BIBLELes traductions

Dès l'Antiquité préchrétienne, la Bible a été traduite – il faudrait dire, plus adéquatement, produite – dans une multitude de langues. Dans ce processus, on doit, en fait, distinguer deux moments : d'une part, celui des versions « anciennes », qui se prolonge jusqu'au Moyen Âge avec la traduction en slavon de Cyrille et de Méthode (ixe s.) et la Bible arabe du juif Saadia (env. 885-942), en passant par les Bibles grecque et latine, araméenne et syriaque, éthiopienne et copte, arménienne enfin ; d'autre part, celui des versions « modernes », qui jalonnent l'histoire de l'imprimerie. Ces dernières atteignent un nombre impressionnant : en 1977, on a recensé mille six cent trente et une langues de diffusion (surtout dans le monde protestant) de la Bible, alors qu'on en comptait seulement soixante et onze au début du xixe siècle.

Diffusion et traductions

En fait, le mouvement des traductions de la Bible est le reflet de l'extension géographique, culturelle, sociale et économique, pour ne pas dire politique, du christianisme, avec ses phases de crise et ses périodes de relance. C'est ainsi que la Réforme fut et demeure un facteur majeur de diffusion de la Bible ; à ses débuts, elle a donné la fameuse Bible de Luther : cette première traduction allemande, réalisée sur des textes originaux, eut une grande influence sur l'évolution de la langue germanique et fut adaptée notamment en danois, en suédois, en hollandais. Elle rompait avec l'utilisation du texte latin de Jérôme comme base des premières traductions de la Bible dans les langues de l'Europe occidentale (encore au xvie siècle, la Bible française de Lefèvre d'Étaples s'appuyait sur ce texte de la Vulgate). D'une certaine manière, le renouveau biblique catholique du xxe siècle semble avoir une signification identique avec la publication de la Bible de Jérusalem (en 1955), qui est traduite ou adaptée dans la majorité des langues européennes.

La diffusion, sous la forme de traductions, de la partie juive de la Bible fut bien plus limitée. Contraints de conserver leur identité nationale alors qu'ils se trouvaient minoritaires, les juifs ont continué à utiliser, pour les besoins de la synagogue, l'hébreu ou l'araméen des targums. Par ailleurs, leurs efforts pour répandre la Bible au sein de leurs communautés locales souffrirent, parfois durement, des mesures des autorités chrétiennes, qui allèrent jusqu'à faire disparaître les documents eux-mêmes. Néanmoins, ils assurèrent des traductions, notamment en judéo-persan (xiiie-xve s.), en judéo-espagnol ou ladino (xiiie-xviiie s.), en yiddish (xiiie-xve s.).

L'une des caractéristiques constantes des traductions de la Bible, c'est d'être parfois et même souvent fragmentaires. Cela tient à des raisons diverses : d'abord, aux besoins, obligatoirement sélectifs, du culte (ainsi, récemment, une Bible catholique dite liturgique, avec une traduction et un découpage particuliers, a été élaborée conformément aux dispositions officielles du IIe concile du Vatican) ; ensuite, au souci d'éduquer les couches populaires auxquelles on ne livre qu'un choix de prières ou de récits, adaptés dans la langue ou le dialecte du lieu ; enfin, à l'étalement dans le temps de l'énorme chantier que constitue une traduction complète de la Bible. Une telle entreprise, en effet, entraîne la parution séparée – parfois à titre de test ou d'annonce, ou bien pour de simples raisons financières – de certains livres bibliques, surtout du Nouveau Testament chez les chrétiens ou au moins chez les catholiques, en attendant l'achèvement de l'ensemble (ce fut le cas de la Bible Osty). Il est même arrivé, dans un passé lointain ou tout récemment, qu'on arrête la tâche en cours d'exécution. Cette méthode de publication fragmentaire nous ramène d'ailleurs, en quelque sorte, aux sources de la Bible, qui est née, en fait, d'une organisation de type anthologique.

L'histoire de la traduction de la Bible est aussi celle d'un conflit : entre, d'une part, la volonté de restituer au mieux les données sémantiques du texte original (ce qui a atteint son paroxysme avec la traduction d'Aquila ou encore avec la Bible de Chouraqui) et, d'autre part, le souci de communiquer à un très grand nombre de lecteurs, au besoin par des allégements ou, au contraire, des ajouts intégrés, l'essentiel présumé du message biblique (c'est ce qu'ont fait les targums dans l'Antiquité juive, mais aussi ce qui a commandé le succès de la traduction contemporaine de Pierre de Beaumont, délibérément conçue comme devant être une vulgate moderne).

Les grandes versions anciennes de la Bible

Le souci de faire connaître la Bible à un groupe religieux donné en la traduisant dans sa langue, avec une attention particulière à ses besoins propres, a donné lieu à un certain nombre de traductions anciennes qui ont, en fait, revêtu une valeur fondatrice ou normative. Parmi elles, on peut retenir notamment, outre la traduction latine de saint Jérôme devenue la Vulgate, les versions judaïques des Septante (traduction qui fut ensuite adoptée par le christianisme) des targums et d'Aquila.

La version des Septante

Dès le iiie siècle avant J.-C., les Juifs d'Alexandrie, organisés en un politeuma, entreprirent la traduction en grec, leur langue vernaculaire, de la Loi, écrite en hébreu. Des raisons qui tenaient tant à leur besoin cultuel (lecture synagogale et prédication) qu'à leur souci de propagande et d'apologétique les y poussèrent. La fameuse légende des soixante-dix (soixante-douze) traducteurs, rapportée d'abord par la Lettre d'Aristée avant de connaître une large fortune dans la littérature patristique, valut le nom de Septante à cette traduction.

