VIGNES ET VINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Œnologie

Composition chimique du vin

La composition chimique du vin est d'une grande complexité, ce qui n'est pas surprenant si l'on considère que le vin est issu de cellules vivantes, celles de la baie de raisin. Le jus extrait de celle-ci est transformé par des levures et des bactéries lactiques, souvent après intervention de champignons qui la parasitent. L'étude des constituants chimiques du vin a fait de grands progrès grâce au développement des méthodes modernes d'analyse chromatographique ; on connaît aujourd'hui quelque trois cents corps chimiques participant à la composition du vin ; ils proviennent du raisin ou sont produits au cours de la fermentation alcoolique et des transformations bactériennes (cf. tableau).

Vin : composition chimique

Tableau : Vin : composition chimique

Composition chimique du vin. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Vinification

On distingue essentiellement la vinification en blanc et la vinification en rouge. Dans le premier cas, seul le jus du raisin, généralement du raisin blanc, est mis en fermentation, ce qui suppose une séparation préalable, par pressurage, des pellicules, des pépins et des rafles ; les pigments étant localisés dans la pellicule, on peut éventuellement obtenir des vins blancs à partir de raisins noirs « vinifiés en blanc » (champagne issu de pinot noir). À côté de l'aspect microbiologique, la nécessité de la protection contre l'oxydation constitue un problème pour la vinification en blanc.

Agroalimentaire : vinification

Vidéo : Agroalimentaire : vinification

Phases d'élaboration du vin: traitement mécanique de la vendange, fermentation, conservation.Le vin est une boisson alcoolisée obtenue par fermentation du moût de raisin.Les vendanges se font au début de l'automne, lorsque l'accumulation de sucre dans le raisin est à son maximum.La... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Dans le cas des vins rouges, par contre, l'extraction des pigments rouges et des tanins, à partir des pellicules, des pépins, éventuellement des rafles des raisins noirs, se fait au cours de la macération qui accompagne la fermentation ; cette macération contribue de façon prépondérante à fixer les caractéristiques organoleptiques de ces vins. Dans ce cas, le pressurage est effectué après la fermentation.

Les levures (Saccharomyces), agents microbiologiques de la fermentation, qui transforment le sucre du raisin (glucose et fructose) en alcool éthylique, sont toujours présentes sur les raisins eux-mêmes ; elles hivernent dans les sols de vignoble et les insectes assurent leur dissémination sur les baies au cours de l'été.

À côté de la fermentation alcoolique, une autre transformation microbiologique est indispensable à la production de certains vins de qualité, en particulier des vins rouges ; il s'agit de la fermentation lactique de l'acide malique par certaines bactéries, ou fermentation malolactique. Cette transformation abaisse l'acidité et assouplit les vins. Elle doit se produire immédiatement après la fermentation alcoolique, de façon à pouvoir réaliser rapidement la stabilisation biologique du vin.

Conservation et vieillissement

À l'issue de la fermentation alcoolique, le vin obtenu est extrêmement trouble ; il contient en suspension de très nombreuses levures qui lui donnent un aspect laiteux ; il renferme également différentes particules solides plus ou moins volumineuses provenant de la pulpe du raisin et des matières albuminoïdes formées par la floculation des protéines ; enfin, il est riche en gaz carbonique. Au cours de la période de maturation, le vin va se dépouiller ; cette opération s'effectue spontanément par évaporation du gaz carbonique et par sédimentation des particules solides en suspension, suivie de leur élimination par soutirage ; ce résultat peut être accéléré à l'aide de différents procédés tels que la filtration et le collage, ce dernier consistant à ajouter dans le vin une substance protéique, ou colle, qui, par floculation et sédimentation, entraîne les particules du trouble, accélérant ainsi la clarification ; cette opération réalise également une stabilisation, en éliminant des particules colloïdales instables, susceptibles de provoquer des précipitations ultérieures.

À l'issue de la période de maturation, le vin est apte à la consommation, tout au moins dans le cas des vins courants qui ne sont plus susceptibles d'amélioration. Les vins fins, par contre, voient leurs qualités organoleptiques s'améliorer au cours d'une période de vieillissement plus ou moins longue, mais comportant au moins trois ou quatre années ; une conservation en fûts de bois de petite capacité (pièce de 225 litres) permet une dissolution de certains principes aromatiques du bois et une pénétration d'air, donc une certaine oxydation ; cette première phase est suivie d'un vieillissement en bouteilles, à l'abri de l'air, dans des conditions réductrices. On aborde ici un des aspec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Cépage cabernet

Cépage cabernet
Crédits : Tim Rue/ Corbis/ Getty Images

photographie

Vignobles de Champagne

Vignobles de Champagne
Crédits : Julian Elliott Photography/ Stone/ Getty Images

photographie

Vin : composition chimique

Vin : composition chimique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Agroalimentaire : vinification

