VÉRITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophie

De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation

Du Cratyle au Sophiste, Platon procède en quelque sorte à la mise en place du concept de vérité dans son rapport au discours. Il ne suffit pas en effet de débattre, comme dans le Cratyle, de la « justesse des noms » pour répondre à la question de la vérité. Une fois libérée d'une illusoire confiance dans les mots, reste encore à s'assurer de la façon dont il faut « partir de la vérité » des « choses mêmes » pour connaître celles-ci (439 a, b), une conclusion qui, pour renverser la formule énigmatique prêtée à Cratyle (on connaît les choses par les noms), n'en est pas moins aussi énigmatique qu'elle. Comment en effet « aller vers » les choses mêmes (G. Lebrun, La Patience du concept) ? Le lecteur qui a compris qu'aucun point de vue sur la justesse des noms ne mène à la vérité n'a fait encore que la moitié du chemin. Il faut attendre l'exposé de l'Étranger, dans Le Sophiste, sur les conditions du discours signifiant pour que le statut de la « vérité » gagne quelque clarté.

Lorsque Cratyle soutient que les noms justes reproduisent intégralement les choses, il place la vérité dans le langage de telle façon que, ou bien « en disant ce qu'on dit, on dit ce qui est », ou bien on ne dit pas ce qui est, ce qui revient à ne rien dire (429 d). Cette position exclut, avec l'existence du faux, le dire faux comme non-dire. On comprend dès lors que la problématique du Sophiste, dans les passages consacrés à la définition du discours (pp. 260-264), doive mettre fin à l'alternative entre dire ce qui est et ne pas dire, en s'attaquant à cette conception de source éléatique qui fait de la vérité la vérité de ce qui est, en même temps que l'objet transitif du discours.

Platon s'est employé à démontrer, à l'encontre des sophistes, que, en dehors de l'alternative entre dire vrai (ou, selon eux, dire ce qui est) et le silence d'un « ne pas dire » (quand il n'est pas, par eux encore, assimilé à du vain bruit), il y avait place pour un dire non vrai et un dire non vrai irréductible à un « ne pas dire », contrairement à ce que prétendent Cratyle ou Dionysodore (d'après une thèse attribuée à l'« école de Protagoras », dans l'Euthydème, 286 c et suiv.). La théorie platonicienne de la vérité est donc inséparable de la démonstration de la possibilité du dire faux. Cependant, comme cette possibilité relève du discours sensé dont la définition engage la compétence « grammaticale » du dialecticien (Le Sophiste, 253 b), sa démonstration prend un caractère sémantique. En bref, il faut une sémantique de l'énoncé pour que l'effort consistant à désolidariser une bonne fois la vérité de l'Être arrive à fonder un dire qui se réfute.

C'est la raison pour laquelle Platon a dû en finir avec l'essence de la vérité, conçue à l'origine sur le mode du « non-voilement » (Unverbogenheit) de l'Être même, que célèbre Heidegger à partir du Poème de Parménide d'Élée. D'après Heidegger, c'est en effet à un tel « changement intervenu », avec Platon, « dans l'essence de la vérité » (« La Doctrine de Platon sur la vérité », in Questions II, Gallimard, trad. R. Axelos et J. Beaufret) que la métaphysique occidentale doit cette nouvelle définition de la vérité, à savoir un rapport de conformité qui a substitué les critères de l'exactitude de la représentation à la présence de l'Être de l'étant. Est-il cependant légitime de rendre Platon responsable de la thèse de la vérité comme rapport de conformité, que la scolastique médiévale traduira en adaequatio rei et intellectus, sous prétexte que, la séparant de l'Être même, il l'a assujettie au logos ? Si critique que soit Heidegger à l'égard de l'« inversion », opérée par Nietzsche, du platonisme (« La Volonté de puissance en tant qu'art », in Nietzsche, Gallimard, vol. I), parce qu'en découlerait d'après lui l'enseignement « positiviste » que c'est le sensible et non le suprasensible qui est le vrai, l'interprétation qu'il propose de la doctrine de la vérité chez Platon, à partir du commentaire du mythe de la caverne, n'en est pas moins marquée par la dénonciation nietzschéenne de la vérité en termes de conformité logique de l'énoncé avec la représentation, et cela désormais au profit de la connaissance à laquelle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des lettres et des sciences humaines de Toulouse
  • : agrégée de l'Université, docteur d'État en philosophie, maître de conférences à l'université de Paris-XII-Val de Marne

Classification

Autres références

«  VÉRITÉ  » est également traité dans :

VÉRITÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 069 mots

Seuls des énoncés peuvent être vrais ou faux. Les choses, quant à elles, même si, par un abus de langage, il arrive qu’on les qualifie de « vraies » ou de « fausses », sont réelles ou irréelles, authentiques ou artificielles. Mais elles ne sauraient être « vraies ». On confond trop souvent « vérité » et « réalité ».Par-delà ce qui les distingue, les grandes philosophies se rejoignent toutes dans l […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu'aux livres anciens ». […] Lire la suite

BADIOU ALAIN (1937- )

  • Écrit par 
  • Elie DURING
  •  • 2 610 mots

Dans le chapitre « Un « geste platonicien » »  : […] Abordée selon son orientation la plus générale, la pensée d'Alain Badiou répond à un problème d'origine politique : comment un sujet inventif de l'action politique est-il possible ? Comment concevoir l'être d'une situation, pour qu'un tel sujet – collectif par vocation – puisse marquer une rupture avec des structures (économiques, sociales, étatiques, idéologiques) et des formes d'identification […] Lire la suite

BRENTANO FRANZ (1838-1917)

