à l'université de Lausanne, directeur de l'Institut d'anthropologie et de sociologie

Classification


Autres références

«  PARETO VILFREDO (1848-1923)  » est également traité dans :

MANUEL D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Vilfredo Pareto - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 058 mots

Le Manuel d'économie politique est la contribution la plus structurée de Vilfredo Pareto (1848-1923) à la théorie de l'équilibre général. Successeur de Léon Walras à Lausanne jusqu'en 1911, Pareto se concentrera par la suite sur sa réflexion sociolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-d-economie-politique/#i_2927

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le logique et le rationnel »  : […] La sociologie classique, du moins une partie de celle-ci, est très tôt attentive au versant rationnel de l'action humaine. Dans son Traité de sociologie générale (1916), Vilfredo Pareto propose de distinguer deux classes d'actions, les actions logiques et les actions non logiques. Les premières présentent une double caractéristique : leurs auteurs savent mobiliser des moyen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-rationnelle/#i_2927

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Bourgeoisie et élite(s) »  : […] Dans la perspective marxiste, le rapport de propriété est le rapport social déterminant. Dans le mode de production capitaliste, il oppose les bourgeois, propriétaires des moyens de production, aux prolétaires, détenteurs de leur seule force de travail. « Par bourgeoisie, on entend la classe des capitalistes modernes qui possèdent les moyens sociaux de production et utilisent le travail salar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-classe-dominante/#i_2927

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Psychologie et sociologie »  : […] Certes, il était déjà fait une place plus ou moins large à la qualité dans la science économique d'hier. Et non seulement du fait de l'histoire, mais aussi de la psychologie et de la sociologie. On a même établi que la psychologie économique avait précédé, dans la chronologie des théories, la logique économique. La pensée économique du xviii e s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_2927

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de marché et son optimalité »  : […] Leur vision de la concurrence et leur modèle du consommateur et du producteur conduisent les néoclassiques à une description du marché selon laquelle, quand le prix augmente, la quantité offerte augmente et la quantité demandée diminue. Offre et demande évoluant en sens inverse par rapport au prix, le mécanisme de marché conduit à un équilibre, c'est-à-dire à la détermination d'un système de prix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_2927

ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 6 736 mots
  •  • 3 médias

Le thème de l'équilibre est très présent en théorie économique, du moins à partir de la fin du xix e  siècle. Au départ, il était associé à une certaine idée d'harmonie, de compatibilité entre les décisions prises par les acteurs économiques, en interaction les uns avec les autres. Ainsi, Léon Walras (1834-1910), considéré comme l'un des fondateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-economique/#i_2927

HIÉRARCHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 990 mots

Dans le chapitre « Modèle du marché »  : […] Le troisième modèle peut être appelé modèle du marché. Selon ce modèle, les différents types d'activités font l'objet d'une offre et d'une demande. Quant aux rémunérations (matérielles ou symboliques) qui s'attachent à ces activités, elles sont simplement une sorte de prix d'équilibre correspondant à l'ajustement de l'offre et de la demande. Ce modèle rappelle par certains côtés celui de Davis et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hierarchie/#i_2927

MARCHÉ, économie

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 1 949 mots

Dans le chapitre « Marché et théorie »  : […] Pour lever cette indétermination, la théorie doit être complétée. Plusieurs voies sont – ou ont été – proposées. L'une d'entre elles consiste à prendre comme étalon, ou comme norme, le temps de travail passé à produire les biens. C'est la théorie de la valeur travail. Les prix fluctuent (ou gravitent) alors, au gré de perturbations passagères, autour de cette valeur. Cette théorie – dont se réc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-economie/#i_2927

MICROÉCONOMIE - Théorie microéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 6 000 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Efficacité de l'équilibre »  : […] Avec une très grande généralité, l'équilibre de concurrence parfaite a une propriété d'efficacité, qu'il faut cependant bien formuler. Entre spécialistes, on parle souvent par commodité de l'optimalité de l'équilibre, c'est cependant abusif. Il vaudrait mieux parler d' efficacité au sens de Pareto , du nom de l'Italien Vilfredo Pareto (1848-1923), bien q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-theorie-microeconomique/#i_2927

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Un critère unanimiste : le critère de Pareto »  : […] Les alternatives envisagées par le critère de Pareto sont ce qu'on appelle des états réalisables , c'est-à-dire les diverses répartitions des ressources dont dispose la société entre ses membres. Par définition, l'état réalisable B est préféré, selon ce critère, à l'état réalisable A si personne ne s'oppose à ce qu'on choisisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/#i_2927

MOSCA GAETANO (1858-1941)

  • Écrit par 
  • François VIEILLESCAZES
  •  • 369 mots

Après avoir fait des études de droit et de sciences politiques, Gaetano Mosca enseigne lui-même ces disciplines à l'université de Turin, puis à Rome. Parallèlement à son activité scientifique, il mène une carrière politique et est élu député puis sénateur. Dans son premier ouvrage, il se donne comme but principal d'étudier « la formation et l'organisation de la classe dirigeante connue en Italie s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaetano-mosca/#i_2927

NORME SOCIALE

  • Écrit par 
  • Pierre DEMEULENAERE
  •  • 1 340 mots

Dans le chapitre « La formation des normes »  : […] Mais pourquoi les normes varient-elles, et comment interpréter leur mise en place et leur évolution ? À cet égard, la tradition des sciences sociales a été marquée par l'influence du positivisme, avec l'opposition entre fait et valeur : la science met en évidence les lois régissant les faits, elle n'émet pas de jugements de valeur. Comment rend-elle compte alors de l'émergence des normes reposant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norme-sociale/#i_2927

Voir aussi

Pour citer l’article

Giovanni BUSINO, « PARETO VILFREDO - (1848-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vilfredo-pareto/