KLEE PAUL (1879-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rendre visible

Derrière leur simplicité apparente et leur prétendue ingénuité, les œuvres de Paul Klee recèlent une grande complexité de savoir et d'imagination. Nourries des problématiques d'avant-garde comme de culture non européenne, elles dépassent, hors de tout dogmatisme, le dilemme abstraction-représentation. Savantes, elles explorent les modes signifiants de la peinture confrontés avec ceux du langage parlé ou écrit et rivalisent de sensibilité avec l'expression musicale.

Figuration-abstraction

« Dans la grande fosse des formes gisent les ruines auxquelles on tient encore, en partie. Elles fournissent matière à l'abstraction. Marécage d'éléments faux, pour la formation de cristaux impurs » (Tagebücher, 951). Quoique solidaire d'artistes non figuratifs (au Blaue Reiter et au Bauhaus), Klee n'en préserve pas moins son autonomie conceptuelle. Lorsque sa peinture s'approche de l'inobjectif, le contrepoint de quelques signes ramène le contenu à un dialogue avec la nature qui « reste pour l'artiste condition sine qua non ». Ainsi, les structures polychromes issues des « carrés magiques » se concrétisent en Sonorité ancienne (1925) aussi bien qu'en Floraison (1934). De même, les divers agencements géométriques – trames, bandes, fugues, puzzles polygonaux, etc. – fournissent toutes sortes d'arguments scénographiques. Ce processus détermine une économie imagière, propice à l'émergence des idées latentes auxquelles le travail plastique donne corps.

Réfutant la thèse non figurative, Klee s'éloigne tout autant de la représentation servile. « L'art ne reproduit pas le visible, il rend visible. » Idées et concepts trouvent dans l'image le lieu d'une épiphanie où les formes s'enchaînent selon les associations à la fois nécessaires et inattendues. Dans la forme générique du triangle, Avec le Δ brun (1915) relie la lettre grecque au delta du Nil, la pyramide égyptienne à la bosse du « vaisseau du désert ». La Machine à gazouiller (1922) mêle les couinements d'une broche à rôtir aux cris des oiseaux métalliques qui viennent s'y piéger.

Écrire et dessiner

Aux limites de l'image, l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, président du centre de recherche Pierre-Francastel

Classification


Autres références

«  KLEE PAUL (1879-1940)  » est également traité dans :

PAUL KLEE, LA COLLECTION D'ERNST BEYELER (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 886 mots

Décédé en février 2010, Ernst Beyeler fut un marchand légendaire et l'un des deux initiateurs de la foire de Bâle qui compte encore aujourd'hui comme l'une des très grandes manifestations internationales concernant l'art moderne et contemporain. En amateur passionné, il aura par ailleurs rassemblé au cours de sa carrière une impressionnante collection devenue une fondation à Riehen près de Bâle (S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee-la-collection-d-ernst-beyeler-exposition/#i_234

PAUL KLEE. L'IRONIE À L'OEUVRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 1 150 mots
  •  • 1 média

Enfin ! Telle pouvait être la réaction à l’annonce d’une exposition monographique d’envergure consacrée à Paul Klee, attendue depuis bien longtemps à Paris. Présentée par le Centre Georges-Pompidou du 6 avril au 1er août 2016, Paul Klee. L’ironie à l’œuvre se targuait d’o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee-l-ironie-a-l-oeuvre/#i_234

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse de l'abstraction »  : […] L'art abstrait, en tant que tel, apparaît au début des années 1910. Deux modèles explicatifs rendent compte de sa « naissance », conséquence raisonnable d'une évolution logique ou saut inattendu dans l'inconnu. Le premier, le plus répandu, s'appuie sur une conception darwinienne de l'histoire de l'art et de la création. Au xix e  siècle, la modern […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_234

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 454 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une esthétique nouvelle »  : […] Gropius déclarait qu'il aurait échoué dans son entreprise si, un jour, l'on pouvait parler d'un «  Bauhausstil  ». L'optique du Bauhaus étant de n'imposer aucun cadre théorique rigide et d'accueillir des artistes venus de tous les horizons esthétiques, de l'abstraction géométrique au surréalisme, on conçoit mal qu'un style qui lui eût été propre ait pu se dégager. Le Bauhaus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bauhaus/#i_234

