MARC FRANZ (1880-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cheval dans un paysage, F. Marc

Cheval dans un paysage, F. Marc
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Tyrol, F. Marc

Tyrol, F. Marc
Crédits : AKG

photographie

Petits Chevaux jaunes, F. Marc

Petits Chevaux jaunes, F. Marc
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Parmi les artistes du Blaue Reiter, Franz Marc fut incontestablement le peintre le plus lié à la figuration et au naturalisme. Cependant, le travail qu'il accomplit sur la forme et sur l'espace permet de le situer à la confluence des tendances cubiste, futuriste et expressionniste. Il a été, en effet, avec Feininger et Macke, l'un des artistes les plus ouverts aux acquis des avant-gardes internationales. D'autre part, Marc, curieusement obsédé par le thème des animaux, créera une iconographie originale, dont la valeur symbolique n'a pas d'égal au sein même de l'expressionnisme allemand.

Cheval dans un paysage, F. Marc

Cheval dans un paysage, F. Marc

Photographie

Franz Marc (1880-1916), Cheval dans un paysage. 1910. Huile sur toile. 85 cm X 112 cm. Museum Folkwang, Essen, Allemagne. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Tyrol, F. Marc

Tyrol, F. Marc

Photographie

Franz Marc, «Tyrol», 1913-1914. Huile sur toile, 135,7 cm × 144,5 cm. Staatsgalerie Moderner Kunst, Munich. 

Crédits : AKG

Afficher

Né à Munich, Marc avait grandi dans un milieu d'artistes, car sa famille comptait déjà deux générations de peintres. En 1900, il entra à l'Académie des beaux-arts de Munich et, quelques années plus tard, il tenta des expériences impressionnistes et symbolistes. Vers 1912, il exécutait des œuvres encore figuratives, en essayant toutefois de se détacher de la tridimensionnalité grâce à une gamme chromatique particulièrement intense. Les Chevaux jaunes (1912, coll. part., Berlin) soulignent, d'une part, l'existence d'une recherche décorative et, d'autre part, une valeur particulière accordée au contraste de couleurs pures. Les formes des animaux sont traitées comme un paysage et, d'ailleurs, elles épousent les contours des lointains. La composition révèle également un sentiment panthéiste de la nature, ultime refuge pour l'homme qui vit tragiquement sa destinée sociale. Nous pouvons mesurer le chemin parcouru par l'artiste en comparant cette toile à un autre tableau, Les Trois Chevaux (1911, coll. part., États-Unis), qui le précède d'une seule année, mais qui présente des aspects beaucoup plus conventionnels : progressivement, au cours des années 1911 et 1912, l'homme disparaît de l'iconographie du peintre et le monde animal, substitut symbolique riche en implications psychanalytiques, prend le pas sur les formes humaines. Dans ces mêmes années, l'artiste participe activement aux travaux du Blaue Reiter et de la Neue Künstlervereinigung ( [...]

Petits Chevaux jaunes, F. Marc

Petits Chevaux jaunes, F. Marc

Photographie

Franz MARC, Petits Chevaux jaunes, huile sur toile. Staatsgalerie, Stuttgart, Allemagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  MARC FRANZ (1880-1916)  » est également traité dans :

BLAUE REITER DER

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 2 888 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cercle du Blaue Reiter »  : […] Idée-force plus que groupe, Der Blaue Reiter, ou Le Cavalier bleu, n'est pas un mouvement cohérent et organisé comme la Brücke à Dresde. Il est l'aboutissement d'une évolution qui trouve son origine dans un véritable confluent d'idées et d'expériences européennes. Le refus du Jugement dernier de Kandinsky par le jury d'exposition de la N.K.V. met […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/der-blaue-reiter/#i_8830

CAMPENDONK HEINRICH (1889-1957)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 960 mots

De famille bourgeoise, Heinrich Campendonk se lance d'abord dans des études d'ingénieur à l'École du textile de Krefeld, ville où il est né en 1889. Il y apprend l'art du tissage. Mais, peu intéressé par une carrière dans l'industrie, il s'inscrit ensuite, dans cette même ville, à l'École d'arts appliqués, qu'il fréquente de 1905 à 1909. Celle-ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-campendonk/#i_8830

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « À Munich, Der Blaue Reiter »  : […] Autre lieu de focalisation des tentatives d'innovation artistique avant 1914, Munich. Dans cette ville d'art, les luttes ne sont pas moins âpres qu'à Dresde. En dehors de l'entourage de Jugend , la revue qui soutient l'Art 1900, l'académisme y règne depuis la fin du xix e  siècle. L'École des beaux-arts y est pourvue d'enseignants prestigieux : Fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_8830

Pour citer l’article

Charles SALA, « MARC FRANZ - (1880-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-marc/