RADIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Propriétés physiques

Le radium pur a été préparé pour la première fois en 1910 par Marie Curie et André Debierne qui ont formé l'amalgame par électrolyse de 106 mg de chlorure avec une cathode de mercure, puis distillé celui-ci sous pression réduite dans une atmosphère d'hydrogène. Le métal est aussi obtenu, mais sous forme impure, par décomposition thermique de l'azoture Ra(N3)2, entre 180 et 250 0C, sous vide. En 1967, F. Weigel et A. Trinkl ont préparé du radium métallique par réduction, sous vide poussé, de 100 à 200 μg d'oxyde RaO par l'aluminium. L'examen aux rayons X du métal recueilli a montré que celui-ci cristallise dans le système cubique centré : a0 = 0,5148 ± 0,0015 nm. Le rayon atomique est de 0,223 ± 0,001 nm pour un nombre de coordination 8, et la masse spécifique est égale à 5,50 g . cm—3. Les potentiels d'ionisation (correspondant à l'extraction du premier et du deuxième électron de valence) déduits des mesures spectroscopiques sont de 5,262 et 10,099 eV.

Blanc brillant lorsqu'il est fraîchement préparé, le métal exposé à l'air noircit immédiatement, probablement par suite de la formation d'un nitrure. Sa température de fusion est d'environ 700 0C. Il est plus volatil que le baryum, et sa vapeur attaque fortement le quartz. Le radium décompose violemment l'eau à froid, et la base formée est assez soluble dans l'eau. Il forme divers alliages, en particulier avec l'argent.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RADIUM  » est également traité dans :

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Travaux préliminaires »  : […] Henri Becquerel avait observé que certains minerais contenant de l'uranium avaient la propriété d'émettre un rayonnement doué de caractères communs avec les rayons X, qui venaient d'être découverts par Rœntgen. Il s'était limité à prouver que les rayons uraniques n'étaient pas la conséquence d'une excitation due à une cause extérieure et à mettre en évidence quelques-unes de leurs propriétés : no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-curie/#i_24729

DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 154 mots

En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus tard, il constate qu'elles ont été fortement impressionnées dans le noir. Il en conclut que le sel émet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-la-radioactivite-naturelle/#i_24729

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Les métaux alcalino-terreux constituent la deuxième colonne du tableau de classification périodique des éléments. On peut distinguer les alcalino-terreux vrais  – calcium, strontium, baryum, radium – et deux éléments plus légers – béryllium et magnésium –, qui présentent des particularités propres. Ce double nom d'alcalino-terreux trouve son origine dans les propriétés des oxydes, qui furent les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_24729

RADIOACTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 5 422 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La radioactivité autour de nous »  : […] Qu'elle soit naturelle ou artificielle, qu'elle provienne du Soleil, du cosmos ou des activités humaines, la radioactivité est présente autour de nous, en tous lieux, en tout temps. Les réactions thermonucléaires produites au cœur du Soleil fusionnent, par des phénomènes de catalyse variés, 4 protons en un noyau d'hélium. Cela n'est possible que grâce à la radioactivité β qui permet de muer un (p) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite/#i_24729

RADIOACTIVITÉ EXOTIQUE ou RADIOACTIVITÉ PAR IONS LOURDS

  • Écrit par 
  • Gérard ARDISSON
  •  • 2 348 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les prévisions et les perspectives »  : […] Ainsi, il semble bien que l'on ait atteint la limite de ce qu'il est possible d'observer avec les techniques actuelles de détection. Existe-t-il un lien entre le type de fragment qui est émis et le numéro atomique du noyau « parent » ? Ces émissions représentent-elles le chaînon manquant entre la fission spontanée dans laquelle les numéros atomiques des éléments produits ont une valeur minimale de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite-exotique-radioactivite-par-ions-lourds/#i_24729

RADON

  • Écrit par 
  • Nathalie LEMAITRE
  •  • 378 mots

Le radon est aujourd'hui considéré comme la principale source d'exposition radiologique naturelle pour l'homme. C'est un gaz inerte issu de la désintégration radioactive du radium. On le trouve plus particulièrement dans les régions à sous-sol cristallin (granite, pegmatite) où l'uranium, le thorium et le radium sont présents en relativement fortes teneurs. Son taux d'exhalation à l'interface sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radon/#i_24729

RUTHERFORD ERNEST lord (1871-1937)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 643 mots

Physicien anglais, lauréat du prix Nobel de chimie en 1908, dont les recherches sur les rayonnements et la structure atomique ont ouvert la voie aux développements ultérieurs de la physique nucléaire du xx e siècle. Né à Nelson (Nouvelle-Zélande), il y effectue ses études secondaires ; boursier de l'université de Nouvelle-Zélande à Wellington, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-rutherford/#i_24729

URANINITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 560 mots

L'uraninite est le principal minerai d'uranium et de radium et doit son nom au premier de ces métaux. C'est un dioxyde d'uranium, mais, dans la nature, celui-ci est plus ou moins oxydé, et, de ce fait, sa composition varie entre deux pôles : UO 2 et UO 3 . Le trioxyde serait dû, en partie, à une auto-oxydation résultant du fait que les processus radiogéniques maintiennent le minéral à une tempéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uraninite/#i_24729

Pour citer l’article

Georges BOUISSIÈRES, « RADIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radium/