SWIFT JONATHAN (1667-1745)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jonathan Swift, le docteur Swift, doyen de St. Patrick (Irlande), l'amant de Stella, l'auteur des Voyages de Gulliver : voilà, dans la mémoire populaire, un écrivain anglais pour les grands et les petits, mais aussi, pour le critique, le plus difficile à catégoriser qui soit dans une histoire de la littérature.

Voyages de Gulliver

Photographie : Voyages de Gulliver

Les Voyages de Gulliver (1726) de Jonathan Swift (1667-1745) ont généré toute une imagerie onirique et enfantine qui en atténue souvent la visée satirique et le message pessimiste. «L'Île flottante de Laputa», illustration d'une édition parue à Leipzig, vers 1910, des Voyages de... 

Crédits : AKG

Afficher

En premier lieu, il est irlandais (ce qui peut expliquer bien des choses, encore que ses écrits n'illustrent guère l'âme nationale, telle que G. B. Shaw ou W. B. Yeats, par exemple, en sont la pure émanation). Un Celte ? allons donc ! anglais jusqu'à la moelle, diront certains ! Si la diversité des talents et le sens de l'humour témoignent de l'anglicité, il est le plus complet de tous. Homme d'église (son libre choix, mais par sagesse et par dépit), poète (mais sans trop s'abreuver aux sources claires d'Hélicon), secrétaire exemplaire (par nécessité plus que par vocation), homme politique (ayant joué complaisamment aux jeux subtils et dangereux des whigs, puis des tories), satiriste impénitent et redoutable (sa plume fait tomber les ministres, mais lui coûte son avancement), incomparable conteur d'histoires imaginaires (Gulliver), précurseur de la science-fiction (Laputa), humaniste savant (il défendit sir William Temple contre d'acariâtres érudits), mystificateur de haut vol (Bickerstaff et Scriblerus), contempteur de sa propre science, ami adorable et détestable (il met Arbuthnot au-dessus de tout, mais se querelle avec Addison, Steele et d'autres), amant passionné et secret (a-t-il eu un enfant de Vanessa ? a-t-il épousé Stella ?), fasciné par les femmes (mais révulsé par le sexe et leur condition : ses poèmes de la fin), misanthrope avoué, mais fier et généreux, défenseur des misérables contre l'injustice et l'oppression (la misère irlandaise lui fait saigner le cœur et écrire, par dérision, des choses atroces), homme aux cent masques, remuant, fébrile, tendu, bon vivant et ténébreux, à l'affût de la sottise et de la méchanceté pour les foudroyer, impitoyable aux hypocrites, le plus lucide des cerveaux, le plus agile des esprits (et pourtant finissant dans l'apathie et la folie), le plus robuste manipulateur d'une prose anglaise limpide et assassine, créateur d'une langue à lui avec ses symboles, ses clés, ses mystères, ses vocables et ses idiomes : tel est Swift, qui excite l'imagination du lecteur, brutalise sa conscience et sollicite son intelligence, mais dont les rigueurs ironiques découragent le portraitiste et remplissent le critique de crainte et d'humilité. Sa vie et son œuvre sont si intimement liées qu'on n'a d'autre recours pour expliciter l'œuvre que de ne point les dissocier.

Enfant perdu, enfant précoce

Swift naquit à Dublin, fils posthume de Jonathan Swift (mort, l'enfant à peine conçu), sous le signe du Scorpion, l'année d'Andromaque et du Paradis perdu. Les frères Swift, Jonathan le géniteur et l'oncle Godwin (le bienfaiteur à venir) s'étaient installés en Irlande depuis peu. Jonathan, petit commis aux écritures au palais de justice avait épousé Abigail Erick, laquelle, dès ses relevailles, veuve de peu de ressources, confia le bébé à une nourrice pour revenir à son Leicestershire natal. Un mystère plane sur cette naissance et sur cet abandon. De surcroît, la nourrice emmena bientôt le bébé à Whitehaven (Angleterre), où elle le gardera trois ans durant à l'insu de sa mère, non sans lui apprendre à lire la Bible.

Mais l'enfant kidnappé se révéla enfant précoce. Il fut rendu à sa mère (il perdit donc sa nourrice) qui le confia très vite, semble-t-il, à l'oncle Godwin (il perdit donc sa mère une seconde fois), lequel le mit à l'école de Kilkenny. C'était la meilleure école du pays (pour les enfants de hauts fonctionnaires), de stricte discipline anglicane, où il fallait connaître ses déclinaisons latines pour être admis. Adieu les tendresses féminines : ici on s'imbibe de latin, de grec, d'Écriture sainte, de rhétorique, et on est élevé dans les principes les plus purs de la morale chrétienne. Le petit Swift y fit ses classes de 1673 à 1682, date à laquelle il fit son entrée à l'université : Trinity College, Dublin.

C'était accéder au degré supérieur, toujours grâce au soutien généreux de l'oncle Godwin. Trinity College, l'équivalent irlandais d'Oxford ou d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification

Autres références

«  SWIFT JONATHAN (1667-1745)  » est également traité dans :

LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan Swift - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie ZIMPFER
  •  • 1 020 mots
  •  • 1 média

Lorsque paraissent les Voyages de Gulliver (1726), Jonathan Swift (1667-1745), doyen de la cathédrale anglicane St. Patrick à Dublin, a près de soixante ans et une longue carrière politique et littéraire derrière lui. Le rôle qu'il a joué de 1710 à 1714 en Angleterre comme ministre occulte de la propagande du gouvernement tory lui […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Apogée du classicisme »  : […] Dans Les Voyages de Samuel Gulliver ( Gulliver's Travels , 1726) comme dans The Rape of the Lock , l'esprit joue sur les proportions, sur ce que Voltaire appellera « le complexe de Micromégas » : le désespoir de Belinda est comparé à celui de jeunes rois faits prisonniers ; la terre, la mer et l'air sont nommés dans un même contexte avec les petits chiens et les perroquets ; dans Gulliver , les e […] Lire la suite

DEFOE DANIEL (1660-1731)

  • Écrit par 
  • Pierre NORDON
  •  • 1 943 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Romancier »  : […] Robinson Crusoé est publié en 1719. C'est un récit imaginaire inspiré par l'aventure du marin écossais Alexandre Selkirk. Le succès est immédiat et considérable : Defoe lui donnera une suite et consacrera désormais à la littérature romanesque la plus grande partie de son activité. Capitaine Singleton paraît en 1720, Moll Flanders , le Journal de l'année de la peste ( A Journal of the Plague Year […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « SWIFT JONATHAN - (1667-1745) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-swift/