MÉLODIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mélodie est l'élément premier de la musique. Premier en ce qu'il en est la manifestation la plus spontanée et la plus naturelle, conjointement avec le rythme, dont on ne peut se passer et qui lui est en quelque sorte consubstantiel – encore qu'il puisse y avoir rythme sans mélodie, mais non mélodie sans rythme. Car c'est ce dernier qui découpe en valeurs différentes la durée dans laquelle s'écoule cette suite de sons prélevés par la mélodie dans l'échelle qui lui est fournie par la nature. Cette échelle introduit dans la description du phénomène une notion d'espace, qui se combine avec celle de temps représentée par la succession des valeurs rythmiques.

La mélodie est donc une succession de sons ayant entre eux des rapports d'intervalles et de durée. Telle est la définition la plus large et la plus indéterminée qui puisse en être donnée.

Elle ne précise rien en ce qui concerne les sons ainsi mis en cause. Ils sont en nombre indéfini. L'échelle délimitée par l'intervalle d'une octave renferme tous les sons avec lesquels on peut faire de la musique, sons qui se reproduisent d'autre part, d'octave en octave, dans toute l'étendue où l'oreille humaine peut les percevoir. Mais la détermination de ces sons et de leur nombre échappe à toute loi naturelle.

La musique occidentale en sélectionne douze selon une méthode qui se veut scientifique mais qui ne résiste pas à un examen critique. Cette échelle de douze sons a été consacrée par une immense et prestigieuse littérature musicale. Mais elle n'est ni plus ni moins légitime que les soixante-deux «  modes » de base décrits par les vieux traités sanscrits et dont les modes dérivés (ou ragas), utilisés en Inde, se dénombrent par centaines.

Même si l'on demeure dans le cadre de la musique occidentale et si l'on admet, pour la commodité de la démonstration, que son matériau sonore peut être représenté sur la portée par les douze notes de la gamme chromatique, séparées entre elles par des demi-tons égaux (ce qui es [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : compositeur de musique, ancien directeur de la musique et du programme national de la Radiodiffusion française

Classification


Autres références

«  MÉLODIE  » est également traité dans :

ACCOMPAGNEMENT MUSICAL

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  •  • 1 922 mots

Dans le chapitre « Accompagnement et composition »  : […] Il était plus que normal qu'une réaction se produisît. Elle eut lieu dès la fin du xviii e  siècle, au moment où les compositeurs prirent conscience que les interprètes les trahissaient trop souvent au point de vue de l'« étagement harmonique ». Le même phénomène allait d'ailleurs se renouveler quelques dizaines d'années plus tard, lorsque Rossini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accompagnement-musical/#i_4447

AIR, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 282 mots

Dans le langage commun, on a pris l'habitude de désigner par le mot « air » la musique destinée à être chantée. On oppose ainsi, dans la chanson, l'air aux paroles. Par extension, on en est arrivé à employer le mot « air » dans le cas de toute mélodie suffisamment connue pour être immédiatement identifiée par l'auditeur. On parle donc indifféremment de l'air de Marguerite (dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air-musique/#i_4447

ARMA PAUL (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 390 mots

Né le 22 octobre 1904 à Budapest, mort le 28 novembre 1987 à Paris, le compositeur français d’origine hongroise Imre Weisshaus (qui adoptera le pseudonyme Paul Arma lors de son installation à Paris) apprend le piano dès l'âge de cinq ans et reçoit, de 1920 à 1924, un enseignement très complet, notamment en analyse et en écriture musicales, à l'Académie Franz-Liszt de Budapest, où Béla Bartók lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-arma/#i_4447

BELLINI VINCENZO

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 2 998 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Situation de Bellini »  : […] Le terrible critique Paul Scudo, consacrant en juillet 1848 quelques pages à « Donizetti et l'école italienne depuis Rossini » à l'occasion de la mort du compositeur à Bergame, savait rendre hommage au maître de Catane, Vincenzo Bellini : celui-ci, note-t-il, échappe à l'influence de Rossini, et s'inspire directement des maîtres du xviii e  siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincenzo-bellini/#i_4447

