STRONTIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Strontian, ville d'Écosse.

Symbole chimique : Sr

Numéro atomique : 38

Masse atomique : 87,62

Point de fusion : 769 0C

Point d'ébullition : 1 384 0C

Densité (à 20 0C) : 2,54

Métal alcalinoterreux mou, de reflet argenté quand il est fraîchement coupé, de couleur jaunâtre si on l'expose à l'air libre, constituant environ 0,02 p. 100 de la croûte terrestre sous forme de strontianite (carbonate) et de célestine (sulfate).

Découvert en 1787 par W. Cruikshank, le strontium ne fut isolé qu'en 1808 par H. Davy par électrolyse de son chlorure mélangé à de l'oxyde mercurique sur cathode de mercure et distillation de l'amalgame formé.

Finement divisé, le métal s'enflamme spontanément dans l'air. Avec l'eau, il forme l'hydroxyde de strontium avec dégagement d'hydrogène ; il réagit facilement avec les halogènes, l'oxygène et le soufre. Ses sels volatils communiquent à la flamme une coloration pourpre intense, d'où son utilisation dans les feux de signalisation et les feux d'artifice.

Il existe plusieurs isotopes stables et radioactifs de strontium, dont l'isotope 90 (vie moyenne de 28 ans) est un émetteur bêta abondamment produit lors des explosions nucléaires ; il constitue l'élément le plus dangereux des retombées radioactives. On l'utilise dans le traitement du cancer des os. La chaleur dégagée pendant sa désintégration peut être convertie en électricité pour des piles légères de faible puissance utilisées en navigation, en météorologie et en navigation spatiale. Le titanate de strontium, SrTiO3, est un matériau optique intéressant par son indice de réfraction extrêmement élevé et une dispersion optique supérieure à celle du diamant.

—  Bernard CARTON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STRONTIUM  » est également traité dans :

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 368 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Aimants en poudres de ferrites »  : […] On désigne, sous le terme général de ferrites, des céramiques qui sont des mélanges magnétiques d'oxydes renfermant l'oxyde ferrique Fe 2 O 3 et dont le comportement obéit à la théorie du ferrimagnétisme de Néel. Leur résistivité élevée, supérieure à 10 2 Ω ( cm, a permis un essor considérable de ces matériaux pour l'utilisation aux fréquences élevées. On distingue : – le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimants/#i_3270

CARBONATES

  • Écrit par 
  • Marc DARDENNE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 5 064 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Strontianite »  : […] Sa structure est semblable à celle des autres minéraux du groupe. Les cristaux sont habituellement aciculaires et présentent souvent la macle pseudo-hexagonale. Le remplacement du strontium par le calcium est souvent observé, mais n'est jamais très important. La couleur de la strontianite est généralement blanc-gris, bleuté, vert pâle. Sa densité (3,7), son effervescence à l'acide chlorhydrique e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonates/#i_3270

CÉLESTITE ou CÉLESTINE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 445 mots

Souvent de teinte bleu ciel, d'où son nom (du latin caelestis ), la célestite (ou célestine) est un sulfate de strontium, de formule : SrSO 4 . Ce minéral constitue l'un des pôles d'une série isomorphe allant du strontium au baryum (sous sa forme sulfatée : BaSO 4 , barytine ), et présentant toutes les combinaisons intermédiaires. Le calcium se substitue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestite-celestine/#i_3270

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Les métaux alcalino-terreux constituent la deuxième colonne du tableau de classification périodique des éléments. On peut distinguer les alcalino-terreux vrais  – calcium, strontium, baryum, radium – et deux éléments plus légers – béryllium et magnésium –, qui présentent des particularités propres. Ce double nom d'alcalino-terreux trouve son origine dans les propriétés des oxydes, qui furent les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_3270

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Conséquences radioécologiques »  : […] La pollution nucléaire se traduit par une augmentation de la quantité d'irradiation à laquelle l'homme est en moyenne soumis dans son environnement par exposition externe ou interne (respiration, alimentation). Cette pollution ajoute en effet son action à celle de l'irradiation naturelle (rayons cosmiques, « vents » solaires, radioactivité de l'air, des roches, etc.) à laquelle tous les êtres viv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_3270

Pour citer l’article

Bernard CARTON, « STRONTIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/strontium/