DELORME PHILIBERT (1514-1570)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Delorme – dont on orthographie le nom de plusieurs façons et souvent de l'Orme, à l'exemple de Philibert lui-même – a spectaculairement occupé le devant de la scène de son vivant ; mort, il n'a cessé d'accaparer les esprits. La trajectoire de sa fortune critique – encore mal étudiée – indique clairement la place de cet artiste puissant dans l'histoire de l'architecture française. Pour Fréart de Chambray (1650), « le bonhomme n'estoit pas dessignateur » et « son stile est tellement embrouillé qu'il est souvent difficile de comprendre son intention ». Cependant, l'âge classique, si critique à son égard, ne peut faire abstraction de sa pensée théorique et de sa science de constructeur. Tandis qu'on démolit l'escalier des Tuileries (en 1664) et le château de Saint-Léger (en 1668), l'Académie, quoique hostile à la « manière mesquine » de l'architecte, à ses « vilains ornements gothiques » (F. Blondel, Cours, t. IV, 1683), à ses transgressions de la règle du grand goût, n'en consacre pas moins plusieurs séances à la lecture de ses deux traités, les Nouvelles Inventions pour bien bastir et à petits fraiz (1561) et le Premier Tome de l'architecture (1567). Puis vient le temps de l'historiographie qui oblige à nuancer les jugements. En 1787, Dezallier d'Argenville, reconnaissant à Delorme le mérite d'avoir abandonné les « habillements gothiques pour [faire] revêtir [à l'architecture française] ceux de l'ancienne Grèce », publie la première biographie un peu développée de Philibert, esquisse un catalogue de l'œuvre qui sera précisé par les érudits du xixe siècle. La découverte en 1854 de l'Instruction par L. Delisle, sa publication en 1860 par A. Berty est un événement. Plaidoyer pathétique rédigé entre 1559 et 1562 quand, professionnellement foudroyé par la mort du roi, talonné par ses ennemis, Delorme prépare sa défense, ce document capital énumère dans le détail ce que l'architecte a bâti et projeté. Les découvertes d'archives se multiplient, mais, dépourvus d'outils pour restituer et analyser des édifices presque entièrement ruinés, les « archéologues » piétinent : les publications qui s'accumulent (une vingtaine d'articles et d'ouvrages autour de 1890) célèbrent de façon un peu équivoque une gloire nationale sans que soient établies clairement la valeur et la place de l'artiste. Au début du xxe siècle, une nouvelle génération d'historiens, fondant leurs travaux sur une méthode critique, dressent enfin un portrait précis de Philibert. Le travail rigoureux et vivant de H. Clouzot (1910) est encore aujourd'hui la meilleure introduction à l'œuvre de Delorme. A. Blunt (1958), fort d'une égale connaissance de la France et de l'Italie du xvie siècle, élargit les perspectives et indique de nouvelles voies de recherche, suivies aujourd'hui avec profit. En effet, portées par un courant scientifique cohérent qui a mis depuis dix ans l'accent sur l'architecture française du xvie siècle, les études delormiennes se sont nettement développées. S'aidant d'une instrumentation diversifiée : l'archivistique, l'archéologie, la critique des sources littéraires et graphiques, l'astrologie même, s'appuyant sur l'analyse fine des bâtiments, les historiens commencent à mieux comprendre l'œuvre de Delorme.

Une carrière exceptionnelle

La biographie de Delorme, établie depuis longtemps, a été ponctuellement – mais utilement – retouchée. Jusqu'ici toujours incertains, les termes de la vie de Philibert sont désormais fixés : né à Lyon entre le 3 et le 9 juin 1514, Delorme meurt à Paris le 8 janvier 1570. Le thème astral de l'architecte – gémeaux ascendants Mercure et Vénus que, pénétré d'astrologie, il se plaît à figurer dans son traité – ne laisse pas présager un morne destin. Formé par son père, entrepreneur, aux pratiques de la construction traditionnelle, Delorme part en 1533 à dix-neuf ans pour l'Italie, en revient trois ans plus tard. Commencent alors trente ans d'une vie professionnelle intense, avec un apex de 1548 à 1559. Nommé le 3 avril 1548 par Henri II « architecte du roi, commissaire ordonné et député sur le fait de ses bâtiments », Delorme a, onze ans durant, la mainmise absolue sur l'architecture royale – le Louvre excepté, confié à Lescot. Il assure la construction et l'entretien des châteaux, des édifices utilitaires, des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DELORME PHILIBERT (1514-1570)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'âge classique et la tradition vitruvienne »  : […] La rupture entraînée par la Renaissance n'est pas que théorique. En même temps que l'on redécouvre Vitruve s'affirme en effet une nouvelle figure d'architecte-humaniste dont un Filippo Brunelleschi (1377-1446) constitue l'une des premières incarnations. L'auteur de la coupole de la cathédrale de Florence se pense en effet comme un intellectuel fondamentalement différent des autres acteurs de la p […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 577 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'évolution du statut de l'architecte en France »  : […] Le mot architecte figure dans le Dictionnaire français-latin de Robert Estienne (1549). À l'époque où certains souverains, comme Catherine de Médicis, se piquent de connaissances en architecture et où de savants gentilshommes, issus comme Pierre Lescot d'une famille de hauts fonctionnaires, font une brillante carrière d'architecte, les termes courants, « maître-niveleur », « mathématicien et géom […] Lire la suite

BULLANT JEAN (1520 env.-1578)

  • Écrit par 
  • Yves PAUWELS
  •  • 950 mots

À la Renaissance, Jean Bullant est, avec Philibert Delorme et Pierre Lescot, le troisième acteur de l'introduction en France des formes classiques. Issu d'une famille de maçons, il se forma au langage de l'architecture à l'antique grâce à la lecture du Quarto Libro , partie du traité de Sebastiano Serlio, dont l'influence fut capitale en France à cette époque. Il compléta cette culture par un voya […] Lire la suite

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 847 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : ils forment l'école de Fontainebleau. Sous Henri IV, un autre groupe composé […] Lire la suite

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 408 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Redécouverte des ordres antiques et règles modernes »  : […] Le système moderne des ordres résulte d'un compromis entre les prescriptions de Vitruve, l'étude des monuments romains et la recherche de règles idéales, compromis dont la lente élaboration justifie l'appellation « première renaissance » donnée à sa première phase, dont les avatars caractérisent l'effort de normalisation du xvi e  siècle, et qui se stabilise au xvii e autour de deux ou trois règl […] Lire la suite

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 901 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le style à l'antique »  : […] Les années 1540-1550 sont décisives pour l'avenir de la culture et de l'art français : elles voient le début d'une « haute Renaissance » qui s'épanouira dans la décennie suivante, sous le règne d' Henri II. Les humanistes multiplient les éditions et les traductions des textes classiques, Du Bellay et Ronsard exaltent la valeur de la langue française et annoncent la naissance d'une poésie nationale […] Lire la suite

STÉRÉOTOMIE

  • Écrit par 
  • Joël SAKAROVITCH
  •  • 1 043 mots

Au sens premier du terme, la stéréotomie est l'art de découper différents volumes en vue de leur assemblage ; en architecture, elle désigne plus spécifiquement l'art de la coupe des pierres en vue de la construction des voûtes, trompes, coupoles ou volées d'escaliers... Si l'on parle encore de la « stéréotomie du bois » à propos de l'assemblage des bois de charpente, on constate que ce sens dispar […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise BOUDON, « DELORME PHILIBERT - (1514-1570) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philibert-delorme/