PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La secte

Les ambiguïtés du pythagorisme

Dans son histoire la plus ancienne, le mouvement fondé par Pythagore se présente sous deux aspects : tantôt comme un groupe d'intention religieuse, une secte dont le genre de vie est dominé par l'ascétisme et les purifications, tantôt, au contraire, comme un groupe d'action politique, une hétérie dont l'activité est principalement orientée vers la gestion des affaires publiques.

Selon la tradition la plus répandue, les pythagoriciens sont des hommes tout de blanc vêtus, qui fuient le contact des femmes en couches, évitent d'entrer dans la maison d'un mort, refusent énergiquement de croquer une fève ou de manger un œuf. Leur existence quotidienne paraît encombrée de tabous et d'interdictions de tout genre, tandis que leur vie communautaire, avec la règle du silence, les degrés d'initiation, le mystère dont elle aime à s'entourer, ressemble étrangement à celle d'une de ces confréries dont les esséniens ou les thérapeutes offrent l'exemple le plus évident pour la période qui précède immédiatement l'ère chrétienne.

Par ailleurs, les mêmes personnages forment une espèce d'ordre à vocation politique, fondé sur un système d'éducation collective, véritable dressage, qui comprend des repas de corps ou syssities, le compagnonnage (solidaire de la mise en commun des biens), enfin des techniques telles que les exercices physiques, l'apprentissage de la musique et la réglementation des nourritures. Ce sont ces pythagoriciens disciplinés et entraînés qui exaltent çà et là le courage à la guerre et l'honneur au combat. Pour eux, « il est noble de mourir à la suite de blessures reçues de face », ou encore « il faut combattre non en paroles mais en actes, car il est juste et pieux de faire la guerre quand on la fait homme contre homme ». Toutes ces traditions militaristes sont inséparables du rôle qu'une partie de l'historiographie attribue à Pythagore et à ses disciples dans les hostilités prolongées entre Crotone et Sybari [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Pythagore - Samos (Asie mineure)

Pythagore - Samos (Asie mineure)
Crédits : Dagli Orti/ Museo Capitolino Rome/ The Art Archive/ Picture Desk

photographie

Pythagore

Pythagore
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)
  • : maître assistant de philosophie à la faculté des lettres et sciences humaines de Poitiers

Classification


Autres références

«  PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME  » est également traité dans :

PYTHAGORE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Fils d'un marchand de Tyr établi à Samos, Pythagore de Samos est considéré comme le premier pur mathématicien ; ses premiers biographes le présentaient comme un être pourvu d'attributs divins. Il rencontra Thalès et suivit à Milet l'enseignement de son élève Anaximandre. Il quitte Samos en — 535 pour l'Égypte dont il adopte de nombreuses croyances. Emmené pris […] Lire la suite

ABARIS (VIe s. av. J.-C. ?)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 178 mots

Philosophe et mage mi-historique, mi-fabuleux (peut-être du ~ VI e siècle). Les témoignages dont on dispose à son sujet le font vivre tantôt au ~ VII e , tantôt au ~ VI e , voire au ~ V e  siècle ; en fait, il semble qu'Abaris, comme Aristéas et Épiménidès, ait été un des chefs de file de la réaction religieuse et mystique qui se produit au ~ VI e  siècle contre l'essor du rationalisme. Selon la […] Lire la suite

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 826 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Acousmatique et acoustique »  : […] Et tout d'abord d'où vient acousmatique, ce mot rare retrouvé du vi e   siècle avant J.-C. et attribué à Pythagore ? Dans Musique animée , une émission du Groupe de musique concrète de 1955, l'écrivain et poète Jérôme Peignot déclarait à propos des vives réflexions terminologiques sur les premières « musiques de bruits » : « Quels mots pourraient désigner cette distance qui sépare les sons de leur […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de p […] Lire la suite

ARCHYTAS DE TARENTE (env. 440-env. 360 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

Né vers 440 avant J.-C. et mort vers 360 avant J.-C. à Tarente, colonie grecque d'Italie du Sud, Archytas de Tarente est un scientifique, philosophe et mathématicien de l'école de Pythagore. Son ami proche, Platon, se fonde sur ses travaux mathématiques. Quelques sources prouvent qu'Euclide s'en sert aussi dans le Livre VIII de ses Éléments pour élaborer sa théorie des nombres. Archytas de Tare […] Lire la suite

ARISTOXÈNE DE TARENTE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 288 mots

Aristoxène le Musicien, né à Tarente entre ~ 356 et ~ 352, élève d'Aristote et ami de Dicéarque, a participé aux grands travaux historiques et scientifiques du Lycée sous le scolarquat de Théophraste, en écrivant — sur la musique, son histoire, son enseignement, ses instruments, ses principes — des ouvrages qui eurent une influence considérable. Parmi les quatre cent cinquante-trois livres que Sui […] Lire la suite

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme en Grèce »  : […] L' ascétisme a joué un grand rôle dans certaines des écoles philosophiques de la Grèce ancienne. On distinguera ici une tradition dualiste de l'ascèse- purification et une tradition « réaliste » de l'ascèse comme retour à la nature. La première remonte au pythagorisme et à l' orphisme. C'est la tradition du corps-tombeau ( sôma =  sêma ) à laquelle Platon a donné ses lettres de noblesse dans le […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école ionienne »  : […] Le premier grand nom de la science grecque est celui de Thalès (env. 625-547 av. J.-C.), fondateur de l'école ionienne, qui fleurit à Milet, en Asie Mineure, et dans l'île de Samos. Pour lui, la Terre est un disque circulaire flottant comme un morceau de bois sur une sorte d'océan dont la substance est source de tout et dont l'évaporation donne l'air. Anaximandre (env. 610-540 av. J.-C.), discipl […] Lire la suite

