Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROUMANIE

Nom officiel

Roumanie (RO)

    Chef de l'État

    Klaus Iohannis (depuis le 21 décembre 2014)

      Chef du gouvernement

      Marcel Ciolacu (depuis le 15 juin 2023)

        Capitale

        Bucarest

          Langue officielle

          Roumain

            Unité monétaire

            Nouveau leu roumain (RON)

              Population (estim.) 18 673 000 (2024)
                Superficie 238 398 km²

                  Pour qui cherche à définir la personnalité de la Roumanie, le premier caractère qui retient l'attention est sa diversité. La Roumanie est un carrefour culturel. L'histoire l'associe au monde balkanique, puisqu'elle a subi comme lui l'influence religieuse et artistique de Byzance et le joug ottoman. Mais elle n'atteste pas moins sa vocation carpato-danubienne, que la géographie impose, c'est-à-dire l'ouverture vers le monde germanique et hongrois, et par-delà, vers la civilisation occidentale, c'est-à-dire le catholicisme, la Réforme, le mouvement des Lumières et le romantisme.

                  Roumanie : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Roumanie : carte physique

                  Roumanie : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Roumanie : drapeau

                  L'essentiel reste pourtant le principe d'unité, qui s'oppose aux forces centrifuges qu'aurait pu produire cette diversité : la latinité que Trajan lui a imprimée et qui ne s'est jamais effacée. C'est ce qui lui a permis de résister, démographiquement et linguistiquement, au déferlement des Slaves au Moyen Âge et, intellectuellement plus tard, au prestige de l'hellénisme. Et c'est aussi la conscience de sa latinité, ravivée aux moments décisifs de son histoire (1848, 1856-1859, 1916-1918) par un attrait privilégié pour la France, qui a cimenté l'unité nationale de la Roumanie et rendu possible le rassemblement des principautés de Transylvanie et de Moldo-Valachie, si longtemps séparées par des destins différents.

                  — Robert PHILIPPOT

                  Occupée par l'Armée rouge en 1944, la Roumanie s'est vu imposer un régime de type soviétique alors qu'elle n'avait même pas eu le temps de s'accoutumer, dans l'entre-deux-guerres, à la démocratie. Dans les années 1960 et 1970, le pouvoir a semblé faire preuve d'une certaine volonté d'indépendance. Cependant, la crise mondiale, combinée aux insuffisances d'une politique dirigiste à l'extrême, les errements d'un régime qui s'avéra de plus en plus despotique placèrent la Roumanie dans l'orbite soviétique. Mais l'exaspération de tout un peuple maintenu dans le sous-développement aboutit à la révolution de décembre 1989. Le pays peine à s'adapter à l'économie de marché, mais entreprend un rapprochement avec l'Ouest, qui se concrétise par l'entrée dans l'O.T.A.N. en 2004 et dans l'Union européenne en 2007.

                  Géographie et économie

                  Le cadre naturel

                  Avec une superficie de 237 000 kilomètres carrés, la Roumanie est un pays de taille moyenne. L'architectonique s'organise autour des Carpates, chaîne de montagnes d'orogenèse tertiaire et d'altitude peu élevée (2 543 m au mont Moldoveanu), faiblement marquée par l'empreinte glaciaire. Le pays comprend environ un tiers de montagnes, un tiers de collines, un tiers de plaines. Il se constitue d'un plateau central, la Transylvanie, enserré par la chaîne des Carpates, de l'arc des collines péricarpatiques, et de plaines qui s'évasent vers les frontières. Le Danube et la Dobroudja (Dobrogea) échappent à cet ensemble. L'architecture du relief et l'histoire géologique expliquent la localisation des ressources naturelles et celle du peuplement.

                  Monts  Făgăraș, Roumanie - crédits : P. Stelian/ Shutterstock

                  Monts  Făgăraș, Roumanie

                  Agriculture traditionnelle en Transylvanie (Roumanie) - crédits : Gavriel Jecan/ The Image Bank/ Getty Images

                  Agriculture traditionnelle en Transylvanie (Roumanie)

                  La longue orogenèse des Carpates a donné lieu à des effondrements produisant d'importantes dépressions qui ont attiré les premiers habitants du Paléolithique à la période des grandes invasions. Elles servirent alors de refuge. Dans les Carpates orientales, fragmentées par les dépressions de Maramureş, Dorna, Bîrsa, d'importants centres urbains se sont développés, le plus important étant celui de Braşov, ville industrielle et centre touristique. Les Carpates méridionales sont plus massives. La partie supérieure est dénudée, couverte de pâturages où transhument, l'été, les ovins venus des dépressions peu nombreuses, mais capitales pour l'économie du pays : celle de Haţeg, reliée par des couloirs aux bassins des rivières Mureş,[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur à l'université de Bucarest, directeur de l'Institut d'études est-européennes
                  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État
                  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales et à l'université de Paris-Sorbonne
                  • : professeur à l'université de Göttingen.
                  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
                  • : rédacteur en chef de Lettre(s), titulaire d'un D.E.A. de roumain, Institut national des langues et civilisations orientales, doctorant à l'université de Paris-III
                  • : professeur à l'Institut national des langues orientales vivantes
                  • : journaliste
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Roumanie : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Roumanie : carte physique

                  Roumanie : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Roumanie : drapeau

                  Monts  Făgăraș, Roumanie - crédits : P. Stelian/ Shutterstock

                  Monts  Făgăraș, Roumanie

                  Autres références

                  • ROUMANIE, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • ANTONESCU ION (1882-1946)

                    • Écrit par Jean BÉRENGER
                    • 262 mots
                    • 1 média

                    Officier et homme politique roumain, Ion Antonescu est né à Pitesti en Transylvanie, qui appartenait alors au royaume de Hongrie. Il participe aux combats de la Première Guerre mondiale comme officier dans l'armée roumaine. Nommé attaché militaire à Londres, puis à Rome, il ne cache...

                  • BANAT

                    • Écrit par Violette REY
                    • 475 mots

                    Région située au sud-est de la plaine hongroise, à proximité du défilé des Portes de Fer par où le Danube perce l'arc carpato-balkanique. Sa vocation de passage et de carrefour utilisée dès l'époque romaine lui a valu bien des vicissitudes au cours de l'histoire : dévastée par les Ottomans, au ...

                  • BRASOV

                    • Écrit par Violette REY
                    • 371 mots
                    • 1 média

                    Fondée par les chevaliers Teutoniques au xiiie siècle sous le nom de Cronstadt, la ville roumaine de Braşov a été un foyer de colonisation saxonne en Transylvanie. Forteresse et centre commercial à proximité du passage des Carpates et sur le plus court chemin menant à Bucarest et à Constantinople,...

                  • BRATIANU ION (1821-1891)

                    • Écrit par Jean BÉRENGER
                    • 198 mots

                    Homme d'État roumain, Ion Bratianu fait ses études à Paris ; de retour dans son pays, il prend part à la révolution de 1848 et il fait partie du gouvernement provisoire. Après l'échec de la révolution, il se réfugie à Paris, où il continue à lutter en faveur de l'autonomie des principautés danubiennes....

                  • Afficher les 56 références

                  Voir aussi