ACTION RATIONNELLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les théories sociologiques ne convergent pas, loin s'en faut, lorsqu'il est question de rendre intelligibles les comportements individuels. D'inspiration psychologique, certaines estiment que les hommes demeurent avant tout les jouets de leurs passions. Dans un registre tout différent, d'autres analysent les pratiques comme la simple actualisation des structures sociales dont les individus seraient les produits.

Les théories de l'action rationnelle s'opposent radicalement à ces façons de voir et de penser. À l'inverse des points de vue précédents, elles font le pari que l'homme est un être capable d'agir avec raison et discernement, souvent au mieux de ses intérêts. Ce postulat élémentaire, que n'ignoraient pas les pères fondateurs de la sociologie, a donné naissance à plusieurs interprétations concurrentes.

La théorie la plus radicale, parce que la plus imprégnée d'utilitarisme, prend au sérieux l'aptitude individuelle à comparer les coûts et les avantages de toutes les actions, y compris celles qui peuvent paraître a priori les plus irrationnelles. Une deuxième théorie invite à prendre en considération le rôle des convictions dans les décisions individuelles. Enfin, une troisième marie de façon originale rationalité et conventions sociales.

Le logique et le rationnel

La sociologie classique, du moins une partie de celle-ci, est très tôt attentive au versant rationnel de l'action humaine. Dans son Traité de sociologie générale (1916), Vilfredo Pareto propose de distinguer deux classes d'actions, les actions logiques et les actions non logiques. Les premières présentent une double caractéristique : leurs auteurs savent mobiliser des moyens adéquats au but visé ; le résultat obtenu est celui qui était initialement recherché. Ces actions correspondent à ce que nous nommons aujourd'hui des actions rationnelles. Selon Pareto entrent dans ce cadre de multiples travaux artistiques et scientifiques, un certain nombre d'opérations militaires, politiques et juridiques, ou encore les pratiques étudiées par les économistes.

Les formes d'actions qui échappent au double critère énoncé précédemment sont non logiques. Pour nombre d'entre elles, le moteur est d'ordre sentimental ou subconscient. D'autres sont le produit de l'ignorance de l'expérience et conduisent par exemple à se persuader contre l'évidence que si un homme boit, sa fille ne pourra pas allaiter. Toutes les actions non logiques ne sont pourtant pas illogiques. Certaines procèdent d'un raisonnement et d'une mobilisation de moyens. Mais le but subjectif peut différer radicalement des conséquences objectives que l'on peut anticiper : il en va ainsi, note Pareto, de la guérison par la prière, en laquelle de si nombreuses personnes croient toujours.

Dans Économie et société (1922), Max Weber propose une typologie de l'action sociale quelque peu différente mais qui accorde elle aussi une place de choix à la rationalité. À côté des actions relevant de l'affect (déterminées par l'émotion, la passion ou encore les sentiments) et des actions traditionnelles (gouvernées par la coutume), Weber recense deux formes d'action rationnelle. La première est rationnelle en valeur (Wertrational). Elle est le fait d'individus qui agissent au nom de convictions religieuses, esthétiques, politiques... sans tenir compte des conséquences prévisibles de leurs actes. La seconde est rationnelle en finalité (Zweckrational). La définition est extrêmement exigeante. Agit en effet de façon rationnelle en finalité celui qui oriente son action en considérant les moyens, les fins et les conséquences de cette dernière. Il s'agit plus exactement d'adapter rationnellement les moyens aux fins désirées, de confronter les diverses fins possibles entre elles et de lier la fin retenue aux conséquences subsidiaires associées à la réalisation du but visé.

Ce dernier registre a été abondamment exploré par les économistes qui en ont même fait, pour certains d'entre eux, le parangon de toute action relevant de leur domaine de spécialité. L'approche néoclassique, qui s'impose à partir des années 1870, fournit les bases d'une telle modélisation de l'action dont l'intelligence est fondée sur le principe de rationalité instrumentale (rationalité en finalité dans la terminologie wébérienne).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers

Classification

Autres références

«  ACTION RATIONNELLE  » est également traité dans :

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Penser les conditions de l'action collective »  : […] L'inspiration psychosociologique qui souffle sur l'ensemble de ces développements théoriques a également animé les recherches sur les conditions structurelles préalables à la formation de l'action collective. En rupture avec les schémas évolutionnistes opposant communauté et société, et avec la thèse de l'avènement d'une société de masse selon laquelle la mobilisation se réduirait à la propagande […] Lire la suite

INDIVIDUALISME ET HOLISME

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 1 278 mots

Dans le chapitre « Deux visions du monde »  : […] Le concept hégélien d'« esprit objectif » constitue l'équivalent de ce que les sociologues relevant de la première tradition entendront sous le nom de société. Cette notion désigne tout ce qui se donne dans les conduites, dans les productions humaines, ce « je ne sais quoi » qui constitue la totalité concrète vers laquelle prennent sens les activités sociales. Elle renvoie à une totalité irréduct […] Lire la suite

RATIONALITÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 440 mots

Au xx e  siècle, le concept de rationalité a dû faire son deuil des implications optimistes qui avaient pu être associées à l’idée de raison à partir de la philosophie des Lumières : l’affranchissement de l’homme par rapport à un « état de tutelle » (Emmanuel Kant, Qu’est-ce que les Lumières ? , 1784), le progrès illimité des connaissances et des sociétés, la victoire sur l’obscurantisme. La dynam […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel LALLEMENT, « ACTION RATIONNELLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/action-rationnelle/