ESPACE, architecture et esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En Occident, l'espace de l'œuvre d'art a longtemps tendu à se confondre avec sa représentation, telle qu'elle a pu être pensée à travers la perspective. Ce que celle-ci inventait, en effet, c'était un sujet théorique capable de maîtriser l'espace et, en l'inscrivant dans un cadre, donc en le calculant, de le proposer au spectateur comme pure visibilité.

La révolution du regard induite par l'art moderne a pour une part consisté à rendre l'œuvre à elle-même, à faire en sorte que celle-ci puisse à nouveau susciter son espace propre, au lieu de se donner comme une simple forme dont la perception dépendrait d'une grille préexistante. La peinture, la sculpture, l'architecture aussi, y ont acquis une vérité renouvelée : car ce n'est pas seulement l'espace concret qui se trouve alors reconquis, mais aussi sa dimension psychique, seule à même de permettre un dialogue fructueux entre l'œuvre, l'artiste et celui qui la contemple

Architecture

Le substantif « espace » appartient aujourd'hui au langage courant concernant l'urbanisme (espace urbain, espace public, espace vert) et l'architecture (espace classique ou baroque, statique ou dynamique... et, plus spécifiquement, espace de séjour, espace de repos). Mais cet usage est récent. Il ne s'est généralisé qu'après les années 1940, lorsque la locution « arts de l'espace » a remplacé, sans s'y substituer, la locution « arts du dessin » consacrée par Vasari.

En architecture, c'est le « mouvement moderne » qui, depuis les années 1920, a introduit l'usage systématique du concept d'espace. Toutefois, celui-ci avait déjà été élaboré dans une perspective architecturale par des historiens d'art de langue allemande que marquaient la philosophie critique de Kant et l'Esthétique de Hegel, et qui avaient assimilé les premiers travaux de la psychologie de la forme (Christian von Ehrenfels, 1890). Par la suite et jusqu'à maintenant, la réflexion architecturale sur l'espace a continué de puiser aux sources de l'histoire de l'art et de la psychologie, tout en faisant appel aux recherches de l'épistémologie et de la phénoménologie.

Il en est résulté un corpus de travaux, vaste et touffu, qu'on ne peut prétendre aborder exhaustivement. On privilégiera ici deux perspectives. D'une part, d'un point de vue historiographique, en s'appuyant sur un échantillon d'ouvrages fondamentaux, on montrera trois aspects de la valeur opératoire et heuristique du concept d'espace, conçu comme champ de l'expérience humaine, déterminé par l'architecture. Sa dimension esthétique a permis d'étayer les analyses et les périodisations des historiens d'art, de Aloïs Riegl et August von Schmarsow à Sigfried Giedion, en passant par Heinrich Wölfflin et P. Franckl. Sa dimension symbolique a servi à éclairer la vision du monde de différentes cultures et de différents moments de la culture, à travers le monde formel de l'architecture et des architectures (de Riegl et Worringer à Spengler et Giedion). Enfin, sa dimension polémique a intégré le concept d'espace dans la théorie de l'architecture du mouvement moderne. D'autre part, d'un point de vue critique, on tentera d'apprécier le rôle de la notion d'espace dans la recherche architecturale. On se demandera, en particulier, si un procès involutif ne minerait pas l'architecture qui, au profit de nouveaux objectifs médiatiques, semble opérer un retour réducteur au dessin et renoncer à la création de l'espace-temps rêvé par les C.I.A.M. (Congrès internationaux d'architecture moderne).

Généalogie : de l'architecture art du dessin à l'architecture art de l'espace

Selon le Dictionnaire universel (1690) de Furetière, espace « signifie en général estendüe infinie de lieu : „la puissance divine remplit un espace infini“ [...]. Espace se dit en particulier d'un lieu déterminé, étendu depuis un point jusqu'à un autre, soit qu'il soit plein, soit qu'il soit vuide. Espace purement local est l'intervalle qui est entre les trois dimensions [...] quand même le corps que nous concevons qui l'occupe seroit détruit et qu'il en seroit entièrement vuidé. „Il fait beau bastir dans cette place, il y a bien de l'espace. Cette rue est fort étroite, il n'y a que l'espace d'une charrette“ ». Aucune référence à l'architecture, et pas davantage quatre ans plus tard dans le Dictionnaire de l'Académie française, encore moins disert (et qui, dans son édition de 1932, continue d'ignorer toute connotation architecturale du terme espace). Comme l'indique G. Matoré, « pour la pensée classique, le monde se limitait à un espace vu, mais avec la raison davantage que par le regard, ou analysé et non réellement observé ».

L'usage commun des dictionnaires est corroboré par les traités et par l'ensemble de la réflexion spécifique sur l'architecture depuis le xve siècle. Spatium, ignoré de Vitruve, ne figure ni dans l'inaugural De re aedificatoria d'Alberti ni chez ses successeurs des siècles suivants. Non que des espaces architecturaux, au sens actuel, n'aient été consciemment élaborés à ces époques. Mais les concepts directeurs de la théorie et de la pratique architecturales sont ceux de proportion, d'harmonie, de convenance, d'effet, d'ordre, de distribution, plus tard de type, et, bien sûr, toujours de perspective, dans la mesure même où l'architecture est conçue comme appartenant aux arts du dessin. Au xviiie siècle, ni Blondel ni Milizia, ni Laugier ni même Ledoux ne nous parlent d'espace.

