JUVÉNAL (65 env.-env. 128)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La colère, a dit un sage, est l'affaire des dieux ou de Dieu, selon la préférence. » L'homme ne l'exerce jamais sans risques. Se manifester en fureur, c'est bien souvent, en effet, s'exposer au ridicule. Sur le plan littéraire de la satire, connaît-on jamais sa valeur et la juste portée de son offensive ? À cet égard, le mode satirique oscille toujours au point de rencontre d'un tournant du monde, de quelques traditions plus ou moins discutables et d'une personnalité qui les exprime. « Indignatio facit versus » (« C'est l'indignation qui produit les vers »), déclare Juvénal, lequel fait figure, dans les lettres latines, d'écrivain majeur pour le genre de la diatribe, à la suite de Lucilius, d'Horace, de Pétrone, de Perse, de Lucain, de son contemporain Martial, tous représentatifs de cette propension à la raillerie et à l'humour, qui est un des caractères essentiels de la mentalité nationale, d'origine ou assimilée. Mais, précisément, la question est de savoir ce que signifie au juste cette indignation du poète.

L'auteur des « Satires »

De la vie de Decimus Junius Juvenalis, né à Aquinum, en Campanie, on ne sait pas grand-chose, sauf qu'il était le fils, véritable ou adoptif, d'un affranchi au moins fort à son aise, qu'il passa, selon Suétone, la moitié de sa vie dans la fréquentation des rhéteurs, qu'il avait « déclamé » longtemps avant de commencer à écrire, qu'il eut Martial pour ami et qu'il fut peut-être exilé vers la fin de sa vie ; mais cela est plus que douteux et n'a, du reste, aucune importance. On s'accorde pour classer les Satires en cinq livres, non sans difficultés touchant le détail de la chronologie. Livre I : la vocation satirique, les hypocrites, les embarras de Rome, le turbot de Domitien, les parasites ; livre II : les femmes ; livre III : misère des professions libérales, la noblesse, les débauchés ; livre IV : les vœux, le luxe de la table, la véritab [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JUVÉNAL (65 env.-env. 128)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Derniers feux »  : […] Deux poètes, l'Espagnol Martial et l'Italien Juvénal, vont toutefois faire entendre un son nouveau. Le premier écrira ses quatorze livres d'épigrammes, qui se veulent eux aussi une chronique, cette fois versifiée, de la vie mondaine. Mais ici l'épigramme s'arme d'une pointe, et l'on retrouve des accents entendus chez Catulle – il y a bien longtemp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_990

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Indignation et correction »  : […] Depuis Juvénal, les poètes satiriques sont les zélateurs d'une Muse qui n'existait pas avant eux : l'Indignation (Hugo, Introduction des Châtiments ). La satire littéraire se nourrit donc de l'humeur de l'écrivain. Malheureusement, l'humeur n'a jamais été un principe de continuité, et comme il faut bien qu'entre les sautes de cette humeur le poème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/#i_990

Pour citer l’article

Barthélemy A. TALADOIRE, « JUVÉNAL (65 env.-env. 128) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juvenal/