ROUMANIE, chronologie contemporaine

 

2019

10-24 novembre 2019
Roumanie. Réélection du président Klaus Iohannis.

Le 10, le président Klaus Iohannis, candidat du Parti national libéral (centre droit), arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 37,8 p. 100 des suffrages, devant l’ancienne Première ministre sociale-démocrate Viorica Dăncilă, renversée par le Parlement en octobre, qui recueille 22,3 p. 100 des voix. Dan Barna, candidat du parti anticorruption et pro-européen USR-PLUS (centr […] Lire la suite

10 octobre-4 novembre 2019
Roumanie. Chute du gouvernement de Viorica Dăncilă.

Le 10, le Parlement adopte une motion de censure contre le gouvernement social-démocrate de Viorica Dăncilă, en poste depuis janvier 2018. Celui-ci était accusé d’atteintes à l’État de droit pour avoir tenté de faire échapper l’ancien président du Parti social-démocrate Liviu Dragnea aux poursuites engagées contre lui. Ce dernier a toutefois été condamné en mai. Au cours de l’année, l’Alliance des […] Lire la suite

25-31 juillet 2019
Roumanie. Démission du ministre de l’Intérieur.

Le 25, une jeune fille enlevée la veille à Caracal, dans le sud-ouest du pays, est sauvagement assassinée par son ravisseur. La police, qui n’avait pas donné suite à la plainte déposée par ses parents, a tardé à intervenir lorsque l’adolescente est parvenue à les appeler pour leur indiquer l’endroit où elle était retenue. Les 27 et 28, des milliers de personnes, frappées par ce drame, manifestent  […] Lire la suite

31 mai-2 juin 2019
Vatican – Roumanie. Visite du pape François à Bucarest.

Du 31 mai au 2 juin, le pape François effectue une visite à Bucarest. Deuxième en nombre de fidèles après celle de Russie, l’Église orthodoxe roumaine entretient d’étroites relations avec l’Église catholique. C’est à Bucarest que Jean-Paul II a effectué, en mai 1999, la première visite d’un pape en terre orthodoxe. François partage une prière avec le patriarche orthodoxe Daniel dans la cathédrale  […] Lire la suite

27 mai 2019
Roumanie. Condamnation de Liviu Dragnea.

La Haute Cour de cassation et de justice confirme en appel son jugement de juin 2018 qui condamnait le président de la Chambre des députés et chef du Parti social-démocrate au pouvoir, Liviu Dragnea, à trois ans et demi de prison ferme pour abus de pouvoir dans une affaire d’emplois fictifs. Celui-ci est aussitôt incarcéré. En mai 2015, Liviu Dragnea avait été condamné à une peine de prison avec s […] Lire la suite

26 mai 2019
Roumanie. Référendum contre l’amnistie des faits de corruption.

Les électeurs approuvent par référendum, par 85,4 p. 100 des voix, l’interdiction de gracier ou d’amnistier les personnes condamnées pour corruption. Par 85,7 p. 100 des suffrages, ils se prononcent également en faveur de l’interdiction des ordonnances gouvernementales d’urgence dans le domaine judiciaire, ainsi que de l’élargissement du droit de contestation de ces ordonnances devant la Cour cons […] Lire la suite

28 mars 2019
Roumanie. Mise en examen de la juge Laura Codruța Kövesi.

L’ancienne chef de la Direction nationale anticorruption Laura Codruța Kövesi est mise en examen pour corruption et placée sous contrôle judiciaire, ce qui lui interdit de quitter le pays. Révoquée en juillet 2018 sous la pression du gouvernement social-démocrate, la magistrate, qui a engagé des poursuites à l’encontre de milliers de hauts fonctionnaires et de responsables politiques, était presse […] Lire la suite

1er janvier 2019
Roumanie – Union européenne. Présidence du Conseil de l’UE assurée par Bucarest.

La Roumanie assure pour six mois la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne (UE) ; c’est la première fois que le pays occupe ce poste. […] Lire la suite

2018

6-7 octobre 2018
Roumanie. Échec du référendum contre le mariage homosexuel.

Les 6 et 7, le gouvernement social-démocrate de Viorica Dăncilă, soutenu par l’Église orthodoxe, organise un référendum qui propose d’inscrire dans la Constitution que le mariage unit « un homme et une femme », plutôt que « des époux ». Le Code civil prévoit déjà que le mariage est « une institution entre un homme et une femme », et ne prévoit pas d’union civile entre personnes de même sexe. Les é […] Lire la suite

9 juillet 2018
Roumanie. Limogeage de la procureure générale du parquet anticorruption.