BORODINE ALEXANDRE PORFIRIEVITCH (1833-1887)

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 611 mots

Né à Saint-Pétersbourg, Borodine était le fils naturel du prince caucasien Louka Guédianov et d'Avdotia Antonova, fille d'un simple troupier. Le père fit déclarer l'enfant par un de ses domestiques, Porphiri Borodine, si bien que plus tard il lui fallut l'affranchir en bonne et due forme. De très bonne heure, il apprend à jouer de la flûte, puis, en autodidacte, du piano, du violoncelle et du haut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-porfirievitch-borodine/#i_4447

CANTABILE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 138 mots

En italien, « chantable ». Mélodie vocale ou instrumentale à l'expression « chantante ». Indication de style qui tend à mettre en relief le caractère mélodique d'une pièce. Certaines pages d'orgue, de style libre, portent ce titre (C. Franck, C. Tournemire, L. Vierne...). J.-S. Bach fait précéder de ce terme ses Inventions à trois voix. Le terme est souvent lié chez les comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantabile/#i_4447

CAVATINE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 360 mots

Terme musical, tiré de l'italien cavatina , diminutif de cavata qui désignait au xviii e siècle un petit arioso placé à la fin d'un récitatif (ainsi chez J.-S. Bach, par exemple dans ses Cantates n os 76, 80 et 117). Dans les opéras et les oratorios du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cavatine/#i_4447

CHAMBRE MUSIQUE DE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

Au sens moderne, « musique de chambre » est une expression générique s'appliquant à des compositions pour un petit nombre d'instruments solistes. Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, avant l'apparition des concerts publics, le terme désigne une musique destinée à être jouée chez un particulier, fût-ce un roi, par opposition à la musique d'église et à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-de-chambre/#i_4447

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Goguette »  : […] C'est dans les goguettes en effet que s'était réfugié l'esprit révolutionnaire et républicain. Depuis le début du XIX e  siècle, on y entendit des chansonniers ouvriers, dont certains sont restés célèbres – comme Henri Avenel, Vinçart, Jean-Baptiste Clément, Charles Gille, Eugène Pottier, auteur de L'Internationale  –, au cours de réunions pittoresque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_4447

CHOPIN FRÉDÉRIC

  • Écrit par 
  • Jean VIGUÉ
  •  • 2 697 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des « phrases au long col » »  : […] Très peu de thèmes de Chopin ont le caractère, généralement bref, ferme et arrêté, de l'idée symphonique. À moins qu'ils n'aient volontairement celui de la danse ( Polonaises , Mazurkas , Valses , etc.), ses thèmes sont de caractère vocal. Marcel Proust a bien su les définir tout en imitant leur tournure, lorsqu'il écrivait « les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-chopin/#i_4447

COMPOSITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les schèmes formels »  : […] Pour concevoir correctement les problèmes qui se posent à la composition musicale, il ne faut pas oublier que, la musique étant un art du temps, il conviendra d'organiser, à l'aide d'éléments sonores, un découpage du temps qui sera perçu comme cohérent par les auditeurs. En se référant à l'histoire de la musique, on constatera que les diverses formes musicales se constituent progressivement, par a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composition-musicale/#i_4447

DARGOMYJSKI ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1813-1869)

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 490 mots

Les musiciens russes affiliés au groupe des Cinq et leurs disciples se sont réclamés d'un « père » spirituel, Glinka, et d'un « parrain », Dargomyjski. « Un petit homme en redingote bleu ciel et gilet rouge, affligé d'une invraisemblable voix de fausset », tel apparaissait à ses contemporains Dargomyjski, fils de riches gentilshommes campagnards (le gilet rouge évoque celui que Théophile Gautier a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-dargomyjski/#i_4447

