BARYUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du grec barus, lourd

Symbole chimique : Ba

Numéro atomique : 56

Masse atomique : 137,34 g

Point de fusion : 725 0C

Point d'ébullition : 1 640 0C

Densité (à 20 0C) : 3,5.

Deuxième membre de la famille des alcalinoterreux (après le calcium), dont C. W. Scheele découvrit la base (baryte) dans la pyrolucite. Le métal fut isolé par Berzelius (1808), puis H. Davy et Bunsen l'ont obtenu pur par électrolyse. Contrairement à son nom, ce n'est pas le métal qui est lourd, mais son sulfate, qui est un des sels les plus insolubles. Peu répandu dans la nature, il représente 0,05 p. 100 de la croûte terrestre, sous forme de barytine et de withérite (carbonate).

Le métal brûle dans l'air avec éclat pour donner le monoxyde ; il est fortement attaqué par l'eau, qui le transforme en hydroxyde. Avec les halogènes, il donne des halogénures à froid et, avec le soufre, il forme à chaud des sulfures.

Industriellement, on prépare le baryum par électrolyse de son chlorure fondu sur cathode de mercure ou par réduction au four électrique d'un mélange de monoxyde et de peroxyde par l'aluminium dans le vide.

Les composés volatils du baryum communiquent à la flamme une couleur vert-jaune caractéristique, d'où l'emploi du nitrate et du chlorate dans les feux d'artifice et les fusées éclairantes. Ses sels solubles sont toxiques, et l'on emploie le carbonate comme mort-aux-rats. Le sulfate, particulièrement insoluble, est utilisé en radiologie du tube digestif à cause de sa grande opacité aux rayons X ; le titanate sert à la fabrication des condensateurs pour sa constante diélectrique très élevée.

On connaît plusieurs isotopes stables et radioactifs du baryum, dont l'isotope 56, formé par irradiation de l'uranium par les neutrons, qui a dérouté pendant longtemps physiciens et chimistes dans la découverte de la fission (1939).

—  Bernard CARTON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARYUM  » est également traité dans :

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 368 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Aimants en poudres de ferrites »  : […] On désigne, sous le terme général de ferrites, des céramiques qui sont des mélanges magnétiques d'oxydes renfermant l'oxyde ferrique Fe 2 O 3 et dont le comportement obéit à la théorie du ferrimagnétisme de Néel. Leur résistivité élevée, supérieure à 10 2 Ω ( cm, a permis un essor considérable de ces matériaux pour l'utilisation aux fréquences élevées. On distingue : – le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimants/#i_2715

BARYTINE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 305 mots

Sulfate de baryum (BaSO 4 ) cristallisé dans le système orthorhombique. Les cristaux s'assemblent fréquemment en masses lamellaires, par suite du développement de la face (001) ; les cristaux prismatiques sont beaucoup plus rares. Le plus souvent, ce sont des amas granulaires, cryptocristallins. On connaît également des concrétions sphériques et ellipsoïdales à structure fibroradiée ou à structure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barytine/#i_2715

CARBONATES

  • Écrit par 
  • Marc DARDENNE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 5 064 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Withérite »  : […] Le nom de ce minéral a été dédié à Withering, qui le découvrit et l'analysa pour la première fois, à la fin du xviii e  siècle. Sa structure est semblable à celle de l'aragonite. Les cristaux, toujours maclés sur (110), prenant la forme de pyramides pseudo-hexagonales dues à l'intercroissance de trois individus, sont généralement incolores, blancs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonates/#i_2715

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Les métaux alcalino-terreux constituent la deuxième colonne du tableau de classification périodique des éléments. On peut distinguer les alcalino-terreux vrais  – calcium, strontium, baryum, radium – et deux éléments plus légers – béryllium et magnésium –, qui présentent des particularités propres. Ce double nom d'alcalino-terreux trouve son origine dans les propriétés des oxydes, qui furent les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_2715

PSILOMÉLANE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 257 mots

Oxyde hydraté naturel de manganèse observé généralement en concrétions à structures en zones concentriques ou en agrégats microcristallins (les enduits dendritiques sont fréquents). Le psilomélane est noir à l'éclat submétallique. La dureté (4-6) varie avec la teneur en eau et l'état physique. La masse volumique est de 4,4 à 4,7 g/cm 3 . Ce minerai de manganèse, 6 MnO 2 , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psilomelane/#i_2715

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Conformément à sa position dans le groupe IIa de la classification périodique, la structure électronique du radium est : [Rn] + 7 s 2 . C'est l'élément le plus électropositif des métaux alcalino-terreux. Le potentiel normal calculé du couple Ra 2+ /Ra est E H  = — 2,92 V ; le potentiel de demi-vague correspondant à la décharge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radium/#i_2715

VERRE

  • Écrit par 
  • Pierre PIGANIOL, 
  • Micheline PROD'HOMME, 
  • Aniuta WINTER
  •  • 12 529 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Compositions spéciales »  : […] Le domaine de composition qui permet la vitrification est très large, d'autant plus large même que l'on multiplie le nombre de composants. On ne reste donc attaché à une assez forte teneur en silice que dans la mesure où le coût deviendrait prohibitif pour l'usage considéré. Ce n'est pas le cas de l'optique, et les verres d'optique présentent un spectre de composition considérable tout en satisfai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verre/#i_2715

Pour citer l’article

Bernard CARTON, « BARYUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baryum/