Le président libéral Klaus Iohannis accepte de limoger la procureure en chef de la Direction nationale anticorruption Laura Codruța Kövesi. En mai, la Cour constitutionnelle avait validé la décision du ministre de la Justice de destituer Laura Codruța Kövesi, accusée d’abus de pouvoir, et d’avoir nui à l’image de la Roumanie à l’étranger. Klaus Iohannis, qui avait tenté dans un premier temps de co […] Lire la suite

21 juin 2018
Roumanie. Condamnation de Liviu Dragnea.

La Haute Cour de cassation et de justice condamne le président de la Chambre des députés Liviu Dragnea, également président du Parti social-démocrate (PSD) au pouvoir, à trois ans et demi de prison pour abus de pouvoir dans une affaire d’emplois fictifs. Liviu Dragnea n’a pas pu briguer le poste de Premier ministre après la victoire de son parti aux élections législatives de décembre 2016 en raiso […] Lire la suite

15-17 janvier 2018
Roumanie. Changement de Premier ministre.

Le 15, le Parti social-démocrate (PSD) de Liviu Dragnea retire sa confiance au Premier ministre Mihai Tudose (PSD), nommé en juin 2017 en remplacement de Sorin Grindeanu (PSD) qui avait déjà été victime d’une motion de censure orchestrée par son parti.Le 16, Mihai Tudose démissionne.Le 17, le président Klaus Iohannis nomme à la tête du gouvernement la députée européenne Viorica Dăncilă, sur propos […] Lire la suite

2017

21 décembre 2017
Roumanie. Adoption d’une réforme judiciaire controversée.

Le Parlement adopte le dernier de trois projets de loi réformant l’institution judiciaire. Ceux-ci visent notamment à réduire l’indépendance des magistrats et à limiter les pouvoirs de la direction nationale anticorruption qui est à l’origine des poursuites engagées contre des centaines d’élus locaux et nationaux. Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Bucarest contre ces textes depui […] Lire la suite

14-26 juin 2017
Roumanie. Chute du gouvernement de Sorin Grindeanu.

Le 14, le Parti social-démocrate (PSD) de Liviu Dragnea dresse un constat d’échec du gouvernement de Sorin Grindeanu, issu de la victoire du PSD aux élections législatives de décembre 2016. En conséquence, la quasi-totalité des ministres sociaux-démocrates quittent leur poste. Sorin Grindeanu refuse de démissionner.Le 21, le Parlement dominé par le PSD adopte une motion de censure à l’encontre du  […] Lire la suite

5-9 février 2017
Roumanie. Retrait des ordonnances contre la justice anticorruption.

Le 5, le gouvernement annonce le retrait des ordonnances visant à assouplir la lutte anticorruption, contre lesquelles des centaines de milliers de personnes manifestent à travers le pays depuis leur adoption fin janvier. La principale cible des manifestants est le chef du Parti social-démocrate au pouvoir, Liviu Dragnea, président de la Chambre des députés, qui est poursuivi pour détournement de  […] Lire la suite

31 janvier 2017
Roumanie. Adoption d’ordonnances contre la justice anticorruption.

Contre l’avis du président Klaus Iohannis, le gouvernement du social-démocrate Sorin Grindeanu adopte des ordonnances permettant de gracier des centaines de personnes condamnées pour corruption et de limiter les pouvoirs des procureurs et des juges. Près de mille cinq cents hommes politiques et hauts fonctionnaires ont été condamnés à la suite de l’action du parquet national anticorruption, partic […] Lire la suite

2016

11-30 décembre 2016
Roumanie. Victoire du Parti social-démocrate aux élections législatives.

Le 11, le Parti social-démocrate (PSD) de Liviu Dragnea remporte les élections législatives avec 45,5 p. 100 des suffrages et 154 sièges sur 329 à la Chambre des députés. Il s’assure de la majorité absolue grâce aux 20 élus de l’Alliance des libéraux et démocrates (Alde, centre droit) de Călin Popescu-Tăriceanu, fondé en juin 2015, qui obtient 5,6 p. 100 des voix. Le Parti libéral national (centre […] Lire la suite

2015

4-10 novembre 2015
Roumanie. Démission du Premier ministre Victor Ponta.

Le 4, le Premier ministre social-démocrate Victor Ponta annonce sa démission. Il cède aux manifestations contre la corruption qui se sont amplifiées à la suite de l’incendie d’une discothèque de Bucarest responsable d’au moins cinquante-huit morts, le 30 octobre. Victor Ponta est visé depuis juin par une enquête pénale pour blanchiment, notamment. Le 10, le président Klaus Iohannis charge l’ancien […] Lire la suite

5-12 juin 2015
Roumanie. Enquête pénale à l’encontre du Premier ministre Victor Ponta.