DOWLAND JOHN (1563-1626)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 515 mots

De ce grand luthiste et chanteur de l'époque élisabéthaine , on ignore s'il naquit en Angleterre ou en Irlande, d'où était originaire sa famille. Dès 1580, à l'âge de dix-sept ans, John Dowland se trouve à Paris dans la suite de l'ambassadeur d'Angleterre. Trois ans plus tard, il revient en Grande-Bretagne et obtient des diplômes en musique des universités d'Oxford et de Cambridge. L'échec de sa t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dowland/#i_4447

DUPARC HENRI (1848-1933)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 310 mots

Représentant éminent de la mélodie française d'inspiration romantique. L'édition définitive de ses œuvres comprend treize mélodies, auxquelles, à peu de choses près, se limite sa production, mais qui suffisent à rendre son nom célèbre. Elles se situent toutes entre 1868 et 1884. Né à Paris dans un milieu où la pratique des arts est à l'honneur, Henri Duparc devient, dès avant la guerre de 1870, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-duparc/#i_4447

DUREY LOUIS (1888-1979)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 824 mots
  •  • 1 média

Aîné du groupe des Six, Louis Durey s'est rapidement situé en marge de l'action de ses amis . Sa réserve naturelle n'avait rien de commun avec les éclats un peu tapageurs des Six à leurs débuts et, s'il a toujours conservé des liens amicaux étroits avec ses camarades, son appartenance au groupe des Six repose davantage sur le hasard que sur des raisons esthétiques. Louis Durey voit le jour le 27 m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-durey/#i_4447

FAURÉ GABRIEL (1845-1924)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BELTRANDO-PATIER
  •  • 1 370 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le premier parmi les mélodistes français »  : […] Le premier recueil de mélodies paraît chez Choudens en 1879 ; il sera suivi de deux autres recueils et de cinq grands cycles s'échelonnant jusqu'en 1921. Peu distincte en ses débuts de la romance, la mélodie a une vocation de divertissement, de mise en valeur des voix féminines, d'exaltation des sentiments romantiques. Elle n'atteindra sa dignité d'œuvre à part entière qu'avec Fauré et Duparc ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-faure/#i_4447

GOUNOD CHARLES (1818-1893)

  • Écrit par 
  • Roger DELAGE
  •  • 2 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un musicien à contre-courant »  : […] Il faut faire effort, maintenant que son œuvre est devenue familière, pour mesurer l'originalité de Gounod. La musique française semblait à son déclin. Il n'y avait d'oreilles que pour la musique italienne, et les « happy few » s'enivraient des prouesses vocales que dispensaient avec largesse les chanteurs ultramontains – virtuoses du bel canto. La mélodie régnait et n'était au vrai qu'un motif f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-gounod/#i_4447

GRIEG EDVARD (1843-1907)

  • Écrit par 
  • Piotr KAMINSKI
  •  • 1 677 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un Norvégien de troisième génération »  : […] Celui qui devint le symbole même de l'art national norvégien n'est qu'un arrière-petit-fils d'immigré. L'Écossais Alexandre Greig s'établit à Bergen dans les années soixante du xviii e  siècle. Son petit-fils, Alexandre comme lui, mais déjà Grieg , épousa M lle  Gesine Judith Ha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edvard-grieg/#i_4447

ILLUSIONS AUDITIVES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RISSET, 
  • David WESSEL
  •  • 3 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Polyphonie à une seule voix »  : […] Des compositeurs de l'époque baroque (Jean-Sébastien Bach en particulier) ont écrit des passages polyphoniques pour des instruments monodiques. La technique utilisée consiste à enchevêtrer deux lignes mélodiques (ou une ligne mélodique et un continuo) en faisant alterner les notes successives de chaque ligne . Si les lignes enchevêtrées sont suffisamment séparées, et si chaque ligne possède une ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusions-auditives/#i_4447

