KLEE PAUL (1879-1940)

Musique, écriture, peinture ? Pour Klee, l'interrogation domine les années d'apprentissage et détermine, jusqu'au terme, sa pratique créatrice. S'il renonce rapidement à la carrière d'instrumentiste, il continue à s'investir dans la pensée et la pratique musicales (chant, violon). Ses écrits couvrent de multiples domaines : introspection et poésie jusqu'à la Première Guerre mondiale ; théorie et didactique durant les années du Bauhaus. Quant à la peinture, choisie en fin de compte, elle conjuguera continuellement ses modalités propres avec celles des deux autres activités.

Inclassable, ce « peintre-poète » – comme il se définit lui-même – figure aussi parmi les plus féconds des créateurs : son catalogue compte plus de neuf mille titres ; sa réflexion sur l'art évoque, par son ampleur, celle de Léonard de Vinci. Ainsi, Klee reste l'une des personnalités déterminantes du xxe siècle, référence irrécusable de la pensée esthétique actuelle.

L'exploration du « moi »

La genèse d'une vocation

Klee naît à Münchenbuchsee, près de Berne. Pour sa formation, l'apprenti peintre choisit Munich, l'une des capitales artistiques de l'Europe et centre actif du Jugendstil. Dès 1900, il abandonne l'Académie des beaux-arts et les cours de Franz von Stuck, peintre symboliste et animateur de la Sécession. Après le médiocre succès de ses gravures satiriques – les Inventions (1903-1905) –, il s'isole dans une réflexion ontologique et plastique relatée dans un Journal. Au paroxysme de cette phase analytique, les sujets relèvent souvent d'une fantasmatique débridée ou grinçante, comme les illustrations pour le Candide de Voltaire (1912). Cette période de maturation difficile, ponctuée de doutes et de crises, dure jusqu'à la veille de la guerre. Des voyages en constituent les repères révélateurs. D'octobre 1901 à mai 1902, Klee parcourt l'Italie, exprimant souvent sa réserve à l'égard des grands modèles classiques – ainsi, son « oui et non à l'égard de Michel-Ange » (Tagebücher, 406). Il visite Paris en 1905, puis en 1912. Il se familiarise alors – sans compromis – avec le

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, président du centre de recherche Pierre-Francastel

Classification


Autres références

«  KLEE PAUL (1879-1940)  » est également traité dans :

PAUL KLEE, LA COLLECTION D'ERNST BEYELER (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 886 mots

Décédé en février 2010, Ernst Beyeler fut un marchand légendaire et l'un des deux initiateurs de la foire de Bâle qui compte encore aujourd'hui comme l'une des très grandes manifestations internationales concernant l'art moderne et contemporain. En amateur passionné, il aura par ailleurs rassemblé au cours de sa carrière une impressionnante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee-la-collection-d-ernst-beyeler-exposition/#i_234

PAUL KLEE. L'IRONIE À L'OEUVRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 1 150 mots
  •  • 1 média

Enfin ! Telle pouvait être la réaction à l’annonce d’une exposition monographique d’envergure consacrée à Paul Klee , attendue depuis bien longtemps à Paris. Présentée par le Centre Georges-Pompidou du 6 avril au 1er août 2016, Paul Klee. L’ironie à l’œuvre se targuait d’ouvrir de nouvelles perspectives, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee-l-ironie-a-l-oeuvre/#i_234

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse de l'abstraction »  : […] de la réponse donnée à une question proprement philosophique : qu'est-ce que l'art ; Paul Klee, pour sa part, avait tranché : « L'art ne reproduit pas le visible ; il rend visible. Et le domaine graphique, de par sa nature même, pousse à bon droit à l'abstraction » (1920). Depuis lors, un large courant de pensée a tenté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_234

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 456 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une esthétique nouvelle »  : […] Des maîtres aussi indépendants et personnels que Kandinsky et Klee exercèrent sans doute une influence profonde au Bauhaus, mais celui-ci ne fut pas sans agir à son tour sur leur œuvre, qui montre bien une évolution semblable. Le milieu dans lequel ils vivaient – Klee et Kandinsky, qui cherchaient le dialogue, avaient besoin d'un auditoire –, l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bauhaus/#i_234

BERNE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 914 mots
  •  • 2 médias

Le musée des Beaux-Arts de Berne doit sa réputation mondiale à la fondation Paul Klee ainsi qu'à la fondation Rupf qu'il abrite officiellement depuis 1952 et 1962 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-des-beaux-arts-de-berne/#i_234

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 325 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'espace comme mime »  : […] ; çà et là sont placées de rares ponctuations et le puzzle apparaît fait de personnages. Paul Klee nomme ce dessin La Famille en promenade. Où il n'existait rien que l'étendue inerte de la page, le geste de l'artiste a posé, dans la relation qui les soude, le père, la mère et l'enfant, comme tissés l'un dans l'autre et noués […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_234

HUGGLER MAX (1903-1994)

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 809 mots

Voir suffit”  : cette formule lapidaire de Valéry pourrait être mise en exergue à la vie et à l'œuvre de Max Huggler. Conservateur de musée, universitaire et collectionneur lui-même, il fut pendant près de soixante ans un observateur engagé de la scène artistique suisse du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-huggler/#i_234

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De l'officiel au singulier : les Orients du XXe siècle »  : […] Saint-Pétersbourg), renonçant aux précisions pittoresques, exprime la sérénité idéale. Les voyages de Paul Klee (1879-1940) et d’August Macke (1887-1914) en Tunisie (1914) témoignent de recherches identiques : le « motif » disparaît au profit d'une perception synthétique, ici plus abstraite encore. Préparant la structure en carrés de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_234

PEINTURE - Les théories des peintres

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 3 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'élaboration d'une théorie spécifiquement picturale »  : […] dégagent désormais la spécificité du domaine pictural. On peut citer les textes où Klee propose une théorie de la technique comme théorie des signes picturaux et réciproquement : « L'art ne reproduit pas le visible ; il rend visible [...] Les éléments spécifiques de l'art graphique sont des points et des énergies linéaires, planes et spatiales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-theories-des-peintres/#i_234

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un éclairage pictural »  : […] Boulez entretient ou a entretenu avec certaines démarches et techniques de ces peintres. Ainsi sera-t-il avec Klee et sa technique de croissance organique, avec Kandinsky, pour sa revisitation du geste pictural qui privilégie l’effacement du motif, la densité des couleurs, les ellipses dynamiques du mouvement imprimé au pinceau. Ou encore avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-boulez-exposition/#i_234

ROSENGART FONDATION

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 919 mots

Au sous-sol, dans l'atmosphère plus intime de niches qui suggèrent fort bien l'ancienne salle des coffres, le visiteur découvre quelque 120 œuvres de Paul Klee présentées comme des joyaux de façon rigoureusement chronologique : huiles, aquarelles et dessins réalisés entre 1910 et 1940. Cet ensemble s'impose par sa cohérence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-rosengart/#i_234

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude FRONTISI, « KLEE PAUL - (1879-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee/