BRATIANU ION (1821-1891)

Homme d'État roumain, Ion Bratianu fait ses études à Paris ; de retour dans son pays, il prend part à la révolution de 1848 et il fait partie du gouvernement provisoire. Après l'échec de la révolution, il se réfugie à Paris, où il continue à lutter en faveur de l'autonomie des principautés danubiennes. En 1854, il a des démêlés avec la police française et regagne sa patrie en 1856. De 1859 à 1866, il est l'un des chefs du mouvement libéral et favorise la déposition du prince Couza au profit de Charles de Hohenzollern, dont il est l'un des ministres de 1866 à 1870. Arrêté pour complicité dans le coup d'État de 1870, il est bientôt relâché. En 1876, il forme un ministère libéral qui restera au pouvoir jusqu'en 1888 et qui obtint l'indépendance du royaume au Congrès de Berlin en 1878. Après 1883, il se sépare de son vieil ami et allié C. A. Rosetti. Il resta trop longtemps au pouvoir pour ne pas être impopulaire et fut même mis en accusation à la fin de sa vie ; mais une condamnation eût également frappé le roi, largement responsable de la politique menée par Bratianu.

—  Jean BÉRENGER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BRATIANU ION (1821-1891)  » est également traité dans :

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 943 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De l'autonomie à l'indépendance »  : […] De graves difficultés attendaient la jeune Roumanie : État inachevé, dépourvu de souveraineté externe, construction fragile, réduite, ne reposant que sur l'union personnelle, immense retard économique et administratif à combler. Le prince Cuza (1859-1866), moyen propriétaire foncier, d'éducation française, dont la carrière s'était partagée entre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roumanie/#i_39500

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « BRATIANU ION - (1821-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ion-bratianu/