Le rôle de ce texte grec de la Bible fut déterminant dans le processus d'hellénisation du monothéisme juif, véritable refonte de la culture jusque-là figée dans les modes de pensée et d'expression hébraïques, ouverture qui fit de la Septante la Bible méditerranéenne juive, puis chrétienne. Jusqu'à saint Jérôme, qui, le premier, s'employa à la détrôner, la quasi-totalité de l'Église la considéra comme son Ancien Testament. Elle avait été la Bible des auteurs du Nouveau Testament. À l'exception de la traduction syriaque (Peschitto) et de la Vulgate, et encore avec des nuances, toutes les versions dites anciennes de la Bible furent réalisées à partir de la Septante, que des auteurs juifs, tel Philon, ou chrétiens, tel saint Irénée, considéraient comme inspirée. Aussi n'est-il pas surprenant que les Juifs de la Synagogue, exclusivement pharisiens après la destruction du second Temple (70), aient qualifié le jour de la Septante de néfaste (selon une légende talmudique, les ténèbres auraient recouvert la terre en signe de châtiment) et l'aient exécré à l'égal de la commémoration du veau d'or.

On traduisit d'abord les cinq premiers livres de la Loi (le Pentateuque) ; puis, progressivement, les Prophètes et les Écrits. Cette tâche se poursuivit tandis que les chrétiens, qui adoptèrent d'emblée la Septante comme leur Bible, commençaient à s'organiser en Église. Sur l'origine de cette traduction, deux thèses s'affrontent. La plus classique, adoptée par les deux grandes éditions modernes de Cambridge et de Göttingen, affirme l'existence d'une Septante originaire (Ur-Text, Ur-Septuaginta, Septuaginta-Vorlage) qui aurait connu le destin classique des traditions textuelles : variantes et recensions. La plus séduisante, quoique minoritaire, est la thèse du targum grec. Les Juifs d'Alexandrie auraient traduit la Loi puis les Prophètes à l'instar des targums palestiniens, traductions araméennes, d'abord orales et plus ou moins spontanées, puis écrites (fragmentaires dans un premier temps, parce que déterminées par le découpage textuel du service synagogal, et ensuite regroupant des sections entières de la Bible). En réalité, ces deux thèses ne s'excluent pas systématiquement l'une l'autre.

La Septante, pour une grande part, ne correspond pas à la conception moderne de la traduction. Véritable production biblique, elle manifeste bien des écarts par rapport au texte hébraïque réputé original. Ces « plus » sont de deux ordres. « Plus » quantitatifs : livres deutérocanoniques (Sagesse) ajoutés à des livres canoniques (Daniel, Proverbes). Et « plus » qualitatifs : sens nouveau imputé à certains mots ; dans le Psaume XVI, par exemple, le terme « fosse » est rendu par « corruption » (ce qui permit à la lecture chrétienne du chapitre xiii des Actes des Apôtres d'y voir une prophétie de la résurrection de Jésus), ou bien, en Isaïe, vii, 14, « jeune femme » est traduit « vierge » (source du dogme évangélique de la naissance virginale de Jésus). Pour le christianisme donc, la Septante déploie les qualités conjuguées, culturelles et linguistiques, de matrice et de postérité intrabibliques.

La traduction grecque d'Aquila

Lorsque la séparation entre le judaïsme et le christianisme fut chose irréversible, les rabbins décidèrent de mettre en œuvre une traduction grecque des Écritures qui, par sa littéralité, se différenciât totalement de la « vulgate » grecque qu'était la version des Septante, celle-ci étant à la fois un monument de culture hellénistique et le bien propre de ces dissidents nouveaux qui s'appelaient « chrétiens ». Parmi les tentatives faites dans ce sens, il faut retenir surtout, au milieu du iie siècle, la traduction d'Aquila. Elle fut utilisée par les rabbins, probablement à cause de sa fidélité littérale au texte hébraïque, mais surtout en raison de son antichristianisme : elle marquait, en effet, la rupture entre le système juif et le système chrétien. Le Talmud et les Pères la citent comme une version exemplaire pour son « exactitude ». D'origine grecque (du Pont), Aquila avait été baptisé, puis exclu du christianisme. Il se tourna vers le judaïsme et la tradition a fait de lui un prosélyte. Sans doute fut-il un brillant disciple du grand maître juif Aquiba, dont il semble avoir mis en œuvre, dans sa traduction, les principes d'interprétation (selon lesquels, par exemple, chacun des éléments matériellement constitutifs d'un mot hébreu, y compris l'étymologie, possède une ou plusieurs significations). Mais il est probable que Aquila n'a fait que continuer et achever une entreprise de recension grecque des textes sacrés qui avait commencé sous l'impulsion des rabbins dès la fin du ier siècle et dont, semble-t-il, Josèphe lui-même est le témoin dans ses Antiquités juives.

Les targums

On appelle targums les traductions araméennes que les Juifs, palestiniens et babyloniens, ont faites, des siècles durant, des textes bibliques. Ainsi, un targum du Pentateuque existait probablement, peut-être même avec plusieurs variantes, dès la fin de l'ère préchrétienne. Derniers venus, les targums des Hagiographes sont très tardifs.

Le mot « targum » n'est pas hébraïque, ni même sémitique. D'origine hittite, il signifie « annoncer », « expliquer », « traduire ». Le traducteur officiel de la synagogue était appelé torgeman ou meturgeman.

Orales et improvisées, fragmentaires et occasionnelles vu leur finalité cultuelle (lecture synagogale), les traductions araméennes de la Bible furent très vite fixées par écrit, puis rassemblées en des blocs unitaires correspondant aux grandes unités bibliques (Pentateuque, Prophètes, etc.). Elles n'étaient pas des versions littérales. La souplesse de leur exécution permettait l'introduction aisée d'éléments d'interprétation que la piété populaire ou même des écrits parabibliques gardaient disponibles. Aussi certains passages sont-ils de vraies paraphrases. Bien plus, dans certains targums plus tardifs, on ne trouve plus rien qui, de près ou de loin, ressemble à une traduction. Dans le targum du Cantique des cantiques, par exemple, le texte biblique est « lu » d'un bout à l'autre comme une allégorie des relations entre Dieu et son peuple. En fait, dans la pratique targumique, le judaïsme continuait à investir les règles d'herméneutique, les réflexes de relecture et d'actualisation déjà en œuvre dans ses productions littéraires monolingues.