CATHARSIS

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 815 mots

Dans sa Poétique , Aristote justifie la tragédie en lui attribuant un pouvoir de purification ( katharsis ) des passions du spectateur. Assistant à un tel spectacle, l'être humain se libérerait des tensions psychiques, qui s'extériorisent sur le mode de l'émotion et de la sympathie avec l'action représentée (induisant pitié, colère, etc.). Cette interprétation de la catharsis se rapporte à une con […] Lire la suite

CROTONE

  • Écrit par 
  • Jacques DUMONT
  •  • 240 mots

Colonie grecque d'Italie du Sud, fondée en ~ 709 par l'œciste achéen Myscellos de Rhypes, selon un double oracle de Delphes qui promet aux Syracusains la richesse, et aux Crotoniates la santé. Crotone bénéficie d'un double port et d'un arrière-pays fertile mais limité. Elle fonde Caulonia, Skyllètion et Térina sur le versant nord de la Calabre. Le philosophe Pythagore de Samos y arrive vers ~ 530, […] Lire la suite

DÉMIURGE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 967 mots

La notion de démiurge revient à penser la réalité comme une création, puis de réduire celle-ci à une fabrication. L'histoire des civilisations et la continuité des traditions culturelles montrent que le thème du démiurge est largement réparti et singulièrement constant au cours de l'histoire humaine. Comment expliquer cette insistance et cette universalité ? Pour y répondre, il serait nécessaire d […] Lire la suite

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Dans le chapitre « Philosophie occidentale »  : […] Les pythagoriciens, qui sont peut-être les plus anciens philosophes d'Occident (car les Ioniens étaient des physiciens), sont aussi, semble-t-il, les premiers qui puissent être appelés dualistes. D'une part, ils enseignaient que toutes choses sont composées de contraires : un et multiple, limité et illimité, impair et pair, masculin et féminin, repos et mouvement, lumière et obscurité, bien et mal […] Lire la suite

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « Empédocle et les pythagoriciens »  : […] Au milieu du v e  siècle avant J.-C., Empédocle d'Agrigente tenta de concilier la permanence des substances avec le changement perpétuel des apparences de l'Univers. Ce qui nous apparaît comme le commencement ou la fin d'un être n'est qu'une illusion ; en réalité, il n'y a rien que mélange, réunion et combinaisons qui s'opposent à la séparation des constituants et à leur décomposition. Les élémen […] Lire la suite

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enfer et paradis orphiques »  : […] Il est probable que ce passage de L'Odyssée reflète des influences orphiques. Ce sont en effet les orphiques qui ont modifié la conception traditionnelle de l'autre monde. Selon leurs vues, on subit dans l'Hadès la peine des péchés qu'on n'a pas expiés sur la terre. En descendant aux enfers, l'âme sera châtiée ou récompensée suivant ses fautes ou ses mérites. « Les coupables sont condamnés à de […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du visible à l'invisible »  : […] Ce n'est pas uniquement de façon métaphysique, comme le veut Platon, qu'il convient d'interpréter la formule homérique selon laquelle « l'Océan est le père des choses ». Cette première grande affirmation du Devenir a aussi valeur esthétique. Elle renvoie en effet à l'élément liquide, archétype de ce miroitement éblouissant qu'est, pour Homère, le Beau. Car le poète ne nous propose pas vraiment un […] Lire la suite

EXPÉRIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 9 791 mots

Dans le chapitre « La difficile sortie de l’empirisme »  : […] Il n’en reste pas moins que Platon est sans doute plus éclairant qu’Aristote pour rendre compte des limites du savoir empirique. Arrêtons-nous sur l’exemple privilégié des mathématiques. Pour répondre à un problème pratique, celui de la mesure des terrains qui étaient régulièrement submergés par les crues du Nil, les Égyptiens avaient élaboré des techniques de triangulation très efficaces. Ces te […] Lire la suite

GAMME

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « Vers la plus grande généralisation possible »  : […] Il ressort de tout ce qui précède que l'évolution des modes et des gammes se traduit par un effort constant pour donner à l'ensemble des fréquences audibles une sorte de statut qui permette de choisir, l'une étant prise comme fréquence de base, celles qui serviront ensuite à faire véritablement de la musique. De ce point de vue, le système tempéré occidental est un immense succès puisqu'on lui do […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps des philosophes »  : […] Pythagore ( vi e  s. av. J.-C.), « le sage de Samos », est une figure multiforme et, bien qu'il n'ait laissé aucun écrit, son influence a été énorme. Chef religieux (il avait été initié aux mystères égyptiens), philosophe, mathématicien, il introduisit dans la pensée la mystique du nombre et, par une série d'expériences célèbres, sut y rattacher la musique dont il découvrit la loi physique fondame […] Lire la suite

JOACHIM DE FLORE (1132 env.-env. 1202)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une exégèse arithmologique »  : […] Multipliant les symboles numériques, Joachim combine les trois vertus théologales aux sept dons de l'Esprit pour obtenir le « dénaire » pythagoricien (somme des quatre premiers nombres) ; mais le chiffre 5 joue aussi son rôle et, s'ajoutant au 7, produit le 12. À titre d'exemple, on peut évoquer la théorie des douze « intelligences ». Les cinq premières (correspondant aux vertus de foi, de patien […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel DETIENNE, Daniel SAINTILLAN, « PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagore-et-pythagorisme/