BERNE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 913 mots
  •  • 2 médias

Le musée des Beaux-Arts de Berne doit sa réputation mondiale à la fondation Paul Klee ainsi qu'à la fondation Rupf qu'il abrite officiellement depuis 1952 et 1962. Ces éléments ont précipité l'évolution d'un musée à caractère cantonal et national vers une institution de classe internationale. Ouvert en 1879 sur l'initiative de la Société bernoise d'art animée par le collectionneur Sigmund Wagner, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-des-beaux-arts-de-berne/#i_234

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'espace comme mime »  : […] Le crayon vient d'amorcer tranquillement son périple ; le geste ininterrompu déroule sa trajectoire, s'éloigne ou se recroise, varie librement ses parcours, s'accorde une dernière boucle, puis referme exactement le circuit ; de petites flèches tout au long du parcours restituent l'itinéraire ; çà et là sont placées de rares ponctuations et le puzzle apparaît fait de personnages. Paul Klee nomme c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_234

FRANTZ MARC / AUGUST MACKE. L'AVENTURE DU CAVALIER BLEU (exposition)

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 1 200 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une quête spirituelle »  : […] Quand August Macke découvre Franz Marc à la galerie Brakl de Munich, le 6 janvier 1910, un chapitre décisif pour l’histoire de l’art moderne est en train de s’ouvrir. Malgré une différence d’âge de sept ans – Macke est le plus jeune – et de tempérament – Marc se réfère à la Bible, à Nietzsche, à Schopenhauer, tandis que son ami, plus kantien, plus citadin, prendra ses distances avec le Blaue Reite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frantz-marc-august-macke-l-aventure-du-cavalier-bleu-exposition/#i_234

HUGGLER MAX (1903-1994)

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 809 mots

“Voir suffit”   : cette formule lapidaire de Valéry pourrait être mise en exergue à la vie et à l'œuvre de Max Huggler. Conservateur de musée, universitaire et collectionneur lui-même, il fut pendant près de soixante ans un observateur engagé de la scène artistique suisse du xx e  siècle, appliqué à former le regard de ses contemporains sur l'art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-huggler/#i_234

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De l'officiel au singulier : les Orients du XXe siècle »  : […] La colonisation qui s'accélère à la fin du siècle, tend, en Grande-Bretagne, à atténuer l'inspiration orientaliste. En France, au contraire, elle prend un tour officiel qui souhaite lui donner un nouvel essor. La Société des peintres orientalistes français s'engage, à sa création en 1893, à « faire aimer les races indigènes, (à) pénétrer et comprendre leur civilisation, leurs mœurs, leur histoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_234

PEINTURE - Les théories des peintres

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 3 805 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'élaboration d'une théorie spécifiquement picturale »  : […] Cette évolution capitale ne se fait pas simplement. Elle apparaît au xviii e  siècle quand des profanes – et non des peintres – remettent en cause le dogme Ut pictura poesis . Des Réflexions critiques de l'abbé Dubos au Laocoon de Lessing , on voit se développer tout un courant de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-theories-des-peintres/#i_234

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un éclairage pictural »  : […] Suivant un ordre chronologique, Sarah Barbedette, commissaire de l’exposition, a notamment porté son attention sur les quelque quinze premières années parisiennes du compositeur – celles qui précédèrent son « exil » à Baden-Baden en 1959. Une période d’« artisanat furieux » (René Char) qui permit à Boulez de se forger à la fois une culture, une pensée, un réseau de relations, des inimitiés et… un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-boulez-exposition/#i_234

ROSENGART FONDATION

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 919 mots

La collection personnelle de Siegfried Rosengart (1894-1985), marchand d'art au renom international d'origine allemande mais naturalisé suisse en 1933, et celle de sa fille Angela, sa première collaboratrice, furent réunies en fondation à l'initiative de cette dernière en 1992 : elle regroupe quelque 200 œuvres de 21 artistes du xix e et de la mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-rosengart/#i_234

Pour citer l’article

Claude FRONTISI, « KLEE PAUL - (1879-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee/