REMBRANDT (1606-1669)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rembrandt au miroir changeant des siècles

Vers la fin du xviie et au xviiie siècle, les critiques émettent de sérieuses réserves sur Rembrandt. Sur la toile de fond de la théorie classique de l'art, attachée à la hiérarchie des genres, au décorum et à la recherche d'un beau idéal, obtenu par un dessin parfait, à l'école des antiques, il ne pouvait faire figure que d'ignorant, de maladroit, de fourvoyé ou d'obstiné, et son talent de coloriste apparaît comme gâché au service de sujets vils et de personnages laids : telle est la position de Houbraken ou de Gersaint. André Félibien (Entretiens, 1679) et Gersaint opposent à la manière « léchée » de ses contemporains la « singularité » de ses « grands coups de pinceau », de ses « couleurs fort épaisses », remarquant que ses portraits font un fort effet, de relief et de vérité, « lorsqu'on les regarde d'une distance proportionnée ». Ses gravures « piquantes », « source inépuisable d'intelligence du clair-obscur, partie dans laquelle il est si difficile de réussir », connaissent le même succès que ses portraits et têtes de caractère, et circulent sur le marché de l'art européen. Cette dispersion, sans documents ni descriptions précises, a pesé lourd sur la connaissance ultérieure de l'œuvre de Rembrandt. Au xixe siècle, si un Ruskin n'a pas assez de mépris : « la vulgarité, la bassesse ou l'impiété s'exprimeront toujours dans l'art par le moyen du brun et du gris comme chez Rembrandt », le romantisme avec son enthousiasme pour les individualités hors des normes a entraîné une réhabilitation de la vision singulière du maître. Le marchand d'art anglais John Smith édite en 1836 le premier catalogue d'ensemble de son œuvre peint, comportant environ six cent quarante numéros. Ce corpus s'enflera jusqu'à un millier de peintures, à la fin du siècle. Rembrandt fut tour à tour enrôlé comme champion du protestantisme, de la liberté républicaine, du christianisme populaire, du patriotisme hollandais. W. Martin écrit en 1936 : « Rembrandt reflète essentiellement ce que notre peuple a de meill [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Deux Philosophes en conversation, Rembrandt

Deux Philosophes en conversation, Rembrandt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Fuite en Égypte, Rembrandt

La Fuite en Égypte, Rembrandt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Ronde de nuit (La Compagnie du capitaine Frans Banning Cocq), Rembrandt

La Ronde de nuit (La Compagnie du capitaine Frans Banning Cocq), Rembrandt
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Les Syndics des drapiers, Rembrandt

Les Syndics des drapiers, Rembrandt
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  REMBRANDT (1606-1669)  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT EN ORIENTAL (Rembrandt)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 281 mots

Rembrandt (1606-1669) est, dans l'histoire de la peinture occidentale, l'artiste qui s'est le plus représenté. Comme beaucoup de peintres, il s'est figuré dans des scènes religieuses ou historiques (son premier autoportrait daté est de 1626), et il continuera un certain temps dans cette veine, ainsi avec la Descente de croix exécutée en […] Lire la suite

AUTOPORTRAITS DE REMBRANDT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 459 mots

1606 Naissance de Rembrandt.1626 Rembrandt se peint dans un Tableau d'histoire (La Clémence de Charles Quint ?) Stedelijk Museum De Lakenhal, Leyde).1627-1630 Autoportraits peints, dessinés ou gravés centrés sur l'expression du visage ( […] Lire la suite

REMBRANDT ET SON ÉCOLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 894 mots

Depuis plusieurs années, le musée des Beaux-Arts de Dijon a développé une collaboration exemplaire avec les pays de l'Europe de l'Est, faisant ainsi connaître en France des artistes ou des mouvements oubliés ou négligés, mais aussi des fonds restés longtemps ignorés, jusqu'à la disparition du rideau de fer qui permit à de nombreux musées, de part et d'autre, de reprendre des contacts pratiquement […] Lire la suite

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'authentification »  : […] Les examens et les analyses chimiques des œuvres ont des implications dans le domaine de l'authentification, celle-ci ne se réduisant pas à la recherche du vrai ou du faux. L'authentification consiste à définir la cohérence de chaque élément de l'œuvre. Le Metropolitan Museum de New York a révisé dans cette optique ses tableaux de Rembrandt. Grâce à une autoradiographie – par laquelle on étudie l […] Lire la suite

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'âme du peintre : l'autoportrait « au naturel » »  : […] Parce que détaché de tout support iconographique et souvent dénué d'accessoires « parlants », l'autoportrait au naturel est celui dont la signification est la plus difficile à appréhender. Depuis Jean Fouquet (émail, vers 1450, musée du Louvre) jusqu'à Kasimir Malévitch (1933, Musée russe, Saint-Pétersbourg), en passant par Filippino Lippi, Dürer, Federico Barocci, Tintoret, Rembrandt, Vouet, Char […] Lire la suite

DOU GÉRARD (1613-1675)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 921 mots

Fils d'un peintre verrier, Gérard (Gerrit en néerlandais) Dou fit ses premières armes dans cette spécialité, et ce n'est qu'en 1628 qu'il passe à la peinture proprement dite, en entrant dans l'atelier de Rembrandt. Il en reste l'élève jusqu'au départ de ce dernier pour Amsterdam, en 1631. Ce que le jeune artiste affectionne surtout chez Rembrandt, ce sont les têtes d'étude faites d'après des vieil […] Lire la suite

ELSHEIMER ADAM (1578-1610)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 335 mots
  •  • 1 média

Le plus célèbre des peintres allemands du xvii e  siècle. Adam Elsheimer est, à vrai dire, un artiste dont le retentissement exceptionnel eut des dimensions supranationales. Par son langage du clair-obscur et la perfection de ses petits tableaux, il a avec Caravage (carrière fulgurante analogue arrêtée par une mort précoce, en 1610, pour l'un comme pour l'autre) un rôle déterminant dans l'élaborat […] Lire la suite

FABRITIUS CAREL (1622-1654)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 844 mots

Fils d'un maître d'école dénommé Pieter Carelsz, Carel reçut sans doute une première formation de menuisier ou de charpentier si l'on en juge par le surnom de Fabritius ( Faber ) qui était déjà accolé à son prénom en 1641, date de son mariage et de son établissement à Amsterdam. Ses frères Barent et Johannes devaient à sa suite adopter le même nom. Son orientation vers la peinture vient peut-être […] Lire la suite

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravures et styles »  : […] Il apparaît que les procédés de gravure peuvent se multiplier à l'infini. Cette richesse a permis à la gravure de s'adapter à tous les styles, et d'être redécouverte par les artistes à chaque époque. La Renaissance trouva dans la gravure le moyen de poser différemment les problèmes de géométrie de l'espace et de sa représentation rigoureuse. Le Strasbourgeois Schongauer fut l'un des premiers à s'a […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 45 219 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Triomphe de l'humanisme, maniérisme et théâtralité et  »  : […] Pendant la Renaissance, la tradition du Christ-icône a tendance à être supplantée par une représentation d'un Christ-tableau religieux. On revient à l'idéal de la beauté antique en opposition à la prétendue obscurité du Moyen Âge. Le Christ est plus proche d'un philosophe du Banquet de Platon dans La Cène de Léonard de Vinci que du Jésus de l'Évangile. La Tête du Christ de Michel-Ange est cell […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « REMBRANDT (1606-1669) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rembrandt/