Le 5, le président libéral Klaus Iohannis demande la démission du Premier ministre social-démocrate Victor Ponta. Celui-ci a été informé le jour même, par le parquet national anticorruption, des dix-sept chefs d’accusation qui étayent l’enquête pénale engagée à son encontre. Il est notamment soupçonné de blanchiment, évasion fiscale, faux et usage de faux et conflit d’intérêts. Victor Ponta rappel […] Lire la suite

2014

2-16 novembre 2014
Roumanie. Élection du libéral Klaus Iohannis à la présidence.

Le 2, le Premier ministre social-démocrate Victor Ponta, candidat unique de la gauche, arrive en tête au premier tour de l'élection présidentielle, avec 40,4 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire, le candidat libéral Klaus Iohannis, maire de Sibiu, obtient 30,4 p. 100 des voix – l'opposition de droite était très divisée. Le taux de participation est de 53,2 p. 100. Le président Traian Bas […] Lire la suite

2012

9-17 décembre 2012
Roumanie. Victoire de la coalition gouvernementale aux élections législatives.

Le 9, la coalition de l'Union sociale-libérale, dirigée par le Parti social-démocrate et menée par le Premier ministre Victor Ponta, remporte les élections législatives, avec 58,2 p. 100 des suffrages et 273 élus sur 412. Elle devance largement l'Alliance de la droite roumaine, conduite par le Parti démocrate-libéral proche du président Traian Basescu, qui obtient 16,5 p. 100 des voix et 56 sièges […] Lire la suite

21-23 août 2012
Roumanie. Retour au pouvoir du président Traian Basescu.

Le 21, la Cour constitutionnelle annule le référendum sur la destitution du président Traian Basescu organisé en juillet, qui n'a pas enregistré la participation minimale de 50 p. 100 nécessaire à sa validation. Le chef de l'État reprendra ses fonctions le 28. Le 23, le Premier ministre socialiste Victor Ponta, à l'origine de la tentative de destitution de Traian Basescu, nomme au ministère de la  […] Lire la suite

3-29 juillet 2012
Roumanie. Échec de la tentative de destitution du président Traian Basescu.

Le 3, la Cour constitutionnelle publie un communiqué destiné à l'Union européenne, qui dénonce les décisions prises par le Premier ministre socialiste Victor Ponta en ce qu'elles « constituent une attaque flagrante contre la Constitution, les règles démocratiques et les principes de droit ». Nommé en mai à la suite de la chute du gouvernement de centre droit, le mois précédent, le Premier ministre […] Lire la suite

27 avril 2012
Roumanie. Chute du gouvernement de Mihai Razvan Ungureanu.

L'adoption par le Parlement, par 235 voix sur 460, d'une motion de censure déposée par l'opposition de gauche aboutit à la chute du gouvernement de centre droit dirigé par Mihai Razvan Ungureanu, qui défendait une sévère politique d'austérité. Le président Traian Basescu charge le chef de l'opposition, le leader du Parti social-démocrate Victor Ponta, de former un nouveau gouvernement.  […] Lire la suite

6 février 2012
Roumanie. Démission du Premier ministre Emil Boc.

Le 6, le Premier ministre Emil Boc, chef du Parti démocrate-libéral, au pouvoir depuis décembre 2008, présente la démission de son gouvernement de centre droit. Artisan d'une très sévère politique d'austérité, il était confronté depuis janvier à une vague de protestation sociale à laquelle il n'avait pas apporté de réponse. Le président Traian Basescu désigne aussitôt le chef des services de rense […] Lire la suite

10-23 janvier 2012
Roumanie. Mouvement de protestation sociale.

Le 10, le sous-secrétaire d'État à la Santé démissionne après avoir été pris à partie par le président Traian Basescu, car il critiquait le projet de réforme de la santé qui prévoit de réduire le champ de la couverture médicale publique. Cet événement cristallise l'exaspération de la population.À partir du 13, quelques milliers d'« indignés » se réunissent quotidiennement, à Bucarest et dans d'aut […] Lire la suite

2010

4 février 2010
Roumanie. Accord sur l'installation du bouclier antimissile américain.

Le président Traian Basescu annonce que son pays a accepté de participer au projet de bouclier antimissile américain destiné à contrer une attaque iranienne. Des intercepteurs terrestres de missiles balistiques de moyenne portée qui devraient être opérationnels en 2015 seront implantés en Roumanie. Le président Obama a abandonné en septembre 2009 le projet de bouclier élaboré par son prédécesseur  […] Lire la suite

2009

6-14 décembre 2009
Roumanie. Réélection du président Traian Basescu.

Le 6, à l'issue du second tour du scrutin présidentiel, le président centriste sortant Traian Basescu (Parti démocrate-libéral) est réélu avec 50,3 p. 100 des voix, soit une très faible avance sur son adversaire, le social-démocrate Mircea Geoana (49,66 p. 100). Le taux de participation est de 57 p. 100. Les enjeux majeurs de cette élection sont le règlement de la crise économique et l'instauratio […] Lire la suite

1er octobre-6 novembre 2009
Roumanie. Renversement du gouvernement de centre droit.

Le 1er, la coalition gouvernementale, formée par le Parti démocrate-libéral du président Traian Basescu et le Parti social-démocrate (P.S.D.) éclate, à la suite du retrait de ce dernier. Le 5, à l'appel des syndicats de la fonction publique, quelque huit cent mille professeurs, médecins et fonctionnaires se mettent en grève, après les juges – qui ont cessé le travail pendant […] Lire la suite

2008

30 novembre-15 décembre 2008
Roumanie. Majorité et opposition au coude à coude aux élections parlementaires.

Le Parti social-démocrate (P.S.D.) de Mircea Geoana – héritier de l'ancien Parti communiste –, allié au Parti conservateur, arrive en tête des élections législatives avec 33,1 p. 100 des suffrages, contre 32,4 p. 100 pour le Parti démocrate-libéral (P.D.L.) du président Traian Basescu. Le second obtient toutefois 115 sièges (+ 48 par rapport au scrutin de novembre 2004) contre 114 (— 10) pour le p […] Lire la suite

11 avril 2008
Roumanie. Fin de la grève chez Dacia.

Les ouvriers du constructeur automobile Dacia, en grève depuis le 24 mars, acceptent de reprendre le travail. La filiale du constructeur français Renault, acquise en 1999, fabrique la voiture à bas coût Logan, dont la production augmente. Exigeant de tirer profit de ce succès et refusant d'« être esclaves dans l'Union européenne » – à laquelle la Roumanie a adhéré en janvier 2007 –, les ouvriers e […] Lire la suite

4 février 2008
France – Roumanie. Visite du président Nicolas Sarkozy en Roumanie.

Le président français Nicolas Sarkozy se rend en visite à Bucarest, où il annonce la mise en place d'un « partenariat stratégique » dans les domaines politique, économique et de défense entre la France et la Roumanie, qui fait partie de la francophonie. Élu en novembre 2004, le président roumain Traian Basescu s'est depuis lors rapproché des États-Unis, qui ont notamment ouvert quatre bases milita […] Lire la suite

2007

25 novembre 2007
Roumanie. Élections européennes.

Le 25, le Parti démocrate du président Traian Basescu, opposé au gouvernement de Călin Popescu-Tăriceanu, remporte les élections européennes avec 31,5 p. 100 des suffrages, suivi du Parti social-démocrate (21 p. 100) et du Parti libéral de gouvernement du Premier ministre (15,6 p. 100). Le Parti de la Grande Roumanie, nationaliste, ne franchit pas le seuil des 5 p. 100 nécessaire pour entrer au Pa […] Lire la suite

19 mai 2007
Roumanie. Échec à la destitution du président Traian Basescu.

Le président Traian Basescu remporte le référendum organisé après le vote par Parlement de sa suspension, dans le cadre d'une procédure de destitution. Quelque 74 p. 100 des électeurs se prononcent contre cette dernière. Le taux de participation est de 44 p. 100. Le président Basescu affirme: « Les Roumains veulent moderniser la classe politique. Cela veut dire qu'ils sont favorables à l'introduct […] Lire la suite

2-19 avril 2007
Roumanie. Suspension du président Traian Basescu.

Le 2, le Premier ministre Călin Popescu-Tăriceanu forme un gouvernement minoritaire, composé de membres du Parti national libéral (P.N.L.) et de l'Union démocrate magyare de Roumanie, la formation qui représente la minorité hongroise. Le Parti démocrate du président Traian Basescu en est exclu. En 2004, les deux hommes, alors alliés, avaient remporté les élections législatives et présidentielle. D […] Lire la suite

2006

31 décembre 2006
Union européenne. Élargissements de l'Union et de la zone euro.

Conformément au traité signé le 25 avril 2005 entre les Vingt-Cinq, d'une part, la Bulgarie et la Roumanie, d'autre part, ces deux dernières deviennent membres de l'Union européenne. La demande d'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie avait été officiellement déposée en 1995 et les négociations d'adhésion ouvertes en 2000. En septembre 2006, Bruxelles avait estimé les deux pays suffisamment ali […] Lire la suite

2005

13-25 avril 2005
Roumanie – Bulgarie – Union européenne. Signature du traité d'adhésion à l'U.E. par la Roumanie et la Bulgarie.