Agroalimentaire : vinification
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de la rédaction
  • : professeur honoraire à l'École nationale supérieure agronomique de Montpellier
  • : correspondant de l'Académie des sciences, professeur à l'université de Bordeaux-II, directeur de l'Institut d'œnologie de l'université de Bordeaux-II

Classification

Autres références

«  VIGNES ET VINS  » est également traité dans :

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 613 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les effets destructeurs (gel, grêle, vents forts, fortes chaleurs) »  : […] Certains phénomènes météorologiques peuvent provoquer la destruction d'organes végétaux sensibles. On pense, bien entendu, en premier lieu aux effets destructeurs de chutes de grêle sous les cumulo-nimbus (nuages à fort développement vertical), générateurs d'orages. Un tel phénomène a une durée de vie de l'ordre de l'heure, et une extension spatiale (zone concernée) de quelques kilomètres. Il est […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Technologies de production et de conservation

  • Écrit par 
  • Paul COLONNA
  •  • 7 396 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Filière des vins et spiritueux »  : […] C'est la filière où la qualité de la matière première à l'entrée dans l'itinéraire technologique a le plus d'importance, déterminée en l'occurrence par la date de récolte. La maturité de la baie est un compromis à déterminer entre la teneur en sucres, l'acidité totale, les potentiels aromatiques et/ou polyphénoliques. Après le pressurage, les fermentations éthanolique et malolactique sont des opé […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 050 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les régions de tourisme et de loisirs »  : […] Nombreuses et diverses sont, en effet, les régions où les activités touristiques et de loisirs contribuent à l'organisation de l'espace. La mise en tourisme des vignobles, ancienne en Rhénanie, en renaissance dans la vallée de l'Elbe et de la Saale, prend la forme de routes des vins qui traversent des paysages soignés et qui valorisent des vins de cépage réputés et de qualité (Riesling et Silvan […] Lire la suite

ARÔMES

  • Écrit par 
  • Gaston VERNIN
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Ensemble de composés volatils odorants émanant d'un aliment et perçu par la voie rétronasale lors de son absorption. Les arômes représentent une composante de la saveur, résultant elle-même de l'ensemble des sensations gustatives et olfactives. Ces molécules, dont la proportion globale dans un aliment peut varier de 10 — 4 à 10 — 10 , sont perçues par un petit nombre de cellules réceptrices du bu […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Un grand pays agricole »  : […] L'Australie dispose d'un espace démesuré où les conditions climatiques sont difficiles, les sols souvent stériles et l'écosystème fragile. Cette conjonction de facteurs expliquent les pratiques extensives, notamment en matière d'élevage bovin, et surtout ovin (1 mouton par hectare et jusqu'à 1 mouton pour 5-10 hectares en zone aride), mais aussi en matière de céréaliculture où les rendements […] Lire la suite

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 336 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le rôle fondamental des bactéries lactiques »  : […] Les bactéries lactiques sont utilisées pour la fabrication de nombreux produits alimentaires, car elles permettent (en les acidifiant) une bonne conservation des aliments ; mais elles conduisent aussi à l'obtention des caractéristiques de texture et de goût recherchées par les technologues. Passées de l'empirisme à l'industrialisation, ces technologies mettent en œuvre des souches de bactéries la […] Lire la suite

BOURGOGNE

  • Écrit par 
  • Robert CHAPUIS
  •  • 2 241 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des agriculteurs efficaces »  : […] En 2013, l'agriculture employait 4,7 p. 100 de la population active (moyenne française : 3 p. 100). La vigne, culture phare de la région, couvre 2 p. 100 de la surface agricole (31 900 hectares) mais les vins représentent à eux seuls 30 p. 100 de la valeur de la production agricole et près de 60 p. 100 des exportations agroalimentaires . La vigne occupe un mince ruban, orienté à l'est, la Côte, qu […] Lire la suite

CHAMPAGNE-ARDENNE

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN
  •  • 2 728 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La puissance de l'agriculture »  : […] Ces petites unités physiques constituent autant de régions agricoles aux aptitudes diversifiées. Deux sous-ensembles très prospères, la plaine crayeuse et le vignoble, situés au cœur de la Champagne-Ardenne, donnent à celle-ci une image de région riche. La Champagne crayeuse a connu un spectaculaire retournement de situation. Qualifiée de « pouilleuse » aux xviii e et xix e  siècles, elle a subi […] Lire la suite

COLLOÏDES

  • Écrit par 
  • Didier ROUX
  •  • 5 985 mots

Dans le chapitre « Le vin »  : […] Le vin est un milieu complexe qui contient près de deux cents constituants dont tous ne sont pas identifiés. C'est principalement une solution hydro-alcoolique qui solubilise la plupart de ses composants. Cependant, une partie d'entre eux reste en suspension, en particulier dans les vins rouges, sous forme de particules colloïdales qui ont une importance primordiale pour la qualité organoleptique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BETTANE, Jean BRANAS, Pascal RIBEREAU-GAYON, « VIGNES ET VINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vignes-et-vins/