VÉRITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réflexion sur la vérité a suscité bien des spéculations philosophiques. D'abord sur sa nature. Deux positions, l'une réaliste, l'autre idéaliste, s'opposent sur ce problème : d'un côté, la vérité se définit par l'adéquation de l'esprit à la chose, avec souvent l'entendement divin comme intermédiaire entre l'entendement humain et les choses mêmes ; de l'autre, la vérité se définit soit par l'accord des esprits, soit même par un caractère plus franchement intrinsèque, chaque vérité n'étant telle que par son rapport systématique à l'ensemble des vérités. Il faut aussi mentionner la théorie pragmatiste qui a fleuri aux environs de 1900 et qui, transformant un critère de la vérité en une définition, définit la vérité par le succès dans l'action qu'elle commande. Une autre grave question est celle du rapport de la vérité aux autres valeurs : est-elle une simple valeur parmi les autres (éthiques, esthétiques, vitales, par exemple) ? Et, alors, quelle est sa place dans la hiérarchie des valeurs ? Ou bien plane-t-elle au-dessus des valeurs, les dominant toutes par l'exigence que soient vrais les jugements que nous portons sur elles ? S'étant borné à signaler ces problèmes d'ordre métaphysique ou axiologique, abordés en d'autres articles, on ne traitera ici le sujet que d'un point de vue logique et épistémologique.

La notion de vérité est ambiguë. On peut parler d'une proposition vraie ; mais on peut parler également de la vérité de son contenu, comme Platon a posé celle des objets hypostasiés en Idées, que vise d'après lui la connaissance.

Une première exigence à remplir pour que la vérité acquière un statut prédicatif a donc été de séparer les noms et les choses. Faute d'une telle séparation, la conception, devenue traditionnelle, de la logique comme science des conditions formelles du raisonnement vrai n'aurait jamais vu le jour.

On s'attachera ici au développement du rapport entre sens et vérité, et on montrera que l'évolution du concept de vérité, qui par sa normativité assure à la pensée son caractère rationnel, est inséparable d'une grammaire de la composition du sens.

Logique

Le sujet de la vérité

« Vérité » ainsi que son antonyme « fausseté » sont des adjectifs substantivés. Ces adjectifs, « vrai » et « faux », ne peuvent être employés proprement que comme prédicats. Quels sont les sujets possibles pour de tels prédicats ? Ils ne peuvent être attribués, en toute rigueur, à des choses, mais seulement à ce que nous pouvons dire ou penser sur les choses ; c'est par extension, et par manière abrégée de parler, que, dans le langage usuel, on leur fait aussi qualifier des choses. Dire « un vrai ami » ou « une vraie crapule » veut signifier que les mots d'ami ou de crapule doivent ici être entendus en leur sens fort, ou encore revient à affirmer que la proposition « c'est un ami » (ou bien « c'est une crapule ») est une proposition vraie. On voit mieux encore ce déplacement du sens avec le faux. Car enfin une fausse joie a bien été réellement une joie, une fausse alerte a tout de même été véritablement une alerte, une fausse note n'en est pas moins une note. Le vrai et le faux ne peuvent s'attribuer proprement qu'à des propositions, en caractérisant celles-ci, ainsi que faisait Aristote, comme « le discours dans lequel résident le vrai et le faux ».

Seulement, le mot même de proposition demande à être précisé. En français, il a le plus souvent un sens grammatical (propositions infinitive, incidente, subordonnée, par exemple), il est lié au langage. Mais il a pris de plus en plus, dans le vocabulaire des logiciens, le sens de « ce qui est proposé », et que le langage a seulement pour fonction d'exprimer. C'est, si l'on veut, la signification de la phrase, quelque chose qui subsiste par soi-même, indépendamment de la manière accidentelle dont elle peut être exprimée et même connue. En ce sens, Bolzano parlait de « propositions en soi » (Sätze an sich), à propos, par exemple, des théorèmes de l'arithmétique, auxquels rien n'est changé quand nous les découvrons ou les exprimons. Il semble assez clair que c'est aux propositions entendues en ce sens objectif, plutôt qu'à l'assemblage de mots qui les exprime, que peut convenir proprement la qualification de vraies ou de fausses, cette vérité ou cette fausseté rejaillissant alors, en quelque sorte, sur les phrases par lesquelles nous les signifions à autrui ou les formulons pour nous-mêmes. La différence entre la proposition ainsi entendue et la phrase apparaît clairement en ce que la même proposition peut être exprimée par des phrases très différentes, par exemple quand on passe d'une langue à une autre, tandis qu'inversement une même phrase peut, selon le contexte ou selon celui qui la prononce, renvoyer à des propositions différentes, par exemple quand, ayant pour sujet un pronom personnel, elle est prononcée par vous ou par moi. De plus, toutes les phrases douées de sens n'expriment pas des propositions, mais seulement celles qu'on appelle « déclaratives » : une phrase interrogative, impérative, optative ne saurait être dite « vraie » ou « fausse ».

