INITIATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'emploi du terme « initiation » s'est généralisé aujourd'hui pour signifier le fait de mettre au courant un individu aussi bien d'une science, d'un art que d'une profession (par exemple : initiation aux mathématiques), alors qu'il désignait primitivement et surtout l'ensemble des cérémonies par lesquelles on était admis à la connaissance de certains « mystères ». Il est facile de comprendre d'ailleurs comment et pourquoi l'on est passé du sens plus ancien au plus moderne, les pratiques de divers métiers (ceux de forgeron, d'alchimiste, de maçon par exemple) étant gardées secrètes par les maîtres qui ne les révélaient que peu à peu à leurs apprentis. Les ethnologues ont été amenés à distinguer trois types d'initiations : celles qui font entrer les jeunes gens dans la catégorie d'adultes (initiations tribales), celles qui ouvrent l'accès à des sociétés secrètes ou à des confréries fermées (initiations religieuses), celles qui font abandonner la condition humaine normale pour accéder à la possession de pouvoirs surnaturels (initiations magiques). Si le premier type comporte toujours une partie religieuse et fonde le rituel sur des archétypes mythiques, il constitue un rite de passage profane, au contraire du deuxième ; si le premier a pour fonction d'intégrer l'individu dans la société, le troisième au contraire l'en sépare (J. Cazeneuve) ; malgré ces différences, il est possible de trouver une définition générale valable pour les trois : l'initiation est toujours un « processus destiné à réaliser psychologiquement le passage d'un état, réputé inférieur, de l'être à un état supérieur » (S. Hutin).

Rituel de passage

Photographie : Rituel de passage

Une jeune fille apache accomplissant le rituel de passage de la puberté, en Arizona, États-Unis. 

Crédits : Paul Chesley/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Les sociétés archaïques et historiques

Pour l'Antiquité orientale et gréco-romaine, seule est connue l'initiation de type religieux, qui permet l'affiliation à des confréries religieuses, comme celles des curètes, des dactyles, des corybantes ou des cyclopes, et l'admission à des cultes à mystères, comme ceux d'Isis et d'Osiris, de Bacchus et de Déméter, de Mithra, enfin, qui va s'opposer au « mystère » chrétien (le baptême, entrée initiatique dans l'Église chrétienne ayant été d'abord un rituel secret). Cependant, par derrière ces confréries religieuses, on pressent l'existence de la « maison des hommes » caractéristique d'une société tribale, de même que les « mystères », anciens cultes nationaux dénationalisés, laissent aussi deviner à l'arrière-plan des initiations de type tribal. Non que l'on puisse parler d'une évolution logique du premier des trois types d'initiation au deuxième ; il s'agirait plutôt, d'après H. Hubert et M. Mauss, de toute une série de phénomènes de désintégration et de réintégration : « Les idées et les pratiques religieuses, en se détachant du système social auquel elles ont appartenu, changent de caractère. » Quoi qu'il en soit de ce problème qui reste toujours discuté, faute de témoignages historiques suffisants, les cérémonies d'initiation paraissent toujours suivre, dans l'Antiquité, un ordre déterminé.

La première étape était constituée par les rites préalables de purification. Même pour les éranes et les orgeons, associations ouvertes aux femmes, aux étrangers et aux esclaves, des interdits empêchaient les personnes trop profondément souillées de s'approcher des mystères : bâtards, criminels, courtisanes ; et ceux qui pouvaient s'en approcher devaient auparavant se soumettre à des rites, publics, de purification (y compris quelquefois la « confession des péchés »). Les rites, également publics, de sacrifices préparatoires, de processions, accompagnés de chants et de danses, établissaient le cheminement du profane au sacré.

L'initiation proprement dite se faisait dans le secret du sanctuaire et comprenait des épreuves dont le candidat devait sortir vainqueur : lutte avec des monstres (cf. G. Dumézil, Horace et les Curiaces, Paris, 1942), passage à travers une porte étroite, difficile à franchir, fustigations (considérées par J. G. Frazer comme un rite de fertilité, ce qui n'est pas incompatible avec leur signification d'épreuves, chaque moment de la cérémonie pouvant avoir une pluralité de sens symboliques). Probablement aussi, du moins dans certains cas, on inscrivait à même la chair du candidat des « signes mystiques », preuves de sa consécration et de son appartenance au dieu célébré dans le mystère (par exemple, tatouage d'un faon pour les femmes, d'une feuille de lierre pour les hommes chez les dionysiastes (cf. P. Perdizet, Cultes et mythes du Pangée, Paris, 1910). Souvent on exhibait des objets rituels, dont était révélée la signification profonde : par exemple à Éleusis, d'un sanctuaire à l'autre, le safran, la figue et l'épi de blé ; Tertullien affirme que dans certains mystères on exhibait le phallus, ce qui est vraisemblable.

