LOUVRE PALAIS DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le palais du Louvre, élevé sur la rive droite de la Seine, a été considéré dès son origine comme l'édifice le plus hautement symbolique de Paris, capitale politique et culturelle de la France. Le comparant à l'Acropole d'Athènes et au Capitole de Rome, le xixe siècle y voyait même une seconde capitale dans la grande. Ce caractère exclusif explique les dimensions gigantesques de ce palais dont les différentes parties, conçues avec continuité pendant huit siècles d'histoire, composent une véritable anthologie de l'architecture et de la décoration françaises. Anthologie incomplète cependant puisque, à l'occasion d'un changement de destination, le bâtiment médiéval disparut entièrement au milieu du xvie siècle, remplacé par les constructions qui forment le noyau du Louvre actuel.

Vue du Louvre

Photographie : Vue du Louvre

Vue du Louvre, Paris. 

Crédits : Chesnot/ Getty Images

Afficher

La résidence royale

Philippe Auguste conçut le Louvre comme une puissante forteresse jouxtant, à l'extérieur, le nouveau mur d'enceinte de Paris (1190). Symbole de la suzeraineté du roi, l'énorme donjon, dont l'entrée était située au sud, défendait la voie fluviale ; Philippe le Bel accentua l'aspect massif de la construction en élevant une série de remparts : le Louvre était devenu le dépôt du trésor de l'État et des archives, ainsi qu'un redoutable arsenal. Mais ce n'est que sous Charles V (en 1360) que le Louvre devint résidence royale, quand la forteresse, intégrée à l'intérieur de l'enceinte d'un Paris élargi, eut perdu son rôle stratégique. Plus qu'un palais, le Louvre de Charles V fut un lieu de repos où l'on transporta, par exemple, l'importante Bibliothèque royale. Une des miniatures des Très Riches Heures du duc de Berry montre l'aspect du Louvre à cette époque : le château, percé de nombreuses baies, est encore massif, mais orné de multiples toits pointus à fleurons et girouettes. Les successeurs de Charles V préférèrent séjourner, lors de leurs passages à Paris, à l'hôtel royal des Tournelles, laissant ainsi le Louvre à sa destination antérieure d'arsenal, et aussi de prison.

François Ier, de retour de captivité en 1528, s'était engagé à résider à Paris ; il décida de faire du Louvre un palais royal. Malgré les brillantes réceptions qui y eurent lieu (notamment celle qui fut donnée en 1540 en l'honneur de Charles Quint), le Louvre médiéval ne convenait plus à un roi mécène qui avait encouragé tant d'expériences artistiques novatrices dans ses résidences d'Île-de-France et du Val-de-Loire. Le donjon est rasé et, en 1546, l'architecte Pierre Lescot et le sculpteur Jean Goujon sont chargés d'élever le nouveau palais sur les murs mêmes de l'ancienne construction. Avec ces deux artistes, l'art de la Renaissance était introduit pour la première fois, sur une grande échelle, à Paris. Lescot, qui fut chargé des travaux jusqu'à sa mort en 1578, mena à bien son œuvre grâce à l'intérêt que Henri II porta à l'entreprise de son père : l'aile occidentale était achevée dès 1549, et, peu de temps après, Goujon terminait la salle des Caryatides et le grand escalier. La décoration des appartements royaux (due à Francisque Scibec de Carpi) se poursuivait, quand Henri II envisageait déjà d'amplifier le programme initial et faisait élever l'aile sud (en retour d'équerre) qui, continuée par ses successeurs, formera l'amorce de l'actuelle cour Carrée.

Salle des Caryatides du musée du Louvre

Photographie : Salle des Caryatides du musée du Louvre

La salle des Caryatides du musée du Louvre, Paris, construite par Pierre Lescot de 1546 à 1549, doit son nom aux quatre figures féminines sculptées par Jean Goujon en 1550 pour soutenir la tribune des musiciens. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

En 1564, Catherine de Médicis, désireuse de posséder une habitation personnelle, demande à Philibert Delorme de lui bâtir le château des Tuileries à l'ouest du Louvre. Dès lors, une nouvelle orientation s'impose au palais : sous le règne de Henri IV, on s'efforcera de l'unir aux Tuileries. La Petite Galerie, achevée en 1595, prolonge l'aile de Lescot en vue d'amorcer cette jonction ; le peintre Toussaint Dubreuil est chargé de la décoration d'une galerie des Rois. La Grande Galerie, ou galerie du Bord-de-l'eau, commencée en 1595 et achevée en 1609-1610 par Louis Métezeau et Jacques II Androuet Du Cerceau réunissait, en un long corps de bâtiment long de 470 mètres, la Petite Galerie et le pavillon de Flo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Vue du Louvre

Vue du Louvre
Crédits : Chesnot/ Getty Images

photographie

Salle des Caryatides du musée du Louvre

Salle des Caryatides du musée du Louvre
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Les Tuileries dévastées

Les Tuileries dévastées
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Pyramide du Louvre, I. M. Pei

