BOUSSINGAULT JEAN-BAPTISTE (1802-1887)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste et agronome français.

Né à Paris le 2 février 1802, Jean-Baptiste Boussingault quitte le lycée Impérial (Louis-le-Grand) en seconde et suit alors les cours publics que les plus grands savants de l'époque (Cuvier, Gay-Lussac, Thénard) dispensaient librement dans les établissements du quartier Latin. C'est ainsi qu'il apprit les rudiments de la minéralogie, de la géologie, de la chimie et des sciences naturelles, qui allaient constituer les fondements de sa formation.

À seize ans, il intègre l'École des mineurs à Saint-Étienne, y acquérant une solide formation de métallurgiste et de géologue. À dix-huit ans, il publie son premier Mémoire, consacré à la métallurgie du fer. À sa sortie de l'école, il va diriger à Lobsann, en Alsace, une exploitation de lignite.

En 1822, il signe un contrat pour participer à une expédition scientifique en Amérique du Sud. Il mènera alors une vie aventureuse, étant notamment prospecteur, directeur d'exploitation minière, professeur à l'École des mines de Bogota, lieutenant-colonel dans l'Armée d'indépendance, aide de camp de Simón Bolívar. En Colombie, il déploie une intense activité scientifique, réalisant des expériences pour le compte de savants parisiens (Humboldt, Arago) : mesure de la pression barométrique à l'équateur ; étude de volcans en activité et cartographie des reliefs de la cordillère des Andes. Directeur de mines, il révolutionne l'extraction des métaux précieux (or, platine). À ses correspondants, il fait parvenir une quarantaine de Mémoires scientifiques qui seront publiés dans les Annales de chimie et de physique et les Comptes-Rendus de l'Académie des sciences. Après avoir passé dix ans de sa vie en Colombie, il rentre en France en 1832.

Dès son retour, il soutient, à Paris, une thèse de doctorat ès sciences et, très rapidement, est nommé titulaire de la chaire de chimie et doyen de la faculté des sciences de Lyon, où d'ailleurs il enseigne très peu. Il revient à Paris en 1837 pour suppléer Jean-Baptiste Dumas et Louis Jacques Thénard dans la chaire de chimie à la faculté des sciences. En 1839, l'Académie des sciences lui ouvre ses portes (section économie rurale). Il entre en 1843 à la Société centrale d'agriculture (future Académie d'agriculture), dont il est élu président en 1863. En 1845, il devient professeur d'agriculture (plus tard chimie agricole) au conservatoire des Arts et Métiers, il y enseignera jusqu'en 1873, remplacé alors par Schloesing. Il termine sa carrière comme professeur à l'Institut national agronomique. En 1848, il est élu (pour très peu de temps) député du Bas-Rhin. Il s'éteint à Paris le 11 mai 1887.

Ses travaux agronomiques furent essentiellement consacrés à l'étude de la distribution des principaux éléments (carbone, hydrogène, oxygène, azote) dans le circuit sol-culture-animal : les récoltes, qui retirent au sol une partie de ses éléments, servent de nourriture aux animaux, qui emmagasinent ainsi dans leurs tissus une partie de ces éléments. Boussingault s'est attaché à l'étude de l'équilibre de ce système : le carbone, l'oxygène et l'hydrogène ne posaient guère de difficultés, l'eau (H2O) du sol et le gaz carbonique (CO2) de l'air représentant des sources inépuisables de ces éléments. Mais la question de l'azote (N) était beaucoup plus délicate. Boussingault put démontrer, dans un premier temps, que l'azote que l'on retrouvait dans la chair des animaux ne pouvait provenir que du fourrage qu'ils avaient consommé (et non de l'atmosphère – question qui se posait alors). Mais, constatant que les récoltes contenaient souvent plus d'azote que les engrais (fumier) n'en avaient apporté, il conclut que cet azote en excédent ne pouvait provenir que de l'atmosphère. Sans pouvoir y répondre d'une manière précise, Boussingault avait donc posé le problème crucial de l'utilisation de l'azote atmosphérique par les végétaux, problème qui fut résolu à la fin du xixe siècle avec la découverte de la fixation de l'azote atmosphérique par les bactéries symbiotiques (Rhizobium) des nodules des légumineuses.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  BOUSSINGAULT JEAN-BAPTISTE (1802-1887)  » est également traité dans :

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 673 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Carences minérales »  : […] Les carences minérales concernent essentiellement les nombreux métaux à fonction structurale (calcium) et à fonction métabolique comme le fer et les oligo-éléments, mais aussi l'iode et le fluor. Les plus à craindre sont les carences en fer (anémies), en zinc, et en magnésium. La carence en iode est révélée physiquement par le goitre, hypertrophie compensatrice de la glande thyroïde. Dans les cas […] Lire la suite

NUTRITION AZOTÉE DES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 255 mots

En recherchant si les plantes pouvaient absorber l'azote de l'air, Jean-Baptiste Boussingault (1802-1887), le « père de l'agronomie », posait la dernière question concernant l'alimentation exclusivement minérale des végétaux supérieurs. Les caractéristiques de la photosynthèse (alimentation en carbone, oxygène et hydrogène) avaient déjà été établies. La nécessité d'éléments minéraux, absorbés dire […] Lire la suite

UTILISATION BIOLOGIQUE DE L'AZOTE DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 603 mots

1563 B. Palissy propose que les sels (éléments minéraux) présents dans les plantes proviennent du sol ou des engrais qu'on y apporte afin d'éviter l'épuisement du sol. l804 N. T. de Saussure établit la nécessité d'une alimentation minérale pour la croissance des végétaux. 1838 J. B. Boussingault publie le résultat de recherches entreprises « dans le but d'examiner si les plantes prennent de l'a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude LANCE, « BOUSSINGAULT JEAN-BAPTISTE - (1802-1887) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-boussingault/