VÉRITÉ (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Seuls des énoncés peuvent être vrais ou faux. Les choses, quant à elles, même si, par un abus de langage, il arrive qu’on les qualifie de « vraies » ou de « fausses », sont réelles ou irréelles, authentiques ou artificielles. Mais elles ne sauraient être « vraies ». On confond trop souvent « vérité » et « réalité ».

Par-delà ce qui les distingue, les grandes philosophies se rejoignent toutes dans l’idée d’« adéquation » : un énoncé est vrai lorsqu’il est conforme à la réalité dont il parle. D’où la plus célèbre des définitions de la vérité proposée par Thomas d’Aquin (env. 1225-1274) : « Veritas est adaequatio rei et intellectus (La vérité est l’adéquation de la chose et de l’intellect). » Mais, tant que ce qui se trouve dans l’intellect n’est pas exprimé, la représentation reste propre au sujet qui la possède, et demeure de ce fait indécidable (ni vraie ni fausse). Une représentation non verbalisée n’accède pas à l’universalité, c’est-à-dire, au sens le plus simple du terme, à l’espace commun où peuvent dialoguer des individus doués de raison. Seul un énoncé formulé dans un langage peut être conforme ou non, adéquat ou non, en correspondance ou non avec la réalité extérieure.

Que la vérité soit l’accord de deux entités semble donc faire l’unanimité. Mais, sitôt qu’on interroge la nature de ces deux entités, les philosophes se séparent. Ce qui donne à la notion de vérité un caractère éminemment paradoxal, dans la mesure où, d’un côté, tout philosophe s’est senti dans l’obligation d’en proposer une définition, tandis que, d’un autre côté, on peut soupçonner qu’aucun d’entre eux n’a exactement la même idée en son esprit quand il évoque la vérité.

Du mythe au débat, le cheminement de la vérité

Dans les sociétés archaïques, le doute n’était guère de mise. La tradition rassemblait la communauté, sous forme d’un discours incontestable que garantissait le caractère divin de son origine, lié soit à la position supérieu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « VÉRITÉ (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-notions-de-base/