  • Écrit par 
  • Samuel Hugo BERGMAN
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « La vérité et les valeurs »  : […] En ce qui concerne l'essence de la vérité, Brentano a tenu deux positions extrêmes. Au début, il postulait l'existence d'une « vérité en soi », existant indépendamment du sujet. Il affirmait l'existence des entités de raison (nombres, vérités, valeurs), tout en leur niant la réalité au sens où l'on dit qu'un homme ou un animal sont « réels ». Mais cette définition ontologique et « platonicienne » […] Lire la suite

DAVIDSON DONALD (1917-2003)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 777 mots

Donald Davidson est, avec W. V. O. Quine et Nelson Goodman, l'un des philosophes américains les plus influents du xx e  siècle. Né en 1917 à Springfield (Massachusetts), il est l'auteur d'une œuvre qui a contribué à renouveler la réflexion sur le langage, l'action et l'esprit, et qui témoigne de la fécondité du courant analytique en philosophie, autant que de son évolution au-delà de la période i […] Lire la suite

DE LA RECHERCHE DE LA VÉRITÉ, Nicolas Malebranche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 827 mots

Dans le chapitre « Du cartésianisme à la « vision en Dieu » »  : […] Entre la première édition de la Recherche de la vérité , parue en 1674, et la quatrième (édition in-4 0 de 1678), Malebranche aura considérablement remanié et enrichi de nombreux « Éclaircissements » ce qui aura été son premier ouvrage. En 1700 et 1712 paraîtront encore deux éditions complétées, qui font ainsi de cette œuvre le travail d'une vie entière. Progressivement s'y élabore une pensée or […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découvrir la vérité »  : […] Mais, sous un second aspect, la méthode est un ensemble de procédés de découverte. Il ne s'agit pas seulement, en effet, d'éviter l'erreur mais de trouver la vérité. Sur ce point, il faut avouer que les règles de Descartes sont plus nombreuses et plus souples. Peut-être même l'inachèvement des Règles pour la direction de l'esprit témoigne-t-il de l'impossibilité où se trouva leur auteur de résoud […] Lire la suite

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme de John Dewey »  : […] La philosophie de John Dewey appartient au courant auquel C. S. Peirce a primitivement donné le nom de pragmatisme pour désigner une méthode, plus qu'une doctrine, attentive aux effets pratiques de nos idées et à leurs résultats observables. La première philosophie à laquelle Dewey doit une grande part de son inspiration n'est toutefois ni celle de Charles S. Peirce, ni celle de William James, ma […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du pragmatisme »  : […] Cette situation ne serait guère compréhensible si l'on ne tenait pas compte des contestations et des désaccords qui se sont manifestés dans le champ philosophique et scientifique dès les années 1960. Ils se présentent, à côté d'autres facteurs évoqués plus loin, sous deux aspects concernant respectivement la philosophie du langage et la philosophie de l'esprit via la linguistique. Au sein de la ph […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi empiriste »  : […] L'empirisme a ceci de commun avec la conception « cartésienne » de l'esprit qu'il conçoit les expériences comme des épisodes mentaux conscients (des « idées »), qui nous représentent le monde d'une certaine façon. Comme le cartésianisme, il est une tentative pour fonder la connaissance. Mais, sous ses formes classiques, il s'en distingue à la fois par ses moyens et par ses résultats. D'une part, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-25 mars 2022 France. Meurtre du nationaliste corse Yvan Colonna en prison.

Le document engage l’État à faire toute la vérité sur la tentative d’assassinat d’Yvan Colonna en prison et valide le rapprochement de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi. Ceux-ci seront transférés le 11 avril à la prison de Borgo (Haute-Corse). Le 21, Yvan Colonna meurt à l’hôpital Nord de Marseille sans être sorti du coma. Le 25, plusieurs milliers de personnes assistent aux obsèques d’Yvan Colonna à Cargèse (Corse-du-Sud). […] Lire la suite

6-18 octobre 2021 Canada. Excuses de Justin Trudeau au sujet de la Journée nationale de vérité et de réconciliation.

Le 6, le Premier ministre Justin Trudeau, à qui il est reproché d’avoir passé la journée en famille, le 30 septembre, au lieu de participer à la Journée nationale de vérité et de réconciliation dédiée à la mémoire des enfants internés dans les pensionnats autochtones, déclare « regretter » cette « erreur ». Le 18, Justin Trudeau rend visite à la cheffe de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc, Rosanne Casimir, sur le site de l’ancien pensionnat de Kamloops (Colombie-Britannique) où des sépultures anonymes d’enfants autochtones ont été identifiées en mai. […] Lire la suite

5-8 octobre 2021 France – Afrique. Rapport et sommet sur les relations Afrique-France.

Il rejette l’éventualité de demander « pardon » mais appelle à un « travail de vérité » et rend hommage aux binationaux, qualifiant la diaspora de « chance » pour la France. Le chef de l’État annonce la création d’une maison des mondes africains et des diasporas. […] Lire la suite

24-30 septembre 2021 Canada. Excuses officielles des évêques catholiques aux peuples autochtones.

Le 30 a lieu la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, issue des recommandations de la Commission vérité et réconciliation édictées en décembre 2015, et érigée en fête légale et en jour férié par une loi adoptée en juin.  […] Lire la suite

11 juillet 2021 Moldavie. Élections législatives.

Le Parti démocrate (centre gauche, pro-européen) et la Plateforme vérité et dignité (centre droit, pro-européen) ne sont plus représentés. Le taux de participation est de 48,5 %. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert BLANCHÉ, Antonia SOULEZ, « VÉRITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/