Plusieurs facteurs étant en cause, l'étude des targums est aujourd'hui très vivante. Les découvertes de Qumrān n'y sont pas étrangères : à côté d'un lot de fragments targumiques épars, on a trouvé un Targum de Job, ainsi qu'un ouvrage paratargumique ou prétargumique, l'Apocryphe de la Genèse, qui permet de mieux poser la question difficile des limites génériques du targum. Intervint également la découverte, en 1949, à la Bibliothèque vaticane, d'une recension complète du targum palestinien du Pentateuque, identifié en 1956, le Codex Neophiti I. Il faut mentionner aussi l'intérêt que certains spécialistes du Nouveau Testament ont apporté à cette interprétation juive de l'Écriture qui se trouve contemporaine des écrits qu'ils étudient. Enfin, les travaux philologico-historiques sur la langue de Jésus ont bénéficié de ces recherches, qu'en retour ils n'ont cessé de stimuler.

La littérature targumique existante peut se classer comme suit :

1. Les targums du Pentateuque : le Targum d'Onqelos (ou Targum de Babylone), qui, targum officiel du Pentateuque, eut une place de choix dans le sillage du Talmud de Babylone ; son origine fut toujours discutée ; selon les avis les plus autorisés, il serait, plutôt qu'une production babylonienne, et malgré ses connivences avec des traditions mésopotamiennes, la révision en araméen littéraire d'un vieux targum palestinien. Le Pseudo-Jonathan (ou Yerushalmi I ), qui est authentiquement palestinien et dont le nom le plus ancien est Targum de Palestine ; très paraphrastique et composite, il contient toute une tradition ancienne de haggada et témoigne, partant, d'une exégèse contemporaine du Nouveau Testament ; sa rédaction finale est néanmoins tardive : il y est fait mention de Constantinople et de la famille de Mahomet. Un Targum fragmentaire (ou Yerushalmi II ) : quelque huit cent cinquante versets ou débris, allant de chapitres entiers à quelques membres de phrase ou mots isolés ; de larges paraphrases s'y manifestent ; des passages très tardifs s'y mêlent à des éléments très anciens. Des Fragments de la Genizah du Caire : édités en 1930, ils représentent des traditions plus anciennes que celles du précédent. Le Codex Neophiti I, dont l'essentiel peut être daté du iie siècle et qui est plus tardif dans son état présent (retouches rabbiniques et influences d'Onqelos).

2. Le targum des Prophètes : le Targum de Jonathan ben Uzziel – targum officiel des Prophètes et collection anonyme imputée à un disciple de Hillel (ier s.) ; il fut rédigé en Babylonie, entre le iiie et le ve siècle, à partir de matériaux d'origine palestinienne.

3. Les targums des Hagiographes : d'origine palestinienne pour la plupart, ils sont tardifs ; aucun n'est antérieur à la période talmudique (les seuls targums officiellement reconnus étaient les targums du Pentateuque et des Prophètes) ; on peut les diviser en quatre groupes (Psaumes et Job ; Proverbes ; les Cinq Rouleaux ; les Livres des Chroniques).

La Vulgate

C'est après avoir entrepris de réviser la traduction latine du Nouveau Testament puis de traduire l'ensemble de l'Ancien Testament à partir du texte grec des Hexaples d'Origène que saint Jérôme, en 391 environ, reprit ce second projet mais en travaillant alors sur le texte original, hébreu ou araméen. Cette version juxta hebraica veritatem, en dépit des contemporains qui restèrent fidèles aux vieilles traductions latines, allait finir, au viiie siècle, par s'imposer universellement.

Ce n'est qu'à la fin du Moyen Âge que le terme de vulgate (vulgata editio, édition communément employée) a été restreint à la traduction latine de la Bible due à saint Jérôme. Celui-ci l'employait lui-même pour désigner la traduction grecque dite des Septante ou les anciennes traductions latines.

Le concile de Trente a déclaré (8 avr. 1546) que « la vieille édition de la Vulgate (vetus et vulgata editio), approuvée dans l'Église par le long usage de tant de siècles, doit être tenue pour authentique dans les leçons publiques, les discussions, les prédications et les explications, et que personne ne doit avoir l'audace ou la présomption de la rejeter, sous aucun prétexte ». Le contexte de ce décret montre que, parmi les éditions latines des Livres saints qui étaient en circulation, c'est la Vulgate que l'Église reconnaît comme faisant autorité.

Pie XII (encyclique Divino afflante Spiritu, 30 sept. 1943) a précisé que cette authenticité n'est pas à entendre au sens critique (valeur scientifique de la traduction), mais au sens juridique, en ce sens que la Vulgate « est absolument exempte de toute erreur en ce qui concerne la foi ou les mœurs ». Le même Pie XII et après lui le IIe concile du Vatican (constitution sur la Révélation) invitent à recourir aux textes originaux.

La Vulgate fut imprimée dès 1456 par Gutenberg ; d'autres éditions suivirent (Érasme, 1528). Le concile de Trente demanda une édition officielle. L'édition publiée sur l'ordre de Sixte Quint en 1590, et regardée comme définitive, fut révisée sur l'ordre de Clément VIII et publiée en 1592 ; c'est la Vulgate « sixto-clémentine » de nos Bibles latines.

En 1907, Pie X chargea une commission de bénédictins (de l'abbaye de Saint-Jérôme à Rome) d'entreprendre une édition critique de la traduction de saint Jérôme.

—  André PAUL

Bibliographie

G. Dorival et al., La Bible grecque des Septante, Cerf, Paris, 1988

S. Jellicoe, The Septuagint and Modern Study, Oxford, 1968

P. E. Kahle, The Cairo Genizah, 2e éd., Oxford, 1959

R. Le Déaut, Le Targum du Pentateuque, 5 vol., Cerf, Paris, 1978-1981

B. M. Metzger, The Early Versions of the New Testament, Oxford, 1977

B. J. Roberts, The Old Testament Text and Versions, Cardiff, 1951

E. Würthwein, The Text of the Old Testament, Grand Rapids, 1979. « Bible », in Encyclopaedia judaica, vol. IV ; col. 841-864 : « Ancient Versions » ; col. 864-889 : « Modern Versions »

« Versions », in The Interpreter's Dictionary of the Bible, vol. IV, pp. 749-760 : « Ancient » ; pp. 760-771 : « English » ; pp. 771-782 : « Medieval and Modern ».

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BIBLE  » est également traité dans :

BIBLE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 697 mots

En amont et en aval du moment décisif de sa constitution dernière, par le versant de sa genèse et par celui de son destin, la Bible a marqué non seulement de son empreinte mais aussi en quelque sorte de son être la nature même d'une importante partie de la civilisation et de la culture. Sans la Bible, le discours, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-vue-d-ensemble/

BIBLE - Ancien et Nouveau Testament

  • Écrit par 
  • Paul BEAUCHAMP, 
  • Xavier LÉON-DUFOUR, 
  • André PAUL
  •  • 10 315 mots
  •  • 1 média

La notion biblique de testament, que le christianisme a valorisée en la mettant au pluriel (Ancien Testament et Nouveau Testament), pluriel dont le concept de bible (livre) fut et demeure l'agent unificateur, est la confluence, repérable comme processus à travers l'histoire littéraire d' Israël , dans ses éléments canoniques et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-ancien-et-nouveau-testament/

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 688 mots
  •  • 4 médias

La Bible a été longtemps le seul recueil littéraire connu de la culture ancienne du Proche-Orient et elle en reste un des témoins majeurs, même si les découvertes du xixe siècle ont permis de la replacer dans un contexte plus large. À ce seul titre, elle mérite l'intérêt de l'homme cultivé. Mais cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-les-livres-de-la-bible/

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

La seconde moitié du xxe siècle a connu une véritable révolution et pour la diffusion et pour l'étude de la Bible . On a parlé à juste raison du « renouveau biblique ». L' Église catholique, surtout dans les dispositions du concile Vatican II, a redonné à la Bible son statut authentique d' Écriture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Le mot « inspiration » est fondamental dans le vocabulaire chrétien. Par le canal de la Vulgate, il vient directement de l'adjectif latin inspiratus. En II Timothée (iii, 16), saint Paul affirme en effet que « toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-inspiration-biblique/

BIBLE - Bible et archéologie

  • Écrit par 
  • Pierre BORDREUIL, 
  • Arnaud SÉRANDOUR
  •  • 7 876 mots
  •  • 1 média

Les pionniers de l'archéologie proche-orientale, au xixe siècle, entendaient surtout confirmer sur le terrain les informations tirées de la Bible . À cette époque, en effet, la Bible était considérée pratiquement comme un document historique. Cependant, les théologiens protestants allemands avaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-bible-et-archeologie/

LA BIBLE (trad. 2001)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 011 mots

L'événement de la première rentrée littéraire française du xxie siècle a accompli la prédiction d'André Malraux : il a été d'ordre spirituel. Après six ans de travail, l'équipe de vingt écrivains et vingt-sept exégètes réunie par les éditions Bayard autour des Français Frédéric Boyer (écrivain) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-bible/#i_4161

LA BIBLE DÉVOILÉE (I. Finkelstein et N. A. Silberman)

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 979 mots

Ce livre, traduit de l'anglais The Bible Unearthed par Patrice Ghirardi (La Bible dévoilée. Les nouvelles révélations de l'archéologie, Bayard, Paris, 2002), présente un essai à la fois audacieux et tonique des apports de l'archéologie des cinquante dernières années à la compréhension de la tradition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-bible-devoilee/#i_4161

AARON

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 385 mots
  •  • 1 média

On ne sait guère d'où vient le nom d'Aaron, peut-être d'Égypte comme celui de Moïse, dont, selon la Bible, Aaron aurait été le frère. Les traditions le concernant doivent être soumises à la critique et bien discernées l'une par rapport à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aaron/#i_4161

ABRAHAM

  • Écrit par 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 894 mots

La Bible nous présente Abram (Père puissant), surnommé par la suite Abraham (Père d'une multitude de nations, ou selon l'akkadien : Aimant le Père), comme l'ancêtre commun des Ismaélites et des Israélites. L'histoire d'Abraham – le premier monothéiste – et celle de ses pérégrinations occupent une place importante dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham/#i_4161

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 766 mots

Dans le chapitre « De la Bible à la gnose »  : […] Dans la Genèse, un récit plus ancien, bien que placé en second lieu (Gen., ii, 4-25), décrit la formation de l'homme, modelé avec la glaise du sol, puis animé par le souffle de Dieu, qui en fait un être vivant, placé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam/#i_4161

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Premières mises en ordre »  : […] Si le temps de la Bible, qui compresse en six millénaires la durée de toute l'histoire du monde, s'impose durant le Moyen Âge occidental, ce mythe d'origine perd peu à peu sa crédibilité pendant les siècles suivants (même si toute lecture non littérale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-et-periode/#i_4161

ALLIANCE, histoire biblique

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 950 mots

Nom donné, dans la Bible, à des contrats, à des promesses ou accords passés en forme rituelle et solennelle entre Dieu et des individus, entre Dieu et Israël, entre plusieurs individus ; ces alliances sont sanctionnées par un serment. Elles étaient, à l'origine, des instruments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliance-histoire-biblique/#i_4161

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 032 mots

Dans le chapitre « La notion d'âme dans la révélation judéo-chrétienne »  : […] La Bible présente constamment l'homme comme composé de trois éléments : la néfesh, le basar et la ruah. La néfesh, c'est la gorge, l'organe de la respiration, qui en est venu rapidement à désigner tout appétit et désir et finalement à recouvrir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ame/#i_4161

ANGLICANISME

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Bible et liturgie »  : […] La Bible a toujours eu une place dominante dans l'Église anglicane. On y a promu ses versions en anglais : Nouveau Testament de Tyndale, en 1537 ; version autorisée de la Bible, réalisée sous la direction de Cranmer. Les diacres doivent adhérer au canon des Écritures, et les prêtres prennent un engagement quant à son interprétation : « Êtes-vous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglicanisme/#i_4161

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 992 mots

Dans le chapitre « Les apocryphes de l'Ancien Testament »  : […] » (formule naturellement protestante adoptée par l'édition de La Pléiade : La Bible. Écrits intertestamentaires). Les éditions récentes de pays à tradition plus nettement catholique comme l'Italie et l'Espagne continuent d'employer la formule traditionnelle, aux connotations plus confessionnelles : « Apocryphes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_4161

