SMITH ADAM (1723-1790)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Adam Smith, « le père de l'économie politique » : qualification bien connue et qui, sous une forme concise, a le mérite de bien exprimer ce que cette discipline lui a dû à ses véritables débuts, c'est-à-dire dans le dernier tiers du xviiie siècle, mais qualification insuffisamment précise, car il ne paraît pas exagéré d'avancer que ses idées et ses propositions ont bouleversé le monde. En effet, dans un livre célèbre, La Richesse des nations, paru en 1776 et toujours étudié depuis, il a, en synthétisant le savoir de son temps, exposé les causes de cette richesse ainsi que les mesures les plus propres à favoriser son accroissement, ou encore, en termes actuels, une théorie détaillée de la croissance d'une économie nationale, ouvrant ainsi la voie à une lignée d'économistes et provoquant l'établissement de nouvelles conditions de l'activité économique qui n'ont subi de modifications qu'à une époque relativement récente.

L'homme et l'œuvre

Smith n'a toute sa vie été qu'un universitaire. Né à Kirkaldy (Écosse), il entra à quatorze ans au collège de Glasgow, à dix-sept ans à Oxford où, pendant six années, il étudia la philosophie et la littérature. Il fut nommé professeur de littérature à Glasgow à vingt-huit ans et occupa à partir de 1753 la chaire de philosophie morale, professant entre autres l'économie politique et publiant la Théorie des sentiments moraux. En 1763, tuteur du jeune duc de Buccleugh, il passa trois ans en Europe, principalement en France, où il rencontra les physiocrates. Revenu en Écosse en 1767, il se consacra à la rédaction de La Richesse des nations, ainsi qu'à ses devoirs officiels et aux rééditions de son œuvre. Il mourut à Édimbourg.

L'ouvrage de Smith est d'abord l'exposé du mécanisme de la croissance d'une nation. En premier lieu, il présente un certain nombre de notions. Ainsi distingue-t-il trois facteurs de production : le travail, rémunéré par le salaire, dont la division est synonyme de spécialisation et de produ [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SMITH ADAM (1723-1790)  » est également traité dans :

ENQUÊTE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS, Adam Smith - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Françoise DUBOEUF
  •  • 1 270 mots
  •  • 1 média

Pour Adam Smith (1723-1790), « l'économie politique, considérée comme une branche de la science de l'homme d'État » se propose de fournir un revenu abondant au peuple et au souverain. Or, An inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations (plus communément appelée en français La Richesse des nations) par […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

L'anthropologie économique en tant que branche spécialisée des recherches anthropologiques devint possible et nécessaire au début du xx e  siècle avec la découverte par Boas et Malinowski du potlatch des Indiens Kwakiutl et du kula   ring des Mélanésiens de l'île de Trobiand. Pour comprendre la portée théorique de ces découvertes, il faut revenir au Traité de la richesse des nations d'Adam Smit […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre «  La théorie classique du commerce international »  : […] Le commerce international a fait l'objet d'une première analyse scientifique au tournant du xviii e  siècle, s'opposant à la doctrine mercantiliste alors en vigueur, qui y voyait un jeu à somme nulle. Amorcée par le « père de l'économie politique », Adam Smith, cette nouvelle analyse du commerce international, visant à montrer au contraire que le commerce entre nations procure un gain net, sera a […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre «  Le principe  »  : […] En s'appuyant sur l'analyse de David Hume (1711-1776), qui décrit en 1752 ( Political Discourses ) un mécanisme d'ajustement automatique des balances des échanges internationaux, Adam Smith (1723-1790) investit le champ de l'économie internationale et développe dans La Richesse des nations (1776) une critique sévère des thèses protectionnistes soutenues par les mercantilistes. Il défend l'idée qu […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Division internationale du travail

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 3 920 mots

À l'image de la célèbre manufacture d'épingles dépeinte par Adam Smith ( La Richesse des nations , 1776), dans laquelle chaque ouvrier se voyait affecté à une tâche précise participant à la production de l'atelier, la notion de division internationale du travail (D.I.T.) fait référence à la spécialisation des économies nationales dans des activités particulières, laquelle donne lieu à des échan […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Cadre théorique »  : […] Une bonne façon de comprendre les concepts de « transaction » et de « coûts de transaction », et d'en mesurer l'importance, consiste à partir de l'argument central développé par Adam Smith en ouverture de son célèbre ouvrage sur La Richesse des nations (1776) : la division du travail constitue le socle de la croissance et du développement. Mais cela pose immédiatement un problème clé : comment or […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ordre politique, Lumières et « Kultur » »  : […] Au regard de Hobbes, la satisfaction que l'individu trouve dans la société ne consacre pas la jouissance de certains biens, mais l'assurance d'en pouvoir éventuellement disposer. Ainsi entre l'impulsion et le pouvoir politique n'y a-t-il pas incompatibilité. Le désir de puissance s'est converti en une puissance garante du désir – à la limite la puissance de l'État – et la rationalité du pacte tra […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 8 091 mots
  •  • 4 médias