INTERVALLE, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 1 046 mots

Un intervalle est la distance qui sépare deux sons différents. Le plus petit intervalle du système tempéré est le demi-ton : mi-fa , si-do , sol dièse- la , ré-mi bémol... Un demi-ton est chromatique s'il est formé de deux notes de même nom ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervalle-musique/#i_4447

KLEZMER MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé ROTEN
  •  • 3 481 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La systématique musicale »  : […] Le klezmer emprunte sa conception à la musique orientale : la mélodie est prédominante et le discours se développe linéairement grâce à l'ornementation et à l'improvisation modale. Mais ce qui frappe le plus dans la musique klezmer, c'est une sensation de liberté, voire même de chaos sonore. Comme si tous les instruments parlaient en même temps ! Et pourtant, tous se réfèrent à un même modèle mél […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-klezmer/#i_4447

LINDBLAD ADOLF FREDERIK (1801-1878)

  • Écrit par 
  • Michel VINCENT
  •  • 561 mots

Compositeur suédois né en Scanie, mort dans l'Ostergötland, Adolf Frederik Lindblad fut le premier des grands compositeurs de mélodies nordiques. Son père adoptif, commerçant, veut lui apprendre son métier ; en vain : le jeune Lindblad joue de la flûte et du piano et cache ses premières partitions dans le grand livre de compte de la boutique ! (À quinze ans, il écrit déjà un concerto pour piano.) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-frederik-lindblad/#i_4447

MENDELSSOHN-BARTHOLDY FELIX (1809-1847)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Témoin et initiateur »  : […] On sait l'admiration fervente de Robert Schumann : « Mendelssohn, je lève les yeux vers lui comme vers une haute cime. C'est un véritable dieu » (à T. Schumann, 1 er avril 1836) ; ou encore : « Je le tiens pour le premier musicien de notre époque » (15 mars 1839, à Simone de Sire). Marcel Beaufils résume ainsi l'apport de Mendelssohn à la musique : il est « à la fois le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-mendelssohn-bartholdy/#i_4447

MESSIAEN OLIVIER

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 052 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les hauteurs »  : […] Dans Technique de mon langage musical (A. Leduc, Paris, 1944), Messiaen écrit : « Primauté à la mélodie. Élément le plus noble de la musique, que la mélodie soit le but principal de nos recherches. » Le compositeur utilise des lignes mélodiques issues du plain-chant, des chants d'oiseaux, des ragas (modes) de l'Inde, et surtout des modes à transpositio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-messiaen/#i_4447

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métriques de durée : slogan, comptine, chant »  : […] La métrique de slogans tels que « Un - tel président, un - tel - président... » ou « Algérie - fran - çaise... » et de diverses expressions rythmiquement scandées que nous accueillerons ici sous le même nom de « slogans », comme « Ma - chin, - un' chanson », peut s'exprimer en termes d'équivalences de durée, ou «  isochronies » (métrique de durée, ou d'isochronies). Une approche traditionnelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/

MOUSSORGSKI MODEST PETROVITCH

  • Écrit par 
  • Myriam SOUMAGNAC
  •  • 2 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Je veux parler aux hommes le langage du vrai » »  : […] De la constitution du groupe des Cinq à la composition de Boris Godounov , l'existence de Moussorgski apparaît traversée d'épreuves diverses. En revanche, son univers intérieur s'enrichit de toute une somme de recherches qui le conduisent à la révélation de son langage propre. Malgré sa culture et son admiration pour les romantiques, la formation de son style ne doit pas beau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modest-petrovitch-moussorgski/#i_4447

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques d'inspiration chinoise

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 8 745 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Musique vocale et musique instrumentale »  : […] Il serait fastidieux d'énumérer tous les genres de musique qui se rencontrent en Extrême-Orient. On se bornera à faire quelques remarques sur la musique vocale et la musique instrumentale. La musique vocale est présente dans tous les genres, depuis les chansons populaires liées aux faits et gestes de tous les jours jusqu'à la musique de cour. Comme dans tous les pays du monde, on chante pour berce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musiques-d-inspiration-chinoise/#i_4447