Mais aussitôt apparaissent des difficultés. Invoquer des « propositions en soi », auxquelles manque l'existence spatio-temporelle, mais qui néanmoins ont une manière qui leur est propre de « subsister », comme dit Russell, n'est-ce pas s'engager dans une métaphysique aventureuse, dans un réalisme des essences, à la manière de celui des Idées platoniciennes ? Pour éviter de telles implications métaphysiques, nombre d'auteurs ont été amenés à s'en tenir à la phrase, qui est quelque chose de perceptible aux sens et, si l'on peut dire, de « palpable ». C'est ainsi qu'un nominalisme extrême en viendra, en appliquant le précepte occamien de ne pas multiplier les êtres sans nécessité, à attribuer le vrai et le faux à la phrase elle-même. Ce qui ne va pas sans maintes difficultés, auxquelles les nominalistes ont essayé d'échapper. Pour n'en retenir qu'une, immédiatement perceptible, on peut mentionner celle-ci : y aurait-il donc, sur un même sujet, un nombre quasi illimité de vérités, selon la multiplicité des langues, ou simplement selon les diverses façons d'exprimer la même idée dans une seule langue ? Sous une forme à peine modifiée, malgré la différence des contextes, la question avait beaucoup agité les philosophes médiévaux, et l'on sait que, pour rompre l'alternative entre « n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des lettres et des sciences humaines de Toulouse
  • : agrégée de l'Université, docteur d'État en philosophie, maître de conférences à l'université de Paris-XII-Val de Marne

Classification

Autres références

«  VÉRITÉ  » est également traité dans :

VÉRITÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 069 mots

Seuls des énoncés peuvent être vrais ou faux. Les choses, quant à elles, même si, par un abus de langage, il arrive qu’on les qualifie de « vraies » ou de « fausses », sont réelles ou irréelles, authentiques ou artificielles. Mais elles ne sauraient être « vraies ». On confond trop souvent « vérité » et « réalité ».Par-delà ce qui les distingue, les grandes philosophies se rejoignent toutes dans l […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu'aux livres anciens ». […] Lire la suite

BADIOU ALAIN (1937- )

  • Écrit par 
  • Elie DURING
  •  • 2 610 mots

Dans le chapitre « Un « geste platonicien » »  : […] Abordée selon son orientation la plus générale, la pensée d'Alain Badiou répond à un problème d'origine politique : comment un sujet inventif de l'action politique est-il possible ? Comment concevoir l'être d'une situation, pour qu'un tel sujet – collectif par vocation – puisse marquer une rupture avec des structures (économiques, sociales, étatiques, idéologiques) et des formes d'identification […] Lire la suite

BRENTANO FRANZ (1838-1917)

  • Écrit par 
  • Samuel Hugo BERGMAN
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « La vérité et les valeurs »  : […] En ce qui concerne l'essence de la vérité, Brentano a tenu deux positions extrêmes. Au début, il postulait l'existence d'une « vérité en soi », existant indépendamment du sujet. Il affirmait l'existence des entités de raison (nombres, vérités, valeurs), tout en leur niant la réalité au sens où l'on dit qu'un homme ou un animal sont « réels ». Mais cette définition ontologique et « platonicienne » […] Lire la suite

DAVIDSON DONALD (1917-2003)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 777 mots

Donald Davidson est, avec W. V. O. Quine et Nelson Goodman, l'un des philosophes américains les plus influents du xx e  siècle. Né en 1917 à Springfield (Massachusetts), il est l'auteur d'une œuvre qui a contribué à renouveler la réflexion sur le langage, l'action et l'esprit, et qui témoigne de la fécondité du courant analytique en philosophie, autant que de son évolution au-delà de la période i […] Lire la suite