Le terme développement n'est employé dans son acception économique que depuis les années 1950. Mais l'idée est plus ancienne. Elle constitue le thème central du livre d'Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), qui marque les débuts de l'économie politique moderne. La révolution industrielle qui s'étend à cette époque en Angleterre pose deux questions : […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « La science des richesses »  : […] L'ouvrage d' Adam Smith, La Richesse des nations , suggère une première définition de l'objet de la connaissance économique. Pourquoi n'y aurait-il pas, en effet, une science des richesses, comme il y a une science de la lumière, des astres ou des végétaux ? La difficulté est de savoir ce qu'est une richesse. Des biens matériels d'abord, mais aussi des services nécessaires à l'existence, voire au […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La politique monétaire »  : […] Sur la monnaie, les économistes classiques se partagent en deux camps. Tous sont hostiles au mercantilisme et développent l'idée selon laquelle la monnaie doit échapper au prince et obéir à des mécanismes de marché. Cependant les uns se méfient du pouvoir de création monétaire des banques, veulent soit l'interdire, soit le soumettre à des règles strictes, et développent la théorie quantitative de […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le travail salarié »  : […] Adam Smith développe une analyse subtile du concept de travail. Il oppose, d'une part, travail indépendant et travail dépendant, d'autre part, travail productif et travail improductif. Dans tous les cas, c'est bien entendu du travail salarié qu'il est question. Le travail indépendant (où le travailleur se paye lui-même son salaire) est caractéristique de ce que Smith nomme les « temps primitifs », […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le débat sur la transformation des valeurs en prix de production »  : […] La péréquation du taux de profit, alias la transformation des valeurs en prix de production , est la thèse de Marx qui a été la plus controversée. Le débat commence dès 1885, lors de la publication par Engels du livre III du Capital . Mais il prend véritablement tournure en 1907 avec la contribution de Ladislaus von Bortkiewicz, qui dit rectifier une erreur commise par Marx dans l'exposé de la pé […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entreprise comme organisation »  : […] L'entreprise remplit deux fonctions. Tout d'abord, elle est une instance de coordination du processus de production. Dans La Richesse des nations (1776), Adam Smith présente la firme moderne comme une réponse à la complexité croissante des activités, en particulier à la division du travail. En second lieu, elle repartit la valeur créée entre les parties impliquées dans le processus, ainsi que le […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 537 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'équité intergénérationnelle »  : […] L'équité intergénérationnelle est au cœur de la convention-cadre sur le changement climatique signée à la Conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement, qui s'est tenue à Rio de Janeiro en juin 1992. Cette convention établit en préambule que les parties sont conscientes que « les changements du climat de la Terre et leurs effets défavorables représentent une préoccupation co […] Lire la suite

ÉPARGNE

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 7 539 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'épargne selon les classiques »  : […] L'épargne des ménages a été, dès l'origine, au cœur de la pensée économique. Pour les auteurs classiques, l'acte d'épargne et celui de consommation sont dissociés. Pour Adam Smith comme pour David Ricardo, les profits des entrepreneurs sont essentiellement réinvestis dans l'accumulation du capital, tandis que les salaires suffisent tout juste à donner aux ouvriers « les moyens de subsister et de […] Lire la suite

FOUNDATIONS OF SUPPLY-SIDE ECONOMICS, V.A. Canto, D.H. Joines et A.B. Laffer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 153 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Trop d'impôt tue l'impôt » : le renouveau classique »  : […] La théorie économique de l'offre est dirigée contre la théorie et la politique économique de John Maynard Keynes. Elle constitue un retour à la tradition classique d'Adam Smith, David Ricardo et Jean-Baptiste Say dont la « loi des débouchés » veut que l'offre crée sa propre demande. De fait, Smith notait déjà en 1776 : « l'impôt peut entraver l'industrie du peuple et le détourner de s'adonner à c […] Lire la suite

HIÉRARCHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 990 mots

Dans le chapitre « Modèle du marché »  : […] Le troisième modèle peut être appelé modèle du marché. Selon ce modèle, les différents types d'activités font l'objet d'une offre et d'une demande. Quant aux rémunérations (matérielles ou symboliques) qui s'attachent à ces activités, elles sont simplement une sorte de prix d'équilibre correspondant à l'ajustement de l'offre et de la demande. Ce modèle rappelle par certains côtés celui de Davis et […] Lire la suite

HISTORIQUE ALLEMANDE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 016 mots

Dans le chapitre « La première école historique allemande »  : […] Trois noms l'illustrent : ceux de Wilhelm Roscher (1817-1894), Bruno Hildebrand (1812-1878) et Karl Gustav Knies (1821-1898). Trois principes peuvent résumer leur doctrine : le premier est que, par sa nature même, l'économie politique ne peut être la même dans le temps et dans l'espace. Les conclusions que l'on tire de l'étude d'une société rurale ne s'appliquent pas à une société industrielle. […] Lire la suite

HOMO ŒCONOMICUS (P. Demeulenaere) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 459 mots

L' Homo hierarchicus et l' Homo aequalis ont fourni, au cours des précédentes décennies, leur thème et leur titre aux ouvrages classiques de Louis Dumont. Parallèlement, l' Homo ideologicus a été mis en scène par Jean Baechler, notamment dans la préface qu'il a donnée à L'Esprit du jacobinisme d'Augustin Cochin. On a traité, dans la même période, de l' Homo ethicus , de l' Homo religiosus , de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques WOLFF, « SMITH ADAM - (1723-1790) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-smith/