Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PICARDIE

Picardie : carte administrative avant réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

Picardie : carte administrative avant réforme

Créée dans les années 1960-1970 au moment du rééquilibrage territorial entre Paris et la province, la Picardie est, depuis le 1er janvier 2016, regroupée avec le Nord–Pas-de-Calais au sein d’une même région, qui se nomme Hauts-de-France depuis septembre 2016.

La Picardie, avec 1 922 300 habitants en 2012, fait figure de région rurale, sinon de désert relatif, même si la densité de son peuplement (99 hab./km2) n'est pas très éloignée de la moyenne française (118) et que sa population comprenne près de deux tiers de citadins. Certes, ses deux agglomérations principales, Amiens et Creil, ne comptaient en 2012 que 174 900 et 117 600 habitants ; mais on y dénombre plus de cent autres agglomérations, modestes (Beauvais, Saint-Quentin, Compiègne, Soissons, qui comptent entre 100 000 et 50 000 habitants) ou petites, qui procurent à la région un solide maillage urbain et industriel.

La Picardie est en effet à la fois la troisième région industrielle de France, avec 21 p. 100 de sa population active employés dans l'industrie, et une des premières régions agricoles.

Diversité et unité

Le nom de Picardie, apparu au xiiie siècle, s'appliqua primitivement à une aire linguistique, celle du picard – étendue jusqu'en Wallonie – avant de se restreindre, au xvie siècle, aux pays, longtemps morcelés en multiples entités administratives, situés entre l'Île-de-France et les anciens Pays-Bas. L'unité de ce territoire a toujours eu du mal à s'affirmer, et cela était encore vrai pour la région jusqu’en 2015 même si elle ne regroupait que trois départements : l'Aisne, l'Oise et la Somme. Son histoire fut longtemps celle d'un glacis protégeant Paris et le cœur du royaume de France des coups de main des voisins septentrionaux, flamand, anglais, puis espagnol ou autrichien. Ce rôle, peu propice à l'affirmation d'une conscience régionale, lui fut encore dévolu durant la Première Guerre mondiale. Le développement urbain et économique contemporain a par ailleurs renforcé les multiples tendances centrifuges : le sud de l'Oise, principal foyer économique de Picardie, appartient à l'aire d'attraction quotidienne de Paris ; le nord-ouest de l'Aisne a conservé d'importants liens industriels et commerciaux avec le département du Nord ; les régions de Château-Thierry et de Laon sont tournées vers la Champagne. Seuls le département de la Somme et Amiens paraissent vraiment concernés par l'affirmation d'une identité picarde.

Contrairement à ce que l'on observe dans la plupart des régions françaises, la géographie physique confère à la Picardie plus d'unité que le milieu humain. Cette région correspond presque exclusivement aux bassins hydrographiques de l'Oise et de la Somme, auxquels ne s'ajoutent que des portions de ceux de la Marne, au sud-est, et de deux petits fleuves côtiers, l'Authie et la Bresle, au nord-ouest. Les altitudes se relèvent quelque peu en Thiérache, au contact de l'Ardenne, au nord-est ; mais ailleurs elles ne dépassent pas 200 mètres. Partout dominent de grands horizons tranquilles que soulignent, plus qu'ils ne le rompent, l'enfoncement des vallées et la forte déclivité des coteaux qui bordent les plateaux. Ici la géologie est peu tourmentée ; le relief n'est rythmé que par les douces ondulations et les différences de dureté des couches sédimentaires empilées dans la cuvette du Bassin parisien.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université des sciences et technologies de Lille (Lille-I)

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Jean THUMERELLE. PICARDIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

Picardie : carte administrative avant réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

Picardie : carte administrative avant réforme

Autres références

  • HAUTS-de-FRANCE, région administrative

    • Écrit par
    • 188 mots
    • 1 média

    La région Hauts-de-France, qui s’est nommée à titre provisoire Nord-Pas-de-Calais-Picardie, a été créée par la loi du 16 janvier 2015 – relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. La fusion est effective depuis le 1...

  • AMIENS

    • Écrit par
    • 803 mots
    • 3 médias

    Amiens, avec 135 800 habitants recensés en 2012, chef-lieu du département de la Somme et de la région Picardie jusqu’au 31 décembre 2015, est la ville-centre d'une agglomération de 174 900 habitants (2012) et d'une aire urbaine de 270 900 habitants (210 communes), développée au cœur de la vallée...

  • BEAUVAIS

    • Écrit par
    • 678 mots
    • 2 médias

    Beauvais, qui comptait 55 739 habitants en 2012, est le chef-lieu du département de l'Oise. La ville assure le fonctionnement administratif d'un département dont le centre de gravité s'est déplacé vers la vallée de l'Oise et ses grands axes de communications (T.G.V., autoroute A 1), dans l'orbite parisienne....

  • CAPÉTIENS (987-1498)

    • Écrit par
    • 8 060 mots
    ...Philippe VI) et les acquisitions de Louis XI : la Cerdagne et le Roussillon conquis en 1463, rendus par Charles VIII en 1482, le duché de Bourgogne et la Picardie, après la mort de Charles le Téméraire (1477), l' Anjou, le Barrois et la Provence par héritage de Charles du Maine (1481). Charles VIII...
  • LAON

    • Écrit par
    • 558 mots
    • 1 média

    Laon, qui comptait 26 318 habitants en 2012 pour la ville proprement dite et 28 682 pour l'agglomération, est le chef-lieu de l'Aisne, département traditionnellement rural et agricole. Hormis pour les fonctions administratives, Laon rayonne sur tout le centre et l'est du département, tandis que les...