Le 13, à l'issue des négociations entre la Roumanie, la Bulgarie et les instances européennes, le Parlement européen donne son approbation pour l'adhésion de ces deux pays à l'Union européenne (U.E.), qui doit intervenir le 1er janvier 2007. En raison de quelques réserves sur le respect des droits de l'homme en Roumanie, les députés obtiennent du Conseil et de la Commission  […] Lire la suite

2004

12-22 décembre 2004
Roumanie. Élection de l'opposant libéral Traian Basescu à la présidence.

Le 12, le maire de Bucarest et chef de l'opposition, Traian Basescu, candidat du Parti libéral, remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 51,2 p. 100 des suffrages. Il était opposé au Premier ministre Adrian Nastase, candidat du Parti social-démocrate au pouvoir, considéré comme le dauphin du président sortant, Ion Iliescu. Traian Basescu déclare vouloir se consacrer en priorité à  […] Lire la suite

11 novembre 2004
Roumanie. Reconnaissance officielle de la responsabilité du pays dans l'Holocauste.

Le 11, le président Ion Iliescu déclare qu'il « assume l'entière responsabilité de l'État roumain pour les atrocités commises » par les autorités roumaines alliées au régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale. Bucarest opère ainsi un revirement par rapport à sa position officielle depuis la fin de la guerre. Ion Iliescu accepte les conclusions, remises au début du mois, de la commission sur l' […] Lire la suite

2002

21-22 novembre 2002
O.T.A.N. Admission de sept nouveaux membres dans l'O.T.A.N.

Les 21 et 22, le sommet des chefs d'État et de gouvernement des pays membres de l'O.T.A.N., réuni à Prague, accueille au sein de l'organisation sept nouveaux pays: l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie, la Slovénie, la Roumanie et la Bulgarie. L'O.T.A.N. compte désormais vingt-six membres. Également candidates, l'Albanie et la Macédoine n'ont pas été retenues. Le président George W. Bu […] Lire la suite

23-31 août 2002
France – Roumanie. Coopération en matière de lutte contre l'immigration clandestine.

Le 23, dans un entretien paru dans un quotidien de Bucarest, le Premier ministre roumain, Adrian Nastase, regrette que le gouvernement français « teste, sur [le] dos [des Roumains], une politique de lutte contre l'insécurité qui était au centre des débats électoraux ». Il dénonce la « campagne antiroumaine » qui s'illustre par des opérations « médiatiques », menées durant l'été, contre des réseaux […] Lire la suite

2000

10 décembre 2000
Roumanie. Élection de Ion Iliescu à la présidence de la République.

L'ancien président Ion Iliescu, qui était arrivé en tête au premier tour, en novembre, remporte l'élection présidentielle avec 66,8 p. 100 des suffrages. Face à son adversaire ultranationaliste Corneliu Vadim Tudor, qui recueille 33,2 p. 100 des voix, Ion Iliescu a bénéficié du soutien des opposants aux régimes communiste et néo-communiste qu'il a incarnés en tant que ministre de Nicolae Ceausescu […] Lire la suite

26 novembre 2000
Roumanie. Victoire de Ion Iliescu et des ultranationalistes aux élections générales.

Ion Iliescu, chef de l'État néo-communiste de 1990 à 1996, arrive en tête au premier tour de l'élection présidentielle, avec 36,3 p. 100 des suffrages, devant l'ultranationaliste Corneliu Vadim Tudor – 28,3 p. 100 des voix –, auquel il sera opposé au second tour, en décembre. Aux élections législatives, le Parti de la démocratie sociale de Ion Iliescu obtient 36,6 p. 100 des voix et 155 sièges sur […] Lire la suite

1999

7-9 mai 1999
Vatican – Roumanie. Visite du pape Jean-Paul II en Roumanie.

Du 7 au 9, Jean-Paul II effectue à Bucarest la première visite d'un pape dans un pays de confession majoritairement orthodoxe – la deuxième communauté orthodoxe après la Russie. L'hostilité est vive entre les orthodoxes et les uniates, catholiques de rite byzantin, en communion avec Rome. En janvier, l'Église orthodoxe s'est engagée à restituer à l'Église uniate plus de cent églises confisquées so […] Lire la suite

18 janvier-15 février 1999
Roumanie. Mouvement des mineurs contre les réformes dans leur secteur.