Au xixe siècle, plus curieusement, le terme est absent des chapitres de l'Esthétique que Hegel consacre à l'architecture et qui marqueront cependant les travaux sur l'espace architectural des historiens de l'art et de la culture de la fin du xixe et du xxe siècle. On ne le rencontre pas davantage chez Quatremère de Quincy, ni même chez Viollet-le-Duc, qui fut pourtant, dans ses Entretiens sur l'architecture, l'un des premiers à mettre en relation la spécificité des cultures et celle de ce que nous appelons aujourd'hui leurs espaces. Mais le problème spatial est chez lui abordé en termes de systèmes constructifs et, comme l'a bien remarqué Henri Focillon (1945), de formes. En revanche, à la même époque, Haussmann, bientôt suivi par les urbanistes, utilise couramment le terme espace pour désigner, dans les deux dimensions du plan urbain, les surfaces libres et à aménager.

En fait, ce ne sont pas les architectes qui ont les premiers associé espace et architecture, mais les historiens d'art de langue allemande de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Rompant avec les méthodes archéologique-philologique, biographiqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Église de Riola di Vergato, Italie

Église de Riola di Vergato, Italie
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Grande Arche de la Défense

Grande Arche de la Défense
Crédits : Doug Armand/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Espace et art : le fait spatial

Espace et art : le fait spatial
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESPACE, architecture et esthétique  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite

ARAVENA ALEJANDRO (1967- )

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

L’architecte chilien Alejandro Aravena a reçu le prix Pritzker le 4 avril 2016, au siège de l’Organisation des Nations unies à New York. Après le Mexicain Luis Barragán (1980) et les Brésiliens Oscar Niemeyer (1988) et Paulo Mendes da Rocha (2006), il est le quatrième Latino-Américain à être lauréat de cette prestigieuse récompense. Le jury – dont il avait été membre de 2009 à 1015 – a salué un ar […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « L'espace, essence de l'architecture »  : […] Cet art du compromis dont l'architecture du xix e  siècle porte fréquemment la marque va paraître insupportable aux pionniers du Mouvement moderne. C'est à une redéfinition radicale de la signification de l'œuvre architecturale que procède ce dernier sous couvert de mieux répondre aux besoins de la société industrielle. Cette redéfinition ne se propose rien moins que de restaurer l'unité profonde […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Le projet humaniste »  : […] L'architecture de la Renaissance italienne s'accompagne dès le départ d'une réflexion politique et sociale. La coupole de la cathédrale de Florence conçue par Brunelleschi veut magnifier le pouvoir de la cité ainsi que l'excellence de ses institutions. Celles-ci sont aux mains d'une oligarchie patricienne imprégnée par les conceptions humanistes, une oligarchie qui veut faire de sa ville une « no […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 3 249 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Influence de la construction en acier sur l'architecture »  : […] En regard de cet allégement de la construction, l'architecture en acier tend à devenir une architecture du vide, de l' espace et de la transparence. Avec ce nouveau matériau précisément, la matière s'efface. L'agencement du vide immatériel devient prépondérant relativement à l'organisation de la matière. Qu'il s'agisse de structure d'organisation de l'espace, comme dans l'architecture de Mies Van […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Plastique

  • Écrit par 
  • Hubert TONKA
  •  • 3 124 mots

Dans le chapitre « Diorama des réalisations et des projets »  : […] On attribue en général à l'ingénieur américain Albert G. H. Dietz les premières recherches concernant une utilisation structurale du plastique. En effet, il s'est intéressé très tôt aux éléments structuraux (panneaux de toiture à grande portée, porte-à-faux, etc.) et il peut passer pour un précurseur de l'utilisation des matériaux plastiques, bien que ses investigations l'aient surtout amené à des […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets, et que la complexité de leur architectonique autorisait que l'on parlât à leur propos d'édifices. […] Lire la suite

BERLAGE HENDRIK PETRUS (1856-1934)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

L'architecture dense, opaque, sentimentale, structurellement ornée du Néerlandais Berlage indique l'une des voies de recherche que l'architecture occidentale expérimente à la charnière de deux siècles pour tenter de répondre aux requêtes de l'évolution sociale, aux appels de la technologie. Berlage fait, en quelque sorte, le pont entre Richardson et Wright, aux États-Unis, et Pompe et Bodson en Be […] Lire la suite

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 148 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La coupole de Sainte-Marie-de-la-Fleur »  : […] La construction de la coupole de la cathédrale de Florence s'est poursuivie tout au long de la carrière de Brunelleschi et en constitue le problème central. La coupole proprement dite fut commencée en 1420 et terminée en 1436 ; en 1438 fut entreprise la construction des tribunes, corps semi-cylindriques à la base du tambour, destinés à équilibrer le volume de la coupole ; le modèle de la lanterne […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « L'organisation de l'espace »  : […] Dans l'ancienne cosmologie chinoise, le Ciel étant conçu comme rond et la Terre comme carrée, l'espace est imaginé sous forme de carrés emboîtés, sortes d'espaces hiérarchisés autour du noyau que constitue la capitale, carré marqué par quatre portes aux quatre orients et centre de convergence des influences cosmiques. On aboutit ainsi à une image géométrique du monde, animée par tout un réseau élé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise CHOAY, Jean GUIRAUD, « ESPACE, architecture et esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/