Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BANAT

Région située au sud-est de la plaine hongroise, à proximité du défilé des Portes de Fer par où le Danube perce l'arc carpato-balkanique. Sa vocation de passage et de carrefour utilisée dès l'époque romaine lui a valu bien des vicissitudes au cours de l'histoire : dévastée par les Ottomans, au xviie siècle, elle fut désertée ; l'Empire habsbourgeois la reconquit au cours du xviiie siècle, l'organisa en « Bán » et y installa de grosses colonies de paysans souvent allemands (Souabes). Il y a trois banats, un hongrois, un roumain et un serbe, dans la province de Voïvodine. Le banat roumain se compose de deux domaines, la montagne et la plaine.

La montagne correspond au massif cristallin des Carpates du Sud-Ouest, où alternent des sommets aplanis en plateaux d'alpage à moutons, des versants boisés et des dépressions allongées où se concentrent les axes de communications, les gisements de charbon, les pastilles de fer et les centres industriels. La ligne Orient-Express empruntait le couloir Timiş, Cerna par Caransebes ; les premiers centres sidérurgiques roumains, autour de Reşita, ont été mis en valeur au xixe siècle par des capitaux autrichiens. Tout en conservant sa tradition métallurgique, cette montagne a été supplantée par la zone sidérurgique de Hunedoara, située plus à l'est. Sur la retombée méridionale de la montagne, le barrage hydro-électrique des Portes de Fer, mis en service en 1972, fournit des possibilités énergétiques, industrielles et de transport sur le Danube.

La plaine du Banat, entourant les deux villes de Timişoara et d'Arad, a le visage de l'opulence. Dans cette steppe, recouverte de lœss et de sol noir, au climat continental adouci par des influences méditerranéennes, on a remédié aux déviations marécageuses du Timiş et du Mureş, encombrés de surabondantes alluvions périglaciaires du Quaternaire, par des travaux de drainage (canalisation de la rivière Bega). D'où la richesse de cette région agricole. C'est ici que l'on trouve le plus riche éventail de production des plaines roumaines avec souvent les meilleurs rendements : les maïs se combinent avec fourrage, betterave à sucre et autres plantes industrielles. C’est également une région d'élevage. Deux grandes villes concentrent la presque totalité des citadins : Arad (159 000 hab. en 2011) fabrique du gros matériel ferroviaire, des machines-outils et du matériel agricole ; elle travaille également le textile et le bois ; Timişoara (319 200 hab. en 2011) joint à sa fonction industrielle (industries électriques, mécaniques, textiles, chimiques, matériel agricole) un rôle universitaire et culturel.

— Violette REY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'Institut de géographie de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • TIMIṢOARA

    • Écrit par Universalis
    • 485 mots

    Ville de l'ouest de la Roumanie, située sur le canal de la Bega, Timişoara (en hongrois Temesvár) est le chef-lieu du district (judet) du Timiş, dans la région du Banat.

    Les vestiges archéologiques découverts dans les alentours témoignent des origines néolithiques du site, ainsi que d'une...