L'initiation se prolongeait par l'époptie, représentation théâtrale d'un mythe et enseignement d'un secret à partir de jeux scéniques. Il semble que, du moins pour les mystères (car, pour les confréries, il s'agissait plutôt d'un secret magique pour amener la pluie, nourrir le feu), ces représentations consistaient à « tuer » l'individu (Osiris coupé en morceaux, Bacchus déchiré par les bacchantes) pour le faire ressusciter à une vie nouvelle ; il est donc compréhensible que la mort et la résurrection des dieux de la végétation aient pu symboliser ces morts et ces résurrections initiatiques et que les mythes de la plante qui dépérit en hiver pour renaître au printemps aient fourni les divers scénarios de ces représentations (M. Eliade). Le nouvel initié devait alors jurer de garder le secret sur ce qu'il avait vu et appris ; il recevait souvent un autre nom. Les cérémonies de clôture qui suivaient étaient publiques, avec des jeux et des danses qui manifestaient la joie du retour du myste à la vie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  INITIATION  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classes d'âges »  : […] Sans doute l'initiation est-elle d'abord un mode d' intégration à un groupe social et, la plupart du temps, elle coïncide avec les âges de la vie, notamment avec les passages de l'enfance à l'âge adulte. C'est un processus de socialisation des jeunes, qui peuvent, rassemblés en classes d'âges, passer un temps plus ou moins long, en dehors du village, à recevoir l'éducation que tout homme du grou […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « Les reliquaires fang »  : […] C'est le chef de famille, chez les Fang, qui était l'officiant de droit du culte ancestral, le byéri , les autres hommes du lignage n'étant que de simples initiés. Les crânes, entiers ou en fragments, étaient soigneusement nettoyés, séchés puis parfois décorés – incrustations de laiton ou peinture blanche ou rouge – et mis dans un coffre cylindrique en écorce cousue ; le reliquaire était surmont […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La science de la Balance jabirienne »  : […] L'œuvre considérable de Jābir ibn Hayyān, Geber en latin, compterait trois mille traités, s'il fallait en croire la tradition et même certains orientalistes. On a supposé que Jābir dont la naissance et la mort se situent, approximativement, entre 730 et 804, aurait été le nom choisi par les Ikhwān al Safā , les « Frères de la Pureté et de la Fidélité », qui eurent leur centre à Basra et y rédigère […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des Fon (Bénin), le Grand Dieu qu'ils adorent s'appelan […] Lire la suite

‘AṬṬĀR FARĪD AL-DĪN MUḤAMMAD B. IBRAHĪM dit (1119 env.-env. 1190)

  • Écrit par 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR
  •  • 1 307 mots

Dans le chapitre « Poésie et mystique »  : […] Le Langage des oiseaux est un poème déjà bien connu. Son titre est coranique (XXVII, 16, cf. 20). Avicenne avait composé un récit initiatique sur ce thème de l'oiseau, symbole de l'âme, pris aux filets du monde, retournant par degrés vers son roi. Ahmad Ghazāli écrivit à son tour, en persan, un récit sur le pèlerinage des oiseaux vers leur roi ; il insistait sur les épreuves du chemin, mais son r […] Lire la suite

BAPTÊME

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 3 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Baptêmes juifs »  : […] La religion juive comportait des rites d'ablutions, qui sont consignés dans le Lévitique. Ainsi, pour l'ordination des prêtres (Lév., viii, 1), pour la consécration de l'autel : « Moïse fit sept aspersions sur l'autel et oignit, pour les consacrer, l'huile et les ustensiles » (Lév., viii, 11). Très importantes étaient les ablutions destinées à purifier ce qui était rituellement devenu impur. Ains […] Lire la suite

CANDOMBLÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Marie REMY
  •  • 1 782 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rites initiatiques »  : […] L'axé n'est pas cependant le privilège exclusif des dieux ; les hommes peuvent l'acquérir par une initiation progressive dont le premier degré est le « lavage du collier ». Cette consécration a lieu sur la pierre de l'orixá, et la tête du destinataire sera lavée avec les mêmes eaux. Elle établit aussi un lien entre celui-ci et le terreiro. Le possesseur du collier sera dès lors soumis à des oblig […] Lire la suite

CATHARSIS

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 815 mots

Dans sa Poétique , Aristote justifie la tragédie en lui attribuant un pouvoir de purification ( katharsis ) des passions du spectateur. Assistant à un tel spectacle, l'être humain se libérerait des tensions psychiques, qui s'extériorisent sur le mode de l'émotion et de la sympathie avec l'action représentée (induisant pitié, colère, etc.). Cette interprétation de la catharsis se rapporte à une con […] Lire la suite

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Le chamanisme de chasse : échange avec la surnature nourricière »  : […] De fait, dans les sociétés classiquement considérées comme chamaniques, le chamanisme est étroitement lié à la chasse : il a pour fonction essentielle d'assurer la perpétuation de la vie en soumettant à des règles l'obtention du gibier, lui imposant un ordre qui à la fois pallie les aléas de son apparition et justifie sa prise par l'homme ; c'est une fonction régulière, fondamentale. Elle repose s […] Lire la suite

CHEMIN, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 895 mots

Dans toute tradition religieuse ou métaphysique, l'image du chemin est un symbole de la quête de l'Être. Il s'agit probablement d'une des images les plus sacrées — ce qu'exprime bien la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean XIV, 6). De fait, que ce soit par la médiation des arts plastiques ou par celle de la littérature et de la poésie, voire de la musique, de la myth […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 février 1985 France. Présentation de la réforme de l'école primaire

l'initiation à l'informatique. En revanche, les activités d'éveil seront supprimées. Les nouveaux programmes seront rendus publics le 22 avril et aussitôt largement diffusés en livre de poche. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BASTIDE, « INITIATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/