Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BAUXITES

La bauxite est un minerai d'aluminium constitué essentiellement de un ou plusieurs hydrates d'alumine. Une roche comparable, alors inconnue en tant que minerai d'aluminium, fut découverte en Guinée par G. Mollien dès 1819. C'est en analysant simultanément des échantillons de Guinée et de France en 1821 que F. Berthier y découvrit la présence d'alumine hydratée. La paternité du terme beauxite revient à A. Dufrénoy (1837). L'orthographe actuelle est due à H. Sainte-Claire Deville (1861), en référence au nom du village des Baux-de-Provence (près d'Arles).

Après sa découverte en Guinée, cette roche fut successivement retrouvée en Guyane par M. Itier entre 1839 et 1842, puis en Grèce par M. Lebas en 1843. Elle était alors considérée comme une curiosité minéralogique « trop riche en alumine pour être un minerai de fer ». Il faut attendre 1858 pour que Deville emploie un échantillon des Baux, comme minerai, pour fabriquer un chlorure double d'aluminium dont le métal soit aisément extractible.

Définitions

À l'origine, le terme « bauxite » désigne un ensemble de roches alumineuses et ferrugineuses analogues à celles qui furent découvertes aux Baux. Ces roches reposent sur une surface irrégulière, de morphologie karstique, creusée dans des calcaires ou des dolomies.

Après que l'Allemand M. Bauer eut découvert, en 1898, que la latérite des Seychelles était en partie constituée de roches semblables à celles des Baux, l'acception du terme « bauxite » a été étendue aux accidents alumineux rencontrés parfois dans certaines latérites, produits de l'altération in situ de roches silicatées alumineuses sous un climat tropical humide.

Afin de distinguer ces deux types de gisements de bauxites, G. Bardossy (1981) propose de désigner les premières, de substrat carbonaté, par bauxites de karst, les secondes, de substrat alumino-silicaté, par bauxites latéritiques. Synonymes de bauxites de karst, les termes bauxites calcaires ou bauxites de terra rossa ne sont plus guère utilisés.

Fondée sur la nature du substrat, cette distinction entre deux grands types de bauxites mérite souvent d'être nuancée pour rendre compte de l'imbrication des multiples facteurs qui régissent la genèse des bauxites : nature de la roche mère, morphologie du substrat, succession de phases climatiques, évolution structurale, etc.

Selon les auteurs ou les utilisateurs, le terme bauxite est appliqué soit de manière large à une roche, selon des critères lithologiques, soit de manière étroite à un minerai, selon des critères économiques qui prennent en compte des contraintes minières, minéralurgiques, etc. Variables avec le temps et, dans une certaine mesure, avec les pays, ces contraintes sont appréciées en fonction de la rentabilité de l'exploitation.

La bauxite-minerai ne forme le plus souvent qu'une très petite partie d'un ensemble de roches moins alumineuses et plus siliceuses, appelé formation bauxitique (J.-P. Lajoinie, P. Laville, 1979) ; le volume relatif du minerai par rapport à cet ensemble peut varier avec les conditions économiques, les progrès technologiques, etc., de sorte que l'inventaire des minerais économiques doit être très souvent révisé. Au demeurant, dans beaucoup de pays, de nombreuses statistiques ne distinguent pas ou distinguent insuffisamment la qualité de la formation bauxitique recensée, ce qui contribue à alimenter l'ambiguïté du concept de réserves minières.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef géologue à la Société métallurgique Le Nickel, Nouméa, Nouvelle-Calédonie
  • : géologue en chef, chef du service Formations superficielles-Quaternaire

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Production mondiale de bauxite - crédits : Encyclopædia Universalis France

Production mondiale de bauxite

Analyses chimiques de bauxites - crédits : Encyclopædia Universalis France

Analyses chimiques de bauxites

Gisement de Mazaugues - crédits : Encyclopædia Universalis France

Gisement de Mazaugues

Autres références

  • ALUMINIUM

    • Écrit par Robert GADEAU, Robert GUILLOT
    • 9 636 mots
    • 19 médias
    ...maintenant extraire l'alumine des argiles, mais le procédé n'est pas économique actuellement, notamment au point de vue énergétique, et le seul minerai industriellement utilisé est labauxite, avec deux exceptions locales à échelle limitée : la leucite en Italie et la néphéline en ex-U.R.S.S.
  • FELDSPATHS

    • Écrit par Jean-Paul CARRON
    • 4 815 mots
    • 9 médias
    ...paragonite, feldspathoïdes complexes) qui lui donnent au microscope un aspect trouble, auquel son nom fait précisément allusion. L'évolution ultime peut amener la formation de minéraux alumineux résiduels, et l'on connaît des gisements debauxite formés sur place par altération de syénites néphéliniques.
  • GHANA

    • Écrit par Monique BERTRAND, Anne HUGON
    • 7 216 mots
    • 6 médias
    ...au troisième rang mondial au moment de l'indépendance. La stratégie industrielle et les effets d'entraînement escomptés du complexe hydroélectricité- bauxite butent ensuite sur les profondes limites du barrage d'Akosombo : l'extraction du minerai reste tournée vers la quête de devises à l'exportation...
  • GUINÉE

    • Écrit par Monique BERTRAND, Bernard CHARLES, Universalis, Agnès LAINÉ
    • 19 533 mots
    • 4 médias
    La rente alumine-bauxite constitue la plus grosse occasion manquée de la Guinée. Le pays est le deuxième producteur mondial de bauxite et contribue à 40 % de son commerce. Après une exploitation d'abord insulaire, les gisements de basse Guinée (Fria-Kimbo, puis Sangarédi-Boké et Kindia-Débélé) assurent...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi