MOYEN ÂGELa pensée médiévale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme qui lie

Comme on pouvait s'y attendre, l'herméneutique du Moyen Âge a repris l'essentiel des méthodes de travail des grammatici latins. Quel que soit le niveau de développement atteint par la ponctuation médiévale, le fondement de l'explication de texte, la lectio, est donc demeuré quasi inchangé : d'abord couper les mots, les membres et les périodes (distinguere), bref « marquer par des silences et des inflexions de la voix (pronuntiare) tout ce qu'aujourd'hui notre système complexe de ponctuation se charge d'indiquer » (H.-I. Marrou). L'exercice antique de la lectio, lecture préparatoire à l'emendatio et à l'ennaratio, véritable commentaire analytique sur la forme et sur le fond, se retrouve ainsi dans la structure même de l'explication de texte médiéval, avec la triade canonique de la littera (explication des phrases et des mots « selon la teneur de leur immédiat enchaînement »), du sensus (analyse de la signification de chacun des éléments et « traduction en langage clair du passage étudié ») et de la sententia (« dégagement de la pensée profonde au-delà de l'exégèse et véritable intelligence du texte », M.-D. Chenu).

Habitués à la pratique grammaticale de la distinction, les clercs du Moyen Âge en ont exploré toutes les possibilités de création exégétique, tandis que, parallèlement, la traduction des Réfutations sophistiques d'Aristote leur a permis d'en tirer une théorie syntactico-sémantique générale de l'ambiguïté phrastique. La liberté de manipulation de la littera scripturaire que l'on observe chez certains exégètes médiévaux ne saurait s'expliquer entièrement sans l'impact des particularités de la ponctuation médiévale sur le découpage et la structure même des énoncés. Un exemple suffira ici, d'ailleurs éminent : l'histoire de l'interprétation de Jean, i, 3-4.

On l'a dit, tel que l'abordait un exégète du xiiie siècle, le texte de la Bible ne comprenait pas à proprement parler l'indication des versets nés au xvie siècle « dans l'officine » de l'imprimeur humaniste Robert Estienne (J. Vezin). Ramené aux conventions orthographiques d'aujourd'hui, le texte expliqué par les théologiens des xiiie et xive siècles se présentait souvent de la manière suivante : Omnia per ipsum facta sunt, et sine ipso factum est nihil. Quod factum est in ipso vita erat, et vita erat lux hominum. Ce texte correspond à celui qu'on lit dans la Bible de Jérusalem, à savoir (indiquant en exposant le numéro de nos versets) : « 3Tout fut par lui et sans lui rien ne fut. 4De tout être il était la vie et la vie était la lumière des hommes » – bien que, à propos de « de tout être », les traducteurs notent : « On peut aussi rapporter ces mots à ce qui précède : et sans lui rien ne fut de ce qui existe. » Cette dernière leçon est celle de la Vulgate latine : 3Omnia per ipsum facta sunt, et sine ipso factum est nihil quod factum est. 4In ipso vita erat, et vita erat lux hominum (3Toutes choses ont été faites par lui, et de ce qui a été fait rien n'a été fait sans lui. 4C'est en lui qu'était la vie, et la vie était la lumière des hommes) –, scansion qui, de fait, est devenue traditionnelle dans l'Église latine.

En s'appuyant sur un texte différent de celui de la Vulgate, les maîtres qui commentaient la version aujourd'hui adoptée dans la Bible de Jérusalem œuvraient-ils en philologues ? À un premier niveau, ils ne faisaient que s'insérer dans une tradition séculaire, mais non exclusive : celle d'Augustin arrêtant toujours ses citations après nihil. En fondant leur exégèse sur la séquence Quod factum est in ipso vita erat, ils pouvaient donc se prévaloir d'une certaine tradition. Restait à ponctuer cette phrase elle-même. C'est le second problème traditionnel dans l'histoire de l'interprétation de Jean, i, 3-4 ; faut-il lire : Quod factum est in ipso/vita erat ou Quod factum est/in ipso vita erat ?

L'examen de l'Expositio super Ioannem de Thomas d'Aquin et de sa Catena aurea sur Jean montre que non seulement chaque ponctuation est une interprétation théologique, mais qu'une même ponctuation peut engendrer des interprétations distinctes. Quod factum est in ipso/vita erat est partagée par les manichéens et par Jean Scot Érigène cité, comme souvent, sous le nom d'Origène, dont la seule ponctuation authentique est bien Quod factum est in ipso/vita erat, mais sans solution de continuité avec et vita erat lux hominum. À l'inverse, c'est la séquence Quod factum est/in ipso vita erat qui porte la lecture d'Augustin ; tandis qu'Hilaire de Poitiers ponctue Et sine ipso factum est nihil quod factum est in ipso. Vita erat et que le Grec Jean Chrysostome lit Et sine ipso factum est nihil quod factum est. In ipso vita erat, soit très exactement la ponctuation retenue par la Vulgate latine ! Va-t-on chercher ici la « bonne ponctuation » ? Ce n'est pas ce que fait Thomas d'Aquin. À l'exception de l'interprétation manichéenne que, naturellement, il rejette, il ne privilégie aucune des lectures en présence ; il préfère souligner que le passage de Jean peut être expliqué, c'est-à-dire prononcé, c'est-à-dire ponctué, de différentes manières. C'est là le phénomène essentiel, car c'est là que communiquent l'outil technique – la ponctuation graphique – et l'acte d'exégèse porté dans l'énonciation d'une parole où, comme dans tout acte de langage, la pause fait le sens. Si l'on remarque maintenant que la même séquence sine ipso factum est nihil peut elle-même recevoir deux interprétations, conformément à la sémantique du latin nihil – l'une transparente et non marquée : « sans lui rien n'a été fait », correspondant à une absence de pause sine-ipso-factum-est-nihil, l'autre ambiguë et marquée, correspondant dans un cas, celui du catharisme, à une pause du type de sine ipso factum est/nihil (le néant s'est fait sans lui), et dans l'autre à une pause du type de sine ipso factum/est nihil (ce qui a été fait et se fait sans lui [le mal, le péché] est néant) –, on voit aisément que l'absence de découpage initial du texte et la diversité des possibilités de ponctuation oratoire sont moins un déficit qu'une partie intégrante de l'acte de pensée.

Liée aux phénomènes matériels de la disposition spatiale des énoncés dans les manuscrits, à leur plus ou moins grand niveau d'indexation explicite, à la nécessité pédagogique de moduler vocalement un texte qui n'existe jamais par lui-même comme totalité idéalement structurée, la technique de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses), chaire histoire des théologies chrétiennes dans l'Occident médiéval

Classification

Autres références

«  MOYEN ÂGE  » est également traité dans :

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

La langue latine a longtemps constitué, dans l'Europe médiévale, le principal vecteur du savoir et de la culture. Cependant, à l'initiative des écrivains et du public des cours, on voit se développer du ixe au xiie siècle un usage littéraire des « langues vulgaires », dialectes et parlers nationaux.L'avèn […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Alain BOUREAU
  •  • 1 990 mots

Le Moyen Âge constitue à la fois une période chronologique, un type régional de société et un processus historique de portée universelle.Tout découpage du temps historique est conventionnel. Cet arbitraire est patent quand il se fonde sur une pure quantité, comme le siècle. La périodisation paraît moins artificielle quand elle embrasse des durées longues, comme le « Moyen Âge ». Depuis la fin du […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

  • Écrit par 
  • Léopold GÉNICOT
  •  • 12 274 mots
  •  • 1 média

Occident et civilisation occidentale sont des concepts et des faits dont on parle abondamment aujourd'hui. Ils datent du Moyen Âge. Celui-ci a d'abord scindé le monde antique, bâti autour de la Méditerranée, en trois entités : Occident, Orient, Afrique. Puis il a repoussé vers le nord et le nord-est les frontières de la première. Dans ce cadre original, une civilisation s'est élaborée à partir d'é […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Le latin médiéval a été, en son temps, l'instrument de culture qui fondait toute compréhension internationale. Dans un temps où les langues vernaculaires étaient encore grossières, il a été le conservatoire des techniques et des figures (rhétorique et poésie) ainsi que la langue sacrée du christianisme, pour lequel il constitua un trésor de textes théo […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 839 mots
  •  • 3 médias

La formation de la prose littéraire constitue un processus fondamental dans l’histoire des civilisations anciennes et modernes. Ce processus s’inscrit sans aucun doute dans un plus vaste réseau : les emplois multiples du discours en prose, des épigraphes aux journaux intimes, se développent dans des rapports étroits, tant pour la forme que pour le contenu, […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

À la fois parole, musique et jeu, le lyrisme médiéval, tel que le transmettent les manuscrits, reste difficile à lire et à interpréter. Vestiges pour ainsi dire archéologiques, les écrits, même lorsqu'ils comportent une notation musicale, ne livrent plus le secret de leur vie […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - Les universités médiévales

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 180 mots
  •  • 1 média

Les universités qui apparaissent et se multiplient au cours des trois derniers siècles du Moyen Âge sont des institutions profondément originales à tous égards. Le mot universitas signifie, dans le latin médiéval, « communauté ». L'universitas studiorum est une forme originale de communauté, qui se régit elle-même et échappe aux contraintes du droit commun. […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Immobilisme agricole ancien »  : […] Cette perte de prestige est paradoxalement liée à un gain considérable en efficacité. Telle qu'elle se présente dans la plus grande partie de l'Europe au xvii e  siècle, et telle qu'elle subsiste en larges îlots sur ce continent jusqu'à la fin du xix e  siècle, l'agriculture traditionnelle est avant tout une agriculture de subsistance associée à une économie domestique fermée, dite économie de bes […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La révolution agricole du Moyen Âge »  : […] Pour tenter de surmonter ces difficultés, à partir de l'an 1000, dans la moitié nord tempérée froide de l'Europe, l'usage de toute une gamme d'outils se répandit, en relation avec l'essor de la sidérurgie. Fourneaux à fonte et forges hydrauliques ont permis de produire plus de fer, de meilleure qualité, qui a servi à fabriquer des faux. Grâce à cet outil essentiel, plus efficace que la faucille, […] Lire la suite

ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 147 mots
  •  • 2 médias

Le terme « albigeois » a servi, dès le milieu du xii e  siècle, à désigner les hérétiques du Languedoc, bien que l'Albigeois ne paraisse pas, aux yeux des historiens modernes (qui ont continué à user de cette appellation devenue traditionnelle), avoir été le principal foyer de l' hérésie. Dès 1146, Geoffroy d'Auxerre signale que le populus civitatis albigensis est infesté par l'hérésie. Le concil […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain de LIBERA, « MOYEN ÂGE - La pensée médiévale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/