GOUJON JEAN (1510 env.-env. 1566)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Un prophète, J. Goujon

Un prophète, J. Goujon
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Salle des Caryatides du musée du Louvre

Salle des Caryatides du musée du Louvre
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Jean Goujon est avec Germain Pilon le sculpteur le plus important de la Renaissance française. Rompant avec la tradition des imagiers français, il est l'un des premiers artistes dont l'œuvre s'inspire directement de l'art antique et de la Renaissance italienne qu'il a étudiés personnellement en Italie. Architecte et sculpteur, il sut soumettre son œuvre sculpturale, surtout des bas-reliefs, au cadre architectural dans lequel elle devait s'inscrire. Le catalogue de son œuvre est resté longtemps incomplet et inexact. Au début du xixe siècle, un grand nombre de sculptures lui ont été attribuées, le plus souvent d'une manière erronée. C'est seulement depuis le début du xxe siècle que l'activité de l'artiste et la place qu'il tenait dans son siècle furent redécouvertes par l'étude des documents et l'examen des œuvres conservées.

Un prophète, J. Goujon

Un prophète, J. Goujon

photographie

Jean Goujon, «Un prophète», 1535. Chapelle collégiale dans le parc du château d'Ussé. 

Crédits : H. Champollion/ AKG

Afficher

Les premières œuvres conservées

On peut suivre la carrière de Jean Goujon pendant une vingtaine d'années seulement, de 1540 à 1562 environ. Le lieu et la date de sa naissance sont inconnus. Son œuvre permet d'avancer avec vraisemblance qu'il a séjourné quelque temps en Italie dans sa jeunesse. On le trouve entre 1540 et 1542 à Rouen, où il exécute ses premières œuvres conservées. Pour la tribune d'orgues de l'église Saint-Maclou, il sculpte deux colonnes qui sont encore actuellement en place. Premier exemple en France d'un ordre corinthien très pur, elles révèlent la connaissance parfaite qu'avait Goujon de l'art antique. On lui attribue aussi le dessin du tombeau de Louis de Brézé dans la cathédrale de Rouen, à la même époque, et l'architecture de la chapelle Saint-Romain, appelée populairement la Fierte.

Au début de 1544, il travaille à Paris, probablement sous la direction de l'architecte Pierre Lescot, au jubé de Saint-Germain-l'Auxerrois. L'ensemble architectural a disparu, mais les bas-reliefs des quatre Évangélistes et la Déposition du Christ, connue généralement sous le nom de la

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOUJON JEAN (1510 env.-env. 1566)  » est également traité dans :

LESCOT PIERRE (1510 env.-1578)

  • Écrit par 
  • Yves PAUWELS
  •  • 876 mots

Parmi les trois grands architectes français de la Renaissance classique, Pierre Lescot occupe une place à part, dans la mesure où, contrairement à Delorme et à Bullant, il n'est pas issu d'une famille de maçons. Bourgeois aisé à la vie sans heurts, Lescot fut un amateur éclairé et savant, féru de théorie architecturale, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lescot/#i_13320

LOUVRE PALAIS DU

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  • , Universalis
  •  • 2 036 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La résidence royale »  : […] de-Loire. Le donjon est rasé et, en 1546, l'architecte Pierre Lescot et le sculpteur Jean Goujon sont chargés d'élever le nouveau palais sur les murs mêmes de l'ancienne construction. Avec ces deux artistes, l'art de la Renaissance était introduit pour la première fois, sur une grande échelle, à Paris. Lescot, qui fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-du-louvre/#i_13320

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 203 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] été exploitées, la contribution de la sculpture est plus remarquable encore : la fontaine des Innocents de Jean Goujon (env. 1510-1568) est un des exemples les plus insignes du raffinement maniériste en terre française, dont le monument du cœur de Henri II, de Germain Pilon (env. 1537-1590), est une autre interprétation. Chez Goujon, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_13320

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 900 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le style à l'antique »  : […] du « grand roi François ». Le projet conçu par Pierre Lescot (Jean Goujon exécutant l'admirable décor sculpté) associe de façon très originale des dispositions françaises – le jeu contrasté des volumes, l'importance attribuée aux travées verticales, le goût d'un décor fin en faible relief – à un répertoire italien et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-francaise-arts/#i_13320

VITRUVE (-Ier s.)

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 4 172 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fortune du « De architectura » pendant la Renaissance »  : […] date de 1547 ; suscitée par Henri II, elle est due à Jean Martin et illustrée par Jean Goujon ; la première édition allemande est celle de Walther Ryff, médecin et mathématicien (Nüremberg, 1548). À cela il faut ajouter les nombreux manuscrits ou incunables, en latin ou en langue vulgaire, qui circulaient parmi les humanistes ; citons, entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitruve/#i_13320

Voir aussi

Pour citer l’article

Thomas Wolfgang GAEHTGENS, « GOUJON JEAN (1510 env.-env. 1566) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-goujon/