Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CIVILE CLASSIQUE FRANÇAISE ARCHITECTURE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Alors que l'architecture religieuse de la France du xviie siècle suit, dans l'ensemble, les leçons que lui donnent les églises baroques d'outre-monts, l'architecture civile s'engage dans des voies différentes qui aboutissent à l'une des créations majeures de l'histoire de l'art : une architecture classique qui satisfait à deux programmes à peu près étrangers à l'Italie : le château et l'hôtel urbain. Architecture classique en ce sens qu'elle est fondée sur le respect des ordres antiques : ce trait constitue d'ailleurs un caractère permanent de l'art français, qui fait peu de place aux licences du baroque italien. Dès 1632, l'architecte Le Muet publie une Règle des cinq ordres d'architecture et, vers la fin du même siècle, l'Académie d'architecture (fondée en 1671), dont François Blondel est directeur, prône une observation très stricte de ces règles et veille scrupuleusement à ce qu'elles ne soient pas enfreintes.

Bien que les châteaux français eussent perdu leur caractère de maisons fortifiées, ils gardaient quelque souvenir de leur destination militaire. Longtemps un château ne parut complet que s'il était environné de fossés et il fallut attendre 1665 pour que Colbert songeât à combler ceux du quadrangle du Louvre.

Château de Vaux-le-Vicomte - crédits :  Bridgeman Images

Château de Vaux-le-Vicomte

Un caractère à peu près constant de cette architecture classique française, au moins dans la partie septentrionale du pays, consiste dans les hauts toits d'ardoise qui coiffent tant les corps de logis que les pavillons. Ils existent déjà au palais du Luxembourg de Salomon De Brosse, élevé de 1615 à 1630, l'un des aïeux du classicisme français, alors que ces dispositions n'existaient point au palais Pitti de Florence, que la reine mère avait donné comme modèle à son architecte. Or c'est seulement avec le second Versailles de Louis Le Vau que ces toits à forte pente seront remplacés par des toits plats ; au reste, Le Vau lui-même ne se fait pas faute d'employer parfois les hauts toits d'ardoise, au château de Vaux-le-Vicomte par exemple.

S'il fallait choisir, parmi les architectes, celui qui, durant la première moitié du xviie siècle, a le mieux incarné ce que nous nommons le classicisme français, nous choisirions sans doute François Mansart, et, parmi ses créations, outre une aile du château de Blois, le château de Maisons. Cet ouvrage complet, où l'architecte paraît s'être posé le problème de la combinaison des ordres antiques traités très purement, présente de hauts toits à la française accostés, dans les pavillons, de cheminées finement moulurées qui les dépassent souvent en hauteur. Par ailleurs, François Mansart a été le maître des escaliers à volées rectilignes décalées angulairement.

Louis Le Vau, plus jeune que François Mansart d'une quinzaine d'années, est le seul qui puisse rivaliser avec lui dans l'histoire du classicisme français pour l'abondance de son œuvre, si ce n'est pour le raffinement de son style. Le château de Vaux, qu'il construit pour Fouquet et dont les premiers projets remontent à 1655-1656, est pourvu d'un dôme central assez pesant, combiné avec des toits à la française. Dans l'île Saint-Louis, nouvellement urbanisée, il avait été l'un des créateurs de l'hôtel parisien, dont le plus justement célèbre fut l'hôtel Lambert.

Cependant, les œuvres majeures de Louis Le Vau furent, dans la seconde partie du siècle, celles qu'il réalisa pour le cardinal Mazarin au château de Vincennes, et pour le roi au Louvre.

Ce château royal n'avait pas été négligé au début du siècle. À partir de 1624, l'architecte Le Mercier, dont les contemporains raillaient le défaut de génie, avait cependant raccordé assez habilement le pavillon de l'Horloge à l'aile Renaissance[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre DU COLOMBIER. CIVILE CLASSIQUE FRANÇAISE ARCHITECTURE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Château de Vaux-le-Vicomte - crédits :  Bridgeman Images

Château de Vaux-le-Vicomte

Autres références

  • ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Brique et pierre

    • Écrit par
    • 4 575 mots
    • 2 médias
    Lorsque Henri IV achève en 1606 les travaux de Fontainebleau, c'est le style moellon et brique qu'il choisit pour la cour des Offices et c'est le style brique et pierre qu'il impose à Paris pour les places royales, la place des Vosges en 1605 et la place Dauphine en 1607. À Charleville,...
  • CHÂTEAU DE VAUX-LE-VICOMTE (L. Le Vau)

    • Écrit par
    • 238 mots
    • 1 média

    La construction du château de Vaux-le-Vicomte, près de Melun, au sud-est de Paris, peut être considérée comme la première étape de la réalisation de Versailles : Louis XIV reprit en effet dans son intégralité l'équipe réunie par son surintendant des Finances, Nicolas Fouquet...

  • HARDOUIN-MANSART JULES (1646-1708)

    • Écrit par
    • 2 165 mots
    • 8 médias
    ...l'ensemble de Versailles comprend des édifices extrêmement variés : châteaux et églises, pavillons et hôtels, parcs, urbanisme et construction utilitaire. C'est surtout dans les châteaux et les constructions publiques (hôtels de ville) qu'il fait preuve d'une remarquable faculté d'adaptation : moderniser,...
  • JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

    • Écrit par et
    • 8 145 mots
    • 12 médias
    Cet art du jardin classique, qui naît en Italie, sera acclimaté en France. À vrai dire, les châteaux royaux qu'édifia la Renaissance sur les rives de la Loire eurent des jardins qui ne devaient rien à ceux de Florence ni de Rome. À Blois, par exemple, c'est la tradition des préaux de l'époque antérieure...
  • Afficher les 10 références