ABRAHAM A SANCTA CLARA JOHANN ULRICH MEGERLE dit (1644-1709)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prédicateur populaire de l'Autriche baroque, Abraham a Sancta Clara fut aussi un grand moraliste. Apprécié pour son éloquence et sa verve caustique, il est resté célèbre pour ses effets de style.

Son vrai nom est Johann Ulrich Megerle. Né en 1644 à Kreeheinstetten dans le pays de Bade, il mourut à Vienne en 1709. D'origine modeste, il fit une carrière brillante et accéda aux plus hautes dignités ecclésiastiques. Après des débuts à l'école latine de Messkirch, il fréquenta successivement le collège des jésuites d'Ingolstadt, puis l'université bénédictine de Salzbourg. En 1662, il entra comme novice au couvent des augustins déchaussés de Mariabrunn, près de Vienne, et reçut la consécration ecclésiastique en 1668. À partir de 1672 — à l'exception d'un séjour à Graz (1683-1688) et de trois voyages à Rome (1686, 1689, 1692), il resta jusqu'à sa mort à Vienne, dans la maison mère de son ordre, où il assura différentes charges, se partageant entre l'administration et la prédication. Nommé en 1677 prédicateur de cour par l'empereur Léopold Ier, il fut élu successivement prieur (1680), puis provincial (1690), et obtint en 1692 le titre de definitor provincialis.

Malgré ces nombreuses charges ecclésiastiques, Abraham a Sancta Clara fut d'une étonnante productivité. De son vivant, une soixantaine d'ouvrages ont été publiés. Tout d'abord de nombreux sermons, regroupés en 1684 avec d'autres de ses écrits, dans un recueil fameux intitulé Reimb dich/oder ich liss dich. Les deux plus importants sont Mercks Wien qui se réfère à la grande peste de 1679 et Auf, auf ihr Christen, appel aux chrétiens composé à l'occasion de la dernière poussée du péril turc en 1683. Schiller s'inspirera plus tard du pathos de ce texte pour son fameux « Sermon du capucin » dans Le Camp de Wallenstein.

Après ces œuvres d'actualité, Abraham a Sancta Clara se consacre à la peinture des mœurs de son époque. Sa production de moraliste, polémique et satirique, touche aux genres les plus divers. À côté du roman Judas, der Erzschel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégée d'allemand, maître de conférences à l'université Paris-IV

Classification


Autres références

«  ABRAHAM A SANCTA CLARA JOHANN ULRICH MEGERLE dit (1644-1709)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'âge baroque »  : […] Rares sont les « Autrichiens » qui, au xvii e  siècle, s'illustrent dans les lettres « allemandes », et pourtant cette époque voit l'apogée de l'école silésienne – en un pays sous suzeraineté habsbourgeoise, mais resté en grande partie protestant. Deux noms sont à citer : celui de Johann Beer (1655-1700), le plus grand des romanciers « baroques » allemands après Grimmelshausen (originaire de Haut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_93443

Pour citer l’article

Hélène FEYDY, « ABRAHAM A SANCTA CLARA JOHANN ULRICH MEGERLE dit (1644-1709) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-a-sancta-clara/