Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OLYMPIE

De nos jours célèbre avant tout pour les compétitions sportives qui s'y déroulaient, Olympie était d'abord, pour les Anciens, un sanctuaire : les Jeux n'étaient qu'un des aspects du culte de Zeus « père et maître des dieux », mais celui, il est vrai, qui lui valut sa réputation universelle, attirant une foule considérable. Des offrandes innombrables et diverses étaient dues à la piété des fidèles, individus ou cités. Olympie tient une grande place dans l'histoire antique, du fait des rivalités que son importance internationale suscitait, et dans la civilisation hellénique, dont elle a contribué à dégager ou à renforcer certains caractères fondamentaux.

Grèce : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Grèce : carte administrative

<it>Victoire</it> de Paionios - crédits : J. Hios/ AKG-images

Victoire de Paionios

Olympie : plan - crédits : Encyclopædia Universalis France

Olympie : plan

Le site se trouve dans le Péloponnèse occidental, au pied du mont Kronion, à une vingtaine de kilomètres de l'embouchure de l'Alphée, sur une terrasse au confluent de ce fleuve et du Kladéos. Il s'agit uniquement d'un sanctuaire, non d'une cité ; la maîtrise en a le plus souvent appartenu à Élis, au prix de graves conflits avec les États voisins.

Palestre d'Olympie - crédits : D. J. MacCoy/ Black Star

Palestre d'Olympie

Les édifices athlétiques sont situés en dehors de l'enceinte sacrée ou Altis : palestre et gymnase à l'ouest, stade et hippodrome à l'est. Ils sont mal conservés ou même complètement détruits par suite des inondations de l'Alphée et du Kladéos.

Les compétitions

Les jeux Olympiques avaient lieu tous les quatre ans, en plein été. Ils étaient patronnés par les Éléens qui désignaient à cette fin un collège de dix magistrats, les hellanodices ou juges des Grecs, à la fois organisateurs et arbitres. Leur ouverture était annoncée par des ambassadeurs éléens qui se rendaient de ville en ville, partout reçus avec les plus grands honneurs. Après leur passage, une trêve sacrée suspendait les hostilités internationales et rendait le sanctuaire d'Olympie inviolable : les pèlerins devaient, en effet, pouvoir sans risque entreprendre un voyage souvent fort long et participer aux cérémonies.

Le programme des épreuves a varié continuellement depuis 776 avant J.-C. où le roi d'Élis Iphitos aurait fondé la trêve et procédé à la première célébration. Il est possible, sinon assuré, qu'on n'ait disputé d'abord que la course du stade. Le vainqueur ne cessa par la suite de donner son nom à l'olympiade où il avait triomphé. Rapidement, en tout cas, d'autres compétitions furent ajoutées. Au début du ve siècle, époque où les Jeux atteignirent leur apogée, on comptait treize épreuves : quatre courses à pied, à savoir le stade (192,27 m), le diaulos ou double stade, le dolichos ou course de fond, l'hoplitodrome ou course en armes ; trois sports de combat, lutte, boxe et pancrace ; une épreuve composite, le pentathlon, où les concurrents avaient à se mesurer au stade, au saut en longueur, au lancement du disque, à celui du javelot et à la lutte ; deux courses hippiques, à cheval monté et en char à quatre chevaux. Enfin, à côté des adultes, les enfants (des « juniors ») disputaient la course du stade, s'affrontaient à la lutte et à la boxe. Ce programme, résultant de suppressions aussi bien que d'adjonctions, connut encore bien des changements qui entraînèrent, en particulier, la disparition des épreuves hippiques, en raison de leur caractère aristocratique et de leur coût.

Stade d'Olympie, Grèce - crédits : D. Dagli Orti/ DeAgostini/ Getty Images

Stade d'Olympie, Grèce

lanceurs de javelot à la palestre - crédits : Museo Nazionale Taranto/ Dagli Orti/ The Art Archive/ Picture Desk

lanceurs de javelot à la palestre

Le nombre des compétitions et celui des concurrents obligeait à répartir les Jeux sur plusieurs jours, d'autant que des cérémonies religieuses se mêlaient intimement aux manifestations sportives. Le premier jour commençait par un sacrifice à Zeus. Puis juges et athlètes juraient de respecter un règlement minutieux et sévère : ceux qui y contrevenaient devaient payer de lourdes amendes. Les arbitres établissaient ensuite par tirage au sort les « séries » de chaque épreuve. Dans la soirée, un autre sacrifice était offert à [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Grèce : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Grèce : carte administrative

<it>Victoire</it> de Paionios - crédits : J. Hios/ AKG-images

Victoire de Paionios

Olympie : plan - crédits : Encyclopædia Universalis France

Olympie : plan

Autres références

  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

    • Écrit par André-Jean FESTUGIÈRE, Pierre LÉVÊQUE
    • 20 084 mots
    • 8 médias
    On n'en est pas loin non plus avec les concours célébrés dans plusieurs sanctuaires et notamment à Olympie. Les jeux Olympiques étaient censés remonter à 776, mais en fait leur origine est beaucoup plus ancienne. L'élément initiatique y est capital : la course à pied désigne un vainqueur,...
  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

    • Écrit par Pierre DEVAMBEZ, Agnès ROUVERET
    • 18 518 mots
    • 24 médias
    ...relief connu sous le nom de Trône Ludovisi (musée des Thermes, Rome), dans le Péloponnèse enfin où s'édifie, de 470 à 456, le temple d' Olympie consacré à Zeus. L'architecture sicilienne semble caractérisée par un certain goût du faste, par l'ampleur de ses proportions, par une certaine...
  • JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

    • Écrit par Pierre LAGRUE
    • 8 385 mots
    ...». En l'an 884 avant J.-C., la Grèce est ravagée par la guerre et par une épidémie de peste. Iphitos, roi du petit État d'Élide où se trouve le site d' Olympie, se rend à Delphes pour consulter la Pythie. « Si tu veux calmer la colère des dieux, il te faut restaurer les jeux Olympiques », tel aurait été...
  • JEUX OLYMPIQUES - La renaissance des Jeux

    • Écrit par Pierre LAGRUE
    • 5 087 mots

    Évoquer la renaissance des jeux Olympiques, c'est aussitôt convoquer Pierre de Coubertin. Faire revivre les Jeux de l'Antiquité grecque fut en effet le grand combat de Pierre Fredi, baron de Coubertin. Humaniste et pédagogue, Coubertin souhaitait intégrer le sport dans une réforme pédagogique...

  • Afficher les 12 références

Voir aussi