PHOSPHORE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Phosphore : isotopes radioactifs

Phosphore : isotopes radioactifs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Phosphore : résonance magnétique nucléaire des dérivés phosphorés contenant l'atome 31P

Phosphore : résonance magnétique nucléaire des dérivés phosphorés contenant l'atome 31P
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Phosphores blanc et rouge : réactivité

Phosphores blanc et rouge : réactivité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Oxydroréduction du phosphore

Oxydroréduction du phosphore
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


Oxoacides, oxoanions et oxosels

La chimie des oxoacides du phosphore est extrêmement complexe et, de ce fait, il y eut pendant longtemps beaucoup de confusion parmi l'ensemble des composés que l'on arrivait à préparer. Actuellement, les déterminations structurales sont mieux connues. On peut diviser les oxoacides du phosphore en deux grandes classes : les oxoacides inférieurs et les oxoacides correspondant à l'acide orthophosphorique et aux acides phosphoriques condensés.

Dans tous ces acides, la présentation du nombre d'oxydation attribué au phosphore est primordiale pour un classement convenable et les notations de Blaser et Worms sont très précieuses. Ces notations sont fondées sur les liaisons entre le phosphore et les atomes qui composent les squelettes d'une combinaison donnée. Dans tous les oxoacides, l'atome de phosphore est lié à un ou plusieurs groupes OH ionisables. De plus, pratiquement dans tous les cas, on rencontrera pour l'atome de phosphore la configuration la plus stable correspondant à l'hybridation sp3. On aura donc quatre atomes directement liés au phosphore suivant un arrangement de type tétraédrique plus ou moins déformé.

Il y a alors six combinaisons possibles qui conduisent à six structures types dont les atomes de phosphore centraux ont par convention les nombres d'oxydation donnés dans le tableau 6. On peut ainsi s'attendre à un assez grand nombre d'oxoacides inférieurs mettant en jeu des phosphores PI à PV ainsi qu'à plusieurs types d'acides phosphoriques où l'on ne rencontrera que le phosphore PV.

Oxoacides : combinaisons structurales

Oxoacides : combinaisons structurales

Tableau

Combinaisons structurales des oxo-acides du phosphore. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Oxoacides inférieurs

Assez nombreux, de structure linéaire ou cyclique, les oxoacides inférieurs ne sont pas toujours isolés en tant qu'acides, mais au moins connus en tant que sels. On ne donnera ici des indications que sur quelques-uns d'entre eux.

L'acide hypophosphoreux H3PO2 (acide en PI) peut être préparé à partir d'une solution d'hydroxyde de baryum traitée à l'ébullition avec du phosphore blanc. Il se forme également le sel de baryum de l'acide orthophosphoreux H3PO3 (acide en PIII), qui est insoluble. La préparation peut être réalisée en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, ingénieur géologue, École nationale des sciences géographiques, conseiller scientifique au Bureau de recherches géologiques et minières
  • : professeur à l'École polytechnique, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur à l'université des sciences humaines de Nanterre

Classification


Autres références

«  PHOSPHORE  » est également traité dans :

AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

  • Écrit par 
  • François PAPY
  •  • 7 392 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sélection génétique et engrais minéraux »  : […] Après une longue période de stagnation, les rendements des cultures augmentent grâce à la sélection végétale et à l'emploi des engrais minéraux. La sélection végétale débute vers la fin du xix e  siècle dans toute l'Europe. À cette époque, en France, Vilmorin repère les meilleurs blés et entreprend des croisements pour créer de nouvelles variété […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agriculture-agriculture-et-industrialisation/#i_3413

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 199 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bronzes complexes »  : […] Les principaux éléments d'addition sont le phosphore, le zinc et le plomb. Le phosphore, sous la forme de phosphure de cuivre, est utilisé pour désoxyder les bronzes, qui en renferment donc toujours un peu. À des teneurs plus élevées (de 0,1 à 0,2 p. 100), il forme avec le cuivre un composé Cu 3 P, dur et fragile, qui augmente la dureté et surtout améliore les qualités de frottement. L' incorporat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuivre/#i_3413

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Le phosphore »  : […] Le phosphore (P) est un élément essentiel de la matière vivante, suffisamment rare pour constituer un élément limitant pour de nombreux écosystèmes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_3413

EAU - Approvisionnement et traitement

  • Écrit par 
  • Georges BREBION, 
  • Cyrille GOMELLA, 
  • Bernard LEGUBE
  •  • 10 031 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le principe du traitement biologique  »  : […] L' épuration biologique des eaux usées peut être mise en œuvre dans des réacteurs à biomasse libre (réacteurs dits à « boues activées », lagunage naturel ou aéré), où les micro-organismes se développent en suspension dans l'eau (boues activées), ou encore dans des réacteurs à biomasse fixée dans lesquels les micro-organismes se développent sur un support grossier ou sur un garnissage plastique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-approvisionnement-et-traitement/#i_3413

ENGRAIS

  • Écrit par 
  • Albert DAUJAT, 
  • Philippe ÉVEILLARD, 
  • Jean HEBERT, 
  • Jean-Claude IGNAZI
  •  • 9 960 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Phosphore et eau »  : […] Le sol a une grande aptitude à fixer le phosphore. Les pertes du sol en phosphore sont donc très modestes. Dans les conditions les plus défavorables de sols sableux acides, l'Institut national de la recherche agronomique (I.N.R.A.) a mesuré une perte de l'ordre de 1 kilogramme de P 2 O 5 par hectare et par an sous une forte pluviométrie dans les Landes. Les pertes moyennes mesurées sur le bassi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engrais/#i_3413

EUTROPHISATION

  • Écrit par 
  • Roger CHESSELET
  •  • 523 mots

Lorsque, par son activité, l'homme introduit par inadvertance des éléments nutritifs comme le phosphore (principalement sous forme d'orthophosphates) ou l'azote (sous forme d'ammonium, de nitrates ou de nitrites) dans le milieu marin ou lacustre, un phénomène appelé eutrophisation se produit souvent, qui se manifeste par un changement au niveau de la diversification des algues. On constate en effe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eutrophisation/#i_3413

FER - L'élément métallique

  • Écrit par 
  • Simone TALBOT-BESNARD
  •  • 2 789 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Composés minéraux »  : […] Le diagramme de la figure situe le domaine d'existence des différents oxydes : FeO, protoxyde de fer ; Fe 3 O 4 , magnétite  Fe 2 O 3 , sesquioxyde. Le protoxyde FeO est métastable à la température ordinaire. Il se forme au cours des traitements du minerai de fer et du travail à chaud du métal. Sa composition peut s'écarter notablement de la composition stœchiométrique, ce qui le rapproche d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fer-l-element-metallique/#i_3413

FER - Minerais de fer

  • Écrit par 
  • Louis BUBENICEK, 
  • Éric HESS, 
  • Richard PAZDEJ
  •  • 5 179 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les minerais de fer oolithiques »  : […] Très répandus, ils constituent fréquemment les approvisionnements locaux des anciennes sidérurgies. Les gisements sont d'importance variable, certains sont énormes (gisement lorrain, par exemple). On en trouve de tous âges depuis le Protérozoïque, mais ils sont surtout développés à certaines époques favorables : Ordovicien, Lias, Crétacé. La caractéristique dominante des gisements est la couche ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fer-minerais-de-fer/#i_3413

GEISSLER HEINRICH (1815-1879)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 335 mots

Mécanicien et physicien allemand, né à Igelshied (Thuringe) et mort à Bonn. Fils d'un souffleur de verre, Heinrich Geissler apprit lui-même ce métier dans le duché de Saxe-Werningen et l'exerça dans plusieurs universités allemandes, parmi lesquelles l'université de Munich. Entré en tant que mécanicien à l'université de Bonn (1852), il y établit un laboratoire de fabrication d'instruments de physiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-geissler/#i_3413

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Hormone parathyroïdienne »  : […] Les petites glandes parathyroïdes, généralement au nombre de quatre, donnent naissance à la parathormone , constituée par une chaîne de quatre-vingts aminoacides. Cette hormone élève le taux du calcium, abaisse la teneur du phosphore dans le sang et intensifie l'élimination urinaire de ces deux éléments. Ces effets résultent d'une double action sur les reins et sur l'os . A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_3413

IODHYDRIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 252 mots

Formule brute : HI Masse moléculaire : 127,91 g Point d'ébullition : — 34 0 C Point de fusion : — 50,8 0 C Température critique : 150,5 0 C. Gaz incolore, d'odeur piquante fumant à l'air, se condensant en un liquide incolore, l'iodure d'hydrogène est très soluble dans l'eau, qui, à la température ambiante, dissout 400 volum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-iodhydrique/#i_3413

ISUA VOLCANS DE BOUE D'

  • Écrit par 
  • Frédéric MOYNIER
  •  • 277 mots
  •  • 1 média

La zone d'Isua (sud-est du Groenland) contient certaines des plus anciennes roches terrestres connues, avec un âge d'environ 3,8 milliards d'années. L'application d'outils isotopiques, qui aident à mieux connaître dans quel environnement ces roches se sont formées, peut indiquer si ces roches se sont formées dans des conditions favorables à l'apparition de la vie sur Terre. Par exemple, les rappo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volcans-de-boue-d-isua/#i_3413

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Applications thérapeutiques »  : […] Les applications thérapeutiques de la médecine nucléaire portent exclusivement sur l'utilisation des radioéléments en sources non scellées. Sont donc exclues de ce domaine thérapeutique la cobalthérapie et la curithérapie, dans lesquelles le radioélément est enfermé dans une enveloppe étanche. L'action thérapeutique est liée à l'effet destructeur du rayonnement émis par le radioélément sur les c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_3413

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 852 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Métabolisme du phosphore »  : […] Moins bien connu que celui du calcium, le métabolisme du phosphore est beaucoup plus complexe, car il est lié à de nombreux phénomènes métaboliques extra-osseux. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_3413

PHOSPHORÉMIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 262 mots

Dosage de la concentration du phosphore contenu dans les phosphates inorganiques du plasma. La phosphorémie normale subit de notables variations chez une population de sujets sains : elle est comprise entre 30 et 45 mg/l chez l'adulte, et elle est plus élevée chez l'enfant. La phosphorémie joue un rôle important dans la régulation de la calcémie. Le produit PO 4 3—  Œ Ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phosphoremie/#i_3413

PHYTIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Armand TIBI
  •  • 562 mots

Extrait par Palladin, en 1891, de diverses graines et étudié par Winterstein qui, en 1897, montra qu'il s'agit d'un sel double de calcium et de magnésium dont l'hydrolyse libère un polyol cyclique, le méso-inositol, l'acide phytique est donc l'ester hexa-orthophosphorique du méso-inositol. L'acide phytique est le constituant phosphoré le plus abondant des végétaux ; il est localisé exclusivement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-phytique/#i_3413

SIDÉRURGIE

  • Écrit par 
  • Jean DUFLOT
  •  • 18 153 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Déphosphoration »  : […] Si le phosphore est favorable à la rigidité des tôles et à l'adhérence du zinc en galvanisation, il est moins apprécié dans son action sur le vieillissement, la fragilité au bleu, etc. On cherchera donc en général à l'éliminer. Le phosphore peut s'oxyder par la réaction : Toutefois, le diagramme de Richardson-Ellingham montre qu'en phase liquide et en l'absence de tout autre corps, l'oxydation du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siderurgie/#i_3413

SOLS - Physico-chimie

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHET
  •  • 1 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Conséquences relatives à l'alimentation des plantes et à la fertilisation »  : […] Le tableau indique la teneur approximative en éléments nutritifs adsorbables du sol et de sa phase liquide, ainsi que les quantités transportées vers les racines par le déplacement de cette phase liquide sous l'effet de la transpiration des cultures. L'approvisionnement de la rhizosphère en calcium et en magnésium ne pose pas de grand problème, mais il en va tout différemment pour le potassium e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-physico-chimie/#i_3413

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice SLANSKY, François MATHEY, Maurice MAURIN, « PHOSPHORE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phosphore/