DE LA RECHERCHE DE LA VÉRITÉ, Nicolas Malebranche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 827 mots

Dans le chapitre « Du cartésianisme à la « vision en Dieu » »  : […] Entre la première édition de la Recherche de la vérité , parue en 1674, et la quatrième (édition in-4 0 de 1678), Malebranche aura considérablement remanié et enrichi de nombreux « Éclaircissements » ce qui aura été son premier ouvrage. En 1700 et 1712 paraîtront encore deux éditions complétées, qui font ainsi de cette œuvre le travail d'une vie entière. Progressivement s'y élabore une pensée or […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découvrir la vérité »  : […] Mais, sous un second aspect, la méthode est un ensemble de procédés de découverte. Il ne s'agit pas seulement, en effet, d'éviter l'erreur mais de trouver la vérité. Sur ce point, il faut avouer que les règles de Descartes sont plus nombreuses et plus souples. Peut-être même l'inachèvement des Règles pour la direction de l'esprit témoigne-t-il de l'impossibilité où se trouva leur auteur de résoud […] Lire la suite

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme de John Dewey »  : […] La philosophie de John Dewey appartient au courant auquel C. S. Peirce a primitivement donné le nom de pragmatisme pour désigner une méthode, plus qu'une doctrine, attentive aux effets pratiques de nos idées et à leurs résultats observables. La première philosophie à laquelle Dewey doit une grande part de son inspiration n'est toutefois ni celle de Charles S. Peirce, ni celle de William James, ma […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du pragmatisme »  : […] Cette situation ne serait guère compréhensible si l'on ne tenait pas compte des contestations et des désaccords qui se sont manifestés dans le champ philosophique et scientifique dès les années 1960. Ils se présentent, à côté d'autres facteurs évoqués plus loin, sous deux aspects concernant respectivement la philosophie du langage et la philosophie de l'esprit via la linguistique. Au sein de la ph […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi empiriste »  : […] L'empirisme a ceci de commun avec la conception « cartésienne » de l'esprit qu'il conçoit les expériences comme des épisodes mentaux conscients (des « idées »), qui nous représentent le monde d'une certaine façon. Comme le cartésianisme, il est une tentative pour fonder la connaissance. Mais, sous ses formes classiques, il s'en distingue à la fois par ses moyens et par ses résultats. D'une part, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 juillet 2021 Moldavie. Élections législatives.

vérité et dignité (centre droit, pro-européen) ne sont plus représentés. Le taux de participation est de 48,5 %. […] Lire la suite

3-30 juin 2021 Canada. Nouvelles découvertes de sépultures sur des sites de pensionnats autochtones.

vérité et de la réconciliation, le 30 septembre, qui sera un jour férié pour les agents fédéraux, pour commémorer le souvenir des pensionnats autochtones, après la découverte en mai de restes humains sur le site de l’ancien pensionnat de Kamloops (Colombie-Britannique). Le 4, le Premier ministre Justin Trudeau se déclare déçu par la position de l’ […] Lire la suite

27-31 mai 2021 Canada. Découverte de restes humains sur le site d'un ancien pensionnat autochtone.

vérité et réconciliation du Canada avait recensé la mort d’au moins cinquante et un enfants dans ce pensionnat entre 1914 et 1963, notamment sous l’effet de la malnutrition. Le 30, le Premier ministre Justin Trudeau annonce la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments fédéraux. Le 31, il qualifie les relations entre Ottawa et les communautés autochtones […] Lire la suite

3-27 mai 2021 France – Rwanda. Visite du président Emmanuel Macron au Rwanda.

vérité ». Il sollicite le pardon de « ceux qui ont traversé la nuit » et exprime l’espoir de « sortir de cette nuit et de cheminer de nouveau ensemble ». Le président rwandais Paul Kagame salue ces propos qui ont « plus de valeur que des excuses ». […] Lire la suite

20-30 janvier 2021 France – Algérie. Remise du rapport de Benjamin Stora sur la réconciliation mémorielle franco-algérienne.

vérité » chargée d’« impulser des initiatives communes entre la France et l’Algérie sur les questions de mémoire ». Il suggère d’engager des actions en vue de régler les litiges relatifs aux « disparus » de la guerre, aux archives, aux essais nucléaires dans le Sahara, aux harkis ou aux cimetières européens en Algérie. Il propose également de reconnaître […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert BLANCHÉ, Antonia SOULEZ, « VÉRITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/