ARAMÉENS

  • Écrit par 
  • R.D. BARNETT
  •  • 1 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Écriture et langue »  : […] certaines formes auxquelles on a donné les noms de palmyréen, de nabatéen, de samaritain et de syriaque. Certains fragments de l'Ancien Testament, par exemple ceux que l'on trouve dans Daniel et dans Esdras, ont été rédigés en araméen. Le Talmud de Babylone a été, dans sa plus grande partie, écrit en un dialecte araméen et le Talmud de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arameens/#i_4161

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 710 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'art gréco-romain et médiéval »  : […] Au sein du très abondant symbolisme biblique, une figure se répète avec une rigueur et une insistance remarquable, et constitue un des motifs les plus familiers des tympans des églises ; il s'agit d'un groupe de quatre « vivants » dont trois animaux, représentés tantôt distincts les uns des autres, tantôt réunis en un être unique. Le lion, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_4161

BUBER MARTIN (1878-1965)

  • Écrit par 
  • Dominique BOUREL
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Entre érudition et militantisme »  : […] À partir de 1925, il se lance dans l'extraordinaire traduction de la Bible, en commun avec Franz Rosenzweig jusqu'à la mort de ce dernier en 1929. Il s'agissait de faire réentendre l'hébreu dans un texte allemand différent de la traduction « canonique » réalisée par Luther quatre siècles plus tôt. Buber achèvera seul l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-buber/#i_4161

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 617 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Les enluminures »  : […] variable. Dans les psautiers « à illustrations marginales » (Psautier Chludov du Musée historique de Moscou ; Pantocrator 61 du Mont Athos, Ms. gr. 20, de la Bibl. nat. de Paris, ixe s. ; Add. 19 352, British Library, Londres, 1066), les miniatures illustrent parfois littéralement le texte qu'elles accompagnent, mais, le plus souvent, elles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-les-arts/#i_4161

CANTIQUE DES CANTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 1 829 mots

Le Cantique des cantiques, c'est-à-dire le Cantique par excellence, constitue l'un des plus beaux chants d'amour de la littérature universelle. Il célèbre un couple, le bien-aimé et la bien-aimée, qui se rejoignent et se perdent, se cherchent et se retrouvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantique-des-cantiques/#i_4161

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 137 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les centres provinciaux »  : […] contemporain qui ait été exécutée en Occident, montre Vivien, au milieu de ses moines, s'avançant avec la nouvelle Bible vers Charles. Celui-ci est assis sur un trône dans la zone surélevée « céleste » qui lui échoit en tant que vicaire de Dieu. Un portique d'or s'élève au-dessus du siège impérial et, du haut du ciel, la main divine bénit le roi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_4161

CHÉRUBINS

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 242 mots

Mot français qui correspond à l'hébreu kerubim, pluriel de kerub, l'un et l'autre étant employés dans la Bible. On les rapproche des termes akkadiens karibu ou kuribu, qui désignaient la figuration, en Mésopotamie, de divinités de second rang ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cherubins/#i_4161

CHRONIQUES LIVRES DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 769 mots

Tel un écho de ce que fut avant l'Exil la tâche du deutéronomiste, l'œuvre de l'auteur du Livre biblique des Chroniques s'affirme après l'Exil dans une manifestation théologique et littéraire aux tendances particulières et constantes. On la désigne du nom de sa première partie, les Livres I et II des Chroniques, la seconde étant constituée par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-des-chroniques/#i_4161

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 754 mots

Dans le chapitre « Les origines et les sens du mot « église » »  : […] , traduit l'expression biblique qahal Yahvé, le « peuple de Dieu ». Cette expression apparaît dans la Bible surtout à trois moments de l'histoire du peuple juif : au temps de l'Exode, elle désigne la communauté du désert sortie de la servitude d'Égypte, la coalition des tribus en marche vers la Terre promise ; lors de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/#i_4161

ÉCHEC

  • Écrit par 
  • Eliane AMADO LEVY-VALENSI
  •  • 5 080 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Échec et projet »  : […] radicale ». Ce thème du découragement de Dieu s'inscrit dans l'histoire du Déluge et se retrouve dans deux versets bouleversants de l'Exode, lorsque Dieu, ayant enfin arraché à Moïse son consentement, décide, brusquement et sans commentaire, sa mort. Chaque fois le monde est sauvé par la présence d'un juste ou le geste symbolique d'un être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/#i_4161

ÉCRITS LES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 262 mots

On appelle « Écrits » (en hébreu : Ketûbim) l'ensemble des livres qui, n'appartenant ni à la Loi (Pentateuque) ni aux Prophètes, forment la troisième partie de la Bible juive. Le caractère vague du terme dit à la fois l'hétérogénéité du matériau et les difficultés qu'il y eut à classer les œuvres qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ecrits/#i_4161

ÉDEN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 193 mots

Nom du lieu (éden en hébreu) où, selon la Genèse (ii, 8), Dieu installa l'homme après qu'il l'eut créé. En akkadien, edinu signifie plaine, et, en sumérien, edin est un terrain fertile ou irrigable. Il semble que, derrière cette dénomination […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eden/#i_4161

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 498 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les derniers siècles »  : […] sans doute la fille de Siamon, la seule fille de pharaon à avoir épousé un étranger. Aussi, dans la littérature sapientiale du jeune État hébreu, peut-on rencontrer l'écho de l'antique sagesse de la vallée du Nil. Par quatre fois, l'Ancien Testament fait d'ailleurs référence à celle-ci : dans Genèse, xli, 8, lors des songes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-litterature/#i_4161

ÉPIDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 16 522 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La peste des Philistins »  : […] La plus importante « peste » relatée dans la Bible, la plus longuement décrite est la peste des Philistins ; et, cependant, la nature du germe en cause n'a pas été nettement établie, ce qui a permis aux historiens médecins d'avancer plusieurs hypothèses. Elle survint à Ashdod, en 1141 avant J.-C., lorsque les Philistins, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemies/#i_4161

ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 224 mots

La secte juive des esséniens, fondée vers ~ 150 et qui disparaîtra deux siècles plus tard vers 68 après J.-C., a bénéficié d'une connaissance nouvelle avec la découverte, depuis 1947, d'un nombre important de manuscrits recueillis lors des fouilles du Khirbet Qumrān, sur la rive nord-ouest de la mer Morte. Les textes ont ranimé les querelles autour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esseniens/#i_4161

ÉVANGÉLISME ET ÉGLISES ÉVANGÉLIQUES

  • Écrit par 
  • Sébastien FATH
  •  • 3 780 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’évangélisme et le texte biblique »  : […] siècle, le sola scriptura (l'« Écriture seule »), qui donne la prépondérance à la Bible, reçue comme « parole de Dieu », au détriment de la tradition et de l’interprétation. Il existe de ce point de vue un biblicisme évangélique. Il se distingue aujourd'hui des autres courants issus de la Réforme protestante par une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangelisme-et-eglises-evangeliques/#i_4161

ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Xavier LÉON-DUFOUR
  •  • 8 259 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les textes évangéliques »  : […] e siècle s'étendent sur 319 pages du texte grec de l'édition Nestle (petit format), ou encore 194 pages de la «  Bible de Jérusalem » (petit format) : autrement dit, c'est un livre de poche. Pour en établir le texte, les critiques disposent, selon les données de K. Aland, de 43 papyrus datant ordinairement du iie siècle au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangiles/#i_4161

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 100 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De l'antidarwinisme aux néo-créationnismes contemporains et à leurs conséquences  »  : […] donc pas une doctrine homogène. Sous sa forme initiale et la plus radicale, il constitue un littéralisme biblique qui accorde à la Terre un âge de 6 000 ans environ, et tient toutes les espèces vivantes pour des entités parfaitement fixes, chacune séparément sortie de la main du Créateur. Il s'agit donc d'un créationnisme fixiste et adepte du « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_4161

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique de la Bible »  : […] Or, au moment où Virgile écrivait, l'exégèse allégorique commençait à être appliquée à des textes fort éloignés de la tradition gréco-romaine : les livres bibliques. Bientôt, l'œuvre de Philon d'Alexandrie (env. 20 av. J.-C. - env. 50 apr. J.-C.) donnait l'exemple éclatant d'une telle entreprise. Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_4161

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « Alliance et fidélité dans la Bible »  : […] pas de mot en hébreu qui corresponde à cette acception. Les seuls termes capables d'évoquer dans sa totalité le message biblique sont ceux qui se rapportent non pas aux attitudes de l'homme, mais à l'œuvre de Dieu. Le Moyen Âge voyait dans l'Écriture la révélation du droit divin, Jus divinum. C'est à peu près dans le même sens qu'en hébreu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_4161

GENIZAH DU CAIRE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 274 mots

Le terme araméen genizah (de GNZ, « cacher », « être précieux ») désigne une salle, attenante à la synagogue, destinée à recevoir les manuscrits de la Loi devenus inutilisables par l'usure de l'âge ou la manipulation cultuelle : tenus pour sacrés, car ils contenaient le nom divin, ils ne devaient être ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genizah-du-caire/#i_4161

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 116 mots

Dans le chapitre « De l'étymologie aux données bibliques »  : […] L'originalité de l'Écriture est qu'elle combine la pensée grecque et la pensée hébraïque, et que le Nouveau Testament lui-même est écrit dans un grec pétri de sémitismes. Le terme hébreu traduit dans le Nouveau Testament par charis est chén, que l'on retrouve dans le nom propre Jochanân – qui a donné Johann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace/#i_4161

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Textes »  : […] L'hébreu biblique est la langue dans laquelle a été rédigé – à l'exception de quelques passages – l'ensemble littéraire qui constitue la Bible juive. Une partie des apocryphes et des pseudépigraphes, qui nous sont parvenus surtout en traduction, furent sans doute composés primitivement dans la langue originale de la Bible. C'est ce que démontrent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_4161

L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Brigitte LEMÉRER
  •  • 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Élaboration »  : […] La construction freudienne de la préhistoire du peuple juif prend appui sur les travaux des historiens – et en particulier sur ceux d'Ernst Sellin, historien spécialiste de la Bible appartenant à l'école exégétique allemande, qui avançait que Moïse avait été assassiné au cours d'un soulèvement de son peuple –, mais aussi sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-moise-et-la-religion-monotheiste/#i_4161

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « La répression de l'Église et de l'État : le temps du péché »  : […] La Bible, tout comme le Coran, condamne très fermement l'homosexualité. Dans l'Ancien Testament, les chapitres xviii et xix de la Genèse content l'histoire de Sodome et de Gomorrhe, deux villes détruites par une pluie de soufre et de feu envoyée par Dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_4161

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 458 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émergence du livre moderne »  : […] Il multiplie les efforts pour rendre plus facilement accessibles les textes qu'il publie. D'abord, donc, la Bible aux versets de laquelle il donne dans une édition de 1549 la numération aujourd'hui universellement adoptée. De même, les imprimeurshumanistes, qui éditent les grands classiques et les Pères de l'Église, généralisent la présentation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imprimerie/#i_4161

JÉRUSALEM

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF, 
  • Gérard NAHON
  •  • 6 851 mots
  •  • 11 médias

Jérusalem occupe, dans la Bible hébraïque et le Nouveau Testament, un rang privilégié entre toutes les cités. Ville sainte des juifs et des chrétiens, elle est aussi pour l'islam El-Qūds (la Sainte), le troisième lieu sacré après La Mecque et Médine. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerusalem/#i_4161

JOSUÉ

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 283 mots

Josué est, selon la Bible, le successeur de Moïse à la tête du peuple d'Israël et le conquérant de Canaan, mort vers 1200 av. J.-C. Son nom – en hébreu Yeho-Shua – signifie « Yahvé est salut ». Dans le livre biblique éponyme qui relate sa vie, Josué, chef […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josue/#i_4161

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 036 mots
  •  • 4 médias

une histoire qu'eux-mêmes ne séparaient pas de leur conscience religieuse. D'après la Bible, les Hébreux sont d'abord la famille d'Abraham, venu de Mésopotamie. Après avoir vécu en Canaan sous la conduite des patriarches, ils en sont chassés par une famine et se fixent en Égypte ; ils y deviennent un peuple bientôt asservi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-des-hebreux/#i_4161

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la lecture intensive à la lecture extensive »  : […] ou dont on entendait des passages à l'église ou au temple. En pays protestant, la Bible constituait l'élément essentiel de cette pratique de l'écrit et le livre était d'autant plus sacralisé qu'il avait été reconnu comme porteur de la Parole divine. La lecture de l'Écriture et le chant des psaumes dont le texte finissait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/#i_4161