MUSIQUE CONTEMPORAINE - La musique sérielle et le dodécaphonisme

  • Écrit par 
  • Pierre BARBAUD, 
  • Rémi LENGAGNE
  •  • 3 022 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dodécaphonisme de J. M. Hauer »  : […] Josef Matthias Hauer, né en 1883 à Wiener-Neustadt, en Autriche, était instituteur. Autodidacte dans le domaine musical, il écrit dès 1911 dans un système à douze sons parfaitement cohérent, qu'il précise en 1918 sous le nom de Zwölftongesetz . Il en expose les principes dès 1920 dans une brochure intitulée Vom Wesen des Musikalischen ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-la-musique-serielle-et-le-dodecaphonisme/#i_4447

PERCEPTION

  • Écrit par 
  • Paolo BARTOLOMEO
  •  • 3 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les processus « top-down » »  : […] La Gestaltpsychologie ou psychologie de la forme, développée à partir de la fin du xix e  siècle, a souligné que la synthèse que constitue un objet perceptif est plus importante que la somme des parties le constituant. Par exemple, l’expérience acoustique d’une mélodie ou d’un accord ne peut pas être réduite à la somme des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception/#i_4447

POLYPHONIE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 2 165 mots

Par lui-même, le terme « polyphonie » (plusieurs voix) est quelque peu déconcertant. Entré progressivement dans l'usage, tant en français qu'en allemand, où il alterne sans règles bien précises avec Mehrstimmigkeit , qui l'a précédé, il ne figure encore chez Littré en 1863 que comme terme de physique (écho polyphone) et d'assyriologie (le même signe linguistique exprimant plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polyphonie/#i_4447

POULENC FRANCIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 770 mots

7 janvier 1899 Francis Jean Marcel Poulenc naît à Paris, dans une famille bourgeoise et fortunée : son père, Émile Poulenc, dirige un laboratoire pharmaceutique, Poulenc Frères, qui fusionnera en 1928 avec la Société chimique des usines du Rhône pour donner naissance à Rhône-Poulenc. 1914-1917 Poulenc est l'élève du pianiste Ricardo Viñes, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poulenc-reperes-chronologiques/#i_4447

POULENC FRANCIS

  • Écrit par 
  • Jean ROY
  •  • 1 614 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Primauté du style »  : […] Francis Poulenc naît à Paris le 7 janvier 1899, aveyronnais par son père, parisien par sa mère. Il s'est formé en dehors de l'enseignement officiel (ses maîtres ont été Ricardo Viñes, pour le piano, et Charles Kœchlin, pour la composition) ; se trouvant tout naturellement accordé à son temps, il n'a pas eu à lutter, si ce n'est contre sa propre facilité. Tout en se fiant à son propre goût, à son s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-poulenc/#i_4447

RACHMANINOV SERGUEÏ VASSILIEVITCH (1873-1943)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 1 618 mots

Dans le chapitre « L'interprète en exil »  : […] En décembre 1917, deux mois après la prise du pouvoir par les bolcheviks, Rachmaninov profite d'une tournée en Scandinavie pour émigrer. Il ne retournera jamais dans son pays, et passera les vingt-cinq dernières années de son existence entre l'Europe et les États-Unis. Sa vie matérielle s'organise rapidement, et sa renommée de virtuose hors pair lui apporte l'admiration et la fortune. Toutefois, v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serguei-vassilievitch-rachmaninov/#i_4447

RÉCITATIF, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul HOLSTEIN
  •  • 747 mots

En anglais recitative , en allemand Rezitativ , en italien recitativo , en espagnol recitado , récitatif, en français, désigne une forme d'expression vocale individuelle, propre à l'opéra et s'opposant à l'air — aria en italien. D'où les couples récitatifs-airs ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recitatif-musique/#i_4447

RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • Edith WEBER
  •  • 6 047 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le psautier huguenot »  : […] Le psautier huguenot comporte principalement les paraphrases rimées et strophiques, en langue française, des Cent Cinquante Psaumes de David (Ancien Testament) mises en musique à une et plusieurs voix, au xvi e  siècle, à l'usage du culte calviniste (réformé) en France, en Alsace (à Strasbourg, lors du séjour de Jean Calvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-religieuse-chretienne/#i_4447

SPÉCIALISATION ET INTÉGRATION INTERHÉMISPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Laura CARON-DESROCHERS, 
  • Anne GALLAGHER
  •  • 3 019 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Prosodie et musique »  : […] La prosodie réfère aux indices non verbaux dans la parole, telles l’accentuation et l’intonation. Le traitement des indices prosodiques du langage est associé à une activation dominante à droite, ce qui est très similaire au traitement de la mélodie dans la musique. Le traitement du langage et de la musique peuvent ainsi être mis en parallèle. Un autre exemple concerne la structure du langage (sy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/specialisation-et-integration-interhemispherique/#i_4447

THÈME, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 1 036 mots

Un thème est un motif mélodique ou rythmique ou mélodico-rythmique, parfois harmonique, suffisamment typé pour être facilement reconnaissable, et suffisamment riche pour être développé, varié, transposé ou transformé. Ce terme fut précédé de bien d'autres vocables au cours de l'histoire : cantus ( firmus ), ténor ou teneur, phrase, idée musicale, sujet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theme-musique/#i_4447

TROPES, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 649 mots

Chez les Grecs, tropos est employé pour harmonia , hauteur fondée sur l'octave moyenne des voix où se place le système qui est l'élément majeur de la structure musicale (latin modus ). Au Moyen Âge, c'est le procédé de composition, littéraire ou musicale, qui fut à l'origine d'un répertoire immense en honneur pendant six cents ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropes-musique/#i_4447

TROUBADOURS ET TROUVÈRES

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 3 403 mots

Dans le chapitre « Formes »  : […] Les habitudes dont sortirent peu à peu les règles de la versification troubadouresque se caractérisent, au xii e  siècle, à la fois par leur simplicité et leur extrême souplesse. La canso se compose de quatre à huit strophes de mètre identique, souvent sur les mêmes rimes ; une tornada les suit, équiva […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubadours-et-trouveres/#i_4447

VOLKSLIED

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 930 mots

Par opposition à Kunstlied (chanson savante), le terme allemand de Volkslied est traduisible faute de mieux par « chant populaire », mais ne recouvre pas exactement les mêmes données que ce vocable français. Le mot est introduit pour la première fois à l'époque moderne par Johann Gottfried Herder (1744-1803), qui veut redonner vie au genre, à propos de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volkslied/#i_4447

WARLOCK PETER (1894-1930)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 420 mots

Compositeur, critique musical, musicologue et éditeur de musique anglais, Peter Warlock est l'un des meilleurs compositeurs de mélodies anglaises du début du xx e  siècle, et il a donné de remarquables éditions de musiques anciennes, en particulier élisabéthaine. Il utilisa généralement son véritable nom – Heseltine – pour ses travaux musicologiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-warlock/#i_4447

WOLF HUGO (1860-1903)

  • Écrit par 
  • Stéphane GOLDET
  •  • 2 562 mots

Dans le chapitre « Les lieder (1888-1897) »  : […] De 1888 à 1891, Hugo Wolf se consacre presque exclusivement à la composition. Ses recueils de lieder seront écrits à grands traits, à raison d'une, voire de deux pièces par jour. En février 1889, cent vingt-quatre lieder (soit un peu plus de la moitié des deux cent quarante-deux qu'il publiera) sont déjà écrits : cinquante-trois Mörike Lieder , vingt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-wolf/#i_4447

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry BARRAUD, « MÉLODIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodie/