RIRE LE (1894-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La publication de l'hebdomadaire Le Rire, où la place des illustrations en noir et en couleurs l'emporte sur celle des textes, marque, dans l'histoire du journalisme humoristique, le passage définitif du stade artisanal au stade industriel. Les fondateurs savent utiliser toutes les ressources de la photogravure pour donner à leur journal une présentation attrayante et variée. La facilité avec laquelle les œuvres peuvent être reproduites va, dans une certaine mesure, favoriser la médiocrité. Pourtant, Le Rire révélera nombre de caricaturistes de talent. Il peut s'enorgueillir de compter, parmi ses premiers collaborateurs — et certains lui resteront fidèles tout au long de leur carrière — Toulouse-Lautrec, Forain, Willette, Caran d'Ache, Charles Léandre. Il lance des dessinateurs satiriques comme Roubille, Grandjouan et d'autres, plus « parisiens », qui lui donnent une certaine réputation de grivoiserie : Albert Guillaume, Abel Faivre, Ferdinand Bac.

La critique politique n'est pas absente du journal mais reste dans des limites « raisonnables » et s'appuie volontiers sur le sentiment de la majorité : antisémite lors de l'affaire Dreyfus (Le Rire est né l'année même de son déclenchement), anti-allemand comme tous ses confrères, anti-anglais parce que la « perfide Albion » contrecarre les projets africains et européens de la France, il devient vite très populaire. En 1901, Le Rire publie deux numéros spéciaux : V'lâ les English, signé de Willette ; Kruger le grand et John Bull le petit, signé de Caran d'Ache, dans lesquels les Anglais sont accusés d'exactions qui seront, quelques années plus tard, prêtées aux Allemands. Les Russes ne sont pas épargnés. La visite que rend le président Fallières au tsar est l'occasion de donner des « cosaques » une image peu flatteuse.

Quelques-uns des artistes employés par Le Rire introduisent des audaces qui ne sont pas monnaie courante dans la caricature : Paul Iribe, Roubille, Cappiello, par un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RIRE LE (1894-1940)  » est également traité dans :

CAPPIELLO LEONETTO (1875-1942)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 747 mots

Né à Livourne en 1875, Leonetto Cappiello peint des toiles prometteuses dès l'âge de quatorze ans. Sa première œuvre connue est une vue du port de Livourne. Il peindra également un certain nombre de portraits en pied sous l'influence des Macchiaioli, groupe de peintres toscans sensibles aux théories impressionnistes. En 1896, il remplit un album — La Lanterna magica — de ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonetto-cappiello/#i_80268

IRIBE PAUL (1883-1935)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 740 mots

Décorateur et caricaturiste français, Paul Iribe a été, avec Cappiello et Cassandre, l'un des graphistes les plus importants de la première moitié du xx e siècle et, sans doute, le plus méconnu de tous. La caricature était alors le banc d'essai de tous ceux qui voulaient s'engager dans une activité graphique. Paul Iribe passe son premier dessin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-iribe/#i_80268

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « RIRE LE - (1894-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rire/