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle herméneutique »  : […] influence que par l'intermédiaire d'une double médiation, déjà mentionnée plus haut : l'expérience et l'Écriture. En effet, le lieu de naissance de la théologie luthérienne c'est l'effort ardu du moine augustin cherchant dans les Psaumes et les Épîtres pauliniennes une réponse aux interrogations existentielles issues de sa vie monacale. C'est sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_4161

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « La faute originelle »  : […] Il suffit de rappeler les premiers chapitres de la Bible, qui font se succéder le récit d'une Création dans laquelle toutes choses s'ordonnent, sans le moindre défaut, selon l'ordre et la clarté de la puissance divine, et un deuxième récit des origines, d'une lourdeur naturaliste très appuyée, dans lequel Dieu, plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/#i_4161

MIMÉSIS, Erich Auerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 793 mots

Dans le chapitre « La cicatrice d'Ulysse »  : […] dans l'Odyssée, ne laisse rien dans l'ombre, tant l'enchaînement des actions est sans mystère, sans arrière-plan ; dans la Genèse, le sacrifice d'Abraham suggère au contraire, par l'emploi d'un « style abrupt », elliptique, « l'inexprimé », « la complexité », il « appelle l'interprétation ». Le premier tend à la « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimesis-erich-auerbach/#i_4161

MOÏSE

  • Écrit par 
  • Henri CAZELLES
  •  • 1 450 mots

Dans le chapitre « Enquête historique »  : […] Pentateuque. Il fut établi au xixe siècle que, quoique ce livre pût contenir quelques textes de Moïse, celui-ci n'en était pas l'auteur. Le Deutéronome est, au plus tôt, de la fin du viiie siècle et la masse des textes législatifs dit « textes sacerdotaux » (P, Priesterkodex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise/#i_4161

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique hébraïque

  • Écrit par 
  • Amnon SHILOAH
  •  • 3 340 mots

Dans le chapitre « L'époque biblique »  : […] Les tentatives de reconstitution de la musique et de la vie musicale à l'époque biblique se fondent principalement sur les nombreuses références contenues dans les écrits bibliques – source la plus riche portant sur les aspects divers de l'activité musicale. Cependant l'interprétation des renseignements ainsi obtenus se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musique-hebraique/#i_4161

NOÉ

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 326 mots
  •  • 2 médias

Personnage biblique qui appartient à la race de Caïn, composée de tribus attachées au développement de la civilisation matérielle ; par là s'expliquent ses aptitudes à construire l'arche du Déluge. Héros du Déluge (Genèse, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noe/#i_4161

ŒCUMÉNISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Georges CASALIS, 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 6 378 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dialogue entre Genève et Rome »  : […] Il est capital de souligner qu'elle a été rendue possible et nécessaire par le grand mouvement de renouveau biblique qui s'est profondément développé dans toutes les Églises. Si, déjà en 1676, l'oratorien Richard Simon et, en 1866, la Société nationale pour la publication des livres saints en langue française avaient prophétiquement déclaré qu'il n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oecumenisme/#i_4161

ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 5 517 mots

Dans le chapitre « La science biblique »  : […] La plus grande partie de l'activité d'Origène a été consacrée à l'exégèse de la Bible. On lui doit tout d'abord une édition en six versions (Hexaples) du texte de l'Ancien Testament, comprenant le texte hébreu transcrit en caractères grecs, puis les traductions grecques des Septante, d'Aquila, de Symmaque, de Theodotion et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/#i_4161

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 906 mots
  •  • 2 médias

les philosophes et les érudits, les conceptions novatrices qui s'opposent à la tradition biblique, demeurent purement spéculatives. Malgré une indéniable circulation des idées, les nombreuses observations des savants et naturalistes (celles de Michel Mercati et Buffon, d’Isaac de La Peyrère et de bien d’autres), n'ont manifestement pas été reliées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_4161

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 610 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque prémonarchique (du début du xiie siècle à la fin du xie av. J.-C.) »  : […] La Bible est la seule source d'informations détaillées que l'on possède sur ce qu'auraient été l'installation et l'organisation des Israélites en Canaan : après que, dans ses cinq premiers livres (Genèse, Exode, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_4161

PENTATEUQUE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Première grande section de la Bible juive selon la division traditionnelle de l'Ancien Testament (Loi, Prophètes et Écrits), le Pentateuque est aussi appelé « livre de Moïse » (Néh., xiii, 1), « loi de Moïse (II Chron., xxiii, 18) ou simplement « loi » (Néh., […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pentateuque/#i_4161

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 4 217 mots

Les prophètes d'Israël occupent une place importante dans l'Ancien Testament et ont fait l'objet de commentaires nombreux et variés. Pour la tradition juive, ils continuèrent l'œuvre de Moïse et furent ses fidèles interprètes ; pour l'Église chrétienne, ils ont prédit la venue du Christ et annoncé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prophetes-d-israel/#i_4161

PROVIDENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 487 mots

Si l'on s'en tient à l'histoire des idées, le concept de providence n'est pas d'origine judéo-chrétienne : il est d'origine hellénique, de facture stoïcienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/providence/#i_4161

PSAUMES

  • Écrit par 
  • Henri CAZELLES
  •  • 1 887 mots

Dans le chapitre « Structure et caractéristique du psautier »  : […] Il y a déjà là un indice témoignant que l'actuel Livre des Psaumes, ou psautier, n'est pas né en une fois ; il est le résultat d'un long processus dépendant de la liturgie, de l'histoire et de la piété en Israël. On trouve, en dehors du psautier, certaines pièces analogues, tels les cantiques dits de Moïse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psaumes/#i_4161

QUMRĀN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 3 548 mots

Dans le chapitre « Une bibliothèque diversifiée »  : […] mettre à part ceux que l'on considère comme bibliques, autrement dit présents dans nos Bibles : entre 23 et 25 p. 100, ce qui correspond à quelque deux cents rouleaux différents. À l'exception du livre d'Esther, et encore, car il a pu disparaître dans le temps, tous les livres du corpus judaïque des livres saints se trouvent attestés. Beaucoup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qumran/#i_4161

RACHEL

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 199 mots

Personnage biblique (en hébreu, râchel : « brebis mère » ; cf. Gen., xxxi, 38) qui, dans l'histoire des Patriarches, est la fille de l'Araméen Laban et la femme préférée de Jacob (Gen., xxix, 6-30). Elle est la mère de Joseph (Gen., xxx, 22-24) et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rachel/#i_4161

RASTAFARISME

  • Écrit par 
  • Elizabeth A. MCALISTER
  •  • 726 mots

rastas jamaïcains descendent d'esclaves africains convertis au christianisme en Jamaïque par des missionnaires qui utilisaient la Bible anglaise de Jacques Ier. Ils considèrent que cette version de la Bible corrompt parfois la parole divine car les Anglais qui possédaient des esclaves encourageaient ces derniers à lire la Bible afin de mieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rastafarisme/#i_4161

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 762 mots

Elle a été ainsi interprétée dans la catégorie de la parole et du discours. La réflexion contemporaine procède à partir de la Bible à un renouvellement de cette définition en reconnaissant que la révélation en premier lieu ne se donne pas comme une somme d'énoncés livrés par un intermédiaire, mais comme un acte de Dieu ; qu'en deuxième lieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revelation/#i_4161

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 517 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le Nord et le Midi dans la peinture des livres »  : […] du xie siècle, ce qu'on appelle la seconde Bible de Saint-Martial (Bibliothèque nationale, Paris), énorme ouvrage en deux volumes, constitue un des chefs-d'œuvre d'un style qui se répandra dans toute l'Aquitaine. Outre de nombreuses initiales ornées, cette bible contient de véritables tableaux harmonieusement équilibrés et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_4161

SAGESSE

  • Écrit par 
  • Manuel de DIÉGUEZ
  •  • 10 402 mots

Dans le chapitre « La sagesse dans la Bible »  : […] Aussi, dans la Bible, le sage et la divinité se partagent-ils équitablement les mérites qu'ils s'attribuent généreusement l'un à l'autre. C'est ainsi que la sagesse de Salomon est proclamée « plus grande que celle de tous les Orientaux et que toute celle de l'Égypte » (I Rois, v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/#i_4161

SAGESSE LIVRES DE

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 4 600 mots

Torah) et aux Prophètes (Nebiim) pour constituer la Bible. En réalité, le titre ne convient réellement qu'à une partie des ouvrages de cette catégorie. De plus, il est important de noter que les divers canons (ou catalogues) de la Bible comportent en ce domaine une discrimination remarquable. Le canon hébreu, adopté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-de-sagesse/#i_4161

SAMSON (-XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 338 mots
  •  • 1 média

Héros biblique à la force redoutable dont les exploits sont rapportés dans le Livre des Juges. Issu de la tribu de Dan, Samson vit comme les siens, de façon précaire, dans une région de collines à la frontière de la riche plaine côtière habitée par les Philistins, ennemis d'Israël. Si le héros figure dans la liste des juges […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samson/#i_4161

SARAH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 259 mots

Dans la généalogie des Patriarches, Sarah (sarah, à partir de Gen., xvii, 15 ; jusque-là : saray, forme qui conserve la trace d'une vieille tournure féminine ; les deux termes signifiant « souveraine », « princesse ») est la prétendue sœur (Gen., xii, 13 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarah/#i_4161

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Pères de l'Église, le problème fut de concilier ces exigences, dont ils reconnaissaient la validité, avec la lettre du texte biblique, source de la Révélation chrétienne. Considérant que la raison humaine est, elle aussi, un don de Dieu, ils le firent avec beaucoup de liberté d'esprit, et souvent avec beaucoup d'audace […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_4161

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Israël »  : […] Dans la Bible la comptabilité sociale – ou plutôt ce qui peut passer pour tel, et c'est là le problème – occupe une place centrale et, en raison même de cette centralité, parfaitement paradoxale. D'une part, les Nombres donnant leur titre à l'un des livres de la Bible, le populationnisme qui s'y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-des-sciences-sociales/#i_4161

SEM

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 290 mots

Le premier, dans l'ordre biblique, des trois fils de Noé. Avec Cham et Japhet, il apparaît dans la Genèse (v, 32) au terme d'une longue généalogie qui relie Adam à Noé (v, 1-32). On retrouve les trois frères juste avant le déluge (vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sem/#i_4161

TABOU

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 5 096 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tabou et religion »  : […] religieux, d'amener l'analyse à distinguer les superstitions des formes supérieures d'adoration du sacré. Aussi, lorsque la Bible énonce une série d'interdits, Robertson Smith veut ne voir là qu'une « religion de tabous », détestable survivance d'un état primitif où la spiritualité religieuse était à son plus bas niveau. Pour étayer cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabou/#i_4161

TALMUD

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 5 095 mots

Dans le chapitre « Halakha et Haggada »  : […] humaine et, en accusant très fortement des traits qu'on rencontre déjà épars dans la Bible, ils tracent le portrait poignant d'un Dieu désarmé devant les effets nocifs de la liberté absolue qu'il a octroyée à l'homme et souffrant avec les malheureux, les opprimés et même les scélérats que la justice humaine a châtiés. L'homme a été créé à l'image […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/talmud/#i_4161

TŌRAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 2 861 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Tōrah à l'époque rabbinique »  : […] ., iii, 22). Lorsque l'on distinguera, vers 130 avant l'ère vulgaire, entre les trois parties de la Bible : Loi (Tōrah), prophètes (něvi‘im), écrits (kětūbim), le Pentateuque sera désigné par l'appellation : Hamiša Ḥūmšey Tōrah (« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/#i_4161

YAHVÉ ou YAHWEH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 358 mots

Le Dieu d'Israël, Yahvé, était connu avant Moïse chez d'autres peuples que les Hébreux : les anciens Phéniciens semblent avoir adoré un dieu Yo. Dans la Bible hébraïque, on trouve les formes abrégées Yahu, Yo ou Yah, la plupart du temps en composition, préposées ou postposées, dans des noms théophores […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yahve-yahweh/#i_4161

Voir aussi

Pour citer l’article

André PAUL, « BIBLE - Les traductions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-les-traductions/