Le 18, dix mille mineurs de la vallée du Jiu, dans le centre du pays, entament une marche sur Bucarest pour exiger des augmentations de salaires et l'abandon du projet de restructuration du secteur minier exigée par le Fonds monétaire international. La revendication de la démission du gouvernement de Radu Vasile s'ajoute bientôt aux précédentes, alors que le mouvement semble manipulé par certaines […] Lire la suite

1998

2-15 avril 1998
Roumanie. Nomination de Radu Vasile au poste de Premier ministre.

Le 2, le président Emil Constantinescu nomme au poste de Premier ministre le chrétien-démocrate Radu Vasile en remplacement de Victor Ciorbea, qui a démissionné en mars. Radu Vasile appartient au courant réformateur du Parti national paysan-chrétien démocrate qui domine la coalition majoritaire.Le 7, Radu Vasile présente son gouvernement au sein duquel les sociaux-démocrates de Petre Roman, qui l' […] Lire la suite

30 mars 1998
Roumanie. Démission du Premier ministre Victor Ciorbea.

Le 30, Victor Ciorbea, Premier ministre depuis novembre 1996, présente sa démission. Les tensions qui régnaient depuis plusieurs mois au sein du gouvernement avaient provoqué le départ des ministres sociaux-démocrates. La fronde du parti de Petre Roman avait gagné d'autres composantes de la coalition au pouvoir. Le 28, le représentant du Fonds monétaire international avait dénoncé les « effets nég […] Lire la suite

29 janvier 1998
Roumanie. Éclatement de la coalition gouvernementale.

Le Parti démocrate (social-démocrate) de l'ancien Premier ministre Petre Roman, président du Sénat, annonce son retrait de la coalition au pouvoir depuis novembre 1996, mais déclare maintenir son soutien parlementaire au gouvernement. La crise couvait depuis le remaniement ministériel de novembre 1997, à l'occasion duquel les sociaux-démocrates n'avaient pas obtenu le ministère des Réformes et des […] Lire la suite

1997

21-22 février 1997
France – Roumanie. Visite du président Jacques Chirac à Bucarest.

Les 21 et 22, le président Chirac effectue une visite officielle à Bucarest, deux mois après la prise de fonctions du nouveau président, Emil Constantinescu, dont l'élection a mis fin à une longue transition postcommuniste. S'exprimant devant le Parlement de Bucarest, Jacques Chirac souhaite que la Roumanie rejoigne l'O.T.A.N. « au plus tôt, si possible dès 1999 », avant d'intégrer l'Union europée […] Lire la suite

1996

3-19 novembre 1996
Roumanie. Victoire de l'opposition aux élections législatives et élection d'Emil Constantinescu à la présidence.

Le 3, l'opposition, conduite par la Convention démocratique de Roumanie (C.D.R.) du chrétien-démocrate Emil Constantinescu et l'Union sociale-démocrate (U.S.D.) de l'ancien Premier ministre Petre Roman, remporte les élections législatives, avec respectivement 31 p. 100 (+ 8 p. 100 par rapport au scrutin de septembre 1992) et 13 p. 100 des suffrages (+ 2 p. 100). Le Parti de la démocratie sociale d […] Lire la suite

1992

27 septembre-11 octobre 1992
Roumanie. Réélection du président Ion Iliescu, mais défaite de son parti au Parlement.

Le 27 se déroulent les deuxièmes élections générales libres depuis la chute de Ceauşescu, en décembre 1989. En mai 1990, Ion Iliescu avait remporté 85 p. 100 des suffrages et son parti, le Front de salut national (F.S.N.), avait recueilli 66 p. 100 des voix aux élections législatives. En mars, le F.S.N., de plus en plus contesté, s'est scindé en deux du fait du désaccord entre le président Iliescu […] Lire la suite

9-23 février 1992
Roumanie. Fort recul du Front de salut national aux élections municipales.

Le 9 se déroule le premier tour des premières élections locales libres de l'ère postcommuniste. À quelques mois des élections générales, cette consultation constitue un test pour le Front de salut national (F.S.N.), au pouvoir depuis la chute de Nicolae Ceauşescu en décembre 1989. La Convention démocratique, fragile coalition de quatorze partis de l'opposition anticommuniste, arrive en tête dans l […] Lire la suite

1991

1er-15 octobre 1991
Roumanie. Formation d'un nouveau gouvernement.

Le 1er, le président Ion Iliescu nomme Theodor Stolojan Premier ministre en remplacement de Petre Roman, écarté du pouvoir le 26 septembre sous la pression des mineurs de la vallée du Jiu venus contester dans la capitale la politique d'austérité. Ministre des Finances du gouvernement sortant, le nouveau Premier ministre s'affirme politiquement proche de Petre Roman.Ce dernie […] Lire la suite

25-27 septembre 1991
Roumanie. Démission du gouvernement après la manifestation des mineurs.