Pyramide du Louvre, I. M. Pei
Crédits : Tania Zbrodko/ Shutterstock.com

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification

Autres références

«  LOUVRE PALAIS DU  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crypte de la cour Carrée du Louvre »  : […] La crypte archéologique de la cour Carrée répond à un double besoin : assurer des cheminements souterrains dans le cadre de l'aménagement du Grand Louvre et mettre en valeur des structures intimement liées à l'histoire du vieux Paris. Le Louvre est en effet le reflet le plus parlant de l'évolution des quartiers de la rive droite de la Seine, depuis l'énorme forteresse construite par Philippe-Augu […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La remise en cause de la notion traditionnelle de solidité »  : […] Le xviii e siècle voit la montée en régime des préoccupations constructives. En Italie, celles-ci occupent une large place dans l'enseignement du moine vénitien Carlo Lodoli (1690-1761), qui entend fonder l'architecture sur les lois de la statique et sur les caractéristiques des divers matériaux, plus essentielles à ses yeux que les impératifs d'ordre esthétique. En France, les écrits d'un Pierre […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 914 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] La disparition quasi totale des volumina si soigneusement conservés durant l'Antiquité peut apparaître comme la conséquence des grandes invasions. Mais elle s'explique aussi par la fragilité du papyrus et résulte avant tout d'une révolution technique : le remplacement sous le Bas-Empire du volumen par le codex et la substitution au papyrus du parchemin, plus fruste mais plus solide. À l'opposé […] Lire la suite

CIVILE CLASSIQUE FRANÇAISE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Alors que l'architecture religieuse de la France du xvii e siècle suit, dans l'ensemble, les leçons que lui donnent les églises baroques d'outre-monts, l'architecture civile s'engage dans des voies différentes qui aboutissent à l'une des créations majeures de l'histoire de l'art : une architecture classique qui satisfait à deux programmes à peu près étrangers à l'Italie : le château et l'hôtel ur […] Lire la suite

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 856 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du bon usage d'un mot : langage classique et grand style »  : […] Pour sortir de cet imbroglio sémantique, il convient sans doute d'exclure les appellations trop vagues où les deux termes sont en concurrence et se chevauchent sans contenu précis (âge classique, âge baroque, France classique, France baroque). On peut sans doute au contraire continuer d'utiliser le terme de classique au sens large, qui correspond à un phénomène culturel précis : « est classique un […] Lire la suite

DUBAN FÉLIX (1798-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvain BELLENGER
  •  • 1 230 mots

La Sainte-Chapelle, le Louvre ou l'école des Beaux-Arts suffiraient à eux seuls pour assurer gloire et immortalité à Félix Duban. Dans le grand mouvement de restauration monumentale du xix e  siècle, Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc attache son nom à l'art médiéval gothique, et Duban, son aîné de seize ans, est indissolublement lié à la Renaissance. Jacques Félix Duban est né à Paris le 14 octobre 1 […] Lire la suite

FRANCE, archéologie

  • Écrit par 
  • Christian GOUDINEAU
  •  • 5 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les financements »  : […] À la suite du rapport remis par Jacques Soustelle en 1975, un Fonds d'intervention pour l'archéologie de sauvetage avait été institué. Doté de quelques millions de francs, il s'est vite révélé insuffisant. Sans qu'aucune politique nationale n'ait été définie et en dehors de textes réglementaires précis, l'action de quelques directeurs des Antiquités a radicalement transformé les comportements. Cer […] Lire la suite

GOUJON JEAN (1510 env.-env. 1566)

  • Écrit par 
  • Thomas Wolfgang GAEHTGENS
  •  • 1 133 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les décorations du Louvre »  : […] À la même époque, le sculpteur travaillait sous la direction de Pierre Lescot aux décorations du Louvre. En 1548 ou au début de 1549, il acheva ses allégories de La Guerre et de La Paix , deux bas-reliefs qui flanquent l'œil-de-bœuf de la façade du vieux Louvre (cour Carrée). Plus tard, en décembre 1549, il fut également chargé des allégories de L'Histoire , de La Victoire , de La Renommée , de L […] Lire la suite

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Versailles »  : […] Le second classicisme pourrait, en quelque sorte, se symboliser par deux entreprises : la colonnade du Louvre et Versailles . La première, dont la portée a été infiniment moindre, a paru, peut-être à tort, essentielle pour une définition du classicisme français. Colbert, devenu en 1664 surintendant des Bâtiments, y a attaché son nom, non sans dessein de favoriser le Louvre aux dépens de Versailles […] Lire la suite

JOURNAL DE VOYAGE DU CAVALIER BERNIN EN FRANCE, Paul Fréart de Chantelou - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 950 mots

Dans le chapitre « Bernin à Paris »  : […] Julius von Schlosser écrit justement dans La Littérature artistique , en 1924, que ce Journal est « un document de tout premier rang, écrit sous l'impression immédiate des rapports personnels, qui fixe dans toute leur fraîcheur les manifestations du grand homme. Ce texte est donc plus précieux et nous éclaire plus sur son caractère que tous les récits posthumes ». Deux grandes commandes occupent […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « LOUVRE PALAIS DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-du-louvre/