Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART CONTEMPORAIN

Le mot « contemporain » revêt deux sens. De manière courante, il signifie « ce qui est de notre temps », sans autre valeur que celle de la coexistence avec le présent : le monde contemporain est, par définition, celui où nous vivons. Avec une valeur polémique visant à marquer une différence non seulement chronologique mais aussi de forme et de nature, le « contemporain » véhicule par ailleurs l'idée d'une acuité et d'une pertinence particulières par opposition à ce qui est banal ou, pire, dépassé. En ce sens polémique, la notion d'art contemporain remonte aux années 1980. Elle s'applique plus particulièrement aux arts visuels, à la musique et aux domaines où certaines formes semblent avoir une actualité remarquable.

Apparition d'une notion

Il est difficile de dater précisément l'apparition de l'expression. Si elle se diffuse à partir des années 1980 aussi bien au niveau des publications que des institutions consacrées à l'art contemporain (l'ouverture à Los Angeles du L.A. Temporary Contemporary Museum date de 1983), les changements dans les arts visuels au cours des années 1960 amorcent une crise du « moderne » par rapport à laquelle va se définir le contemporain.

Durant ces années 1960 apparaissent le pop art et le nouveau réalisme qui font entrer dans l'art les objets et les images de la vie quotidienne. D'autres mouvements, comme l'art cinétique, cherchent à esthétiser la vie quotidienne en produisant des « multiples » ou de l'art urbain. Surtout, au tournant des années 1960-1970, apparaissent des productions artistiques, minimalistes, conceptuelles, corporelles qui, tout en se réclamant des pratiques d'avant-gardes, bousculent ou remettent en cause les catégories modernes, notamment la distinction encore solide entre peinture et sculpture, la notion d'œuvre elle-même et celle d'artiste. Quand l'Américain Robert Morris réalise en 1961 une boîte contenant un magnétophone faisant entendre le bruit de la construction de la boîte et qu'en 1963 il dénie par certificat notarié la qualité esthétique d'une autre boîte, sa démarche résume parfaitement tous ces défis.

Il s'opère ainsi un changement de représentation. En Europe et aux États-Unis, pourtant en pleine période d'essor des musées d'art moderne, l'art moderne en tant que tel apparaît en crise, voire promis à une mort prochaine. Ce tournant, cette crise ou cette phase de transition (selon l'interprétation qui sera finalement retenue) furent sur le moment définis comme « postmodernes » dans l'incertitude où l'on était de l'importance et du caractère durable du changement – le mot « postmoderne » apparaît, lui, dans les années 1974-1977.

C'est donc le couple moderne-contemporain qui doit structurer la réflexion : le contemporain se définit polémiquement contre le moderne. On peut en donner pour confirmation un épisode bref et isolé mais symptomatique des années d'après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'institut d'Art moderne de Boston, initialement lié au musée d'Art moderne de New York comme une sorte d'antenne ou de succursale de la modernité militante, tenta en 1948 de conquérir son autonomie en se rebaptisant institut d'Art contemporain au nom d'une rupture politique avec l'art moderne, récusé pour son excès d'avant-gardisme. Si dans ce premier épisode, l'art contemporain prenait une valeur polémique antimoderne de « retour à l'ordre », à partir des années 1980 il marque un renouvellement des formes et des pratiques allant au-delà du moderne.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de philosophie à l'université de Rouen, membre de l'Institut universitaire de France
  • : directrice de recherche émérite au CNRS

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Christie's: vente à Dubaï

Christie's: vente à Dubaï

<it>The Big Family n<sup>o</sup>1</it>, Zhang Xiaogang

The Big Family no1, Zhang Xiaogang

<it>Canyon</it> de M. Mayer à la Foire internationale d'art de Bâle, 2007

Canyon de M. Mayer à la Foire internationale d'art de Bâle, 2007

Autres références

  • ART CONTEMPORAIN (anthropologie)

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 834 mots

    En anthropologie, la notion d’art contemporain prise dans une acception chronologique englobe les créations récentes dans le monde : qui est sa propre fin mais aussi les productions rituelles, populaires et artisanales. Cette conception fut mise en avant par l’exposition Magiciens de la terre...

  • ADNAN ETEL (1925-2021)

    • Écrit par Camille VIÉVILLE
    • 909 mots

    Figure majeure de la scène artistique et littéraire internationale, Etel Adnan a bénéficié d’une reconnaissance tardive, en France notamment où, si l’on excepte un don important de l’artiste en 2018 au musée d’Art moderne, d’art contemporain et d’art brut de Lille Métropole (LaM), elle...

  • AFRICA REMIX (exposition)

    • Écrit par Christophe DOMINO
    • 1 063 mots

    Dans l'horizon élargi de l'universalisation de l'art, les scènes artistiques les plus éloignées ont, à un moment ou à un autre, leur chance d'apparaître comme matière à exposition. Il en est une cependant dont la perception demeure problématique : l'art contemporain...

  • À LA MORT, À LA VIE ! VANITÉS D'HIER ET D'AUJOURD'HUI (exposition)

    • Écrit par Robert FOHR
    • 1 061 mots
    • 1 média

    Du 27 novembre 2021 au 7 mai 2022, le musée des Beaux-Arts de Lyon a présenté sous le commissariat de Ludmila Virassamynaïken, conservatrice en chef du patrimoine, une exposition intitulée À la mort, à la vie ! Vanités d’hier et d’aujourd’hui, dont l’originalité principale résidait...

  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média

    L’anthropologie de l’art désigne le domaine, au sein de l’anthropologie sociale et culturelle, qui se consacre principalement à l’étude des expressions plastiques et picturales. L’architecture, la danse, la musique, la littérature, le théâtre et le cinéma n’y sont abordés que marginalement,...

  • Afficher les 58 références

Voir aussi