Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHYTAS DE TARENTE (env. 440-env. 360 av. J.-C.)

Né vers 440 avant J.-C. et mort vers 360 avant J.-C. à Tarente, colonie grecque d'Italie du Sud, Archytas de Tarente est un scientifique, philosophe et mathématicien de l'école de Pythagore. Son ami proche, Platon, se fonde sur ses travaux mathématiques. Quelques sources prouvent qu'Euclide s'en sert aussi dans le Livre VIII de ses Éléments pour élaborer sa théorie des nombres. Archytas de Tarente est également un personnage public important. Pendant sept ans (à partir de 367 av. J.-C.), il occupe en effet le poste de gouverneur de la ville.

Disciple de Pythagore, qui démontre que les chiffres sont le fondement de tout phénomène, Archytas de Tarente associe l'observation empirique et la théorie pythagoricienne. Il en dérive la duplication du cube grâce une construction ingénieuse faisant appel à la géométrie des corps solides. Pour cela, il utilise en effet l'intersection d'un cône, d'une sphère et d'un cylindre. Son prédécesseur Hippocrate de Chios démontre que, connaissant la longueur du côté a d'un cube, considérant deux segments linéaires b et c obéissant à la relation a/b = b/c = c/2a, le volume d'un cube de côté b est double de celui de côté a (en effet, dans ce cas, b3 = 2a3). La contribution d'Archytas de Tarente consiste à montrer comment, connaissant a, construire des segments b et c aux proportions correctes.

Archytas de Tarente applique aussi la théorie des proportions à l'harmonie musicale. Il démontre que, si n et n + 1 sont deux nombres entiers consécutifs, il n'existe pas de nombre rationnel b tel que n/b = b/(n + 1). Cela lui permet de décrire l'intervalle de ton de la gamme enharmonique (dièses et bémols), qui vient ainsi s'ajouter aux gammes chromatique et diatonique. Rejetant les affirmations antérieures selon lesquelles l'intervalle de ton d'un instrument à cordes est lié à la longueur ou à la tension de ces dernières, il démontre que le ton est lié aux vibrations de l'air. Cependant, il se trompe en en concluant que la vitesse de propagation des vibrations vers l'oreille est un facteur déterminant la hauteur du ton.

La célébrité d'Archytas de Tarente repose sur ses démonstrations en géométrie, en acoustique et en théorie musicale, plutôt que sur ses explications idéalistes des relations humaines et de la nature des sociétés d'après la théorie pythagoricienne des nombres.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

    • Écrit par Pierre AUBENQUE
    • 11 137 mots
    • 8 médias
    ...également actifs dans le domaine de la médecine avec Alcméon de Crotone (env. 520-450) et de l'astronomie avec Philolaos (fin vie-début ve s.). Mais ils contribueront surtout au progrès des mathématiques avec Archytas de Tarente (env. 440-360) et un autre grand mathématicien contemporain de Platon...
  • AUTOMATE

    • Écrit par Jean-Claude BEAUNE, André DOYON, Lucien LIAIGRE
    • 6 648 mots
    • 2 médias
    ...attendant Posidonius – souffle sur des terres où les mathématiques s'allièrent, très souvent par nécessité (Denys le Tyran), avec la science des machines. Il est significatif que la tradition ait vu en Archytas, général plusieurs fois victorieux (438-365 av. J.-C.), un homme qui inventa le moufle, construisit...
  • PROPORTION

    • Écrit par Philippe BOUDON, Jacques GUILLERME
    • 8 236 mots
    ...séquence engendre une progression. Les mathématiciens grecs ont défini et classé des relations dont l'ensemble constitue la théorie des médiétés. Archytas fait état de trois proportions, l'arithmétique, la géométrique et la subcontraire ou harmonique. Dans l'arithmétique, chaque terme conséquent...

Voir aussi