GOODMAN NELSON (1906-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1906 dans le Massachusetts, Nelson Goodman incarne le paradoxe surprenant d'être à la fois un représentant exemplaire du laborieux travail technique qui est celui du philosophe logicien et un explorateur ouvert à la variabilité extrême des mondes symboliques dans lesquels se meut l'humanité.

Élève de C. I. Lewis à Harvard, il y obtient son Ph.D. en 1940, avec une thèse intitulée « A Study of Qualities » qui fournit la matière de The Structure of Appearance en 1951. Ouvrage fondamental et difficile qui se présente, d'une part, comme une réélaboration critique de l'entreprise de Rudolf Carnap (l'Aufbau de 1928), à savoir reconstruire l'expérience du monde perçu par sommation de qualia élémentaires (couleurs, sons, moments, places, etc.) en concreta déterminés, et, d'autre part, comme une défense et illustration de la fécondité des méthodes logiques en philosophie. Toute l'entreprise est menée sur la base d'une théorie phénoméniste de la connaissance, libre d'engagements vis-à-vis des constituants ultimes de la réalité, et d'une logique strictement extensionnelle, garantie par une syntaxe nominaliste (le calcul des individus remplace celui des classes), mais qui renonce à une correspondance terme à terme des éléments du système avec ceux de la réalité, au profit d'un isomorphisme global mettant en valeur une configuration sous-jacente, à la manière dont différentes cartes sélectionnent et organisent les données d'observation selon plusieurs schémas spécifiques.

Le livre est emblématique de la relation complexe qui existe entre l'héritage du cercle de Vienne et une pensée américaine en train d'affirmer sa maturité philosophique. Professeur à l'université de Pennsylvanie puis à Harvard, Goodman est, avec Quine, celui qui ébranle les présupp [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie, université d'Aix-Marseille

Classification


Autres références

«  GOODMAN NELSON (1906-1998)  » est également traité dans :

LA STRUCTURE DE L'APPARENCE, Nelson Goodman - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 917 mots

La Structure de l'apparence de Nelson Goodman (1906-1998) a été publié en 1951. Issu de sa thèse, soutenue à Harvard en 1941 sous le titre : A Study of Qualities, l'ouvrage offre à la fois un prolongement et une réponse critique à l'entreprise de Rudolf Carnap (1891- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-structure-de-l-apparence/#i_84816

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Le problème des universaux : platonisme, nominalisme et conceptualisme »  : […] Le statut et le rôle du concept ont suscité de nombreux et importants débats philosophiques. On se bornera ici à quelques indications, en évoquant d'abord la querelle des universaux. Cette querelle qui joua un grand rôle au Moyen Âge, et qui concerne la relation entre le concept et le réel, s'est ranimée à l'époque contemporaine, surtout dans le contexte des discussions sur le nominalisme. Les di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept/#i_84816

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vision scientifique du monde »  : […] L'histoire et l'horizon intellectuels américains restent néanmoins étroitement liés aux apports et aux influences qui ont fini par s'y fondre et s'y transformer. Les migrations, l'exil ont ce pouvoir de transcender les conditions qui leur donnent naissance en un nouvel élan dont les conséquences sont rarement prévisibles. La Seconde Guerre mondiale a vu de nombreux intellectuels – écrivains, arti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_84816

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 682 mots

Dans le chapitre « L'être dans la pensée grecque »  : […] « Il soupçonna que l'eau était le principe des choses, que le monde était animé et rempli de démons. On dit qu'il découvrit les saisons de l'année, et qu'il la divisa en trois cent soixante-cinq jours. Il ne suivit les leçons d'aucun maître, sauf en Égypte, où il fréquenta les prêtres du pays. À ce propos, Hiéronyme dit qu'il mesura les pyramides en calculant le rapport entre leur ombre et celle d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etre-philosophie/#i_84816

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme logique et la construction logique du monde »  : […] Le programme empiriste classique ne peut mener qu'au scepticisme, parce qu'il paraît incapable de fonder la connaissance, et en particulier la connaissance scientifique, sur l'expérience sensible : comment celle-ci, si elle est intrinsèquement subjective, peut-elle justifier une connaissance objective et universelle ? Et comment peut-on espérer dériver « empiriquement » les concepts des mathématiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_84816

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la poétique littéraire à l'esthétique générale »  : […] Le troisième grand moment de cet itinéraire intellectuel est consacré à une nouvelle extension du champ d'investigation : la réflexion sur l'espace littéraire s'ouvre à l'ensemble des domaines artistiques. Les analyses de Fiction et diction (1991) sont consacrées à la « question des régimes, des critères et des modes de la littérarité ». Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_84816

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les paradoxes de la confirmation »  : […] Une loi de la nature ne se contente pas de décrire les phénomènes observés – les faits attestés – mais dévoile ce que pourraient être les faits dans des conditions hypothétiques irréalisées. Notre confiance dans une loi dépend donc de la confirmation ou de la corroboration que les preuves favorables lui confèrent. Réciproquement, une proposition nomologique infirmée par des contre-exemples n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-epistemologie/#i_84816

NOMINALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 926 mots

Le nominalisme dans son sens traditionnel est le refus de considérer qu'il existe des entités abstraites (les universaux). Très brièvement : les entités abstraites aident l'esprit à se repérer dans le monde et permettent la communication entre les hommes, mais fondamentalement elles sont illusoires. Depuis Guillaume d'Ockham (1290 env.-env. 1349), les nombreux objets considérés en mathématiques e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nominalisme-mathematique/#i_84816

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Phases, pôles et types d'analyse »  : […] Il reste que les analystes n'ont pas la même théorie de cette pratique, de son type d'objet, et de ses résultats. On associe les théories analytiques soit avec la vue métaphysique que Russell appela « atomisme logique », soit avec les doctrines supposées antimétaphysiques du positivisme logique, soit avec une conception sans arrière-plan dogmatique : celle de Moore et plus tard des oxfordiens, soi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_84816

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « Situation actuelle »  : […] Avec le reflux du « structuralisme » vers la fin des années 1970, la poétique a subi une inflexion notable. Si l'analyse structurale a mis l'accent sur l'aspect syntaxique de la littérature, c'est-à-dire l'analyse immanente des formes, les développements récents de la poétique témoignent d'une prise en compte de la dimension pragmatique : sous ce terme, on regroupe l'ensemble des questions qui su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_84816

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Valeur et jugement : la question de l'œuvre d'art »  : […] Une telle approche peut s'autoriser de la méthode développée par Nelson Goodman pour l'analyse des œuvres d'art. Tout en reconnaissant qu'elles sont l'objet d'appréciations et de jugements de valeur, il tente de définir les règles de l'usage de ces valorisations qui ne dépendent pas elles-mêmes de jugements de valeurs, mais seulement du mode d'existence sémantique des œuvres d'art, c'est-à-dire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_84816

Pour citer l’article

Jacques MORIZOT, « GOODMAN NELSON - (1906-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nelson-goodman/