Le 25, plusieurs milliers de mineurs de la vallée du Jiu envahissent Bucarest. Ceux qui, en juin 1990, avaient brutalement « nettoyé » la capitale à l'appel du président Ion Iliescu, manifestent cette fois contre la vie chère et réclament la démission du Premier ministre. Avec une violence qui leur est coutumière, les mineurs, que rejoignent d'autres manifestants hostiles à la politique d'austérit […] Lire la suite

18-19 avril 1991
France – Roumanie. Visite officielle du président François Mitterrand en Roumanie.

François Mitterrand effectue la première visite officielle d'un chef d'État occidental en Roumanie depuis la chute de Nicolae Ceauşescu, en décembre 1989. Le président de la République française, tout en évitant de s'ingérer dans les affaires intérieures d'un État traditionnellement francophile, insiste auprès de l'équipe en place depuis les élections du 20 mai 1990 sur les exigences de la démocra […] Lire la suite

1990

13-28 juin 1990
Roumanie. Répression sanglante à Bucarest.

Le 13, à l'aube, les forces de l'ordre chassent brutalement de la place de l'Université les contestataires – grévistes de la faim, étudiants dénonçant la présence de communistes au pouvoir, tous qualifiés de golans (voyous) par le président Ion Iliescu – qui y campent depuis le 22 avril. De nombreux manifestants, jeunes pour la plupart, sont blessés, et deux cent soixante-trois […] Lire la suite

20-25 mai 1990
Roumanie. Victoire de Ion Iliescu et du Front de salut national aux élections.

Le 20, 16,8 millions d'électeurs sont appelés à élire un président de la République, trois cent quarante-huit députés et cent dix-neuf sénateurs chargés d'élaborer une nouvelle Constitution. Radu Campeanu (national-libéral) et Ion Ratiu (national paysan) disputent le fauteuil présidentiel à Ion Iliescu (Front de salut national), grand favori. Lors de la campagne électorale, les trois hommes ne son […] Lire la suite

22 avril 1990
Roumanie. Manifestations contre le nouveau régime.

Le 22, la télévision diffuse une version du procès des époux Ceauşescu plus complète que celle qui a été montrée précédemment. On y voit, en particulier, les juges et les avocats des dictateurs, et l'on assiste aux derniers moments de ceux-ci. Ce film contribue, dans sa cruauté, à ternir l'image du nouveau régime, alors que les manifestations contre le Front de salut national et le président du Co […] Lire la suite

20 mars 1990
Roumanie. Violents affrontements ethniques en Transylvanie.

À Tîrgu Mures, ville transylvanienne de quatre-vingt-dix mille habitants, une manifestation d'environ cinq mille Roumains de souche hongroise se heurte à deux mille nationalistes roumains ; ceux-ci les agressent à l'aide d'armes blanches et de gourdins et saccagent les boutiques appartenant aux Magyars, qui composent la moitié de la population de la ville. Au cours de scènes d'une grande violence, […] Lire la suite

1er-19 février 1990
Roumanie. Contestation du nouveau pouvoir par la rue.

Le 1er, cédant à la pression des manifestations organisées par l'opposition à la fin de janvier, le Conseil de Front de salut national (C.F.S.N.) signe avec les représentants de vingt-neuf partis politiques un accord créant un Conseil provisoire d'union nationale (C.P.U.N.), qui devient l'organe exécutif et législatif chargé de conduire la politique du pays jusqu'aux électio […] Lire la suite

4-29 janvier 1990
Roumanie. Manifestations contre les nouveaux dirigeants.

Le 4, les principaux partis d'opposition apparus dans la Roumanie libérée accusent le Conseil du Front de salut national (C.F.S.N.) et son président, Ion Iliescu, d'exercer un véritable monopole de l'activité politique. Une telle accusation illustre la difficulté que le pays éprouve à mettre en place de véritables structures démocratiques et à se débarrasser d'un personnel politique compromis.Le 1 […] Lire la suite

1989

16-28 décembre 1989
Roumanie. Renversement de la dictature de Nicolae Ceauşescu.

Le 16, un mois après la réélection à l'unanimité de Nicolae Ceauşescu à la tête du Parti communiste roumain qu'il dirige depuis 1965, plusieurs milliers de personnes manifestent contre le régime à Timişoara, ville située près de la frontière hongroise. À l'origine, elles s'étaient rassemblées afin de défendre le pasteur Laszlo Toekes, menacé de déportation pour avoir pris la défense de la minorité […] Lire la suite

20-24 novembre 1989
Roumanie. Nicolae Ceauşescu garant de l'orthodoxie socialiste.

Le 20 s'ouvre à Bucarest le XIVe congrès du Parti communiste roumain, alors que le président Nicolae Ceauşescu, l'absolutisme de son régime, son népotisme, ses échecs économiques ainsi que la politique de regroupement forcé des populations rurales dans des centres urbains sont de plus en plus critiqués au sein même des pays socialistes en pleine transformation. Dans un disco […] Lire la suite

9 mars 1989
Roumanie. Condamnation de la Roumanie par la Commission des droits de l'homme de l'O.N.U.

À Genève, la Commission des droits de l'homme de l'O.N.U. adopte une résolution condamnant les « graves violations des droits de l'homme et des libertés fondamentales » en Roumanie. Un rapporteur spécial est chargé de se rendre sur place pour enquêter sur le plan de « systématisation » du territoire, consistant à regrouper dans des centres agro-industriels les habitants de huit mille villages voué […] Lire la suite

1988

28 août 1988
Hongrie – Roumanie. Rencontre au sommet mais persistance des désaccords

Les chefs des P.C. hongrois et roumain se rencontrent à Arad, en Roumanie. Au cours du premier sommet hungaro-roumain depuis 1977, Károly Grosz et Nicolae Ceauşescu abordent le problème du sort de la minorité hongroise de Transylvanie, visée par la politique d'assimilation et de « systématisation » de Bucarest qui menace de raser sept mille des treize mille villages de la région pour en regrouper  […] Lire la suite

27-28 juin 1988
Hongrie – Roumanie. Tension accrue à propos de la minorité hongroise de Transylvanie

Le 27, environ 50 000 personnes manifestent à Budapest devant l'ambassade de Roumanie, pour protester contre les projets du président Nicolas Ceauşescu de raser près de 8 000 des 13 000 villages roumains, dont le plus grand nombre se trouvent en Transylvanie, où vivent deux millions de Roumains d'origine hongroise. Les tentatives d'assimilation forcée de cette minorité sont source de tensions depu […] Lire la suite

24-26 février 1988
Yougoslavie. Réunion des ministres des Affaires étrangères des pays des Balkans à Belgrade

Du 24 au 26, les ministres des Affaires étrangères d'Albanie, de Bulgarie, de Grèce, de Roumanie, de Turquie et de Yougoslavie se réunissent à Belgrade (Yougoslavie). Cette réunion, résultat d'une année de négociations, et dont l'initiative revient à la Yougoslavie, est la première de ce type. Ces pays tentent ainsi de jeter les bases d'une éventuelle coopération régionale. Sans résultat concret,  […] Lire la suite

1987

15 novembre 1987
Roumanie. Émeutes à Braşov

À Braşov, deuxième ville de Roumanie et important centre industriel, ont lieu des émeutes, dont la gravité n'est connue qu'avec retard en Occident. Des ouvriers d'usines automobiles, protestant contre une baisse des salaires et des pénuries alimentaires, pillent la mairie, ainsi que le siège du parti, brûlant mobilier, drapeaux rouges et portraits de Nicolae Ceauşescu, dont le népotisme, la mégalo […] Lire la suite

1984

15-17 octobre 1984
Roumanie – République fédérale d'Allemagne. Visite de Nicolae Ceauşescu à Bonn

Du 15 au 17, Nicolae Ceauşescu effectue une visite officielle en R.F.A., qui prend un relief particulier après le report, le mois précédent, de celles de Erich Honecker (R.D.A.) et de Todor Jivkov (Bulgarie). Pourtant, le séjour du chef de l'État roumain, quoique maintenu, a été écourté de deux jours. […] Lire la suite

1982

31 août 1982
France – Roumanie. Dénouement de l'affaire Tanase

Le 31, Virgil Tanase, écrivain d'origine roumanie qui avait disparu depuis le 20 mai, réapparaît : il avait été mis à l'abri par les services français de contre-espionnage. Un espion roumain, Mateï Haïducu, qui était chargé de l'assassiner, avait averti la D.S.T. François Mitterrand, tenu au courant depuis le début, avait affirmé dans sa conférence de presse du 9 juin : « S'il était démontré, hypo […] Lire la suite

21 mai 1982
Roumanie. Nomination de Constantin Dascalescu au poste de Premier ministre

Le 21, Nicolas Ceauşescu nomme Constantin Dascalescu Premier ministre en remplacement d'Elie Verdet, démissionnaire (et beau-frère d'Elena Ceauşescu). Les huit vice-Premiers ministres sortants ne sont remplacés que par quatre personnes. Ce remaniement traduit le durcissement du pouvoir face à la dégradation de la situation économique et à la fronde des intellectuels roumains. […] Lire la suite

— Universalis